Connect with us

Santé & Environnement

Santé : réunion à Conakry pour accélérer la livraison de vaccins contre des maladies virales

Published

on

Votre publicité ici

Les pays africains doivent avoir un stock suffisant de vaccins pour faire face aux épidémies de fièvres hémorragiques virales comme Ebola, ont estimé des participants à une réunion internationale qui s'est ouverte vendredi à Conakry en présence de chercheurs venus d'Europe, d'Amérique et d'Afrique.

"Nous avons tenu à organiser cet atelier scientifique international sur la problématique de l'accélération de la disponibilité des vaccins (...) afin d'avoir des vaccins de qualité, accessibles et abordables pour les populations exposées à la menace", a déclaré le président guinéen Alpha Condé au début de la réunion qui se poursuit jusqu'à dimanche.

Cette réunion doit notamment permettre de "faire le point sur les avancées scientifiques concernant les vaccins contre les différentes souches de virus Ebola, Marbourg, Lassa, de la Vallée du Rift ou de la grippe aviaire" et de "tirer les leçons sur les expériences acquises pendant les essais cliniques vaccinaux de la présente épidémie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest", selon un communiqué du gouvernement guinéen.

Parmi les vaccins en cours d'élaboration contre Ebola, le VSV-EBOV - développé par l'Agence de la santé publique du Canada et dont la licence est détenue par les laboratoires américains NewLink Genetics et Merck - est le premier à s'être révélé efficace, selon les publications médicales.

L'essai de ce vaccin a eu lieu en Guinée avant d'être étendu en Sierra Leone voisine.

"Nous devons négocier pour avoir un nombre suffisant de stocks parce que nous ignorons si nous serons à l'abri d'autres flambées", a expliqué Sakoba Keïta, responsable de la coordination nationale de lutte anti-Ebola.

Cette rencontre se tient onze jours après que le dernier cas connu d'Ebola en Guinée a été officiellement déclaré guéri. Il s'agit d'une petite fille de près de cinq semaines, dont la mère est décédée, qui doit sortir samedi du centre de traitement anti-Ebola de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) où elle a reçu un soutien médical spécialisé.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, a fait plus de 11.300 morts sur 29.000 cas recensés, un bilan toutefois sous-évalué d'après l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les victimes se concentrent à 99 % dans trois pays limitrophes: la Guinée, d'où est partie l'épidémie en décembre 2013, la Sierra Leone, où la fin de l'épidémie a été proclamée le 7 novembre, et le Liberia, où plusieurs cas ont été recensés ces derniers mois.

Le Liberia avait été déclaré exempt de transmission du virus une première fois en mai avant sa réapparition environ sept semaines plus tard, puis de nouveau le 3 septembre.

Un pays est déclaré exempt de transmission d'Ebola lorsque deux périodes de 21 jours - la durée maximale d'incubation du virus - se sont écoulées sans nouveau cas depuis le second test négatif sur un patient guéri.

La semaine dernière, les autorités libériennes ont annoncé la mort d'Ebola d'un garçon de 15 ans, Nathan Gbotoe, qui avait montré les symptômes de la maladie mi-novembre, devenant le premier cas premier cas signalé depuis le 3 septembre, une résurgence attribuée par l'OMS à la persistance du virus dans les liquides corporels de certains survivants.

Le père et le frère de l'adolescent, également testés positifs, étaient toujours sous traitement dans un centre anti-Ebola, a indiqué vendredi à la presse le directeur de la Santé au Liberia, Dr Francis Kateh.

"150 personnes susceptibles d'avoir été en contact avec eux étaient en quarantaine, incluant 25 personnels de santé dont dix sont considérés comme à haut risque", a dit Dr Kateh.

Selon lui, les Libériens tentent actuellement de déterminer l'origine de nouveau cas d'Ebola avec l'appui d'experts des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), et de déterminer s'il s'agit de la même souche de virus que les précédentes flambées.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Covid-19 : la Guinée réceptionne 336.000 doses du vaccin Johnson&Johnson

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée a reçu ce 24 septembre, un don de 336.000 doses du vaccin Johnson&Johnson.

Ce lot de vaccin a été offert par les États-Unis dans le cadre de l’initiative Covax. Il permettra d’augmenter le taux de vaccination en vue de freiner la propagation de la Covidi-19, en Guinée où le nombre de cas et de décès est en nette baisse depuis la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat le 05 septembre dernier.

Il faut rappeler que COVAX est une initiative mondiale codirigée par la CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), en partenariat avec Gavi (l’Alliance pour les vaccins) et avec l’Organisation mondiale de la santé. COVAX collabore avec les gouvernements et avec les laboratoires du monde entier afin d’accélérer le développement et la production de vaccins et garantir un accès équitable aux vaccins anti COVID-19 à toutes les populations à travers l’ensemble de la planète.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : quand Alpha Condé chute avec la Covid-19

Published

on

Votre publicité ici

Depuis la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre, curieusement, le nombre de cas et de décès de la Covid-19 continuent aussi de chuter en Guinée, au point que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) envisage de diminuer les centres de traitements de la maladie à Conakry dès le 01 octobre.  

« Au regard de l’évolution de la pandémie de Covid-19  avec la diminution des cas et décès, l’Agence nationale de sécurité sanitaire ( ANSS) tient à informer tous les administrateurs des différents CT-EPI du Covid-19, et l’ensemble du personnel de la riposte, qu’elle procèdera à compter du 01 octobre 2021, à une réductions des effectifs voire la fermeture de certains centres de traitements à Conakry », annonce l’ANSS dans une  note de service signée par son  Directeur général adjoint, Dr. Bouna Yattassaye.

Curieusement, cette réduction annoncée des centres de traitements de la Covid-19,  intervient un peu plus deux semaines seulement après le renversement d’Alpha Condé. Sa chute serait-elle une coïncidence avec celle de cas de la pandémie en Guinée ?

Ci-dessous la note de service

Continue Reading

A LA UNE

Covid-19 : un nouveau variant surveillé de très près par l’OMS

Published

on

Votre publicité ici

L'Organisation mondiale de la Santé a classé dans la nuit du 31 août au 1er septembre, le variant colombien dit "Mu", ou B.1.621 comme "variant à suivre".

Ce variant inquiète l’OMS, d’autant qu’il  présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'"échappement immunitaire", c'est à dire une résistance aux vaccins.

Identifié pour la première fois en janvier en Colombie, ce variant a fait sept morts en seulement deux semaines fin juillet dans une maison de retraite de Belgique. Ces victimes se trouvaient déjà en grande difficulté, soit en phase terminale ou soit en soins palliatifs.

Le variant Mu a été signalé dans d'autres pays d'Amérique du Sud et dans d'autres pays en Europe.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance