Connect with us

Société & Faits Divers

Pêche: en Guinée, une lutte inégale contre les pillards de l’océan

Published

on

Votre publicité ici

A bord de sa pirogue motorisée, Idrissa Kallo scrute d'un œil expert les bateaux croisant dans la zone de pêche artisanale au large de Conakry. Face au pillage industriel des ressources de l'Afrique de l'Ouest par la pêche illicite, lui et ses collègues guinéens se sentent démunis.

Sur la dizaine de navires rencontrés, aucun suspect, constat d'autant plus rapide, selon lui, que les "pirates" opèrent généralement de nuit, pour échapper aux patrouilles de la gendarmerie maritime.

La pêche illicite, non déclarée et non réglementée, dite INN , est l'un des thèmes du sommet de l'Union africaine sur la sécurité maritime qui se tient cette semaine à Lomé (Togo).

Le phénomène touche principalement l'Afrique de l'Ouest, où la pêche INN représente entre un tiers et la moitié des prises, soit un manque à gagner évalué en 2014 à 1,3 milliard de dollars par an, selon les estimations.

"Si un bateau rentre ici, il est automatiquement repéré au niveau de la base de surveillance, sauf s'ils éteignent" leur système obligatoire de suivi par satellite VMS, indique Idrissa Kallo, vice-président de l'Association des jeunes pêcheurs artisans de Guinée.

"Ils rentrent la nuit dans notre zone, ils pêchent jusqu'à 05H00 ou 06H00 du matin, et ressortent. Parfois, ils sont en complicité avec les inspecteurs de pêche, qui coupent le système de surveillance", accuse-t-il, dénonçant une corruption généralisée des autorités du secteur.

"Ce sont eux qui donnent des licences aux bateaux qui sont en infraction depuis des années", et qui continuent pourtant à leur en délivrer, souligne Idrissa Kallo.

Les pêcheurs artisanaux ont proposé d'accompagner les inspecteurs pour contrôler les bateaux, mais se heurtent à la corruption et l'appât du gain, ajoute-t-il: "Quand ils peuvent prendre un bateau en infraction, le contenu leur appartient. Ils font du business".

Malgré cette mauvaise volonté, la profession a doté les embarcations de pêche de téléphones portables et les capitaines en sortie en haute mer, lorsqu'ils ont une couverture réseau, signalent les navires suspects à leurs collègues, qui alertent les autorités.

- Bateau chinois capturé -

Le ministre de la Pêche, André Louah, dit ne pas avoir connaissance de pratiques de corruption, mais assure qu'elles sont désormais impossibles. "Moi-même, je délivre des licences, je sais combien de navires sont dans nos eaux", affirme-t-il.

"Plus d'une fois, j'ai été informé qu'il y avait eu des navires non autorisés qui étaient probablement en pêche illégale", sans réaction du Centre national de surveillance et de protection des pêches (CNSP), reconnaît néanmoins le ministre, qui rappelle le manque d'équipements d'intervention en haute mer.

"C'est bon d'avoir des informations, mais si on n'a pas les moyens nécessaires de s’y rendre pour pouvoir faire les arraisonnements, cela devient compliqué", souligne-t-il, insistant sur la nécessité d'une coopération régionale, comme lors de la saisie fin août d'un navire chinois.

Le Chang Yuan Yu 6, surpris dans la zone économique exclusive (ZEE) de la Guinée avec un autre bateau chinois qui a pris la fuite, a été intercepté par un patrouilleur de haute mer sénégalais lors d'une opération impliquant quatre pays, soutenue par l'Union européenne (UE) et la Banque mondiale.

Conduit au port de Conakry, il a été condamné à un million d'euros d'amende, la peine maximale, contre laquelle l'armateur a exercé un recours en justice, selon M. Loua.

Reconnaissant les efforts de la Guinée qui s'est dotée d'un "système de sanctions dissuasif" et d'un régime de contrôle et d'inspection, l'UE l'a retirée de sa liste noire des "pays non coopérants en matière de pêche illicite", une décision entrée en vigueur cette semaine.

La pêche INN nuit gravement à l'environnement et aux conditions d'existence des populations, en particulier des femmes, très présentes dans le traitement du poisson, selon les organisations internationales.

Au-dessus du débarcadère de Teminetaye, à Conakry, qui compte 630 pêcheurs, s’élève un nuage de fumée. Sous des tentes, des femmes fument le poisson, tandis que d'autres, munies de sacs et de seaux, achètent les prises des pêcheurs, dans un brouhaha assourdissant.

Le préfet maritime, le colonel Diomandé Doumbouya, se félicite de la décision de l'UE, précisant que certains types de poissons "ne se vendent qu'en Europe", d'où une "perte énorme de devises" si ce marché est fermé.

Il réclame des matériels supplémentaires "pour que les fréquences des patrouilles augmentent" afin d'assurer une présence dissuasive envers les navires pratiquant la pêche illicite, "parce que si vous faites deux à trois jours sans aller en haute mer, le bonhomme viendra pêcher et repartir".

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Manifestation des étudiants à Gamal Abdel Nasser de Conakry

Published

on

Votre publicité ici

Les étudiants de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry sont sortis dans la rue, ce jeudi 20 janvier 2022. Ils réclament à la junte de bus de transport, de laboratoires, ainsi que de salles d’informatique permettant d’améliorer leurs conditions d’études.

Mais leur marche pacifique a vite tourné au vinaigre. Ils ont été rapidement dispersés par les forces de l’ordre à l’aide de gaz lacrymogènes.

Plusieurs d’entre eux ont été interpelés.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Une quarantaine de migrants morts dans un naufrage au large du Maroc

Published

on

Votre publicité ici

Quarante-trois migrants, dont trois bébés et 14 femmes, ont péri dimanche après le naufrage de leur embarcation au large de Tarfaya, au sud du Maroc, a indiqué lundi à l'AFP l'ONG espagnole Caminando Fronteras.

Parmi les 43 migrants morts -- majoritairement originaires d'Afrique subsaharienne --, seules deux dépouilles ont pu être récupérées, a précisé l'association qui établit ses bilans sur la base des témoignages des survivants ou des familles des migrants.

Dix personnes de l'embarcation ont pu être secourues, selon la même source.

"Les dix survivants, dont six femmes, ont appelé à l'aide à quatre heures du matin (dimanche) et ont maintenu la communication jusqu'à six heures (...) Il a fallu des heures aux autorités (marocaines) pour les localiser et sauver le bateau au large de Tarfaya", a détaillé un porte parole de l'ONG espagnole.

Ces migrants tentaient de gagner les îles Canaries, en Espagne, situées à une centaine de kilomètres de Tarfaya.

Aucune information supplémentaire sur ce naufrage n'a été communiquée de source officielle marocaine.

Situé à la pointe nord-ouest de l'Afrique, le Maroc est un pays de transit pour de nombreux migrants qui cherchent à rejoindre l'Europe, depuis ses côtes atlantique ou méditerranéenne.

Les corps de deux hommes ont par ailleurs été découverts, l'un dimanche et l'autre lundi, au large de l'île espagnole de Fuerteventura, dans l'archipel des Canaries, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Garde civile espagnole.

L'autopsie est en cours mais "tout indique qu'il s'agit de migrants" qui "devaient être en haute mer depuis un moment", a-t-il ajouté.

Selon un bilan début janvier de Caminando Fronteras, plus de 4.000 migrants sont morts ou ont disparu l'an dernier lors de leur traversée en mer vers l'Espagne, soit deux fois plus qu'en 2020.

Les corps de la quasi-totalité d'entre eux (94%) n'ont jamais été retrouvés et sont donc comptabilisés comme des disparus.

En 2021, plus de 37.300 migrants, en grande partie en provenance du Maroc, sont arrivés par la mer en Espagne (dans la péninsule ainsi que dans les archipels des Baléares et des Canaries), d'après les derniers chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Le corps d’Aminata Touré rapatrié ce lundi en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

La dépouille de l’ex maire de Kaloum, Aminata Touré, sera rapatriée en Guinée ce lundi 17 janvier 2022, a-t-on appris. L’avion devant envoyer son corps est attendu vers 20 heures TU à l’aéroport international de Conakry.

Fille aînée du premier président Guinéen, feu Sékou Touré, elle est morte le 13 janvier 22, au Maroc de suites de maladie, à l’âge de 66 ans. Elle était l’unique femme maire du pays.

Pour le moment on ignore le programme de ses obsèques.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance