Connect with us

Politique

« Nous n’allons pas participer à une mascarade électorale », Cellou Dalein Diallo

Published

on

Votre publicité ici

En Guinée, la présidentielle approche à grands pas. Le premier tour aura lieu dans dix semaines, le 11 octobre. Et c'est dans cette perspective que Cellou Dalein Diallo, a été désigné candidat par le parti UFDG, l'Union des forces démocratiques de Guinée. C'était avant-hier (samedi) au terme d'un congrès de trois jours à Conakry. Quelle sont les chances de l'opposition face au président sortant Alpha Condé ? Pourquoi cette alliance surprise avec le très controversé Moussa Dadis Camara ? Sans détours, le numéro un de l'opposition répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

RFI : Cellou Dalein Diallo, vous avez perdu deux fois à la présidentielle de 2010 et aux législatives de 2013. Qu’est-ce qui vous fait penser que, cette fois, vous pouvez gagner la présidentielle d’octobre prochain ?

Cellou Dalein Diallo : Grâce aux erreurs, aux incohérences et aux échecs de M. Alpha Condé, aujourd’hui l’UFDG [Union des forces démocratiques de Guinée, le parti de Cellou Dallein Diallo, NDLR] est beaucoup plus fort qu’à la veille du premier tour de 2010. Parce que beaucoup sont déçus de la manière dont le pays est géré, de la gouvernance d’Alpha Condé. Il n’y a pas eu de progrès et on a moins de sécurité, moins d’unité nationale. Malheureusement, il n’y a pas eu de croissance : la croissance en 2013 a été de 2,3 %, elle a été nulle en 2014, elle sera négative en 2015.

L’épidémie Ebola ne peut-elle expliquer ces chiffres ?

Ça c’est 2014. En 2013 déjà, l’économie guinéenne n’a crû que de 2,3 %, alors que la Côte d’Ivoire faisait 9%, la Sierra Léone 14,8, le Libéria 7...

Samedi, lors de la clôture du congrès de votre parti, l’UFDG, vous vous êtes posé en « candidat du rassemblement », face à Alpha Condé, « candidat de la division ». Mais votre ancien allié Sidya Touré vous renvoie tous les deux dos à dos et affirme que vous êtes tout aussi communautariste que le président sortant Alpha Condé…

Ce sont des affirmations qui ne peuvent pas se vérifier sur le terrain. Je suis implanté dans l’ensemble des sous-préfectures du pays et les responsables du parti dans ces localités-là sont des gens issus de toutes les communautés nationales. Et croyez-moi, si j’ai fait 44 % au premier tour de l’élection présidentielle ce n’était pas que des ressortissants de ma communauté !

Votre force, c’est votre implantation dans la communauté peule. Mais n’est-ce pas aussi votre faiblesse ?

Non. Je ne suis pas implanté que dans la communauté peule. Aujourd’hui, si vous venez en Basse-Guinée ou en Basse-Forêt, je suis fortement implanté. Je crois même être la première force politique en Basse-Guinée !

Vous parlez de la Forêt. Pour sortir de votre isolement, vous avez conclu le mois dernier un accord électoral avec Moussa Dadis Camara, l’ancien putschiste qui serait encore influent en Guinée Forestière. Mais tout le monde se souvient du massacre du 28 septembre 2009. N’avez-vous pas fait alliance avec le diable ?

D’abord, je n’étais pas isolé. L’UFDG dispose de 54 fédérations, de plus de 300 sections dans le pays. Je ne suis pas isolé. C’est vrai qu’à l’approche de l’élection présidentielle, je cherche des alliances pour obtenir l’alternance en 2015. Mais je ne suis pas juge, je ne suis pas la justice. Je suis un homme politique et la justice doit continuer son travail.

Oui, mais, le 28 septembre 2009 157 personnes ont été tuées par balle ou à l’arme blanche. 109 femmes ont été violées. Tout cela s’est passé sous vos yeux. Vous avez vous-même été roué de coups… Et parmi toutes ces victimes, il y avait beaucoup de militants de votre parti, l’UFDG. Qu’est-ce que vous dites, aujourd’hui, aux survivants et aux proches de tous ceux qui sont morts ce jour-là ?

Oui. Moi-même j’ai été évacué très difficilement, ici, sur Paris, grâce notamment à l’intervention du président [sénégalais de l’époque, Abdoulaye] Wade. Mais ceci dit, je ne suis pas la Justice. En attendant, Monsieur Dadis Camara jouit de la présomption d’innocence. Il est à la tête d’un parti régulièrement agréé qui a un potentiel électoral important. Et on a décidé de conjuguer nos efforts pour obtenir cette alternance.

Mais croyez-vous que tous les proches des victimes de ce 28 septembre 2009 peuvent comprendre votre alliance avec l’homme qui gouvernait ce jour-là ?

Oui. Ils comprennent parfaitement. Je n’ai pas eu de reproches de la part de mes nombreux militants et même des associations des victimes que je soutien. Mais je dis : c’est à la justice de faire le travail. Moi, je suis leader d’un parti. En face, il y a un parti politique qui a un potentiel électoral important.

Et souvenez-vous qu’en 2010, Alpha Condé a demandé pour le deuxième tour le soutien de Dadis Camara… M. Dadis Camara a décidé de demander publiquement à ses partisans de soutenir Monsieur Alpha Condé. Et personne n’a rien dit !

En 2013, à l’occasion des élections législatives, M. Alpha Condé s’est déplacé pour aller à Ouagadougou pour demander à Dadis Camara de le soutenir. Dadis Camara a accepté et a demandé publiquement à ses partisans de le soutenir. Pourquoi on n’a pas reproché à M. Alpha Condé d’avoir fait ça en 2010 et en 2013 ?

Le 8 juillet dernier, Moussa Dadis Camara a été inculpé par la justice de votre pays pour le massacre du 28 septembre 2009. Toutes les organisations de défense des droits de l’homme se sont félicitées de cette décision de justice. En restant allié avec cet individu, ne risquez-vous risquez pas d’entacher votre réputation d’honnête homme ?

Non, pas du tout ! Parce que je pense que les gens peuvent faire la différence entre l’alliance entre deux partis politiques régulièrement agréés et la nécessité de rendre justice. Nous sommes tous – et M. Dadis Camara et moi – pour la manifestation de la vérité et pour la justice.

Si le scrutin n’est pas organisé comme vous le souhaitez le 11 octobre prochain, vous irez quand même à la bataille ?

Non. Nous n’allons pas vraiment participer à une mascarade électorale, si le dialogue n’aboutit pas. Et actuellement c’est l’agenda de M. Alpha Condé qui est en train de marcher : on traîne les pas, pour qu’à la dernière minute on dise qu’on ne peut pas faire les corrections, nous avons un fichier complètement tripatouillé ! Dans le fief de M. Alpha Condé, on a recensé les enfants, tous les enfants de plus de 8 ans ! Ils sont dans le fichier ! C’était au grand jour ! Nous ne pouvons pas aller aux élections avec un fichier qui ne peut pas garantir l’équité de cette élection présidentielle.

A quelles conditions accepterez-vous d’aller à l’élection du 11 octobre ?

On a envisagé de trouver une solution pour les communes : c’est de composer des délégations spéciales à la lumière des résultats de la proportionnelle aux dernières élections législatives, pour que chaque parti puisse être représenté en fonction du score qu’il a réalisé lors de ces élections.

Donc, à cette condition, vous irez le 11 octobre ?

A cette condition, mais aussi si l’on réussit à assainir complètement le fichier, pour qu’il soit un fichier qui représente la réalité du corps électoral.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Bruxelles : Cellou Dalein Diallo plaide pour un soutien de l’UE à la transition

Published

on

Votre publicité ici

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) séjourne depuis quelques jours à Bruxelles, en Belgique.

Cellou Dalein Diallo a saisi cette opportunité pour échanger avec Bernard Quentin, Directeur Afrique et Directeur général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) assisté de son collaborateur Roberto Olmi et de Madame Marie Shand, Responsable de la coopération internationale de la Commission européenne.  Echange au cours de laquelle, il a plaidé pour un soutien appuyé de l’Union européenne en faveur de la transition guinéenne. Transition entamée depuis le 05 septembre, jour de la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamady Doumbouya.

« J’ai saisi cette opportunité pour expliquer que l’ordre constitutionnel était déjà rompu en Guinée depuis le double scrutin du 22 mars et le hold-up électoral du 18 octobre 2020. C’est pourquoi j’ai défendu que l’intervention de l’armée doit être considérée comme un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel avant de plaider plutôt pour un renforcement de la coopération avec la Guinée et surtout un soutien appuyé de l’UE à la transition ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Nomination partielle du gouvernement de la transition en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Près de deux mois après la prise du pouvoir par l’armée, les membres du gouvernement  commencent à tomber à compte-goutte.

Ce jeudi 21 octobre, sur « proposition » du premier ministre Mohamed Beavogui, le président de la transition le colonel Mamady Doumoubya a procédé à la nomination de trois ministres et un secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Il s’agit du général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara, alias Idi Amin, précédemment ambassadeur de Guinée à Cuba, qui devient ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale. Egalement, le général à la retraite Bachir Diallo, précédemment attaché de défense à l’Ambassade de Guinée en Algérie, est nommé ministre de la Sécurité et de la protection civile. Mme Louopou Lamah, précédemment directrice nationale du commerce extérieure et de la compétitivité, prend pour sa part la tête du ministère de l’Environnement et du développement durable. Enfin, Abdourahmane Siké Camara, précédemment conseiller principal du ministre secrétaire général du gouvernement, devient le Secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Le nouveau Directeur de la Douane serait-il un promoteur du troisième mandat ?

Published

on

Votre publicité ici

La promesse du chef de la transition, le colonel Mamady Doumbouya, de ne pas procéder à un recyclage serait-elle un leurre ?  Oui, à y observer de prêt ses récentes nominations, dont celle d’hier à la tête de la Douane.

En effet, Selon nos confrères de Fim Fm, le nouveau successeur du Général Toumany Sangaré serait bien un promoteur de la présidence à vie en Guinée. Le colonel Moussa Camara jusque-là directeur de l’informatique et des statistiques, puisqu’il s’agit de lui, serait l’un des partisans du troisième mandat d’Alpha Condé, l’ex président renversé par un coup d’Etat, le 05 septembre.

A en croire à nos confrères, le nouveau Directeur de la Douane aurait  battu campagne l’année dernière en faveur du changement meurtrier de la constitution, ayant conduit le pays dans la dérive et l’impasse jusqu’au 05 septembre dernier, jour de la chute d’Alpha Condé.

Ce n’est pas la première fois que le chef de la junte  procède à des nominations polémiques. La semaine dernière, il avait aussi nommé plusieurs généraux proches d’Alpha Condé qu’il a mis pourtant à la retraite, au Conseil supérieur de la défense.

Face à cette situation, une dizaine d’organisation de la société civile a invité le président de la transition à respecter son engagement. Mais visiblement,  a cette allure la promesse semble  plutôt engager ceux qui la croit et non celui qui l’a tenu.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance