Connect with us

Société

Plus d’une centaine de migrants guinéens rapatriés de Libye

Published

on

136 migrants guinéens, dont 7 mineurs non-accompagnés, 3 femmes et 1 enfant en bas-âge sont arrivés à l’aéroport de Conakry-Gbessia vendredi matin, à bord d’un avion spécial affrété par l’OIM Libye. Selon l’Organisation Internationale de la migration Guinée (OIM Guinée), parmi les passagers, 1 cas médical a été conduit pour des soins à l’hôpital.

Ces migrants, qui ont sollicité l’aide de l’OIM pour rentrer volontairement en Guinée, font partie des nombreux guinéens vivant en situation irrégulière en Libye, souvent dans des conditions très difficiles. Certains étaient emprisonnés dans les centres de détention de Tajoura, Alshok et Alsika, précise l’Organisme des Nations Unies chargé des migrations dans un communiqué.

Parmi les migrants de retour, Amadou 19 ans, il travaillait comme mécanicien dans un garage en Libye. Un client refusant de régler une réparation le frappa violement au visage, lui brisant les dents de devant, avant de lui tirer une balle dans le dos. Il doit son salut à un ami qui l’a conduit à l’hôpital. L’OIM Libye s’est assuré de le faire soigner dans une clinique privée.

Saliou et Mohamed, deux amis originaires du même quartier ont 13 et 14 ans. Ils ont volé la moto d’un oncle pour financer leur périple via le Mali et l’Algérie jusqu’en Libye. Arrivés là-bas ils ont été capturés par des bandits avant d’être enfermés. Dans leur malheur, ils ont cependant eu de la chance, comme l’explique Saliou, « dans la prison, seuls les plus grands étaient frappés ». Leurs mères sont présentes cette nuit-là à l’aéroport pour les accueillir et les ramener à la maison. Fanta* quant à elle est de retour avec son mari qui travaillait en Libye. Elle explique qu’ils étaient bien intégrés là-bas mais que les difficultés financières dûes à l’instabilité politique les ont poussés à rentrer. Ils n’avaient pas les ressources pour financer leur voyage, ils ont donc contacté l’OIM pour les aider.

L’OIM Guinée dit avoir remis à chaque migrant une enveloppe de 509 600 GNF (l’équivalent de 50€) pour frais de transport.