Connect with us

A LA UNE

Sahara occidental : l’UA confie une « mission délicate » à Alpha Condé…

Published

on

Votre publicité ici

Les chefs d’État de l’Union africaine (UA) réunis à huis clos lors du sommet de Nouakchott, ont désigné un « quartet » de trois présidents, dont le Guinéen Alpha Condé, le Rwandais, Paul Kagamais et l’Egyptien Abdel Fattah Al- Sissi, ainsi que le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, pour tenter de résoudre le conflit entre le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

La Mauritanie, pays hôte du 31e sommet de l’Union africaine (UA) redoutait que le dossier explosif du Sahara occidental ne provoque une empoignade sur son sol. Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, avait en effet choisi d’y présenter un rapport sur cette question qui empoisonne depuis quatre décennies les relations entre le Maroc et l’Algérie, qui soutient les indépendantistes du Front polisario.

Compromis

Ledit rapport, fruit de six mois de consultations, n’a finalement pas conduit à l’empoignade redoutée. Les chefs d’État, réunis à huis clos pour l’étudier dimanche 1er juillet, sont parvenus relativement rapidement à un compromis – une dizaine d’entre eux ont pris la parole pour formuler des commentaires. Ce compromis reprend les grandes lignes des recommandations de Moussa Faki Mahamat que Jeune Afrique avait dévoilées.

UNE « TROÏKA » SERA COMPOSÉE DU PRÉSIDENT RWANDAIS PAUL KAGAME, DU GUINÉEN ALPHA CONDÉ ET DE L’ÉGYPTIEN ABDEL FATTAH AL-SISSI

Un « mécanisme africain » va donc être mis en place pour aider les Nations unies à tenter d’amener le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à résoudre leur conflit. Il sera composé d’un « quartet » de dirigeants du continent, comprenant le président de la Commission, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, ainsi que la « troïka » des chefs d’État africains, c’est-à-dire le président en exercice de l’UA, son prédécesseur et son successeur. Jusqu’au prochain sommet de l’UA, en janvier 2019, à Addis-Abeba, cette troïka sera composée du président rwandais Paul Kagame, du Guinéen Alpha Condé et de l’Égyptien Abdel Fattah al-Sissi. À partir de janvier, Alpha Condé cédera sa place au président en exercice suivant, qui devrait être issu d’Afrique australe, région traditionnellement plus favorable à la RASD.

Garde-fous

Conformément aux recommandations du rapport Faki, deux garde-fous ont été établis. D’abord, cette initiative africaine ne se substituera pas aux mécanismes onusiens : elle doit se contenter d’aider les efforts de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler.  Ensuite, au sein de l’UA, ce quartet fera exclusivement rapport aux chefs d’État. L’idée est ici d’éviter que le conflit entre les soutiens du Maroc et ceux de la RASD ne paralyse l’ensemble des institutions de l’UA. Le Conseil paix et sécurité, considéré comme l’une des institutions les plus efficaces de l’UA et présidé par l’Algérien Smaïl Chergui, ne devrait par exemple pas être saisi du dossier.

Si ce compromis a été possible, c’est que le Maroc, et la RASD, ont jugé que leurs intérêts fondamentaux étaient préservés. Rabat voulait en effet que l’ONU demeure en charge de ce dossier. Quant à la RASD, elle souhaitait faire entrer l’UA dans cette médiation.

Source : Jeune Afrique

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La Guinée doit environ 40 millions USD d’arriérés à des Organisations et Institutions internationales

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée s’acquitte-t-elle de ses cotisations dans les Organisations et Institutions internationales dont elle est membre ? La réponse est non si on se fie au dernier compte rendu du conseil des ministres du 22 juillet.

En effet, il ressort qu’à cette date notre pays doit 8 896 737 USD aux titres des contributions annuelles,  et 30 495 684 USD des arriérés à des Organisations ou Institutions internationales.

« Le montant consolidé des contributions annuelles non payées à date s’élève à 8 896 737 USD et celui des arriérés à 30 495 684 USD », a expliqué  le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, qui faisait une communication relative à la situation des Organisations et Institutions Internationales au titre des contributions de la Guinée.

Au total, 260 Organisations et Institutions internationales ont été identifiées au titre de l’affiliation du pays. Mais pour la majorité de ces affiliations, les instruments juridiques ne sont pas disponibles, souligne le ministre.

Face à cette situation, le président de la République, Alpha Condé, a demandé que la Guinée se retire de toutes les instances ne ‘’présentant aucun intérêt stratégique’’ pour le pays. Pour les autres, ‘’il a exigé à ce qu’il soit procédé à une classification par importance et par utilité tout en mettant en exergue les organisations pour lesquelles l’adhésion de notre pays a fait l’objet de ratification par le Parlement’’.

Il a également instruit le ministre des Affaires étrangères de produire un état détaillé du paiement de contributions de la Guinée afin de clarifier la situation à date des arriérés de cotisation.

Par Ibrahim Bangoura

 

Continue Reading

A LA UNE

Abolition de la peine de mort en Sierra Leone

Published

on

Votre publicité ici

En Sierra Leone, l'Assemblée nationale a voté vendredi 23 juillet l'abolition de la peine de mort, a constaté un journaliste de l'AFP. La peine capitale sera désormais remplacée par une peine d'emprisonnement à perpétuité ou à un minimum de 30 ans.

Cette ancienne colonie britannique d'Afrique de l'Ouest a été critiquée par les défenseurs des droits de l'Homme pour n'avoir pas aboli officiellement la peine de mort, bien que les dernières exécutions y remontent à plus de vingt ans et que les sentences soient généralement commuées en peines de réclusion à perpétuité.

En mai, le ministre de la Justice Umaru Napoleon Koroma a annoncé que le gouvernement allait abolir la peine de mort pour «faire respecter les droits humains fondamentaux des Sierra-Léonais». Le président Julius Maada Bio doit encore promulguer le texte.

Héritage de la guerre civile

La Constitution sierra-léonaise de 1991 prévoit la peine capitale pour le vol aggravé, le meurtre, la trahison et la mutinerie.

Malgré un sol regorgeant de diamant, la Sierra Leone est l'un des pays les plus pauvres de la planète. Son économie, gangrenée par la corruption, a été dévastée par une guerre civile atroce (1991-2002) qui a fait quelque 120.000 morts.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Covid-19 : Alpha Condé demande le renforcement de la surveillance dans les frontières

Published

on

Votre publicité ici

Face à la présence de variant du Coronavirus dans certains pays voisins, notamment la Sierra-Léone et le Libéria, le président Alpha Condé  ne veut prendre aucun risque.

En conseil de ministres jeudi, il a ordonné à son ministre de la Santé de prendre ‘’des mesures énergiques afin de renforcer sérieusement la surveillance à nos frontières aérienne et terrestre’’.

Il a également insisté sur la nécessité d’accroître sensiblement les tests PCR compte tenu du nombre important de cas asymptotiques identifiés en Guinée.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance