Connect with us

A LA UNE

Niger : La fierté d’un démocrate

Published

on

Votre publicité ici

« Fier » de son bilan, Mahamadou Issoufou, 68 ans, qui quitte volontairement le pouvoir à l’issue de ses deux mandats comme président du Niger, se veut « optimiste » pour l’avenir de son pays et du continent, qu’il aimerait voir émerger malgré le djihadisme, la démographie galopante ou la difficile intégration continentale. Son pays, parmi les plus pauvres du monde, est en proie aux attaques djihadistes récurrentes qui ont fait des centaines de morts. Il a aussi le record mondial de fécondité avec 7,6 enfants par femme, ce qui entrave le développement d’un pays, marqué de surcroît par les coups d’Etat.

« C’est la première fois depuis soixante ans qu’il y a un passage de témoin d’un président démocratiquement élu vers un autre démocratiquement élu. On est en train d’asseoir une tradition démocratique », se réjouit-il, à l’issue des deux mandats, nombre maximum prévu par la Constitution. Il assure ne pas avoir eu à résister aux sirènes d’un troisième mandat, comme certains de ses pairs africains, qui s’accrochent au pouvoir. « On ne peut pas avoir des institutions fortes en tripotant les Constitutions, en changeant la règle du jeu en cours de jeu. Je ne peux pas m’engager dans l’aventure d’un troisième mandat. Cela aurait affaibli les institutions que nous sommes en train de construire », souligne-t-il.

« La démocratie, c’est la liberté et l’ordre »

Le grand favori de l’élection présidentielle, dont le second tour se tiendra le 20 février, n’est autre que Mohamed Bazoum, son dauphin et bras droit, qui a bénéficié de l’appareil d’Etat pour sa campagne. Mahamadou Issoufou balaie les accusations des opposants nigériens qui taxent le pays de « démocrature », regrettant des interdictions de manifester ou des arrestations fréquentes de militants de la société civile. « La démocratie, c’est la liberté et l’ordre, répond le président. Il n’y a pas de démocratie sans ordre, de la même manière qu’il n’y a pas de démocratie sans liberté. »

Sur le plan de la lutte contre le djihadisme, il demande une « coalition internationale », l’un de ses leitmotivs. « Tout le Sahel est infesté. La sécurité est un bien public mondial. Ce qui se passe au Sahel concerne le reste du monde. Si le terrorisme arrive à prendre pied en Afrique, il prendra pied en Europe », estime M. Issoufou, alors que son pays a subi samedi la plus meurtrière attaque djihadiste contre des civils avec cent morts.

Le président se fâche quand on évoque les critiques locales à l’égard de la présence des forces étrangères, notamment françaises, au Sahel : « Ce ne sont pas des interventions étrangères, ce sont des interventions d’alliés. Nous avons une guerre contre un ennemi. Dans toutes les guerres, il y a des alliances ». Et de « s’étonner » que ceux-là même qui critiquent les opérations étrangères « ne dénoncent pas les terroristes ».

Le Monde avec l’AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Crise à la feguifoot : la FIFA nomme finalement un comité de normalisation

Published

on

Votre publicité ici

La FIFA a décidé de nommer un comité de normalisation pour la Fédération Guinéenne de Football (FGF) à la suite de plusieurs irrégularités survenues ces derniers temps dans le cadre de l’organisation du congrès électif. La décision a été annoncée ce lundi 29 novembre 2021 dans un communiqué.

Cette comité de normalisation aura pour mandat de : gérer les affaires courantes de la FGF ; déterminer, en coopération avec l’administration de la FIFA, si des dispositions spécifiques des statuts ou du code électoral de la FGF doivent être amendées en vue de la procédure électorale ; s’assurer que les nouveaux membres des commissions électorale et de recours électoral et, le cas échéant, des organes juridictionnels soient nommés par le congrès de la FGF ; une fois les nouveaux membres susmentionnés nommés, s’assurer que l’élection du comité exécutif de la FGF puisse être menée conformément aux statuts et règlements applicables de la fédération.

« Le comité de normalisation se composera d’un nombre opportun de membres, qui seront désignés conjointement par la FIFA et la CAF dès que possible. Tous ces membres feront l’objet d’un contrôle d’éligibilité mené par la Commission de Contrôle de la FIFA, conformément au Règlement de Gouvernance de la FIFA. Aucun d’entre eux ne sera éligible pour les postes à pourvoir lors des élections de la FGF, quelles que soient les circonstances », souligne la FIFA.

Le mandat du comité de normalisation expirera au plus tard le 30 juin 2022.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé serait transféré à Landreah

Published

on

Votre publicité ici

L’ex président Alpha Condé aurait été transféré hier nuit à la résidence de son épouse, Djènè Kaba, située en bordure de mer au quartier Landreah, dans la commune de Dixinn.

Selon nos confrères de Fim fm qui donne l’information, un important dispositif sécuritaire a été déployé au tour de la résidence de l’ex première dame, toujours hors du pays.

Renversé par un coup d’Etat le 05 septembre, Alpha Condé était détenu au palais Mohammed V.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Trois pays frontaliers à la Guinée s’engagent à soutenir la transition

Published

on

Votre publicité ici

Trois pays frontaliers à la Guinée se sont engagés à soutenir la transition guinéenne. Le Libéria, la Sierra Leone et la Côte d'Ivoire ont déclaré qu'ils vont intensifier leurs efforts pour accompagner la Guinée vers le retour à un régime civil, après la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre.

Les quatre pays font partie de l’organisation régionale dénommée : l'Union du fleuve Mano (UFM), qui a tenu une conférence de deux jours (le 22 au 23 novembre)  au Libéria.

Le secrétaire général de l'UFM, Medina Wesseh, a déclaré à la BBC que son équipe a été invitée à s'entretenir avec les autorités guinéennes "afin d'élaborer un cadre pour le retour à l'ordre constitutionnel en Guinée".

Il se rendra avec les ministres des Affaires étrangères, des ministres de la défense, des chefs d’état-major des armées de ces trois pays en Guinée dès le 2 décembre 2021 avant le prochain sommet de la CEDEAO qui se tiendra le 12 décembre prochain.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance