Connect with us

A LA UNE

Nous ne voulons pas d’une nouvelle tragédie humaine à Kaporo-rails (opinion)

Published

on

Votre publicité ici

Je pense que c’est INDÉCENT, que ce gouvernement rouvre cette plaie non cicatrisée de la casse de Kaporo-rails. Comme en 1998, ce ne sont que des arrières pensées politiques et une farouche volonté de punition des habitants de cette zone qui motive cette décision de déguerpir ces familles de leurs maisons construites à la force de leurs poignets.

Comme ils sont coutumiers des faits, ils agissent en violation de la Constitution qui dispose en son article 13 : Le droit de propriété est garanti. Nul ne peut être exproprié si ce n’est dans l’intérêt légalement constaté de tous et sous réserve d’une juste et préalable indemnité.

Dans ce cas précis, l’administration n’a pas prouvé qu’elle agit pour “l’intérêt légalement constaté de tous” et “sous réserve d’une juste et préalable indemnité”. Il faut que les habitants se regroupent dans une association de défense de leurs droits pour porter sans délai un recours en annulation de cette décision illégale du gouvernement à la Cour Suprême. Ils ont déjà reçu un ultimatum qui viole leurs droits constitutionnels, c’est ce document qui doit être attaqué à la Cour Suprême. L’Etat n’est pas censé ignoré les lois.

Maintenant, de mon point de vue politique, je note l’irresponsabilité et l’affairisme du gouvernement Alpha Condé. Comme je l’ai dit, Kaporo-rails n’est qu’un règlement de compte politique. Il n’y a eu aucun intérêt d’utilité publique qui ait motivé la destruction sauvage des maisons de nos compatriotes, il y a 20 ans. De 1998 à 2008 sous le régime du général Lansana Conté, seul l’immeuble de la RTG offert par la Chine y a été construit. En huit ans, Alpha Condé a eu tout le temps pour faire du site de Koloma un complexe administratif moderne et futuriste digne d’une capitale à l’image de beaucoup de pays africains dont nos voisins sénégalais et ivoiriens. Il a visité en compagnie de Macky Sall Diamniadio. C’est comme naguère lorsque l’ancien président Sékou Touré a visité Yamoussoukro en compagnie de Houphouet Boigny. Ces visites n’ont eu aucun effet ni sur l’un, ni sur l’autre Conakry est toujours restée sans infrastructures publiques indispensables pour la bonne qualité de vie de ses habitants. Notre fierté nationale légendaire est invoquée partout sauf pour nous sortir concrètement de la pauvreté.

Aujourd’hui, des services de certains ministères, les sièges d’institutions républicaines sont en location dans des immeubles construits par des privés sur des domaines de l’Etat attribués par leurs amis du pouvoir. Dans un de ses discours, le président de l’Assemblée nationale a vertement critiqué le paiement de loyers excessifs alors que l’Etat est à mesure de construire ses propres immeubles pour abriter ses administrations.

L’affairisme a consisté à jeter dans la rue des familles de fonctionnaires (cités douane et police, Camayenne etc), à attribuer des domaines de l’Etat à des privés pour y construire notamment des hôtels. Le cas le plus scandaleux, est l’expropriation des terres rizicoles de la zone Lambanyi-Sonfoniya. Je reviendrai sur ce dossier.

Sur le site de Kaporo-rails, à la place de l’emménagement prévu, nous constatons plutôt de nouvelles constructions privées. De quel droit l’Etat peut exproprier des citoyens pour céder par la suite leurs terrains à des intérêts privés ?

Dans une opacité totale, Alpha Condé réalise méthodiquement l’objectif qu’il s’est fixé de vendre Conakry à des intérêts privés, ce sont des opérations immobilières qui n’ont rien à voir avec la raison d’utilité publique exigée par la loi. C’est inacceptable. Dans ces conditions, rien, absolument rien ne légitime l’expropriation des habitants de Kaporo-rails et par conséquent, c’est une opération illégale à combattre vigoureusement. Ils se cachent derrière l’Etat pour effectuer des affaires bassement privées. Ils n’ont aucune légitimité pour chasser de leurs terres des Guinéens qui y ont construit leurs maisons à la sueur de leurs fronts.

Nous prévenons toutes les personnes morales et physiques, qui savent parfaitement les conditions douteuses de l’attribution de ces terrains, de ne point être surpris qu’un gouvernement responsable rétablisse dans leurs droits nos compatriotes victimes de l’arbitraire étatique.

Alpha Condé avait promis d’indemniser les victimes de Kaporo-rails, au lieu de tenir sa promesse, il attend symboliquement le vingtième anniversaire du douloureux événement pour menacer de faire déguerpir les rescapés. Il a vite oublié le calvaire vécu par notre regretté doyen Bâ Mamadou en défendant les droits de ses militants majoritaires dans cette zone, du député -maire de Ratoma Mamadou Barry mort récemment d’une longue maladie due aux séquelles des violences qu’il a subi lors de l’opération et de son actuel ministre du Tourisme Thierno Ousmane Diallo si volubile pour dénoncer les anciens ministres de l’époque, mais aujourd’hui, lui-même est resté silencieux pour marquer son désaccord face à la nouvelle injustice qui risque de frapper encore les habitants de cette localité.

Nous ne voulons pas d’une nouvelle tragédie humaine à Kaporo-rails.

En fin de compte, Alpha Condé, c’était donc le pire capitaliste qui se cachait derrière les idées marxistes, ce militant trotskiste pour faire diversion, un camouflage historique, en se faisant passer pour le défenseur des opprimés afin d’accéder au pouvoir. Mais, une fois au pouvoir, il mène une politique impitoyable contre les faibles, ouvre grandement les portes du pays à ses amis affairistes dans les secteurs les plus juteux. Il a vite oublié ses militants les plus fidèles, qui ont tant souffert pour lui dans ses fiefs de Haute Guinée où ils subissent les affres de la misère, la dégradation du peu d’infrastructures, notamment routières, qui existaient, le chômage massif des jeunes, sans aucune bonne perspective d’avenir sauf la désillusion. Ce constat est valable pour l’ensemble du pays dont il est devenu le chef. Au lieu de régler leurs problèmes quotidiens, il les fait tuer par les forces de sécurité devenues des milices à son service. Alpha Condé n’a aucune compassion pour ses compatriotes qui souffrent. Toutes celles et tous ceux qui le soutiennent en connaissance de cause, partagent avec lui, cette lourde responsabilité, notamment les élites politiques et administratives. Il est seul, il n’a de force que parce qu’il a, pour le servir, des exécutants en violation des lois de la République.

Nous devons combattre la mal gouvernance, les violations répétées de nos lois, en même temps sur le plan judiciaire à travers la Cour Suprême ou la Cour Constitutionnelle et sur le front politique avec les manifestations qui sont les moyens d’expression démocratique du désaveu des populations. Nous devons le faire dans l’unité, en dissociant nos adversaires regroupés en clans mafieux de toute appartenance ethnique. Ce sont les Guinéens sans distinction ethnique ou régionale qui sont leurs victimes maintenus dans la précarité depuis 60 ans.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

France : pas de naturalisation pour Mamoud, jeune Guinéen qui avait sauvé la vie d’une jeune femme

Published

on

Votre publicité ici

En 2019, Mamoud Diallo était fêté en héros dans le Vercors après avoir sauvé la vie d'une jeune cuisinière violemment agressée par un forcené. Grâce à cet acte de bravoure, il espérait être naturalisé, mais sa demande a été refusée par la préfecture de l'Isère (Grenoble), rapporte le site francetvinfo.

Depuis la rentrée, Mamoud Diallo est en formation en alternance pour une entreprise du bâtiment qui lui assure un petit salaire. Ce jeune Guinéen s'était illustré malgré lui en 2019 en sauvant une jeune cuisinière d'une mort certaine. Prenant son courage à deux mains il était intervenu alors qu'un forcené agressait violemment la jeune femme avec une arme tranchante.

Pour cet acte de bravoure, il avait reçu la médaille de la ville d'Autrans et espérait depuis un coup de pouce pour sa naturalisation. Mais voilà, la préfecture de l'Isère est pointilleuse et n'a pas accédé à sa demande. Elle lui a été refusée pour deux motifs. Mamoud Diallo aurait séjourné illégalement en France, il était pourtant demandeur d'asile 15 jours après son arrivée dans le pays. Son acte de naissance serait également non conforme.

Face à cette décision préfectorale, Dominique Daumin son parrain s'interroge. Il existe selon lui des naturalisations obtenues après des actes de bravoure, ce qui n'a pas été le cas pour Mamoud. Il cite volontiers la naturalisation d'un jeune Malien, Mamoudou Gassama, qui avait sauvé un enfant d'une chute d'un immeuble au péril de sa vie, en mai 2018 à Paris. Il cite aussi volontiers, la naturalisation de Lassana Bathhily, qui avait sauvé des otages des terroristes de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes en 2015.

Pourquoi l'acte de bravoure n'a pas été retenu ? Pour l'instant, le préfet n'a pas souhaité nous répondre. En attendant, la situation est critique pour Mamoud Diallo qui pourra refaire une demande dans 2 ans mais d'ici là, sa carte de séjour aura expiré. Son patron ne l'embauchera définitivement que s'il obtient sa naturalisation. "Si tu es étranger et que tu as rendu service en France, soupire-t-il, on te donne la nationalité française normalement, mais pas pour moi".

Source : france3-regions.francetvinfo.fr

Continue Reading

A LA UNE

Alassane Ouattara: « il faut revenir à l’ordre constitutionnel le plus tôt possible », en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Alassane Ouattara se dit préoccupé par l’intégrité physique et la santé du président déchu, Alpha Condé. Dans une interview qu’il a accordée à l’hebdomadaire Jeune Afrique (JA), le président Ivoirien a condamné les coups d’Etat survenus au Mali et récemment en Guinée, où il appel à un retour à l’ordre constitutionnel le plus tôt possible.

« Nous sommes préoccupés par l’intégrité physique et la santé du président Alpha Condé, et nous l’avons dit aux autorités militaires guinéennes lors de notre mission, qui était conduite par le chef de l’État ghanéen, Nana Akufo-Addo, à Conakry le 17 septembre. Le président [Mamady Doumbouya] du CNRD [Comité national du rassemblement et du développement] nous a donné des assurances à ce sujet », souligne-t-il.

Face à cette crise,  Alassane Ouattara assure qu’il est indispensable d’accompagner les Guinéens afin de minimiser l’impact de la transition sur les populations, dit-il, ajoutant qu’il faut revenir à l’ordre constitutionnel le plus tôt possible.

Pour prévenir désormais les coups d’Etat, le président Ivoirien suggère une autocritique de la gouvernance dans nos différents pays. « Car évidemment, une mauvaise gouvernance peut amener des militaires à intervenir dans le jeu politique, ce qui n’est pas souhaitable. Ceux qui sont au pouvoir doivent mieux tenir compte de la réalité, de l’évolution de leur pays et de toutes les couches sociales, notamment de la jeunesse, ainsi que du développement équilibré de l’ensemble du territoire national », estime-t-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Le CNRD pour une Guinée nouvelle : avancer tout droit vers le but sans se laisser distraire ! (Ousmane Gaoual Diallo)

Published

on

Votre publicité ici

Depuis l’avènement des militaires au pouvoir le 5 septembre 2021 sous la bannière du CNRD dirigé par le Colonel Mamady Doumbouya, la joie est quasi unanime de même que l’espoir dans la cité. Dans tout le pays c’est la détente après plusieurs années de crispation sur fond de lassitude pour la plupart des Guinéens.

Entre crises sociopolitiques et économiques nées d’une mal gouvernance calamiteuse si cruelle, le cocktail fut démesuré avec pour corolaire l’accentuation de la pauvreté et la misère dans le pays. Le spectacle s’est passé devant tout le monde quand la course à l’enrichissement illicite de l’ancienne classe dirigeante et ses innombrables complices avait pris une envolée flagrante.

Certains Guinéens sont de redoutables spécialistes des époques révolues tout comme ils sont de cyniques partisans des projets machiavéliques dont se sont rendus coupables tous les dirigeants de la Guinée avant leur fin de parcours souvent chaotique. Quand un chef arrive, des groupuscules soucieux de préserver leurs intérêts ou de bénéficier des avantages de la nouvelle donne, affleurent de toutes parts pour proclamer à cor et à cri une allégeance fantaisiste et opportuniste ayant contribué durant toutes ces années à la déconfiture de la nation.

Le CNRD est averti, par la rigueur dont il a fait montre depuis le début, moins sont les petits malins qui essaiment la rue, les espaces publics ou autres pour une quelconque campagne de soutien démagogique. Les premiers “essayistes” aux banderoles à l’effigie du Colonel Mamady Doumbouya en ont été vite dissuadés, donnant un peu plus un gage de confiance et d’espérance au bas peuple.

Mais attention, le CNRD doit rester vigilant car les mouvements de soutiens, s’ils ne parviennent pas à se frayer le chemin habituel, leurs tentacules semblent se limiter à une forme courante : les interminables déclarations de soutiens distillées tous les jours sur le petit écran de la télévision nationale. Elles sont en général l’émanation d’anciens opportunistes reconvertis qui, après avoir embouché la même trompette pour déclarer leur prétendue loyauté à l’ancien establishment, tentent encore de compromettre le présent. Tout sauf patriotique, cette espèce de caméléons humains est pire que le chiendent.

À l’orée des grandes réformes institutionnelles pour le meilleur de la Guinée et des Guinéens, il faut sonner le glas à toutes les tentatives d’intrusion inutiles ou de récupération dangereuse de quelque démarche saine du Colonel Mamady Doumbouya et ses frères d’armes qui jusqu’à preuve du contraire, inspirent confiance. Les journées de concertation engagées avec les forces vives de la nation sont une preuve du nouveau départ fait de rupture avec le passé infernal de la Guinée.

Par Ousmane Gaoual Diallo

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance