Connect with us

Politique

Politique guinéenne : toujours les mêmes qui gagnent, les mêmes qui perdent (Tribune)

Published

on

Votre publicité ici

Platon disait ceci à propos de la politique : « L’art politique réalisant le plus magnifique et le plus excellent de tous les tissus, en enveloppe, dans chaque Cité, tout le peuple, esclaves et hommes libres, les serre ensemble dans sa trame et, assurant à la Cité tout le bonheur dont elle peut jouir, commande et dirige ».

Fondamentalement, la politique n’a de sens que dans sa capacité à être un tissu qui protège la totalité du peuple, en le constituant en un bloc, certes diversifié mais uni, pour lui assurer le bonheur auquel il peut légitimement prétendre. Le commandement qui revient au politique tire sa légitimité dans sa volonté affichée, dans son ambition et son action affirmée de garantir la quiétude et la satisfaction de l’intérêt du peuple, sans aucune discrimination. Etre au service de la Cité. Etre au service de l’autre. Servir et non se servir. L’engagement politique procède donc d’un projet déterminé à aider son prochain, à concourir à lui apporter paix et harmonie. Ainsi, le principe de base de celui qui s’engage est d’affirmer que l’essence de sa propre existence se mesure à l’aune du sens qu’il a apporté à la vie de son prochain. L’humanisme, d’une certaine façon, est le fondement de la démarche politique. Alors question : la politique à la guinéenne répond-elle à ces principes élémentaires ?

De mon point de vue, on en est encore très éloigné. Depuis plus de soixante ans, notre pays est traversé de spasmes et de convulsions dont les hommes politiques sont les principaux instigateurs. L’intérêt supérieur de la nation est devenu une expression galvaudée, nourrie de toutes les démagogies. Le peuple, notion déjà confuse au départ, est servi à travers toutes les rhétoriques politiciennes, avec pour seul objectif soit de conquérir le pouvoir, soit de s’y maintenir. Coûte que coûte. Régulièrement, on affirme qu’on est dans une société à plus soixante-dix pour cent analphabète, accréditant l’incapacité de la population à comprendre les enjeux de pouvoir et une perméabilité à la manipulation.

Evidemment, à force de l’avoir martelé, les Guinéens ont intériorisé ce complexe, se laissant alors mener par le bout du nez par un petit clan mafieux et clientéliste qui a pris le pays en otage. On ne se pose plus les vraies questions de la descente aux enfers du pays depuis son indépendance. Le peuple a été mis dos-à-dos, par l’entremise de clivages factices, artificiellement entretenus par une fausse élite sans vergogne. RPG arc-en-ciel versus UFDG, avec en embuscade UFR/PEDN, Mouvance mouvementée contre Opposition opposée (avec là encore des fausses querelles de leadership et de positionnement), Peuls contre Malinkés avec la difforme idée de position de girouette Soussous ou Forestiers.Alors que la véritable fracture est ailleurs. Impénitent et insolent celle-là, si près mais en même temps si éloignés, tels des fils parallèles qui se voient mais ne se touchent jamais : les riches et les pauvres, ceux qui mangent à leur faim au point de nourrir leurs poubelles de restes et ceux qui vivent au jour le jour la peur du lendemain au ventre, ceux qui roulent dans des carrosses rutilantes, climatisées au frais du contribuable ou achetées par le vol des deniers publics et ceux qui s’entassent dans des transports en commun exposés à la mort sur des chaussées vertigineuses, ceux dont les enfants sont scolarisés à l’étranger et ceux dont les gosses sont superposés dans des classes aux effectifs pléthoriques, les malfaiteurs jouissant de leur liberté à l’air frais et les innocents croupissant en prison ou en exil pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Tels sont les stricts et réels clivages que certains ne voudraient jamais voir gommer. Pour cela, ils ont inventé des lieux de séparation du peuple pour que leurs lignes parallèles, fabriquées au grand dam de la majorité, ne s’embrassent jamais.Deux positions irrémédiablement irréconciables. Parce que les uns se confortent dans leur position de privilégiés dominants, tandis que les autres se résignent à leur place de « damnés de la terre ».

En sus, la politique sale s’est insinuée tel un virus jusque dans nos liens séculaires. Elle démolit nos relations de bons voisinages et obstrue toutes nos espérances. Avec une politisationà outrance du débat public, elle empêche toute discussion civilisée de se tenir normalement dans la Cité, important à satiété les clivages sciemment entretenus. Un désaccord est vite tranché par la lame dommageable de l’appartenance politique avec son vulgaire corolaire qu’est l’ethnie. Pendant que ces divisions maintiennent le pauvre citoyen dans sa misère, la petite minorité de politicards sournois et kleptomanes se sucrent, dans le secret des palais et des palaces. De temps en temps, ils se livrent à un spectacle de fléchettes nimbées de lâcheté par médias interposés.

La presse, espace par excellence de la protection de la liberté, de l’honneur et du bonheur bafoués du peuple, normalement ultime refuge de la vérité persécutée, est devenue la caisse de résonance de toutes les entourloupettes politiciennes. Il s’est désormais développé entre les deux espaces (politique et médiatique) une frontière poreuse, une liaison suspecte, douteuse, incestueuse, où les deux espèces copulent dans l’avilissement le plus total. C’est dans l’espace médiatique que nos politiciens véreux ont trouvé le lieu de légitimation de leur soif du pouvoir et de l’argent. Par les journalistes, les politiciens nous refilent leurs infections. La course aux avantages des uns croise ici l’ambition de l’argent des autres. Et chacun jure par la foudre de Zeus qu’il ne défend que le peuple martyr de Guinée. Alors que dans les clignotements furtifs des lucioles, au plus fort des nuits ténébreuses, les ombres louches se dessinent et se faufilent, au moment où le citoyen lambda se bat avec sa petite bougie et se demande de quel soleil son corps fragile sera brûlé demain. Chaque jour apporte sa nouvelle information de déni, de reniements, de traîtrise, de trahison. Chacun, prenant la parole à son tour, jure par tous les dieux, qu’il ne vit que pour défendre le peuple. Et qu’est ce qu’ils ont la bouche mielleuse, la parole trompeuse, la logorrhée dragueuse, la langue belliqueuse !Surtout lors des réunions des Assemblées Générales qui restent des occasions de joutes oratoires et d’exhibitions approximativement théâtralisées, avec des attaques ciblées qui n’apportent aucune plus-value citoyenne aux militants. Là encore, les médias, abonnés à l’offre minimale, se font les relais frénétiques de ces attaques et contre-attaques avec une formule devenue culte : « la réponse cinglante de… », ou « réponse sanglante de… », selon le niveau du journaliste qui tient la plume.

Finalement, le peuple ne sait plus à quelle parole, à quelle feinte se vouer. On a fait de l’engagement politique un tremplin pour chaparder sa part du gâteau. Chaque parole proférée dans l’espace politique, relayée en ondes médiatiques, sonne en fin de compte comme un couteau de boucher dissimulé qu’on sort à la première occasion pour arracher sa part de viande dans une vache qui ne tient plus sur ses quatre pattes. On a fait ici sa propre interprétation, sa propre lecture des préceptes de Machiavel. Si, comme on dit ici, il n’y a pas de morale en politique, cet axiome a trouvé ses lettres de noblesse en Guinée. Chacun roule pour lui-même. Mais le pire n’est pas là. Le plus terrible dans cette aventure à laquelle on a contraint le peuple de Guinée, c’est définitivement d’avoir fait gober à tout le monde qu’il y a une opposition entre ceux qui semblent se combattre. Même si c’est le cas en apparence, dans le fond il n’en est rien. Puisque des deux côtés, aucun n’a connu l’impuissance face à la douleur de son enfant se morfondant dans une maladie parce que papa n’a pas de quoi le conduire à l’hôpital ; aucun ne connaît des nuits agitées, parce que son sommeil est perturbé par une voix qui le questionne comment assurer le lendemain la nourriture familiale ; aucun ne subit la bagarre du matin pour attraper un taxi ou un magbana en voulant se rendre le matin au travail ou le soir à la maison ; aucun ne subit l’éclairage à la bougie ou à la lampe-tempête, parce que Kaléta n’a pas tenu ses promesses et qu’il n’a pas les moyens de s’offrir un groupe électrogène. La liste est longue. Tous sont libres de ces besoins, parce que l’essentiel de leur confort est bâti sur le sacrifice et le sang de la majorité. Les mêmes qui gagnent. Les mêmes qui perdent. Les mêmes heureux. Les mêmes malheureux. Un cycle perpétuel. Un perpétuel recommencement. Comme un serpent qui se mord la queue. Les enfants de ces nantis, nés avec une cuillère en or dans la bouche, issus d’une certaine bourgeoisie, d’une aristocratie certaine, ayant bénéficié de formations à l’étranger viendront commander, diriger les rejetons de ceux qui n’ont pas eu les moyens de partir et qui n’ont pas réussi, par un joli coup du sort, à se faufiler entre les mailles du filet pour se faire une place à la mangeoire de la République.

Alors, tout d’un coup, cette question essentielle qui surgit : comment mettre fin à cette gangrène qui s’est métastasée ? La plaie s’est infectée et si on y prend garde c’est tout le corps qui sera empoisonné. Une seule solution s’impose : couper le membre souillé. Mais il ne faut pas se tromper. Comme le réclament certains, à la lumière des élections françaises, le salut guinéen ne viendra pas d’un homme. Il viendra des profondeurs du peuple qui, exaspéré par soixante années de tâtonnements et de mensonges, de faux-semblant de faux-culs, doit se réveiller. Parce que ne nous y trompons pas. Dans le landerneau politique guinéen, la corruption a pris des proportions considérables, entraînant dans le sillage de vieux roublards, de jeunes tocards qui ont perdu le sens de l’intérêt général. De vieux briscards qui sont en perpétuel recyclage de méthodes. Ce sont ceux qui étaient là hier qui sont là aujourd’hui et qui seront là demain ; à quelques exceptions près, ceux qui n’auront pas réussi leur mue, leur retournement de vestes. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à voir ceux qui sont aujourd’hui à Sékhoutouréya ou les grands favoris de l’opposition et ceux qui gravitent autour d’eux. D’un côté comme de l’autre, ils ont mangé hier, ils mangent aujourd’hui et ils mangeront demain. Une véritable mafia politique dont l’affairisme n’est plus qu’un secret de polichinelle. Ceci continuera encore et encore. A moins qu’un souffle nouveau et dense, unitaire et bannissant les faux clivages et délibérément nourris, bondissant de l’intérieur de nos douleurs, décide de se saisir de notre destin pour lui imprimer une direction nouvelle, afin que la politique retrouve ses lettres de noblesse. Ramener la politique à son aptitude à assurer le bonheur du quotidien et à insuffler au peuple l’espoir, l’espérance en un lendemain meilleur. A ce titre, tous les vrais engagés de la vraie politique doivent fonder leur activisme dans cette vérité première : Etre loyal envers son pays et envers le gouvernant qui le mérite. Le but étant, non pas de faire la politique autrement simplement (ce qu’on fait déjà très bien), mais de faire la politique proprement.

SoulayThiâ’nguel

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Alpha Condé réfractaire aux exigences de l’apaisement

Published

on

Votre publicité ici

Il gracie, libère provisoirement, puis fait kidnapper et emprisonner.

Deux jours avant d’officialiser la libération provisoire accordée à quatre gros bonnets du principal parti d’opposition, en l’occurrence Ousmane Gaoual Diallo, Chérif Bah, Cellou Baldé et Abdoulaye Bah, parmi les 325 opposants en détention depuis 2020, le régime a fait kidnapper l’opposant Thierno Yaya Diallo et emprisonner Keamou Bogola Haba le 14 juillet.  Ce procédé digne d’une danse à reculons embrume la voie de sortie de crise.

A la veille de la tabaski célébrée du mardi 20 au mercredi 21 juillet 2021, le régiAme Alpha Condé a accordé, vendredi 17 juillet, une liberté provisoire à quatre gros bonnets des 325 prisonniers politiques en détention depuis 2020. A savoir : Ousmane Gaoual Diallo, Ibrahima Chérif Bah, Mamadou Cellou Baldé et Abdoulaye Bah.

Ces prisonniers ont bénéficié d’une liberté conditionnelle, pour leur permettre de poursuivre les traitements prescrits par leurs médecins personnels. Ils ont été placés en détention en novembre 2020. Malades, ils suivaient des soins à l’hôpital national Ignace Deen situé à quelques mètres de la prison centrale de Coronthie.

Libérés, ils sont tenus de ne pas sortir de Conakry sans autorisation préalable de l’administration pénitentiaire qui peut, à tout moment, requérir leur replacement en prison.

Les quatre gros bonnets de l’Ufdg, principal parti d’opposition, ainsi que des dizaines d’autres avaient été renvoyés le 29 avril dernier devant le tribunal de Dixinn pour être jugé des faits notamment de «détention, fabrication d’armes, pillage,  participation à un mouvement insurrectionnel, menace de violences ou de mort, diffusion et mise à disposition d’autrui de données de nature à troubler l’ordre public». Ils attendent de connaître la date de leur procès.

Cette « décision que vient de prendre la justice de notre pays est un acte souverain qui est de nature certes à contribuer à apaiser les esprits et les cœurs. C’est aussi et surtout une raison de plus, de faire confiance en nos institutions », a commenté, le 17 juillet 2021, le ministre d’Etat, ministre porte-parole du gouvernement, Tibou Kamara.

Selon Cellou Dalein Diallo, le principal opposant au régime Alpha Condé, les bénéficiaires de cette mesure, « sont des innocents, tout comme beaucoup de leurs compagnons de bagne, (...) Etienne Soropogui, Foniké Menguè et Ismaël Condé qui croupissent en prison depuis plus de 8 mois, ainsi que Keamou Bogola Haba, déféré (...) à la Maison centrale » de Conakry.

L’opposant laisse entendre que, « cette libération conditionnelle ne peut réparer et atténuer cette injustice et les préjudices physiques et moraux qu’elle a causés à ces innocentes victimes, à leurs familles et à l’Ufdg, leur parti».

«Cela dit, renchérit Sékou Koundouno, responsable des Stratégies et planification du Fndc (Front national de défense de la constitution) dans une tribune publiée par les médias,  il ne faut pas se tromper sur le caractère politique de ce dossier comme les avocats l’ont toujours dénoncé».

« Sur le plan juridique, la semi-liberté est un régime d’exécution d’une peine. Autrement dit, elle concerne une personne qui a déjà fait l’objet d’une condamnation». Mais il se trouve qu’ «Elhadj Ibrahima Chérif Bah et ses compagnons d’infortune n’ont pas encore été jugés à plus forte raison condamnés », souligne Koundouno.

Retour à la case départ

A deux jours de cette libération provisoire qui ouvrait la voie à un apaisement politique favorable au contexte marqué par la nomination de Fodé Bangoura, un ancien cacique du régime Conté, au secrétariat général permanent du dialogue social et politique – suivie d’une série de grâces présidentielles accordées à des prisonniers membres de l’Ufdg, deux opposants membres de l’Anad, nouvelle version, ont été inquiétés à Conakry.

Le jeune leader politique Thierno Yaya Diallo a été enlevé à son domicile de Lambanyi en compagnie de son homologue Keamou Bogola Haba, le mercredi 14 juillet, quelques heures seulement après avoir assisté à la signature officielle de la Charte de l’Anad.

M. Diallo a été relaxé après son audition à la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj). Quant à M. Haba, il a été accusé d’« incitation à la désobéissance civile» et jeté en prison à la Maison centrale de Conakry.

Ce procédé du régime Condé, digne d’une danse à reculons, embrume la voie de sortie de crise, remet en question sa volonté d’aller à l’apaisement avec le camp Cellou Dalein Diallo et renforce l’union sacrée des leaders de l’Anad autour de  leur objectif.

Par Diallo Alpha (Le Populaire)

Continue Reading

A LA UNE

Justice : quatre détenus politiques bénéficient d’une liberté conditionnelle

Published

on

Votre publicité ici

Quatre responsables de l’Union des forces démocratiques de Guinée, (UFDG), le principal parti de l’opposition dirigé par Cellou Dalein Diallo, incarcérés depuis novembre dernier, ont bénéficié d’une liberté conditionnelle et devraient sortir de la maison centrale ce samedi 17 juillet.

Il s’agit de Ibrahima Chérif Bah, Ousmane Gaoual, Abdoulaye Bah et Mamadou Cellou Baldé.

Dans un communiqué lu vendredi nuit à la télévision nationale, le directeur de l’administration pénitentiaire a expliqué qu’il a pris cette décision pour raison de santé.

En séjour médical prolongé au CHU Ignace Deen, ces quatre prévenus vont désormais poursuivre leurs traitements à domicile à Conakry, avec des obligations comme, déférer à toute réquisition de l’administration pénitentiaire, ou ne pas sortir de la capitale guinéenne sans autorisation préalable de l’administration pénitentiaire.

Ils ont tous poursuivis pour « atteinte aux institutions de la république », « trouble à l’État par la dévastation et le pillage », « participation à un mouvement insurrectionnel », « menace de violence ou de mort par le biais d’un système d’information », et « production, diffusion et mise à disposition d’autres de données de nature à troubler l’ordre public ou la sécurité publique. »

Plusieurs autres détenus politiques comme Etienne Soropogui, président du mouvement politique Nos valeurs communes, croupissent toujours en prison.

Aucune date d’audience n’a encore été fixée pour eux.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Cellou Dalein Diallo « la reprise prochaine des manifestations sèment la panique du pouvoir »

Published

on

Votre publicité ici

Le principal opposant Guinéen a exprimé son soutien à ses deux alliés, arrêtés mercredi soir, par des agents de la police judiciaire, juste après la signature de la nouvelle Charte de l’ANAD.

Pour  Cellou Dalein Diallo, cette signature et l’annonce de la reprise prochaine des manifestations pacifiques sèment la panique dans les rangs du pouvoir, dit-il.

« C’est cette panique, associée à la volonté incurable de Alpha Condé de museler l’Opposition et de faire taire toute voix discordante, qui explique l’arrestation de Bogola Haba dit « Bogos », Responsable de la communication de l’ANAD et Thierno Yaya DIALLO, Président de  Guinée Moderne (GM). » Dénonce-t-il.

Tous deux membres de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD), ils ont été arrêtés à Lambagni puis conduits à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), quelques heures après la signature le 14 juillet, d’une nouvelle charte de l’ANAD, dirigée par Cellou Dalein Diallo.

Après quelques heures d’auditions, Thierno Yaya Diallo,  a lui,  été finalement libéré.

Bogola Haba quant à lui, il reste toujours maintenu en garde à vue.

Intervenant, jeudi soir sur RFI, Tibou Kamara a affirmé que M. Haba « s’est livré à des déclarations appelant à la désobéissance civile et à l’insurrection».

« Je pense qu’il est tout à fait normal que les services de sécurité interpellent la personne concernée pour qu’elle s’en explique », estime le ministre porte parole du gouvernement.

Par Issaga Sylla

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance