Connect with us

Politique

Processus électoral : le pouvoir souhaite le retour de l’opposition

Published

on

Votre publicité ici

Le porte parole du gouvernement a souhaité le retour de l’UFR de Sidya Touré et l’UFDG de Cellou Dalein Diallo dans le processus électoral en cours. Un processus que les deux candidats ont quitté après avoir exigé avec cinq autres candidats l’annulation du scrutin pour « fraudes massives ».

« On souhaite qu’ils reviennent sur cette décision, qu’elle ne soit pas mise en vigueur et que rapidement ce processus continue à être comme il a été au départ », a déclaré Albert Damantang Camara sur RFI.

Pour lui, le pouvoir « préférait qu’ils soient tous présents pendant les dépouillements, les résultats finaux qui vont être proclamés par la CENI et éventuellement suivre le reste des procédures pour compléter ce processus ».

Sur les 3,1 millions de suffrages exprimés annoncés pour le moment par la CENI Alpha Condé ratisse 1,9 million de voix, 870 000 pour son principal adversaire Cellou Dalein Diallo les six autres candidats, notamment Sidya Touré, ne récoltent que des miettes.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) n’a donné aucune tendance générale. La Céni donne les résultats provisoires zone par zone, et il y en a 56 en tout. A cette première étape de la compilation, 47 procès-verbaux ont été diffusés en direct par les radios locales, puis mis en ligne dès jeudi soir sur le site de la commission. Ces 47 procès verbaux représentent 4,6 millions d’inscrits sur les listes électorales. Il y en a 6 millions en tout.

La suite des résultats attendue ce vendredi

Alpha Condé a fait le plein de voix dans son fief de Cancan, à l’est de la Guinée, récoltant jusqu’à 96% des suffrages. Le taux de participation dans cette région atteint 90%. Des scores qui feront sans doute réagir l’opposition qui a parlé de mascarade et évoqué des fraudes massives, mais n’utilise pas pour le moment la voie légale de la Cour constitutionnelle pour déposer ses réclamations.

La Céni doit reprendre ses travaux ce vendredi et donner les résultats des préfectures de Pita, Kindia et de communes importantes de Conakry, Matoto et Ratoma, l'un des fiefs de Cellou Dalein Diallo. Des secteurs qui représentent 25% de l’électorat. A voir si Cellou Dalein Diallo, qui a annoncé son retrait de la présidentielle, arrive à reprendre du terrain à son adversaire pour éventuellement aller vers un second tour.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Guinée : deux opposants au troisième mandat condamnés à 1 an de prison

Published

on

Votre publicité ici

Deux opposants au troisième mandat du président Alpha Condé ont été condamnés ce mercredi 13 janvier 2021, à un an de prison ferme et 20 millions GNF d’amende chacun par le  tribunal de première instance de Dixinn.  

Il s’agit de Souleymane Condé, leader du mouvement Diversité Républicaine de Guinée et Youssouf Dioubaté.

Les deux, arrêtés il y a environ quatre mois, ont été reconnus coupables de «  production, diffusion et mise à disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre et la sécurité publics ».

Leurs avocats annoncent qu'ils feront appel.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Validation de la victoire de Biden: “cela confirme la nécessité d’avoir des institutions fortes “

Published

on

Votre publicité ici

L’envahissement du Capitole par des partisans de Trump, malgré sa gravité sans précédent, n’a pas empêché le processus constitutionnel de validation de la victoire de Biden. C’est une preuve de la vitalité de la démocratie américaine qui confirme la nécessité d’avoir des institutions fortes et non des hommes forts.

Le Vice-président Pence et les élus républicains ont désavoué le président Trump en choisissant de respecter la Constitution que de faire allégeance à un dirigeant qui tente de la violer.

Chez nous en Guinée, dès sa prise de fonction, Alpha CONDÉ n’a pas cessé de violer notre Constitution. Pour se maintenir au pouvoir au-delà de la limite constitutionnelle, il n’a pas hésité à tuer des Guinéens, comme il l’a d’ailleurs annoncé dans le journal français Le Monde.

Il faut rappeler que les deux verrous constitutionnels qui limitent le nombre et la durée des mandats présidentiels que sont les articles 27 et 154 sont une réaffirmation de notre ferme volonté politique à mettre fin à la présidence à vie dans notre pays.

Il est inacceptable de se plier aux violations flagrantes de notre Constitution exercées par celles et ceux qui sont sensés représenter des contre-pouvoirs contre toute tentative de confiscation illégale du pouvoir par un dirigeant anti-démocrate.

Nous n’avons pas le droit sous aucun prétexte à faire allégeance à un dirigeant qui a ordonné l’assassinat de centaines de citoyennes et citoyens pour se maintenir illégalement au pouvoir. La CENI, la Cour Constitutionnelle et les FDS ont violées notre Constitution en étant complices du putsch d’Alpha CONDÉ. Nous ne sommes nullement obligés de nous soumettre à leur dictat, bien au contraire, nous devons les combattre jusqu’au triomphe de la démocratie et de l’Etat de droit.

C’est une lutte de longue haleine qui est engagée. Elle n’est pas liée aux destins personnels des différents acteurs. Il s’agit de bâtir un futur meilleur pour nous-mêmes et les prochaines générations.

Les faits sont là : en 62 ans d’indépendance, nous n’avions pas connu de bonheur collectif, nous survivons misérablement. Est-ce que notre soumission à nos potentats, de Sékou Touré à Alpha Condé, nous a permis de vivre en paix dans notre pays? Évidemment non. Ce qui veut dire que rien ne sert de continuer à courber l’échine devant l’arbitraire. Nous sortons toujours perdants de notre abdication face à des dirigeants imposteurs, violents et incompétents.

Ayons la force et le courage de poursuivre le combat jusqu’à la fin de la dictature.

Par Alpha Saliou Wann

Continue Reading

A LA UNE

Dialogue national : l’étonnante condition de la mouvance à Sidya Touré

Published

on

Votre publicité ici

Alors que l’Union des forces républicaines propose un dialogue national pour sortir la Guinée de sa crise politique, le président de l’Assemblée nationale controversée a posé une condition plutôt « surprenante » au président de l’UFR.

Amadou Damaro Camara exige à Sidya Touré de quitter d’abord le front national pour la défense Constitution ( FNDC), avant tout dialogue avec le président Alpha Condé, qui rempile pour un troisième mandat décrié par l’opposition et une bonne partie de la société civile guinéenne.

« Il doit dire je ne suis plus membre du FNDC », a exigé lundi le chef du parlement dans l’émission « on refait le monde » de nos confrères de Djoma médias.

« L’appel au dialogue fait par Sidya Touré n’est pas au complet. J’ai dit à un de ses lieutenants qu’il y a une phrase qui manquait dans sa déclaration. Il doit dire je ne suis plus membre du FNDC » exige Damaro à l’ex haut représentant du chef de l’Etat.

Par Ibrahim Sylla       

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance