Connect with us

Politique

Second mandat d’Alpha Condé : nouvelles armes, nouvelles victimes! (Tribune)

Published

on

Votre publicité ici

Des rencontres inédites se tiennent actuellement entre Alpha Condé et ses adversaires politiques. Le président de la République n’hésite pas de tenter l’inimaginable pour faire des tête-à-tête avec ces plus farouches opposants. Au Nom de la réconciliation s’en presse à écrire la presse guinéenne.

Après tout, il est qu’en même normal de croire que le chef de l’Etat guinéen soit tenté à laisser une emprunte dans l’histoire de son pays en réalisant son idée de « Mandela de la Guinée ». Il ne lui reste que ça pour laver l’affront lié à sa double élection contestée (en 2010 et 2015).

Mais en attendant que l’avenir nous édifie, je me permets de m’immiscer dans la tête du Président et sortir d’autres idées qui y défilent.

En effet, après avoir eu ce qui lui préoccupait de plus dans ses profondes pensées nocturnes, une réélection pour un second mandat, Alpha Condé doit, et c’est logique, trouver la stratégie de bien mener ce quinquennat. Et surtout éviter certains obstacles rencontrés au cours de son premier mandat. Ceux des obstacles orchestrés par l’opposition à travers ces interminables revendications et manifestations publiques. En 2012, le gouvernement annonçait 12 milles milliards de manque à gagner au niveau recette causé par les troubles politiques. Pour bien cerner la situation, il suffit juste de voir ce qui attend Condé sur le plan politique :

Il y a tout d’abord la promesse de l’organisation d’élections locales au premier semestre de 2016. L’enjeu est bien sûr important. D’autant plus que l’opposition a récupéré, sur application de l’accord politique du 20 aout 2015, la gestion d’un nombre considérable des mairies.

Un an plus tard, en 2017, c’est le renouvellement du Parlement qui pointerait à l’horizon. Une autre échéance à d’autres enjeux. Le RPG aura la tentation de vouloir confirmer la légitimité du « coup KO » qu’il vient d’infliger à l’opposition ou tout au moins garder sa Majorité à l’Hémicycle. La bataille pour les cinq communes de Conakry s’annonce particulièrement rude à cet effet.

Rien qu’avec ces deux échéances électorales, Sékoutouréya est au besoin d’une forte énergie pour y faire face. Mais le très « politique » Alpha Condé n’aura pas besoin d’une pérennité de réflexion pour trouver la solution à cette équation. Quid d’adopter l’option bien connue en Afrique qui vise à diviser pour mieux régner ou contrôler, et par ricochet, caresser la joue de son adversaire pour bien gifler.

Faire d’une pierre deux coups

L’idéal serait donc d’amoindrir la force de l’adversaire. Et puis ce que celui-là est incarné par le chef de fils de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, « le complot » va donc logiquement viser ce dernier. L’objectif étant d’isoler complètement l’éternel opposant. Cette stratégie se ferait à deux niveaux :

D’abord, briser l’opposition en récupérant les alliés du président de l’UFDG, et cela quel que soit le prix à pays dans son propre camp. Les yeux doux envers Sidya Touré, troisième poids politique du pays et à d’autres leaders au sein de ce fourretout d’opposition nous amènent à y penser.

Ensuite casser l’appareil UFDG qui, on le sait compte deux courants idéologiques en son sein. Un incarné par Cellou Dalein Diallo, et l’autre par son Vice-Président Bah Oury. Et la meilleure occasion serait de tenter le coup au lendemain de la défaite de CDD à la course pour la magistrature suprême. « Battre le fer quand il est chaud » dira l’adage. La rencontre de Paris entre Condé et Oury en est-elle le point de départ ? Qui vivra verra.

En mettant une telle stratégie, qui ne sera que politique, donc non pas de réconciliation ou d’unité nationale, le Président Condé aura également réussi la seconde option, qui est celui de « caresser pour bien nicker », si je puis me permettre ce néologisme très courant chez les jeunes. C’est ce qu’on appelle faire  « d’une pierre deux coups ». Car, quoi de plus confortable pour un chef africain que de récupérer des adversaires pour les mettre dans un bateau et tenir le capitanat. Les transfuses politiques auront donc signé leur arrêt de mort avant même 2020. Après tout, il faut effriter aussi le chemin à la succession.

Il faut donc s’attendre à un quinquennat bien animé au niveau politique. Aux « nains » de bien viser et de savoir se défendre contre les coups. Et les premières déclarations des deux principaux acteurs semblent annoncer les couleurs. « Vous ne connaissez pas la politiques. Laissez-moi la faire » se targue Alpha Condé devant ses militants au siège du RPG, au lendemain de sa réélection. Pendant que Cellou Dalein annonçait à la Minière sa détermination à poursuivre le combat « jusqu’à la victoire finale ». Le leader de l’UFDG ne veut pas tarder à sécher ses larmes suite au fameux « coup KO ». « Nous devons mieux nous organiser et adopter une nouvelle stratégie pour faire face à la nouvelle situation » lance-t-il lors de la toute Première Assemblée Générale du parti après le 11 octobre.

Thierno Modoumba

Tel +1 347 224 1243

Email : thiernoamadoubah08@gmail.com

Columbus-Ohio, USA

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Bruxelles : Cellou Dalein Diallo plaide pour un soutien de l’UE à la transition

Published

on

Votre publicité ici

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) séjourne depuis quelques jours à Bruxelles, en Belgique.

Cellou Dalein Diallo a saisi cette opportunité pour échanger avec Bernard Quentin, Directeur Afrique et Directeur général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) assisté de son collaborateur Roberto Olmi et de Madame Marie Shand, Responsable de la coopération internationale de la Commission européenne.  Echange au cours de laquelle, il a plaidé pour un soutien appuyé de l’Union européenne en faveur de la transition guinéenne. Transition entamée depuis le 05 septembre, jour de la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamady Doumbouya.

« J’ai saisi cette opportunité pour expliquer que l’ordre constitutionnel était déjà rompu en Guinée depuis le double scrutin du 22 mars et le hold-up électoral du 18 octobre 2020. C’est pourquoi j’ai défendu que l’intervention de l’armée doit être considérée comme un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel avant de plaider plutôt pour un renforcement de la coopération avec la Guinée et surtout un soutien appuyé de l’UE à la transition ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Nomination partielle du gouvernement de la transition en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Près de deux mois après la prise du pouvoir par l’armée, les membres du gouvernement  commencent à tomber à compte-goutte.

Ce jeudi 21 octobre, sur « proposition » du premier ministre Mohamed Beavogui, le président de la transition le colonel Mamady Doumoubya a procédé à la nomination de trois ministres et un secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Il s’agit du général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara, alias Idi Amin, précédemment ambassadeur de Guinée à Cuba, qui devient ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale. Egalement, le général à la retraite Bachir Diallo, précédemment attaché de défense à l’Ambassade de Guinée en Algérie, est nommé ministre de la Sécurité et de la protection civile. Mme Louopou Lamah, précédemment directrice nationale du commerce extérieure et de la compétitivité, prend pour sa part la tête du ministère de l’Environnement et du développement durable. Enfin, Abdourahmane Siké Camara, précédemment conseiller principal du ministre secrétaire général du gouvernement, devient le Secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Le nouveau Directeur de la Douane serait-il un promoteur du troisième mandat ?

Published

on

Votre publicité ici

La promesse du chef de la transition, le colonel Mamady Doumbouya, de ne pas procéder à un recyclage serait-elle un leurre ?  Oui, à y observer de prêt ses récentes nominations, dont celle d’hier à la tête de la Douane.

En effet, Selon nos confrères de Fim Fm, le nouveau successeur du Général Toumany Sangaré serait bien un promoteur de la présidence à vie en Guinée. Le colonel Moussa Camara jusque-là directeur de l’informatique et des statistiques, puisqu’il s’agit de lui, serait l’un des partisans du troisième mandat d’Alpha Condé, l’ex président renversé par un coup d’Etat, le 05 septembre.

A en croire à nos confrères, le nouveau Directeur de la Douane aurait  battu campagne l’année dernière en faveur du changement meurtrier de la constitution, ayant conduit le pays dans la dérive et l’impasse jusqu’au 05 septembre dernier, jour de la chute d’Alpha Condé.

Ce n’est pas la première fois que le chef de la junte  procède à des nominations polémiques. La semaine dernière, il avait aussi nommé plusieurs généraux proches d’Alpha Condé qu’il a mis pourtant à la retraite, au Conseil supérieur de la défense.

Face à cette situation, une dizaine d’organisation de la société civile a invité le président de la transition à respecter son engagement. Mais visiblement,  a cette allure la promesse semble  plutôt engager ceux qui la croit et non celui qui l’a tenu.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance