Connect with us

Politique

Militarisation de Kerema (N’Zérékoré ): le BL de Faya Millimono dénonce « l’intimidation » du pouvoir

Published

on

Le Bloc Libéral (BL) dénonce et condamne l’incursion de l’armée nationale dans la localité de Kéréma, Préfecture de N’Zérékoré. Cette  présence de militaires armés jusqu’aux dents dans cette localité, pourtant paisible, remonte au 23 juillet 2015. Elle suscite de profondes inquiétudes quand on sait que  des citoyens de  Kéréma ont déjà été arrêtés, déférés et détenus à Conakry, sur ordres du régime tribal et néofasciste d’Alpha Condé. Ces arrestations, qui remontent au 7 mai, 2015, ont été faites en violation de plusieurs  articles  de la Constitution Guinéenne de 2010, et du Code pénale en vigueur! En outre, il y a le fait que les véhicules à bord desquels les militaires sont venus soient repartis presque vides. Ce détail est troublant pour qui connait la propension du régime tribal et néofasciste d’Alpha Condé au machiavélisme! Il  est fort possible  que les militaires qui sont cachés dans la brousse s’engagent dans le montage d’actes répréhensibles par la loi, comme la fabrication de caches d’armes, par exemple. De telles faits pourraient être attribuées à des candidats aux présidentielles en vue de les mettre hors de la course électorale. La série d’évènements carabinés devient plus atterrante quand on se rappelle que le Président Alpha Condé a déjà déclaré, qu’une rébellion est en préparation dans la forêt de Kéréma. Il a fait cette déclaration dans un discours tenu en meeting public le 22 Mai à N’Zérékoré. Était-ce pour préparer les esprits pour ce qui se passe en ce moment ? Seule la suite des évènements situera les Guinéens.

Après analyse, il ressort que l’expédition  militaire à Kéréma est une facette de la stratégie du régime face à son rejet de plus en plus évident par l’électorat Forestier. En effet, ces actions relèvent d’une campagne  d’intimidation des habitants de cette région au profit du régime en vue  des présidentielles de 2015. Il est évident que les populations de cette contrée se souviennent  encore du massacre des habitants de Zoghota par des éléments de l‘armée, dans la nuit du 3 au 4 Août 2012. La sournoiserie qui caractérise les manœuvres effectuées à Kéréma évoque assez bien la perfidie qui avait caractérisé l’attaque nocturne de villageois désarmés de Zoghota.

Cette politique machiavélique du régime tribal et néofasciste est surtout orientée vers la Région Forestière. Il est connu de tous que cette partie du pays était souvent resté fidèle aux régimes dictatoriaux de Conakry, malgré les souffrances qu’ils ont causées et continuent de causer à la population guinéenne. Partant de ce fait, le régime tribal et néofasciste d’Alpha Condé considère les citoyens de cette région comme destinés à servir d’éternels bétails électoraux. Mais de nos jours, la forêt  est séduite par des leaders jeunes et compétents dont le charisme porte ombrage au septuagénaire Alpha Condé. C’est pourquoi, son régime qui est aux abois engage des combines politiciennes afin de militariser la région, en pleine mutation politique, et de s’adonner à des intimidations et des massacres de population innocentes.

En effet, la dynamique d’éveil de consciences politiques dans cette région (marches des femmes qui exigent le retour de Moussa Dadis Camara,  déclarations  des partis politiques bien implantés dans la  région de possibilités d’alliances non favorables au RPG-Arc-en-ciel, lettres ouvertes d’organisations de la société civile de la région dénonçant les exactions du régime dans leur région, etc.…) est perçue comme des faits prémonitoires qu’il faut conjurer à tout prix. C’est dans ce cadre que le dossier Dadis a été politisé;  C’est aussi dans ce cadre que Dr Faya Millimouno, Président du Bloc Libéral, a été lâchement accusé, sans aucune preuve, de vouloir organiser une insurrection populaire en Région Forestière. Ces méthodes machiavéliques surannées et inadéquates visent à réinventer le climat  du complot permanent qui a prévalu pendant longtemps en Guinée.

Le Bloc Libéral appelle les Guinéens à la vigilance pour déjouer les tentatives de manipulation et d’intimidation du régime. L’occasion d’obtenir la liberté politique sera offerte aux électeurs en octobre 2015 ; ce jour-là, prenez votre liberté en faisant le bon choix. La Guinée a besoin de rupture afin qu’elle s’engage sur la voie de développement socioéconomique ; elle a donc besoin d’une politique de développement et non d’une politique politicienne que pratique l’actuel régime.

Fait à Conakry, le 28 Juillet 2015

Le Bloc Libéral

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Guinée : création d’une école d’état-major

Published

on

Dans un décret lu mercredi 29 juin 2022 à la télévision nationale, le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, a créé une école d’état-major en République de Guinée.

Cette nouvelle école en abrégé EEM a été placée sous l’autorité du chef d’état-major des armées.

« Elle est située à Conakry au Camp Alpha Yaya Diallo, elle peut être transférée à tout autre lieu du territoire national en raison des nécessités de service lorsque les circonstances l’exigent », précise le décret.

Elle va être dirigé par le colonel N’Famara Oularé, précédemment préfet de Kissidougou.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Notre sort en de bonnes mains Cédéaoennes

Published

on

Organiser les élections et quitter la scène politique dans les plus brefs délais. Voilà ce que demande, plus que tout autre chose, la Cédéao au régime du colonel. L’organisation ouest-africaine tient au retour à la démocratie en Guinée. Elle y travaille lentement mais sûrement. Avec la junte, elle manie la carotte et le bâton. A un moment, elle a décidé de sanctionner le régime du colonel s’il ne présentait pas un calendrier de transition acceptable avant fin avril 2022. Ce délai est passé.

Elle a accepté de se faire violence afin d’amener la junte à saisir cette occasion pour revenir à de meilleurs sentiments. Au bilan, rien n’a marché. La Cédéao a conseillé la junte de se mettre ensemble avec les forces sociopolitiques pour proposer souverainement un calendrier et définir les tâches de la transition. La junte n’a pu se soumettre à cette demande.

On lui a fait savoir qu’en de tels moments, suivre la voie tracée par la Cédéao est une nécessité, sinon le régime court le risque d’être l’auteur de sa propre caricature. Elle a préféré se confier au CNT.  C’est là où, évidemment, le bât blesse à quelques heures du 3 juillet. Date à laquelle l’organisation ouest-africaine, qui tient la démocratie en de bonnes mains, va infliger des sanctions au régime du colonel en raison du retard pris dans l’organisation du retour des civils au pouvoir.

J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo (Billet paru dans Le Populaire du lundi 27 juin 2022)

Continue Reading

A LA UNE

Transition : le président du CNT s’agace contre le premier ministre

Published

on

Le président du conseil national de la transition (CNT)  n’a pas mâché sa ‘’colère’’ contre le premier ministre.

A l’occasion du  lancement de l’atelier de formation des conseillers nationaux ce  29 juin,  Dansa Kourouma  s’est offusqué que plus de dix mois depuis le début de la transition, Mohamed Béavogui n’a toujours pas déclaré sa politique générale. Face à cette situation, il a lancé une dernière interpellation au chef du gouvernement, chargeant ainsi le ministre du Budget, présent à la cérémonie, de lui transmettre le message.

« Nous voulons savoir les grands axes stratégiques. Comment ce gouvernement compte transformer le quotidien des Guinéens ? Nous sommes pressés. C’est la troisième interpellation officielle de ma part. Je l’ai fait par courriers, je l’ai fait par rencontre. Aujourd’hui, je profite pour dire que c’est la dernière interpellation sur le sujet », a déclaré Dansa Kourouma. « Nous attendons avec exigence et insistance le discours de politique générale de son excellence Monsieur le Premier ministre », insiste-t-il, rappelant que  « la bonne gouvernance exige de nous un certain nombre de vertus, de valeur, notamment la culture de l’intégrité, la transparence et surtout le contrôle de l’efficacité des politiques publiques ».

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance