Connect with us

Politique

Modification de la constitution : des ONG exigent une excuse publique du Général Sékouba Konaté

Published

on

Votre publicité ici

Plusieurs ONG ont sévèrement critiqué la récente sortie médiatique de l’ancien président de la transition, le Général Sékouba Konaté. Une sortie au cours de laquelle il s’est prononcé en faveur de la modification de la constitution, afin de permettre au président Alpha Condé de faire 7 ans au lieu de 5 au pouvoir.

Pour se corriger, l’OGDH (organisation guinéenne des défenses des droits de l’homme) et cinq autres ONG, dans une déclaration, ont exigé du Général une excuse publique au peuple de Guinée.

DÉCLARATION

A l'occasion de ce nouvel an 2016, l’OGDH et les Organisations homologues signataires de la présente déclaration que sont, la CODDH, MDT, AVIPA, ASF/Guinée, la LIGUIDHO présentent au Peuple de Guinée et à l'ensemble de la famille des défenseurs des droits de l'Homme, leurs vœux de bonne et heureuse année. Que l'année nouvelle épargne la Guinée des soubresauts que connaissent certains pays et de fléaux telle la fièvre hémorragique à virus Ebola qui a porté un sérieux coup au processus de construction nationale entrepris après le scrutin pluraliste de 2010.

Si nos organisations se réjouissent du passage de l'année 2015 à l'année 2016 dans le calme et la sérénité, des déclarations hasardeuses lâchées par des esprits chagrins les amènent à tirer la sonnette d'alarme. En effet, par presse interposée, des voix s'élèvent déjà pour suggérer une modification de l'article 27 de la Constitution fixant, par son alinéa 2, la durée du mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une fois. Parmi ceux qui prônent cette idée  figure l’ex-président de la transition le Général Sékouba KONATE, celui-là même qui avait promulgué cette Constitution en 2010 alors qu'il présidait le gouvernement de transition et M. Saadou KEITA actuel gouverneur de la région administrative de Labé. L'on se souvient encore comment, de Kankan, une telle idée avait été brandie et mise en œuvre lorsqu'il était question de faire sauter le verrou de la limitation de l'âge et du nombre de mandats dans la Constitution en vigueur sous l'ère du Général Lansana Conté.

Les organisations signataires de cette déclaration mettent en garde ceux qui, pour des ambitions personnelles, veulent inciter le président de la république à s'engager dans une aventure qui risque de mettre en danger un processus démocratique encore fragile et acquis au prix d'énormes sacrifices avec des plaies qui ne se sont pas encore cicatrisées.
Pourquoi, c'est maintenant que l'ex-président de la transition suggère une telle modification alors qu'il avait les coudées franches pour le faire avant de promulguer la Constitution? C’est pourquoi, les organisations signataires exigent que le Général Sékouba KONATE, pour ne  pas se prêter au jeu des révisionnistes, fasse une déclaration publique par laquelle il retire ses propos.

Le Burkina Faso vient de payer le prix fort par la faute de certains agitateurs qui ont poussé le président Blaise COMPAORE à modifier l'article 37 de la Constitution alors qu'il terminait son dernier mandat. Au Burundi, la situation est encore tendue et le pays est au bord de l'implosion parce que les autorités de la place ont modifié la Constitution.

Veut-on pousser la Guinée vers une nouvelle crise politique dont elle pourrait se faire l'économie pour se consacrer aux grands chantiers qui l'attendent? En tout état de cause, les organisations signataires se font le devoir de rappeler les dispositions de la Constitution en ses articles 27 et 154 qui prévoient :

"Le président de la République est élu au suffrage universel direct. La durée de son mandat est de cinq ans, renouvelable une fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels, consécutifs ou non" (art 27)

"La forme républicaine de l'État, le principe de la laïcité, le principe de l'unicité de l'État, le principe de la séparation et de l'équilibre des pouvoirs, le pluralisme politique et syndical, le nombre et la durée des mandats du président de la République  ne peuvent faire l'objet d'une révision" (art 154).

Toute tentative de toucher à une de ces dispositions étant une violation grave de la Constitution,  les organisations signataires de la présente déclaration lancent un appel :

·         Au peuple de Guinée et aux organisations de la société civile afin qu'ils se tiennent mobilisés pour barrer la route aux reliques de la mal gouvernance qui sont encore tapies dans les rouages de l'Etat et qui ne prospèrent que dans un environnement où la démagogie et les manœuvres politiciennes ont de beaux jours devant elles.

·         Aux institutions républicaines qui doivent rester en éveil pour mettre la Guinée à l'abri des crises de gouvernance et errements qui ont caractérisé les différents gouvernements que le pays a connus du fait de leur indifférence face aux dérives de tous genres. La Cour Constitutionnelle doit effectivement et efficacement jouer son rôle en tant que gardienne de la Constitution.

·         Au Président de la République, garant du respect de la Constitution et artisan de la lutte pour un retour de la Guinée dans le giron des Etats démocratiques, pour qu'il ne succombe pas aux sirènes des "faiseurs de rois" voulant l'inciter à remettre en cause des acquis obtenus dans la douleur. Il doit comprendre que ses amis sont le plus souvent ceux qui sont prompts à formuler des réserves sur certains de ses faits et gestes et non ceux qui approuvent ou louent de façon mécanique tout ce qu'il pose comme actes. Il doit garder en mémoire les dispositions de l'article 35 de la Constitution.

Etre le "Mandela de la Guinée" c'est à la fois résister à toutes les tentations qui pourraient entacher l'œuvre accomplie mais aussi savoir partir à temps. Ceux qui brandissent le spectre de la modification constitutionnelle sont animés par toute autre chose que le rayonnement de la Guinée.

·         Aux partenaires bi et multilatéraux de la Guinée pour qu'ils fassent preuve d'anticipation afin que cette construction démocratique façonnée patiemment et longuement ne s'écroule comme un château de cartes. Le combat pour l'instauration d'un Etat fondé sur le respect des principes républicains est le fruit de beaucoup de sacrifices et ne devrait pas s'arrêter en si beau chemin.

Organisations signataires                        

DIALLO Abdoul Gadiry           Mme Asmaou DIALLO        Me Frédéric Foromo

Président OGDH                Présidente de l’AVIPA                 Président de MDT                                                    

BAH Souleymane                     Me Labila Michel SONOMOU      Me Emmanuel BAMBA

Président de la CODDH              Président ASF/Guinée          Président de la LIGUIDHO      

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Non-lieu prononcé pour certains détenus politiques : première réaction de Cellou Dalein Diallo

Published

on

Votre publicité ici

Le principal opposant guinéen vient de réagir suite à la libération de certains détenus politiques pour délits non constitués, six mois environ après leur arrestation.

Pour Cellou Dalein Diallo, s’il faut se réjouir de l’acquittement de ‘’ces citoyens injustement incarcérés depuis bientôt 6 mois’’, il craint que cette décision ne soit qu’une simple opération de communication visant  ‘’à soutenir la campagne déclenchée par le gouvernement pour accréditer l’idée selon laquelle notre justice serait indépendante’’.

« Soyons vigilants car cette décision de non-lieu rendue aujourd’hui en faveur de ces 30 militants de l’opposition tout comme les verdicts qui seront prononcés contre les leaders de l’UFDG, de l’ANAD et du FNDC, sont des décisions dictées par Alpha CONDE », dit-il dans un post publié ce samedi sur sa page facebook.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé demande des sanctions contre les auteurs des rackets sur la route

Published

on

Votre publicité ici

Le président Alpha Condé a instruit à son ministre de la Sécurité d’envisager des sanctions contre les auteurs des barrages non-autorisés et les rackets policiers sur la route. Il a donné cette instruction ce jeudi en marge de la session ordinaire du conseil des ministres.

« Il (Alpha Condé, ndlr) a instruit au Ministre de la Sécurité d’envisager des sanctions contre les auteurs des barrages non-autorisés ou des pratiques de racket systématique aux points de contrôle », a-t-il demandé selon le compte rendu du conseil des ministres.

Poursuivant, le chef de l’Etat a expliqué que le contrôle de sécurité est la seule raison de l’érection des barrages.

Pour mettre donc un terme à leur prolifération anarchique sur le territoire national qui est ‘’très dommageable aux transporteurs et aux usagers de la route’’, dit-il, il a demandé au gouvernement d’engager la réflexion, dès maintenant, pour les mesures à prendre afin de réglementer les barrages routiers en Guinée.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé à la reconquête de Paris

Published

on

Votre publicité ici

Les pourfendeurs de la présidence à vie l’ont appris à leurs dépens. La France se prépare à réserver un accueil historique aux invités du « Sommet sur le financement des économies d’Afrique subsaharienne . Le président guinéen Alpha Condé sera de la partie. Cet ancien fonctionnaire français, opposant historique et actuel élu pour un mandat de 6 ans à la tête de la Guinée, ne demandait que cela pour se donner un bain de jouvence confirmant son 3e mandat dans ce que Paris a de plus noble et de plus prestigieux : le site du Sommet.

L’information est une exclusivité du site Finan-cialafrik.com qui écrit : «La ville de Paris abrite, le 18 mai 2021, un Sommet sur le financement des économies d’Afrique subsaharienne auquel le président français Emmanuel Macron a invité ses homolo-gues Félix Tshisekedi (RDC), Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud) , João Lourenço (Angola), Uhuru Kenyatta (Kenya), Alpha Condé (Guinée), Denis Sassou Nguesso (Congo), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Macky Sall (Sénégal), Muhammadu Buhari (Nigéria) et Paul Kagame (Rwanda).»

Officiellement, «Cette rencontre vise à apporter un soulagement aux pays touchés économiquement par les effets de la pandémie de Covid-19 et à réfléchir sur de nouvelles sources de financement. En effet, après avoir fortement baissé dans les années 1990, la dette des pays africains s’est envolée entre 2005 et 2019, passant de 100 à 309 milliards USD, selon des experts. Ainsi, les réflexions porteront sur le traitement de la dette pour de nouvelles stratégies qui pourraient être soutenues par des réformes courageuses allant notamment dans le sens de renforcer le secteur privé africain et promouvoir de nouveaux investissements.»

Condé en opération de séduction

En réalité, Paris a besoin de s’assurer que son influence africaine est intacte dans tous ces pays. Un tête-à-tête est prévu avec certains chefs d’Etat dont Alpha Condé. Mais tout dépendra du calendrier du président hôte. Tout compte fait, Alpha Condé est un français ayant servi ce pays avant de se lancer corps et âme dans la conquête du pouvoir suprême en Guinée. Il a encore ses amis et ses réseaux dans la haute sphère de décision. Son «frère jumeau» le cofondateur de Médecins sans frontières et de Médecins du monde, et ancien ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner et son nouvel allié l’ancien président français Nicolas Sarkozy, sont mis à contribution pour faciliter un tête-à-tête avec  Emmanuel Macron.

S’ils y parviennent, Condé aura réussi son coup de marketing. L’opposition guinéenne n’aura plus que ses yeux pour pleurer la «prise en otage de l’alternance» démocratique dans le pays.

L’opposition se prépare à revendiquer

Toutefois, cette opposition ne se laisse pas faire. Plusieurs organisations ont prévu de conduire des mouvements de protestations pour dénoncer la démocrature imposée en Guinée par l’ancien opposant historique dont l’avènement aux affaires a été soutenu par plusieurs officiels français.

Le porte-parole du Collectif pour la transition en Guinée (Ctg), le guinéo-français Ibrahi-ma Sorel Keita appelle les membres de la diaspora à se mobiliser pour faire entendre leur voix pendant le sommet. Il s’agit, dit-il, de mener des actions pour «sauver ce pays» des mains d’Alpha Condé.

Pendant la répression des manifestations opposés à l’organisation du double scrutin référendaire et législatif du 22 mars 2020, ayant ouvert le boulevard du 3e mandat à Alpha Condé, Amnesty International et plusieurs autres Ong de défense des droits de l’homme ont déploré la tuerie d’opposants par les forces de défense et de sécurité.

Au moment où Alpha Condé se prépare à assister à ce sommet, plusieurs opposants au changement de la Constitution de 2010 et deux journalistes sont en détention à la Maison centrale, la principale prison de Conakry.

Par Le Populaire

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance