Connect with us

A LA UNE

Monenembo à Guterres : « fermer les yeux sur les coups d’État constitutionnels, c’est légitimer les coups d’État militaires »

Published

on

Le célèbre écrivain Guinéen est revenu sur la chute d’Alpha Condé. Dans une tribune publiée par le point, Tierno-monenembo estime que l’ancien président Guinée est le ‘’seul et unique responsable de sa descente aux enfers’’, en raison de son « obstination » à briguer un troisième mandat.  « C’est la goutte qui a fait déborder le vase. Sans ce fichu troisième mandat, il n’y aurait pas eu de coup d’État » dit-il.

Il a aussi profité de cette tribune pour répondre au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a condamné fermement le coup d’Etat et a appelé à la libération immédiate de l’ex président Alpha Condé. Pour le romancier, « fermer les yeux sur les coups d’État constitutionnels, c’est légitimer les coups d’État militaires ».

Ci-dessous la Tribune :

Ah, le lamentable sort où conduisent la bêtise et l’entêtement ! Alpha Condé est donc tombé, victime de ce qu’il est convenu d’appeler le virus du troisième mandat. Celui que les cabinets de communication parisiens appelaient sans peur du ridicule le « Mandela de la Guinée » a mordu la poussière pour avoir bravé le bon sens et la raison. Seulement, rien ne dit que les insoutenables images de sa chute serviront de leçon aux Alpha Condé en herbe qui rêvent d’escalader les rives escarpées de la mégalomanie.

Alpha Condé se rêvait en « Mandela d’Afrique de l’Ouest »

Les dieux de la politique sont pires que Jupiter : ils rendent absolument fous ceux qu’ils veulent perdre. Et malheureusement, l’Histoire, ce « total des choses qui auraient pu être évitées » (K. Adenauer) ne servira jamais de leçon. Alpha Condé ne pouvait éviter ce qui vient de lui arriver. On a même l’impression qu’il a remué ciel et terre pour s’attirer les foudres des Guinéens. Alors qu'il avait été élu en 2010 dans des conditions plus que douteuses, ceux-ci lui avaient néanmoins accordé le bénéfice du doute au motif qu’il avait refusé de se mouiller avec les régimes de Sékou Touré et de Lansana Conté. On pensait à tort qu’il se serait surpassé pour asseoir sa légitimité, que sa virginité politique servirait de tremplin pour un nouveau départ ; pour une Guinée nouvelle, ayant définitivement rompu avec ses vieux démons (la haine, les discours faciles, la misère et la répression). Mais non, cet homme, sur tous les plans, a agi en deçà de ce qu’on attendait de lui. Jamais peut-être président africain ne s’est montré aussi décevant

Dix ans de gabegie

Le bilan économique et social s’avère particulièrement maigre en dépit d’une légère amélioration de la desserte en électricité. Et pourtant, la Guinée, qui n’exportait que 10 000 000 de tonnes de bauxite à son arrivée au pouvoir, en exporte aujourd’hui 80 000 000. Un accroissement de 70 000 000 ! Où est parti cet argent ? Cet ancien dirigeant de la FEANF, renommé pour ses discours anti-impérialistes et ses violentes diatribes contre les dirigeants pourris du continent, a érigé le système le plus corrompu de l’histoire de la Guinée. Ne parlons pas du tribalisme devenu le mode régulier de sa gouvernance !

Seul responsable de sa chute

Mais c’est son obstination à briguer un troisième mandat en violation flagrante de la Constitution sur laquelle il a prêté serment, qui a fait tomber le masque de ce dirigeant cousu de fil blanc. C’est la goutte qui a fait déborder le vase. Sans ce fichu troisième mandat, il n’y aurait pas eu de coup d’État. Alpha Condé est le seul et unique responsable de sa descente aux enfers. Que ces messieurs de la communauté internationale arrêtent donc de nous bassiner les oreilles avec leurs sermons, leur justice à deux vitesses et leur indignation mal placée. Où étaient-ils quand leur protégé, Alpha Condé, tuait et emprisonnait à tour de bras ? Qu’entendent-ils par « retour à la légalité constitutionnelle », cette belle formule qui, on le sait, ne vaut que pour les copains ?

À ce propos, la réaction d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, ne surprend personne : il « condamne fermement toute prise de pouvoir du gouvernement par la force du fusil et appelle à la libération immédiate du président Alpha Condé ». Il ne me souvient pas avoir entendu ce monsieur prononcer un seul mot sur le hold-up constitutionnel opéré par le président déchu, un vieux pote qu’il a connu dans les couloirs de l’Internationale socialiste du temps où il en assurait la vice-présidence.

Mais Monsieur Guterres, fermer les yeux sur les coups d’État constitutionnels, c’est légitimer les coups d’État militaires.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mauritanie : des guinéens arrêtés pour tentative d’entrer illégale à Nouakchott

Published

on

Une dizaine des ressortissants guinéens auraient été arrêtés dans la matinée de ce vendredi 24 juin 2022, au kilomètre 100 sur la route Rosso Nouakchott, alors qu’ils tentaient d’entrer illégalement dans la capitale.   

Selon Sahara Medias qui donne l’information, c’est un chauffeur d’une citerne appartenant à l’une des sociétés de lait qui tentait de faire passer ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils seraient détenus dans un poste de la gendarmerie mauritanienne.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Dialogue politique : la rencontre de ce vendredi reportée

Published

on

Finalement, la troisième session du cadre de concertation prévue ce vendredi 24 juin 2022 n’aura pas lieu. Elle a été reportée à lundi prochain a annoncé le premier ministre dans un communiqué lu jeudi soir à la télévision nationale.

Selon Mohamed Béavogui, ce report s’explique par la « volonté exprimée du CNRD et du Gouvernement de mobiliser l’ensemble des acteurs socio- politiques autour de la table du dialogue pour une transition inclusive et apaisée ».

Il faut noter que ce report intervient alors que plusieurs coalitions politiques, dont l’ANAD et la CORED avaient déjà décliné l’invitation, au motif qu’elle ne cadre pas avec l’esprit de la déclaration du premier ministre du 20 juin dernier, déclaration dans laquelle, le chef du gouvernement a lancé un appel au dialogue, estimant qu’il n’est jamais trop tard pour se retrouver et qu’aucun sacrifice n’est de trop dans la construction du pays.

« Nos divergences doivent servir de point de départ pour des discussions constructives afin de mettre en œuvre les actions concrètes et nécessaires qui permettront le retour à l’ordre constitutionnel. Une invitation sera adressée par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation à tous les acteurs politiques et sociaux pour une rencontre que je présiderai, dans les prochains jours, pour définir ensemble des modalités d’un véritable dialogue sans tabou, franc et inclusif », a-t-il poursuivi, soulignant que le gouvernement mettra à contribution la CEDEAO, l’UA et les Nations unie et s’appuiera également sur l’expérience du G5 en matière de suivi du dialogue.

L’ANAD de Cellou Dalein Diallo, la Cored de Mamadou Sylla, ainsi que le RPg arc en ciel, l’ex parti au pouvoir et le Fndc-politique, n’ont pas pris part aux deux précédentes sessions du cadre de concertation pilotée par Mory Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance