Connect with us

A LA UNE

Nigeria : plus de 150 disparus dans un naufrage sur le fleuve Niger

Published

on

Plus de 150 personnes sont portées disparues après le naufrage d'un bateau surchargé dans le nord-ouest du Nigeria, sur le fleuve Niger, ont annoncé mercredi les autorités locales, disant craindre qu'elles soient toutes noyées.

Le bateau venait de l'État du Niger et se dirigeait vers l'État de Kebbi.

La capacité du bateau était bien inférieure aux 180 passagers qu'il transportait, a déclaré aux journalistes le responsable local des Voies fluviales, Yusuf Birma.

À cette heure, seules 20 personnes ont été retrouvées vivantes, quatre mortes et les 156 restantes sont toujours portées disparues et vraisemblablement sous l'eau, a-t-il indiqué.

Il s'agissait d'un vieux bateau en bois et en mauvais état qui se rendait à un marché local et qui a coulé au bout d'une heure de trajet, a précisé M. Birma.

Le président Muhammadu Buhari, qualifiant d'épouvantable cet accident, a présenté ses condoléances aux familles, sans donner dans son communiqué de bilan officiel de la catastrophe.

De précédents bilans des autorités locales faisaient état d'une vingtaine de survivants sur environ 160 passagers, soit quelque 140 portés disparus.

Le navire transportait également une cargaison de sacs de sable extraits d'une mine d'or voisine, avait affirmé le responsable administratif du département de Ngaski, dans l'État de Kebbi, Abdullahi Buhari Wara.

Accidents fréquents

Durant la saison des pluies, les chavirements de bateaux sont fréquents sur les fleuves et rivières du Nigeria, où les navires sont souvent surchargés et mal entretenus. Ce dernier accident serait cependant l'un des plus meurtriers.

Au début de mai, un bateau surchargé avait chaviré et 30 personnes s'étaient noyées dans l'État du Niger. Le navire, qui transportait une centaine de personnes, s'était brisé en deux après avoir heurté une souche pendant une tempête alors qu'il revenait d'un marché.

En octobre 2017, au moins 17 personnes s'étaient noyées et 26 avaient disparu après le naufrage d'un bateau transportant une soixantaine de passagers sur le Niger, dans le nord-ouest du Nigeria. Il avait heurté un tronc d'arbre dans le fleuve, dont le niveau avait monté à la suite de fortes pluies.

En septembre de la même année, un bateau surchargé transportant 150 commerçants avait chaviré sur ce fleuve, faisant au moins 33 morts et 23 disparus.

En septembre 2013, 42 personnes avaient péri et une centaine avaient été portées disparues dans le naufrage d'un bateau surchargé qui s'était brisé sur le Niger, dans le centre du Nigeria.

Le 1e mars 2003 plus de 80 personnes étaient portées disparues après le naufrage d'un bateau qui avait heurté un rocher en traversant le fleuve Niger dans l'État de Kebbi.

Le Niger, un des trois plus grands fleuves du continent, après le Nil et le Congo, est la principale voie d'eau d'Afrique de l'Ouest.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Koundara : brève interpellation d’Abdoulaye Bah

Published

on

L’ancien président de la délégation spéciale de Kindia et membre de l’UFDG, Abdoulaye Bah, a été interpellé dimanche 25 septembre, à Koundara alors qu’il partait à Dakar au Sénégal pour accompagner son père malade.

Arrivé à la frontière avec un laissez-passer qui serait délivré par la police de Kindia alors que pour sortir du territoire national, ce document doit être délivré par la douane, il a été arrêté.

Mais après plusieurs heures de tractation, il a été finalement autorisé à continuer son voyage vers Dakar.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Sanctions contre la junte : plusieurs pays dont la Russie et la Chine apportent leur soutien à la Cédeao

Published

on

Le groupe du G5 (Etats-Unis, France, Chine, Angleterre et Russie) a décidé de soutenir les sanctions infligées à la junte guinéenne par la Cédeao ce 23 septembre.

Selon un officiel onusien cité par nos confrères de mediaguinee, ces pays se sont engagés à soutenir les efforts de l’organisation sous régionale face aux différents putschistes notamment en Guinée et au Mali. Surtout dans l’application des sanctions contre la junte guinéenne.

Au cours d’une réunion, l’une des réactions inattendues a été l’intervention des ambassadeurs de la Russie et de la Chine. Les deux pays ont fait savoir qu’ils seront du côté de la Cedeao dans sa démarche de gestion des transitions en Guinée, au Mali et au Burkina Faso, souligne la même source.

Peu après la prise des sanctions, le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, dans un ton baissé, a déploré la décision indiquant que la Guinée a besoin moins de sanctions que d'accompagnements. ‘’Et cet accompagnement doit absolument prendre en compte la compréhension du contexte et des spécificités de la crise guinéenne’’, dit-il dans un entretien avec RFI.

Poursuivant, il a indiqué qu’il est toujours possible de discuter avec la Cedeao sur la durée de la transition, fixée à 3 ans par la junte, mais que l’organisation sous régionale rejette catégoriquement jugeant le délai trop long.

« Elle est toujours possible. À partir du moment où ils peuvent nous apporter des éléments objectifs sur le contenu, on peut tout discuter. Nous l’avons dit clairement : en combien de temps la Cédéao estime que la Guinée peut se doter d’un fichier électoral ainsi que d’un fichier d’état civil qui garantit sa qualité ? Et il faut l’adhésion de tous, parce qu’il faut le faire de façon à ce que chacun puisse avoir les moyens de contrôler ce fichier et de s’assurer que les parties qui le concerne y sont. Si la Cédéao estime que cela est faisable en trois mois, et bien la transition prendra trois mois. Ce n'est donc pas la durée qui pose problème, c’est ce qu’il faut faire », dit-t-il.

A l’issue d’un sommet extraordinaire de la Cédéao tenu jeudi 22 septembre au soir à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, les dirigeants des États ouest-africains ont décidé de prendre des « sanctions progressives » contre la junte militaire en Guinée face à l'inflexibilité des militaires pour une date de retour des civils au pouvoir.

Ces mesures incluent "le gel des avoirs financiers" des dirigeants, assujetti d’une "interdiction de voyager" ainsi que la suspension "de toute assistance et transaction financière en faveur de la Guinée par les institutions financières de la Cédéao", selon le communiqué publié au lendemain de la réunion.

Dans le communiqué, l’organisation fixe un ultimatum d’un mois à la junte guinéenne pour décliner un calendrier acceptable de la transition, faute de quoi, des sanctions plus sévères seront prises, prévient-elle.

Par Alpha Abdoulaye Diallo   

Continue Reading

A LA UNE

Sanctions contre la junte : voici les membres du CNRD et du gouvernement concernés

Published

on

A l’issue d’un sommet extraordinaire de la Cédéao tenu jeudi 22 septembre au soir à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, les dirigeants des États ouest-africains ont décidé de prendre des « sanctions progressives » contre la junte militaire en Guinée face à l'inflexibilité des militaires pour une date de retour des civils au pouvoir.

Ci-dessous la liste des membres du CNRD et du gouvernement concernés. En plus d’eux, il faut noter que des membres du CNT, dont son président Dansa Kourouma, figureraient partie des personnes sanctionnées. Des sanctions allant du gel de leurs avoirs à l’étranger à leur interdiction de voyage.

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance