Accueil / A LA UNE / Nzérékoré : le gouvernement admet 30 morts pendant les violences électorales du 22 mars

Nzérékoré : le gouvernement admet 30 morts pendant les violences électorales du 22 mars

Le parquet général de Kankan a fourni mardi la version la plus détaillée à ce jour des événements survenus à Nzérékoré autour du 22 mars et d'un référendum constitutionnel organisé par le pouvoir mais boycotté par l'opposition.

Nzérékoré, l'une des plus grandes villes du pays voisine du Liberia, a été le théâtre le 22 mars et les jours suivants de heurts entre communautés religieuses et ethniques et d'attaques et de représailles contre des églises et des mosquées, selon des sources locales. Ces événements ont donné lieu à des versions totalement divergentes, comme toutes les violences auxquelles est en proie ce petit pauvre pays depuis mi-octobre 2019 autour du projet prêté au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat fin 2020. Quoi qu'il en soit, c'est la première fois que les autorités guinéennes admettent que des violences coïncidant avec le référendum contesté avaient bien fait 30 morts dans le Sud fin mars. Elles en ont cependant imputé la faute à l'opposition. Celle-ci dénonce une manœuvre.

Un bilan révélateur mais contesté

Il faut dire que les vérifications indépendantes sont très compliquées pour une affaire aussi grave que celle-là où le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), collectif de partis, de syndicats et de membres de la société civile qui mène la contestation anti-Condé, a, lui, fait état d'au moins 66 personnes tuées à Nzérékoré à coups de machette, de fusil et même dans les flammes, et de 119 dans tout le pays. Il a accusé le parti présidentiel de ces exactions. À l'époque, les autorités ont minimisé la portée des violences dans le pays et évoqué publiquement un nombre réduit de victimes.

Ce que le procureur de Kakan a dit

Le procureur général de Kankan, Yaya Kairaba Kaba, a livré un tableau plus sombre mardi. « Trente de nos concitoyens ont perdu la vie au cours de ces malheureux événements » de Nzérékoré, a-t-il dit dans des propos diffusés par la télévision publique. Soixante-sept ont été blessés, des dizaines de maisons, magasins et ateliers incendiés, et trois églises détruites, a-t-il ajouté. Ce sont les responsables locaux du FNDC qui ont planifié les violences et attisé les tensions entre communautés, fournissant le prétexte à l'intervention de groupes armés payés par le collectif et venus du Liberia pour certains, de la capitale Conakry pour d'autres, a-t-il dit. Les autorités ont emprisonné 44 suspects poursuivis pour meurtres, incendies volontaires ou association de malfaiteurs, a-t-il dit. La justice s'emploie à ce que le procès « ait lieu le plus rapidement possible », a-t-il assuré.

Le FNDC dénonce une manœuvre du gouvernement

Ibrahima Diallo, un responsable du FNDC, a dénoncé mercredi une entreprise visant à « faire porter la responsabilité des tueries » au collectif. « Comment comprendre que les arrestations aient eu lieu d'un seul côté ; de l'autre, personne n'a été inquiété. C'est une injustice totale », a-t-il dit à l'AFP. La mobilisation anti-Condé, sévèrement réprimée à plusieurs reprises, a fait des dizaines de morts, imputés par l'opposition aux forces de sécurité. Les défenseurs des droits humains dénoncent constamment l'impunité dont elles bénéficient. Le FNDC a alerté la Cour pénale internationale.

Source : le point Afrique

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée