Connect with us

Politique

Scrutin présidentiel: à l’étranger, impossible de trouver les cartes d’électeurs

Published

on

Votre publicité ici

A la veille du scrutin présidentiel, les guinéens de l’étranger réclament toujours leurs cartes d’électeurs leur permettant de voter dimanche.

Si certains auraient reçu jusqu’à 12 cartes d’électeurs comme le soutient la mission d’observation électorale de l’Union Européenne, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, à ce jour nombreux sont les électeurs sans cartes électeurs.

De la Sierra Leone au Liberia en passant par l’Angola ou la Côte d’Ivoire, les ressortissants guinéens sont toujours dans l’impossibilité de récupérer leurs cartes de vote.

Mardi, à Freetown, des guinéens ont été dispersés devant l’Ambassade guinéenne alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs cartes d’électeurs. Dans ce pays, sans l’autorisation de voter par recépicé, le vote ne pourrait se tenir, a confié à guineematin Razesh Sao Pogomou, le président de la CEAMI.

Jeudi à Luanda aussi, plusieurs personnes avaient manifesté devant l’Ambassade guinéenne. Une manifestation vite dispersée par la police angolaise.

Ce samedi, en Côte d’Ivoire, comme au Liberia et plusieurs autres pays, les guinéens se plaignent de ne pas avoir reçu leurs cartes. La majorité des électeurs n’ont pas reçu leurs cartes à Abidjan nous a confié un concitoyen vivant dans le pays.

« Moi j’ai reçu ma carte, mais plus de 80% des électeurs n’ont toujours pas leurs cartes ici. La pagaille est totale. Nous n’avons même pas pu faire la prière du vendredi, d’autant plus qu’il nous faut chercher nos cartes quartier par quartier», nous a confié Amadou Tidiane Diallo.

Hier vendredi, quatre commissaires de la CENI (commission électorale nationale indépendante) ont plaidé pour le report du scrutin. Un report que le président de l’institution et le camp présidentiel refusent catégoriquement.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Dans l’objectif du gentil géant de Conakry, viser la transition ou essayer la trahison

Published

on

Votre publicité ici

Vivement applaudi par les ténors de la classe politique, il est désormais blanchi par le Fndc qui a trouvé utile de retirer son nom de la liste des présumés promoteurs du 3è mandat et autres acteurs et complices des crimes commis contre les militants et sympathisants de l’opposition et les activistes de la société civile sous le régime Alpha Condé.

Le gentil géant des Forces spéciales est à la croisée des chemins. A lui seul revient le choix historique de viser le chemin droit de la réussite de la transition ou de virer dans la voie menant à la trahison.

Maintenant que son statut a évolué de présumé bourreau à celui de sauveur du peuple, le colosse devrait rester droit dans ses bottes de sniper envoyé pour mettre fin au règne de l’homme au mandat de trop et demeurer un missionnaire ayant accompli son devoir et qui n’attend que la cérémonie de décoration ponctuée des traditionnels coups de canon tirés en l’honneur des valeureux serviteurs de la démocratie.

Son modèle, l’homme qu’il aime à citer étant le ghanéen Jerry Rawlings, le colonel a bien tracé sa voie et ne devrait pas essayer la trahison de sa mission historique. Celle qui lui ouvre la porte de l’immortalité en lieu et place de l’immoralité conduisant à le réduire au rang des traîtres bons à jeter dans la corbeille de l’histoire de l’alternance au pouvoir par les urnes.

Pour le mérite

Aucun acte posé n’indique pour le moment que le colonel est un assoiffé de pouvoir ou quelqu’un de téléguidé ou la marionnette d’un camp ou encore d’une organisation se croyant dotée d’une mission messianique en Guinée.

Rien dans ses discours ne permet d’écrire qu’il a laissé une peau de banane dans l’opinion. Cela contribue à aider les formations politiques à scruter l’horizon avec foi en l’avenir de la transition dont la réussite relève en premier et dernier ressort de ce qu’en décidera le colonel. Il ne devrait accomplir sa mission que par conviction. Mais, si l’espoir venait à être déçu, l’histoire rendra son verdict à la dimension de la forfaiture et le peuple acteur et bénéficiaire de tout acte posé par ses missionnaire saura montrer à la face du monde que tout dirigeant guinéen qui déroute est semblable une bulle de savon sur la voie de la construction de la démocratie.

Homme fort du pays. Chouchou du populo. Enfant chéri des sages d’Afrique, le club des anciens présidents mené par Nicéphore Soglo et Goodluck Jonathan, le président Mamady Doumbouya a intérêt à fixer son objectif et l’atteindre en toute responsabilité, parce que les patriotes et les amis de la Guinée souhaitent que son nom soit gravé en lettres d’or comme le Rawlings guinéen le plus méritant parmi les soldats de la démocratie.

Par Le Populaire

Continue Reading

A LA UNE

Voici les points clés de la charte de la transition en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Le Conseil National du Rassemblement et du Développement  (CNRD) a dévoilé  ce 27 septembre, la charte de la transition en Guinée. Cette charte qui s’appliquera jusqu’à l’instauration d’une nouvelle Constitution, détermine le cadre juridique de la période de transition, dont la durée n’a toujours pas été fixée. Mais on connaît désormais les organes qui seront mis en place et les règles qui les régissent.

Quatre institutions accompagneront la transition, à savoir : le Conseil national du rassemblement pour le développement (CNRD), le président de la Transition, le Gouvernement de la transition et le Conseil national de la transition (CNT), qui fera office de parlement. Ce dernier va compter 81 membres, composés des partis politiques aux forces vives de la nation, dont les organisations syndicales, patronales, de jeunesse et des forces de défense et sécurité.

Après avoir précisé les missions et devoirs des différents organes, le document impose un minimum de 30% de femmes dans chaque groupe nommé dans ce CNT. Mais une mesure attire toute l’attention : toutes les personnes participant à la transition seront interdites de candidature aux prochaines élections nationales et locales, à commencer par le meneur des putschistes et actuel chef de l’État, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya. « Une disposition n’étant susceptible d’aucune révision », souligne le texte.

Comme promis par le CNRD, les membres du gouvernement et les responsables d’institutions en vigueur sous le régime du président déchu Alpha Condé sont exclus de la transition dont la durée sera fixée par le CNT et les forces vives de la nation.

Avec RFI

Continue Reading

A LA UNE

Alassane Ouattara: « il faut revenir à l’ordre constitutionnel le plus tôt possible », en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Alassane Ouattara se dit préoccupé par l’intégrité physique et la santé du président déchu, Alpha Condé. Dans une interview qu’il a accordée à l’hebdomadaire Jeune Afrique (JA), le président Ivoirien a condamné les coups d’Etat survenus au Mali et récemment en Guinée, où il appel à un retour à l’ordre constitutionnel le plus tôt possible.

« Nous sommes préoccupés par l’intégrité physique et la santé du président Alpha Condé, et nous l’avons dit aux autorités militaires guinéennes lors de notre mission, qui était conduite par le chef de l’État ghanéen, Nana Akufo-Addo, à Conakry le 17 septembre. Le président [Mamady Doumbouya] du CNRD [Comité national du rassemblement et du développement] nous a donné des assurances à ce sujet », souligne-t-il.

Face à cette crise,  Alassane Ouattara assure qu’il est indispensable d’accompagner les Guinéens afin de minimiser l’impact de la transition sur les populations, dit-il, ajoutant qu’il faut revenir à l’ordre constitutionnel le plus tôt possible.

Pour prévenir désormais les coups d’Etat, le président Ivoirien suggère une autocritique de la gouvernance dans nos différents pays. « Car évidemment, une mauvaise gouvernance peut amener des militaires à intervenir dans le jeu politique, ce qui n’est pas souhaitable. Ceux qui sont au pouvoir doivent mieux tenir compte de la réalité, de l’évolution de leur pays et de toutes les couches sociales, notamment de la jeunesse, ainsi que du développement équilibré de l’ensemble du territoire national », estime-t-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance