Connect with us

A LA UNE

RDC : révélation des réseaux qui détruisent secrètement les forêts

Published

on

Votre publicité ici

Au moment où la France s'apprête à soutenir l’expansion de l'exploitation industrielle de la forêt tropicale congolaise, une nouvelle investigation révèle les illégalités systémiques de l’exploitation industrielle commises par une grande entreprise européenne.

Alors que la France reçoit les gouvernements européens à l'occasion d'un important sommet sur la déforestation, Global Witness révèle que la société européenne Norsudtimber, plus grand propriétaire de concessions forestières en République Démocratique du Congo (RDC), opère illégalement sur 90 % de ses sites.

La France est le deuxième importateur européen de bois prélevé illégalement par Norsudtimber en RDC.

L'ONG anti-corruption Global Witness appelle la France à retirer la proposition faite par l'Agence française de développement (AFD) qui financerait une expansion de l'exploitation industrielle de la forêt tropicale de la RDC et à soutenir les entreprises émettrices de CO2 et non respectueuses de la loi dont Norsudtimber. La France doit aussi prendre des mesures coercitives contre le commerce illégal du bois en application du Règlement sur le Bois de l'Union Européenne (RBUE).

L'expansion de l'exploitation industrielle de la forêt tropicale de RDC pourrait générer 35 millions de tonnes de CO2 par an, en contradiction directe des objectifs climatiques internationaux et des engagements de la France en matière de protection des forêts.

Global Witness révèle aujourd’hui de nouvelles informations choquantes selon lesquelles une grande entreprise commerciale européenne exploite illégalement la forêt tropicale en RDC. Au même moment la France s'apprête à financer une expansion de l'exploitation forestière industrielle via un nouveau programme promu par son agence de développement.

Après deux années d'enquête, l'ONG révèle que Norsudtimber, plus grand propriétaire de concessions forestières en RDC, opère illégalement sur 90 % de ses sites, soit une superficie proche de 40 000 km2. Près de 60 % du bois exporté par cette entreprise provient d'essences vulnérables ou en voie de disparition. Le démenti de Norsudtimber est inclus dans le rapport et suggère que le gouvernement congolais cautionnerait certaines illégalités commises.

Malgré cet état de fait, l'AFD propose un programme de 18 millions de dollars US qui appuierait en partie l'expansion de l'exploitation forestière, à l’encontre des objectifs de protection du climat et de la forêt. Le programme soutiendrait également des sociétés telles que Norsudtimber et Cotrefor. Cotrefor a déjà été pointée du doigt en raison de ses liens avec des individus soumis à des sanctions contre le terrorisme.

Alors que les fonds dédiés aux programmes pour les forêts de la RDC sont temporairement gelés, la France espère lancer le programme de l'AFD dès que le gouvernement congolais remplira certaines conditions. Ces fonds sont notamment issus de la participation française à l'Initiative sur les forêts d'Afrique centrale (CAFI).

Le rapport intitulé « Echec Total du Système » montre comment un réseau mondial opaque, composé de paradis fiscaux et de sociétés écrans domiciliées au Liechtenstein, à Dubaï et à Hong Kong, facilite ce commerce illégal à l’échelle internationale tout en gardant les trois frères portugais, dirigeants de Norsudtimber, à l'abri des contrôles.

Au sein de l’UE, la France est le deuxième importateur de bois tropical et le deuxième importateur européen de bois prélevé illégalement par Norsudtimber entre 2013 et 2017. De fait, elle n'applique pas le Règlement sur le Bois de l'Union Européenne pour mettre un terme aux importations illégales de bois. Selon la dernière étude de l'UE, elle n'a effectué que 14 contrôles auprès d'entreprises et n'a procédé à aucune action coercitive sur une période de six mois en 2017.

Les concessions de Norsudtimber comptent plus de 20 000 km2 de paysages forestiers intacts, habitats précieux des communautés autochtones, jusqu'ici épargnés par l'exploitation industrielle.

78% des exportations étaient destinées à la Chine et au Vietnam entre 2013 et 2017, 11 % étaient destinées à l'Europe, dont la majorité au Portugal et à la France.

La Chine et le Vietnam n’ont pas de législation contre les importations de bois illégal, tandis que la France et le Portugal ont une application laxiste du RBUE.

Selon Jules Caron, chargé de campagne de Global Witness:

« Norsudtimber coupe illégalement la forêt tropicale en RDC et en tire profit grâce à une structure commerciale opaque reposant sur des paradis fiscaux. Il n'est pas surprenant que la loi soit bafouée en RDC, mais il est choquant que la France fasse si peu pour mettre un terme à ses importations de bois illégal et de surcroît que sa propre agence de développement fasse la promotion de l'exploitation industrielle et compte soutenir les activités de cette entreprise. »

« La France vante souvent ses engagements en matière environnementale sur la scène mondiale, mais la politique de l'AFD en RDC est tout sauf durable. Alors que le pays accueille un important sommet sur la déforestation, il doit faire preuve de son engagement contre le changement climatique et annoncer que la France ne soutiendra pas l'expansion de l'exploitation industrielle, au Congo ou ailleurs. »

« Il n'est pas trop tard pour stopper des entreprises comme Norsudtimber dans leur élan, ni pour empêcher la destruction d‘une forêt tropicale essentielle à la protection de la planète.

« La France doit immédiatement retirer ce nouveau programme de l'AFD, dans la mesure où il soutient des entreprises comme Norsudtimber qui émettent des tonnes de CO2 et comme Cotrefor sont liées à des individus visés par des sanctions contre le terrorisme. »

Selon Eva Joly, députée européenne Europe Ecologie/Les Verts:

« Les révélations du dernier rapport de Global Witness sur l'exploitation forestière illégale en République Démocratique du Congo sont particulièrement inquiétantes. Si le président Macron entend réellement "make our planet great again" et lutter contre les changements climatiques, il doit stopper tout financement de l'exploitation industrielle de la plus grande forêt tropicale intacte d'Afrique. »

« Comme le démontre Global Witness dans son dernier rapport, les dommages environnementaux causés par l'exploitation illégale massive ont des conséquences énormes d’abord sur ceux qui vivent en République démocratique du Congo, mais aussi sur le climat mondial. La France et la Norvège doivent garantir qu'elles ne jouent aucun rôle dans l'expansion de l'exploitation forestière industrielle en RDC, que ce soit via les programmes de financement ou via les importations. »

Guinee28

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Méditerranée : au moins 41 disparus après un naufrage au large de la Libye

Published

on

Votre publicité ici

Au moins 41 personnes sont portées disparues après un naufrage survenu le week-end dernier au large de la Libye, ont indiqué deux agences onusiennes mercredi, rapporte InfoMigrants.

Parmi les disparus, on dénombre trois enfants et quatre femmes, dont la mère d'un bébé qui se trouve actuellement en Italie. Les 77 rescapés ont tous été débarqués dans la péninsule italienne.

L'embarcation, composée d'environ 120 passagers, avait quitté la Libye le 18 février. Quelques heures plus tard, les migrants ont alerté la plateforme téléphonique d'urgence en mer Alarm Phone.

"Les gens sont paniqués", a relayé Alarm Phone sur Twitter le 19 février. "Ils ont demandé d'envoyer des secours d'urgence. Nous avons alerté les autorités et les navires marchands de la zone. Les 'soit-disant' garde-côtes libyens refusent d'aider."

L'embarcation a commencé à prendre l'eau après "environ 15 heures" de navigation, selon un communiqué du HCR et de l'OIM qui ont recueilli "des témoignages fiables sur le naufrage" finalement survenu deux jours après le départ, le samedi 20 février.

"Six personnes sont mortes en tombant à l'eau tandis que deux autres, ayant aperçu un bateau au loin, ont tenté de l'atteindre en nageant, et se sont noyées", précisent les organisations internationales.

Le navire marchand Vos Triton, présent à proximité, a finalement procédé au sauvetage des migrants mais "l'opération difficile et délicate" a entraîné un nouveau drame : une trentaine de personnes se sont noyées, ajoutent l'OIM et le HCR, portant le bilan à 41 morts.

Un seul corps a été retrouvé. Il a été remonté à bord du bateau commercial, où les rescapés lui ont rendu hommage lors d'une cérémonie improvisée à bord, a observé l'avion de reconnaissance de l'ONG Sea-Watch, le Moonbird.

Depuis le début de l'année, 170 migrants sont morts en Méditerranée en tentant de rejoindre les côtes européennes, selon l'OIM

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé veut une loi « sévère » contre les « hausses abusives » des prix

Published

on

Votre publicité ici

Alors que les prix continuent de flamber dans le marché, à cause principalement de la fermeture « unilatérale » des frontières terrestres avec certains pays voisins décidée pourtant par les autorités guinéennes, et la chute vertigineuse du franc guinéen par rapport aux devises, le président Alpha Condé veut instaurer une loi qui réprime ‘’plus sévèrement les hausses abusives et fantaisistes de prix’’ en Guinée.

En conseil des ministres hier jeudi (le premier depuis sa réélection contestée pour un troisième mandat) , il a instruit à son Gouvernement d’entreprendre l’élaboration d’un projet de Loi en ce sens, ainsi qu’un autre projet destiné à ‘’sanctionner les actes d’insalubrité et  de récidive d’occupation non autorisée des domaines et espaces publics’’.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Le Directeur générale de l’Agence de Navigation Aérienne limogé

Published

on

Votre publicité ici

Le Directeur générale de l’Agence de Navigation Aérienne, Dianté Kéita, a été limogé pour « faute lourde », selon un décret lu jeudi soir à la télévision nationale.

Il a été remplacé par le Directeur Général Adjoint de l’Autorité guinéenne de l’aviation civile (AGAC), Ahmed Tidjane Soumah.

Son limogeage est consécutif aux défaillances de l’équipement d’aide à l’atterrissage des aéronefs au niveau de l’Aéroport de Conakry-Gbessia, défaillances qui entrainent la suspension, depuis quelques jours, des plusieurs vols vers Conakry.

Par ailleurs, le Directeur Général de la société d’exploitation de l’aéroport international de Conakry-Gbessia (SOGEAC), Sékou Maï Diarra, et celui  l’Autorité Guinéenne de l’Aviation Civile, Mamady Kaba, ont été blâmés, selon une note de service du Secrétaire Général du ministère des Transports, Mohamed Sékou Touré.

Un peu plutôt, dans la journée le président Alpha Condé a déploré en conseils des ministres, « les manquements observés dans la gestion de l’Agence de Navigation Aérienne ayant conduit aux défaillances de l’équipement d’aide à l’atterrissage des aéronefs au niveau de l’Aéroport de Conakry-Gbessia. Il a décidé de l’application de sanctions administratives exemplaires aux responsables de cette situation ».

Par Alpha Diallo

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance