Connect with us

A LA UNE

Quitter un maître au profit d’un autre, n’est pas révolutionnaire !

Published

on

Votre publicité ici

La Russie n'est pas au Mali parce qu'elle aime le Mali ou pour une mission caritative. Si vous doutez de l'impérialisme russe, demandez aux Georgiens, aux Tchétchènes, aux Ukrainiens, aux Afghans, etc. Alors demandons-nous quelle est la contrepartie de l'assistance Russe au Mali? Que concède le Mali à la Russie ?

La vraie révolution c'est lorsqu'on saura se défaire de l'une et de l'autre de ces puissances impérialistes et compter sur nous-mêmes pour résoudre nos problèmes.

Le panafricanisme n'est pas que ces discours creux dont nous servent des leaders parfois médiocres dès qu'ils sont incapables d'offrir du mieux à leur peuple. Malheureusement, la jeunesse africaine désillusionnée a tendance aujourd’hui à s’accommoder très facilement d’autocrates qui humilient et font souffrir quotidiennement leur peuple. Il suffit qu’un de nos dirigeants prononce un discours anti-Occident pour qu’il devienne le héros du jour. Ce fut le cas de Yahyah Jammeh, de Mugabe, etc.

On ne peut affronter le reste monde que par l'unité et le travail. S'il est vrai que la France a été pendant longtemps et continue d’ailleurs à être instigatrice de l'instabilité en Afrique, il faut aussi reconnaître la responsabilité et la complicité de nos dirigeants qui ont toujours privilégié leur pouvoir et leurs intérêts personnels au détriment des intérêts de leurs peuples.

Il faut reconnaître aussi que ces frontières que nous ont léguées l'Europe à la suite de la conférence de Berlin sont arbitraires et artificielles. Nous africains devrions repenser la notion de pays et de nation pour la paix et la stabilité en Afrique. En ce 21ème siècle et plus de 60 ans après les indépendances, nous ne devrions plus verser du sang africain pour simplement préserver des frontières dont le tracé nous a été imposé. Ces micro-états ainsi que nos pays actuels ne sont pas des entités viables. Il faudrait accorder donner plus d’autonomie aux peuples, le tout dans des ensembles plus vastes.

Nous devrions aussi tout faire pour que la compréhension et la confiance soient rétablies entre nous peuples africains. Ceci ne sera pas possible avec les dictatures civiles ou militaires. Il nous faut bâtir des nations sur la base de l'inclusion, de l'égalité, de l'équité, de la justice mais aussi et surtout il faut que nos dirigeants offrent à leur peuple des conditions de vie meilleure.

Nous ne pouvons pas passer les prochaines décennies à nous abreuver de discours nationalistes creux lorsque les jeunes africains sont prêts à braver le Sahara et la Méditerranée ou les forêts de l'Amérique latine avec le risque d’y mourir dans l'espoir d'une vie meilleure en Europe ou en Amérique du Nord.

Pour restaurer la dignité africaine, il faut non seulement offrir un cadre de vie normal et respectable aux peuples africains mais aussi et surtout offrir à la jeunesse africaine l'espoir d'une vie meilleure à l'intérieur du continent noir. La dignité africaine ne sera pas rétablie par des slogans ou des invectives à l'encontre de l'Occident.

L’impérialisme et le néo-colonialisme sont des réalités à considérer mais ils ne doivent pas servir d’excuses permanentes pour expliquer et justifier les échecs répétés de nos dirigeants ou pour justifier les abus qu’ils font subir à leurs populations.

Nous n’aurons pas le respect et la dignité que nous réclamons tant que nous continuerons à tendre la main à l’Occident, à maintenir les langues et les systèmes éducatifs occidentaux.

Nous devons nous libérer par le travail !

Par Barry Abdoulaye

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Insolite : un Kényan retrouvé vivant dans la section des roues d’un avion à Amsterdam

Published

on

Votre publicité ici

La police néerlandaise a déclaré avoir trouvé un passager clandestin dans la section des roues d'un avion qui a atterri à l'aéroport Schiphol d'Amsterdam en provenance d'Afrique du Sud.

Conscient et capable de communiquer, cet homme de 22 ans originaire du Kenya, reçoit actuellement un traitement médical à l'hôpital.

Les vols entre Johannesburg et Amsterdam durent environ 11 heures. L'avion-cargo aurait fait une seule escale, à Nairobi, au Kenya.

Il est très rare que les passagers clandestins de vols long courrier survivent, en raison des températures extrêmement froides et du manque d'oxygène à haute altitude.

Un porte-parole de la police militaire néerlandaise a déclaré à la BBC : "On s'attend à ce qu'il demande l'asile aux Pays-Bas, mais son traitement médical est la priorité pour le moment".

"L'homme a été retrouvé vivant dans la section de la roue avant de l'avion et a été emmené à l'hôpital dans un état stable", a déclaré à l'agence de presse AFP Joanna Helmonds, porte-parole de la police militaire royale néerlandaise.

"Il est tout à fait remarquable que l'homme soit encore en vie", a-t-elle ajouté.

Selon le radiodiffuseur néerlandais NOS, la température corporelle de l'homme a augmenté sur les lieux et, à l'arrivée d'une ambulance, il était capable de répondre à des questions de base.

Un porte-parole du transporteur de fret Cargolux a confirmé à Reuters que le passager clandestin se trouvait sur un vol exploité par Cargolux Italia.

Selon les données de vol, le seul vol de fret de Cargolux reliant Johannesburg à Schiphol dimanche a également fait une escale à Nairobi. On ne sait pas si l'homme est monté à bord de l'avion en Afrique du Sud ou au Kenya.

Au cours des cinq dernières années, sept passagers clandestins ont été découverts dans des avions aux Pays-Bas, dont seulement deux étaient vivants.

BBC

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée classée parmi les pays les plus corrompus au monde

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée continue de trainer dans le classement de Transparency International qui mesure l'indice de perception de la corruption dans le monde.

Selon le classement de l'ONG, la Guinée avec seulement 25 points sur 100 chute à la 150è place sur les 180 pays au monde, soit un recul de 3 places. Inutile de se lamenter puisque même le directeur général de l’agence nationale de lutte contre la corruption et de la promotion de la bonne gouvernance (ANLC) est cité dans un scandale de corruption. Il a d’ailleurs été limogé en attendant son jugement avec 8 autres directeurs généraux et administrateurs d’entités publiques pour des faits présumés de détournement et autre délits financiers.

L’IPC classe 180 pays et territoires selon le niveau de corruption perçu dans le secteur public, sur une échelle qui va de zéro (fortement corrompu) à 100 (faiblement corrompu).

Les pays les mieux classés sont le Danemark (88), la Finlande (88) et la Nouvelle-Zélande (88), également en tête de liste dans l’Indice de démocratie pour ce qui concerne les libertés civiles. La Somalie (13), la Syrie (13) et le Soudan du Sud (11) restent au bas de l’échelle de l’IPC.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : la junte ‘’refuse’’ la commémoration des pendaisons du 25 janvier sous Sékou Touré

Published

on

Votre publicité ici

Deux semaines après la célébration du centenaire de Sékou Touré, premier président de la Guinée indépendante par ses adeptes, l’Association des victimes du camp Boiro (AVCB) s’apprêtait à son tour à commémorer les pendaisons du 25 janvier 1971. Sauf à la grande surprise, cette commémoration n’a pas eu lieu, en cause la junte militaire au pouvoir en Guinée  a ‘’refusé’’ de donner son autorisation.

Aucun motif n’a été avancé par les nouvelles autorités puisqu’elles n’ont tout simplement pas répondu à la demande d’autorisation adressée au ministère de l’Administration du territoire, selon l'AVCB.

Face à cette situation, elle a donc décidé de se retrouver aujourd'hui, au domicile de feu Diallo Telly, célèbre victime du camp Boiro, pour lire le coran et prier pour les victimes du régime de Sékou Touré, à qui la junte a décidé d’octroyer le nom de l’Aéroport international de Conakry  Gbessia,  redevenu depuis quelques semaines ‘’l’Aéroport international d’Ahmed Sékou Touré ‘’.

L’association des  victimes du Camp Boiro  commémore chaque année l’anniversaire de la pendaison des cadres, fonctionnaires et autres sous le pont de Tombo à Conakry et autres lieux du pays, le 25 janvier 1971.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance