Connect with us

Société & Faits Divers

Plus d’une centaine de migrants guinéens rapatriés de Libye

Published

on

Votre publicité ici

136 migrants guinéens, dont 7 mineurs non-accompagnés, 3 femmes et 1 enfant en bas-âge sont arrivés à l’aéroport de Conakry-Gbessia vendredi matin, à bord d’un avion spécial affrété par l’OIM Libye. Selon l’Organisation Internationale de la migration Guinée (OIM Guinée), parmi les passagers, 1 cas médical a été conduit pour des soins à l’hôpital.

Ces migrants, qui ont sollicité l’aide de l’OIM pour rentrer volontairement en Guinée, font partie des nombreux guinéens vivant en situation irrégulière en Libye, souvent dans des conditions très difficiles. Certains étaient emprisonnés dans les centres de détention de Tajoura, Alshok et Alsika, précise l’Organisme des Nations Unies chargé des migrations dans un communiqué.

Parmi les migrants de retour, Amadou 19 ans, il travaillait comme mécanicien dans un garage en Libye. Un client refusant de régler une réparation le frappa violement au visage, lui brisant les dents de devant, avant de lui tirer une balle dans le dos. Il doit son salut à un ami qui l’a conduit à l’hôpital. L’OIM Libye s’est assuré de le faire soigner dans une clinique privée.

Saliou et Mohamed, deux amis originaires du même quartier ont 13 et 14 ans. Ils ont volé la moto d’un oncle pour financer leur périple via le Mali et l’Algérie jusqu’en Libye. Arrivés là-bas ils ont été capturés par des bandits avant d’être enfermés. Dans leur malheur, ils ont cependant eu de la chance, comme l’explique Saliou, « dans la prison, seuls les plus grands étaient frappés ». Leurs mères sont présentes cette nuit-là à l’aéroport pour les accueillir et les ramener à la maison. Fanta* quant à elle est de retour avec son mari qui travaillait en Libye. Elle explique qu’ils étaient bien intégrés là-bas mais que les difficultés financières dûes à l’instabilité politique les ont poussés à rentrer. Ils n’avaient pas les ressources pour financer leur voyage, ils ont donc contacté l’OIM pour les aider.

L’OIM Guinée dit avoir remis à chaque migrant une enveloppe de 509 600 GNF (l’équivalent de 50€) pour frais de transport.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

France : 26 tonnes de pneus usés en partance vers la Guinée interceptés

Published

on

Votre publicité ici

26 tonnes de pneus usagés en partance vers la Guinée via le port d’Anvers ont été interceptés début janvier par les douaniers de la brigade d’Halluin-Reckem, dans le Nord de France.

« Ces déchets faisaient l’objet d’une tentative d’exportation illégale par deux sociétés basées en Nouvelle-Aquitaine », souligne le service des douanes, dans un communiqué cité par 20 minutes, qui explique que les transferts transfrontaliers de déchets sont régulés à l’échelle internationale. L’exportation de déchets vers des pays ne disposant pas de capacités de retraitement adaptées est interdite.

Selon cette source, ces pneus usagés étaient transportés par un poids lourd immatriculé en Roumanie, tractant un semi-remorque immatriculé en France, lui-même surmonté d’un conteneur.

Soupçonnant un transport illégal, les fonctionnaires ont donc consigné la marchandise, le temps de l’expertise par le Pôle national des transferts transfrontaliers de déchets (PNTTD) de Metz. « Celui-ci a confirmé qu’il s’agissait de déchets, expliquent les douanes. Une infraction pour tentative d’exportation en contrebande de déchets a donc été relevée à l’encontre des deux sociétés, qui se sont par ailleurs vues infliger une forte amende douanière. » Quant aux pneus, ils ont été traités dans une installation française autorisée par le PNTTD, aux frais des deux exportateurs.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Maison centrale : de quoi est mort Mamadou Oury Barry ?

Published

on

Votre publicité ici

Quelques semaines après le vieux Ibrahima Sow, Mamadou Lamarana Diallo et l’opposant Roger Bamba, un autre détenu, Mamadou Oury Barry, est décédé aussi en détention samedi passé à la Maison centrale. Mais de quoi est mort ce dernier ?

Selon le Ministère de la Justice, il est décédé d’une mort naturelle liée à une occlusion intestinale et une anémie bioclinique au Service des urgences de l’Hôpital Ignace Deen.

Unique fils chez sa mère, Mamadou Oury Barry, avait été placé sous mandat de dépôt le 5 août 2020, pour coups et blessures volontaires, par le Tribunal de Première Instance de Dixinn.

Il avait été arrêté à Cosa, en marge d’une manifestation du front national pour la défense de la Constitution (FNDC) contre le troisième mandat d’Alpha Condé.

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus sont décédés en détention préventive à la Maison centrale de Conakry. Alors que le ministère de la justice a toujours soutenu que ces prisonniers sont morts naturellement, dans leurs familles on croit plutôt aux effets de la « torture ».   Comme pour dire que ces décès suscitent des interrogations sur les conditions carcérales en Guinée.

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

100 kilos de cocaïne saisis dans une villa à Conakry

Published

on

Votre publicité ici

La police guinéenne a saisi 100 kilos de cocaïne dans une villa située au bord de la mer à Nongo, dans la commune de Ratoma, a annoncé ce jeudi 14 janvier la direction centrale de la police nationale.

Lors de la saisie le 05 janvier, aucun occupant ne se trouvait sur lieu, sauf le gardien qui a pris la fuite.

Les propriétaires sont activement recherchés par la police.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance