Connect with us

A LA UNE

Portrait : Zalikatou Diallo, la femme qui voit la Guinée avant tout

Published

on

Votre publicité ici

Loin d’être une inconnue, Zalikatou Diallo, première femme à être élue membre du Bureau Exécutif de la Fédération Guinéenne de Football, est l’une des rares guinéennes à être aussi amoureuse de la politique que le ballon rond. Portrait d’une députée pour qui la Guinée passe avant toute chose.

Née à Kankan un jour de juillet 1965, d’un père (El hadj Alpha Ahmadou  Diallo) originaire de Poredaka, qui servait comme Inspecteur des Affaires administratives et financières au Ministère Délégué de la Haute Guinée , Zalikatou Diallo, petite fille d’un instituteur, Thierno Mamadou Bailo DIALLO (côté paternel) et d’un ancien Ambassadeur, avocat et homme politique Haïtien, Joseph Lemieux DEJEAN (côté maternel), n’aurait pas pensé que son destin l’a porterait si haut. Mais à 53 ans aujourd’hui, l’épouse de l’actuel Ambassadeur de Guinée au Kowëit, Mamady TRAORÉ, ne cesse d’attirer pour sa modestie, d’autant que pour son engagement et sa disponibilité. Surtout, son nom restera graver dans les annales de l’Assemblée nationale aussi que dans le milieu sportif guinéen pour avoir non seulement siégé au parlement contre le gré de son parti, mais aussi pour avoir été la première et unique femme, pour le moment, à être Vice-présidente de la Fédération Guinéenne de Football, en 2015.

Titulaire d’un Doctorat en médecine, Zalikatou Diallo est une femme de terrain. Au fort de la crise politique sous l’ère de la junte militaire de 2008-2009, dirigé par le capitaine Moussa Dadis Camara, elle s’était illustrée par son intégration au Forum des Forces Vives de Guinée, comme membre de la Commission Politique et de la Communication, puis du Comité de coordination en tant que Présidente de la Commission promotion de la démocratie, des droits de l’homme et du genre. Le 28 septembre 2009, comme la plupart des leaders des forces vives, elle a failli laisser sa vie au stade du même nom, lors de leur meeting réprimé dans le sang par la junte au pouvoir.

Après ce massacre qui a fait officiellement plus de 150 morts, Zalikatou Diallo poursuit son chemin politique, en étant membre de la délégation du Forum des Forces Vives de Guinée pour les négociations avec le CNDD à la CEDEAO à Abuja et à Ouagadougou, en vue d’une sortie de crise.

Entre 2010 et 2013, sous l’ère du nouveau régime, elle a été membre de la délégation de l’opposition républicaine au dialogue politique inter- guinéen, du comité de suivi des accords du 3 juillet 2013 et membre du comité de veille sur la CENI de juillet à octobre 2013, au compte du PEDN, son ancien parti.

Depuis 2016, elle est Rapporteur de la Commission Permanente de la Santé, du Travail et des Affaires Sociales du Parlement Panafricain.

Ses premiers pas en politique remontent en 2009. Cette année là, Mme Zalikatou Diallo s’engage officiellement en politique, comme membre fondatrice du PEDN (Parti de l’Espoir pour le Développement National), avec l’ancien premier ministre, Lansana Kouyaté. Après 5 ans de bonne entente, elle a été contrainte à l’exclusion dans son parti, quelques mois après les élections législatives, pour avoir refusé de respecter la consigne de ne pas siéger au parlement donné par son parti.

« J’étais de ceux qui avaient vu la Guinée avant tout car, l’espoir était permis. Alors, mon souhait le plus ardent était que le parti auquel j’appartenais, qui avait été de tous les combats en amont des législatives ne se singularise pas, pour le bien de la nation guinéenne. N’étant pas été comprise, j’ai décidé après mûre réflexion et tractations, de prendre mon destin en main et de siéger au Parlement Guinéen à l’instar de tous les autres députés élus de la République comme la loi me l’autorisait ».

De Députée non inscrite à la mouvance présidentielle 

Pourtant, quand la cadette d’une fratrie de neuf (09) enfants entre au parlement le lundi 13 janvier 2014, elle n’a pas sitôt choisi de se ranger derrière un quelconque groupe parlementaire. Au contraire, elle a siégé comme non inscrite pendant 18 mois, avant de basculer finalement vers la mouvance présidentielle.

« Mon adhésion au sein de ce grand Parti n’est pas fortuite, loin s’en faut. J’ai beaucoup réfléchi avant de faire ce choix qui j’estime judicieux. Ceci, pour la simple raison que j’ai été agréablement surprise par les réalisations effectuées par le Président Alpha CONDE en Guinée au cours de son premier mandat. A l’époque, je l’ai constaté en avril et mai 2015, au cours d’une mission de la Fédération Guinéenne de Football dans tout le pays. J’ai beaucoup apprécié les infrastructures réalisées à l’intérieur du pays à l’occasion des fêtes tournantes de l’indépendance. J’ai vu les lampadaires dans toutes les préfectures, sous préfectures et gros districts. En plus de cela, notre commission a eu à visiter le chantier du barrage de Kaléta qui avançait à grands pas. J’ai été impressionnée par ce méga projet éminemment bénéfique pour le pays. Projet initié depuis les années 40 qui devenait en fin une réalité grâce au Professeur Alpha CONDE », nous explique Zalikatou Diallo, assurant qu’elle n’a aucun agenda caché pour 2020. « Surtout pas », confie-t-elle.

Heureuse avec le football

« J’ai un penchant pour le sport en général et pour le football en particulier depuis ma tendre enfance. Situation favorisée par le fait que j’ai pratiqué plusieurs disciplines sportives à l’école à savoir : basket ball, volley ball , hand ball et la natation . Aussi, mon Papa étant Président du club sportif très performant en football de notre quartier à l’époque. J’ai appris à supporter les équipes durant les compétitions et surtout lorsque les équipes guinéennes faisaient très bonnes figure sur l’échiquier Africain. »

Je continue à servir le football guinéen autrement en ayant bénéficié d’un décret du Président de la République le 2 janvier 2017, comme Directrice Adjointe des Opérations du Comité de Pilotage de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2023, soupire Mme TRAORÉ, non sans penser aux immenses défis qu’elle doit surmonter avec le Comité, afin que notre pays puisse organiser, pour la première fois, la CAN, au grand bonheur des amateurs guinéens du ballon rond.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : plus de 200 policiers mis à la retraite par erreur

Published

on

Votre publicité ici

Au total 280 sur 568 agents de police envoyés récemment à la retraite n’avaient pas atteint leur limite d’âge.

Le ministère du Travail et de la Fonction publique a admis l’erreur, par conséquent  il leur demande de reprendre service  jusqu’à l’atteinte de la limite d’âge prévue par les dispositions de la loi portant statut général des agents de l’Etat en Guinée.

Ci-dessous la liste des agents concernés :

Continue Reading

A LA UNE

Le chef de la diplomatie européenne demande le retour à l’ordre constitutionnel au Burkina Faso

Published

on

Votre publicité ici

Pas de session plénière finalement, mercredi 26 janvier, à Bruxelles entre les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel et l'Union européenne en raison du coup d'État au Burkina Faso. Mais les ministres présents se sont entretenus avec le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Et les conversations ont, bien sûr, tourné autour du Mali, du Burkina et de Wagner.

La septième réunion entre les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel et l’Union européenne devait se tenir mercredi 26 janvier à Bruxelles. Mais en raison de la situation au Burkina Faso, la présidence du G5, actuellement exercée par le Tchad, a consulté ses partenaires et renoncé à tenir une session plénière. En revanche, chacun des quatre ministres présents, Abdoulaye Diop pour le Mali, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed pour la Mauritanie, Hassoumi Massoudou pour le Niger et Chérif Mahamat Zene pour le Tchad, s’est entretenu individuellement avec le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Des rencontres avec ses homologues du Sahel qui ont été pour le chef de la diplomatie européenne l’occasion de condamner l’arrestation du président burkinabè et de demander au nom de l’UE sa libération et le retour de l’ordre constitutionnel au Burkina Faso. Les Européens veulent continuer la coopération avec le Niger et la Mauritanie et soutiennent la transition tchadienne ainsi que l’ensemble de la région.

La question du Mali

« L’Union européenne maintient son engagement au Sahel, a-t-il insisté. Elle en est un partenaire fiable et de longue durée. Les populations ont des besoins urgents en termes de sécurité, d’aide humanitaire et de perspectives sociales et économiques. Les impatiences grandissent et tôt ou tard ces fragilités nourrissent les mouvements terroristes que nous combattons tous et qui sont une menace pour tous. »

La relation avec le Mali est plus compliquée et l’UE a rappelé être prête à des sanctions individuelles contre ceux qui entravent la transition : elle demande rapidement un « calendrier électoral crédible ». Surtout, l’Union européenne avertit que la présence des mercenaires russes de Wagner est incompatible avec son engagement au Mali.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Mohamed Béavogui : « en Guinée, les hommes les plus riches sont les fonctionnaires de l’Etat »

Published

on

Votre publicité ici

Dans une interview qu’il a accordé au journal le monde, le premier ministre de la transition, Mohamed Béavogui, a affirmé que les caisses de l’Etat sont actuellement vides du fait de la gabegie financière au temps du défunt régime d’Alpha Condé.  

« Les caisses de l’Etat sont vides. Pire, nous avons fini 2021 avec un stock d’arriérés de paiement, des factures non payées, de 4 700 milliards de francs guinéens, environ 470 millions d’euros, près d’un quart du budget national. Cela signifie que les ressources destinées au fonctionnement de l’Etat et du pays en général sont parties ailleurs », a-t-il affirmé.

Pourtant,  selon le Fonds monétaire international, la production de bauxite de la Guinée se chiffrait à près de 4 milliards de dollars en 2020, explique-t-il, soutenant que les ressources fiscales qui devaient aller vers le Trésor passaient par des tuyaux percés de tous les côtés. « Il faut les boucher ou les remplacer ».

Poursuivant, Mohamed Béavogui  souligne qu’en Guinée, les hommes les plus riches sont les fonctionnaires de l’Etat.

Face à cette situation,  « Il nous faut des finances publiques correctement gérées », et cela passe par un Conseil supérieur de la magistrature capable de ‘’conduire les réformes dans nos institutions judiciaires’’, note-t-il.

Par Alpha Diallo

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance