Connect with us

A LA UNE

Robert Mugabe démissionne, scènes de liesse au Zimbabwe

Published

on

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remis mardi sa démission après 37 ans de pouvoir, a annoncé le président de l'Assemblée nationale lors d'une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution.

Coup de théâtre et jour historique au Zimbabwe. Le président Robert Mugabe a remis, mardi 21 novembre, sa démission après 37 ans de pouvoir. L'annonce a été faite par le président de l'Assemblée nationale lors d'une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution.[rsnippet id="1" name="pub google"]

"Moi Robert Gabriel Mugabe (...) remets formellement ma démission de président de la République du Zimbabwe avec effet immédiat", a déclaré le président de l'assemblée nationale Jacob Mudenda, en lisant, sous les applaudissements, la lettre de démission du chef de l'État.

"J'ai choisi volontairement de démissionner. (...) Cette décision a été motivée par (...) mon désir d'assurer un transfert du pouvoir sans problème, pacifique et non violent", explique Robert Mugabe dans sa lettre.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Parmi les premières réactions à cette démission surprise, celle d'Alpha Condé, le président de l'Union africaine, interrogé par France 24. 'Il aurait été dommage que Mugabe sorte par la petite porte", estime-t-il, saluant "une décision politique qui respecte la constitution et sauvegarde la dignité de Monsieur Mugabe"

Concerts de klaxons

L'annonce du départ du dirigeant de 93 ans a été immédiatement saluée par un concert assourdissant de klaxons dans la capitale Harare.

"Nous sommes tout simplement tellement heureux. Enfin les choses changent", a lancé à l'AFP Togo Ndhlalambi, coiffeur de 32 ans. "On se réveille depuis si longtemps en attendant ce jour. Ce pays a traversé tant de périodes difficiles."[rsnippet id="1" name="pub google"]

L'armée avait pris le contrôle du pays la semaine dernière, à la suite de l'éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa, et assigné le président à résidence. Ce dernier refusait depuis de démissionner.

Les voix se multipliaient ces derniers jours pour exiger le départ du plus vieux dirigeant du monde : l'armée, la rue et même son propre parti, la Zanu-PF.

Accueilli en libérateur à l'indépendance en 1980, le "camarade Bob" a dirigé son pays d'une main de fer, muselant tous ses opposants et ruinant son économie. Mais il semblait jusqu'à récemment indéboulonnable, dernier chef d'État africain issu des luttes pour l'indépendance encore au pouvoir.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Source : France 24  avec AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Après la levée des sanctions, le Mali remercie le colonel Doumbouya

Published

on

La junte malienne s’est félicitée lundi de la levée des sanctions « illégales et inhumaines » imposées par la Cedeao en janvier dernier. Bamako a également remercié le président de la transition guinéenne pour avoir permis au Mali de contourner l’embargo de l’organisation ouest-africaine.      

« Le Mali n’oubliera pas la solidarité agissante de SE le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, chef de l’Etat dd la République de Guinée, qui conscient de la profondeur des liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux peuples, a pris la décision courageuse de permettre au Mali d’avoir une ouverture sur le monde à partir de ses ports », a déclaré le colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation dans un communiqué.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Transition : l’ultimatum de la Cedeao à la junte guinéenne

Published

on

Si la Guinée a, une nouvelle fois, échappé aux sanctions de la Cedeao, le pays reste sous la menace des dirigeants ouest-africains qui donnent aux autorités guinéennes au plus tard le 1er août 2022, pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées, préviennent-t-ils à l’issue du 61ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao qui s’est tenu  dimanche 03 juillet à Accra, au Ghana.

Ci-dessous  l’extrait du Communiqué final  du sommet sur la Guinée.

« - Sur la Guinée, les Chefs d’Etat et de gouvernement réitèrent leur position en jugeant  que le  calendrier de transition de 36 mois annoncé par les Autorités guinéennes est  inacceptable.

  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la décision des autorités de transition d’ouvrir un dialogue national qui a débuté le lundi 27 juin 2022 sous l’égide du Premier ministre.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la démission du Dr Mohammed Ibn Chambas en tant que Médiateur de la CEDEAO en Guinée. En conséquence, les Chefs d’Etat et de gouvernement  nomment  Son Excellence  Yayi BONI, ancien Président de la République du Bénin en tant que nouveau Médiateur de la CEDEAO en Guinée.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement demandent  au Médiateur de travailler avec les Autorités de transition pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition au plus tard le 1er août 2022. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de maintenir la suspension de la Guinée de tous les organes de décision de la CEDEAO.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de rester saisis de la situation au Burkina Faso, en Guinée et au Mali. »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Simandou : la junte ordonne l’arrêt immédiat des activités

Published

on

La junte au pouvoir en Guinée a décidé d’arrêter  toutes les activités relatives au projet Simandou, à compter de ce lundi 4 juillet 2022.

Dans un courrier adressé à la directrice générale du consortium Winning et au Directeur général de SIMFER S.A, le ministre des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba, regrette le ‘’ manque de volonté’’ de ces deux sociétés à privilégier un partenariat gagnant-gagnant, nécessaire au co-développement du projet Simandou tel que consacré dans l’accord cadre du 25 mars dernier, dit-il.

« L’inertie que vous entretenez autour de la formulation des modalités de la participation de l’Etat dans le capital social de la coentreprise compromet dangereusement la mise en œuvre effective du projet dans l’intérêt supérieur des parties prenantes », dénonce-t-il.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance