Connect with us

Politique

« Pourquoi nous pouvons demander le départ d’Alpha Condé »

Published

on

Votre publicité ici

Alors que le pouvoir dénonce une tentative de coup d’Etat contre le président Alpha Condé, suite à des menaces des manifestations et des pétitions pour  réclamer le départ du chef de l’Etat, proférer par l’opposition, le leader du parti Alliance des Forces Démocratiques (un parti de l’opposition), Alpha Saliou Wann, a soutenu que les opposants peuvent bien réclamer son départ. Explication.

En effet, pour monsieur Wann, le président tire sa légitimité en vertu de la Constitution qui lui donne le pouvoir légal de diriger le pays. Et cela est concrétisé par son serment.

En se basant de ce serment, inutile de faire des démonstrations pour accuser Alpha Condé de « parjure », donc de « haute trahison », dit-il.

« Il a passé tout son premier quinquennat et entamé la première année du second sans avoir organiser les élections locales. Les institutions comme la Cour Constitutionnelle, la Cour des comptes si essentielles à l'équilibre constitutionnel n'ont pas été fonctionnel durant le premier mandat. En réalité, il a suspendu l'application de la Constitution.
En vertu de l'article 21 de notre Constitution, nous pouvons demander le départ d'Alpha Condé », a-t-expliqué.

Et de poursuivre « nous avons tous vu les manifestations monstres au Brésil exigeant le départ de la présidente Dilma Rousseff parce qu'elle a maquillé les comptes publics pour l'aider à gagner les élections. Le cas d'Alpha Condé est pire parce que lui, il est coupable de violations répétées et aggravées de la Constitution.
Le président Morsi aussi était accusé de violations de la Constitution égyptienne et les puissantes mobilisations demandant son départ ont servi de prétexte à l'armée pour le destituer.
Pour conclure, vous ne pouvez pas violer la loi fondamentale du pays, vous rendre auteur, coauteur ou complice de violations graves des droits humains et brandir votre légitimité d'élu pour vous garantir l'impunité. Le plus souvent des chefs pareils ont domestiqué toutes les institutions du pays, y compris l'armée. C'est l'ultime révolte populaire qui finira par obtenir le soutien de l'armée pour les faire partir. C'est le cas récemment de Ben Ali, Hosni Moubarak et Blaise Comparé. On n’a pas besoin de tournures pour expliquer des réalités politiques concrètes dans nos pays. Les cris d'orfraie de thuriféraires du pouvoir n'y changeront rien.
Voici ce que disait Pierre Salinger sur la chute de Nixon : "Watergate a montré aux futurs dirigeants de ce pays les limites du pouvoir de la Maison Blanche. Certes, la Constitution américaine est fondée sur le président fort. Mais celui - ci doit respecter la loi et l'opinion publique."
Dire qu'en ce 21eme siècle, nous sommes incapables d'exiger de nos dirigeants un tel effort de respect et malgré qu'on écrive nous - mêmes qu'ils doivent "respecter et faire respecter scrupuleusement la Constitution ", cela nous condamne collectivement et ne nous honore pas.
Le combat que nous devons mener consistera à nous prémunir contre les dérives totalitaires de dirigeants incompétents et violents qui croient qu'ils ont un pouvoir de vie ou de mort sur nous, en ayant à l'esprit les souffrances terribles, les profondes blessures qu'ils nous ont infligées depuis 60 ans. Il faut y mettre fin définitivement. Ce sont nos frères certes, mais malheureusement ils sont des assassins qui ne méritent pas dans ces conditions notre soutien ».

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Grâce présidentielle pour quatre détenus politiques guinéens

Published

on

Votre publicité ici

Quatre détenus politiques ont été graciés par le président Alpha Condé, durant ces cinq derniers jours.

Il s’agit d’abord de Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté, tous graciés dans la soirée de ce mardi, 22 juin 2021.

Opposant au troisième mandat d’Alpha Condé, les deux avaient été condamnés à un an d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 20 millions de francs guinéens chacun, le 13 janvier dernier, par le tribunal de première instance de Dixinn.

Les deux autres sont,  Boubacar Diallo dit grenade et  Mamadi Condé, alias Madic 100 frontières, tous graciés vendredi dernier.

Il faut rappeler que Boubacar Diallo avait été condamné à 10 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 5 ans par la Cour d'Appel. Mais le 17 juin passé, il a demandé pardon au chef de l’Etat à travers une lettre.

Quant à Madic 100 frontières,  il avait été condamné  en première instance, à 5 ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 100 millions de francs guinéens pour  « atteinte aux institutions de la République, téléchargement, diffusion et mise à la disposition des messages etc.) Mais après avoir demandé pardon à Alpha Condé, sa peine avait été  finalement réduite à un an d'emprisonnement ferme, le 10 juin dernier par la Cour d'Appel.

Il faut signaler que plusieurs autres militants et responsables de l’UFDG, le principal parti de l’opposition,  croupissent toujours sans jugement depuis plusieurs mois à la maison centrale de Conakry.

Par Mariam Bâ

 

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé à Accra pour la 59è session ordinaire de la Cédeao

Published

on

Votre publicité ici

Le président Alpha Condé est arrivé vendredi soir à Accra au Ghana, où il doit assister, ce samedi 19 juin 2021, à la 59è session ordinaire de la Cédeao

Les participants à ce sommet vont aborder des questions de paix et la stabilité dans la sous-région, l'avancement des réformes institutionnelles de la CEDEAO, la vision 2050 et le projet de monnaie unique.

Cette 59e session ordinaire de la CEDEAO qui se tient aujourd’hui, a été précédée par la 46ème session ordinaire du Conseil de médiation et de Sécurité de même que la 86e session ordinaire du Conseil des ministres de la Communauté.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Le parti de Dalein Diallo toujours ciblé, infiltré, secoué, mais jamais abattu

Published

on

Votre publicité ici

C’est une réalité. Les 10 ans du régime Condé n’ont généralement servi qu’à pilonner les fondations de l’Ufdg. En vain.

Le parti hérité de feu Ba Mamadou a régulièrement été poussé au piège tendu par ses adversaires, mais n’y est jamais tombé. Il a pourtant été possible de faire avaler la pilule de la diversion à certains de ses cadres, sans que cela ne sape les bases de ce parti fortement enraciné.

Il est même arrivé que ses plus populaires animateurs soient obligés de mordre à l’hameçon du pouvoir en place ou comme c’est le cas actuellement, de jouer le jeu de l’adversaire pour tenter de se sauver de l'exil ou de la prison. Malgré tout, l’héritier du très téméraire Ba Mamadou ne perd pas la partie.

Cela lui fait dix ans et demi de vie difficile d’opposant esquivant continuellement les assauts de la gouvernance Condé, mais ne s’est jamais laissé abattre. Sacré Cellou Dalein Diallo !

Par Le Populaire

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance