Accueil / A LA UNE / Migrations – Mamadou Aliou Barry : « Mon cœur se serre quand je vois mon pays se vider de ses forces »

Migrations – Mamadou Aliou Barry : « Mon cœur se serre quand je vois mon pays se vider de ses forces »

Ce 25 juillet 1975, Mamadou Aliou Barry jubile. L'avion qui le mène d'Abidjan à Paris se pose à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Enfin. Le voilà loin de la Guinée de Sékou Touré, de ce climat d'enfermement et de répression qu'il a décidé de fuir. Libre, au « pays des droits de l'homme », il va pouvoir étudier. Du moins le croit-il… Car le tampon « séjour temporaire » que l'agent de police appose sur son passeport fait de lui un « touriste » – ce qui n'autorise pas de s'inscrire à l'université. Premier revers pour ce natif du Fouta-Djalon de 21 ans, dont l'exil en France va s'accompagner d'une longue série de déconvenues.

« Revenir », un livre-conseil

Dans son essai intitulé « Revenir », Mamadou Aliou Barry entend inciter les jeunes Guinéens à rester chez eux, à « se battre pour faire de leur nation une démocratie digne de ce nom, où il fait bon vivre ». La Guinée est aujourd'hui, en Afrique, l'un des premiers pays de départ en matière d'émigration clandestine. En 2017, les gardes-côtes italiens estimaient à plus de 13 000 le nombre de Guinéens ayant traversé la Méditerranée. « Mon cœur se serre quand je vois mon pays se vider de ses forces », écrit l'auteur, qui s'emploie dans cet essai à tordre le cou au cliché de l'exilé à la vie douce. « L'exil est une façon de mourir lentement », nuance celui qui imaginait, en fuyant le régime tyrannique de Sékou Touré (1958-1964), que l'exil serait « moins meurtrier » que la prison.

Le labyrinthe administratif

Dans la France giscardienne où il débarque en 1975, la politique d'immigration vient d'être révisée. Fermeture des frontières, suspension de l'immigration des travailleurs jusqu'en 1977, durcissement de l'accueil des étudiants étrangers… C'est le début d'un casse-tête administratif pour ce nouvel arrivant, qui, de surcroît, dispose d'un passeport délivré par l'ambassade de Haute-Volta de Côte d'Ivoire. Il faut un titre de séjour pour rester en France au-delà de quelques mois, un permis de travail pour poursuivre des études, et un contrat de travail pour l'obtenir. De petits boulots en foyer de travailleurs immigrés Sonacotra, il décroche son sésame pour étudier. Mais son diplôme de gestion et administration des entreprises en poche, c'est à nouveau le parcours du combattant pour décrocher un emploi. Il se heurte au sempiternel « oui, mais » de la part des recruteurs. On lui suggère de demander la nationalité française. Il l'obtient, mais reste cantonné à des missions d'intérim, quand ses camarades se voient proposer des postes stables. Un problème de couleur de peau, finira-t-il par déduire.

Être utile à son pays quand on est loin

C'est aussi une période trouble des relations politiques franco-africaines. En 1975, la France rétablit ses relations diplomatiques avec la Guinée, où se déroulent purges, enfermements et exécutions arbitraires. Deux ans plus tard, en 1977, se tient la cérémonie de couronnement de Jean-Bedel Bokassa en Centrafrique, avec le faste que l'on sait et le soutien généreux de Paris. Un « cynisme choquant » pour la bande d'étudiants guinéens dans laquelle gravite Mamadou Aliou Barry. Il assiste, impuissant, à cette drôle de « coopération » entre Paris et ses anciennes colonies. Elle lui inspire des « discussions passionnées » avec l'un de ses professeurs à l'IUT de Sceaux, le socialiste Lionel Jospin. Et nourrit les questionnements qui vont tarauder durablement l'exilé et façonner son parcours : comment se rendre utile en Guinée ? Comment participer au développement de son pays ?

Le piège de la double appartenance

« Revenir » montre aussi que la double culture est rarement perçue comme une plus-value. D'un côté, la France traîne à promouvoir les binationaux. C'est ce qu'observe l'auteur quand il lorgne, un temps, un poste de coopérant dans le domaine militaire en Afrique – passé par l'École du corps technique et administratif de l'armée de terre à Coëtquidan, il a finalement fait carrière dans l'administration. Plus on grimpe dans la hiérarchie, et plus il lui apparaît que les chances d'y voir un Franco-Africain sont rares. En Guinée, l'exilé de retour inspire quant à lui le rejet. Il est difficile d'y faire sa place. En mars 2007, pourtant, une porte s'ouvre. Il s'est fait repérer pour son investissement dans la prévention des conflits et la défense des droits de l'homme. À l'issue de la grande grève générale lancée en janvier 2007, qui marque le début de la transition vers la démocratie,

Lansana Kouyaté, le nouveau Premier ministre, lui propose un poste de conseiller « droits de l'homme ». Il fonce.

Revenir enfin

En Guinée, il découvre, après 30 ans d'exil, « les blessures profondes infligées par Sékou Touré [qui] ont poussé les Guinéens à se renfermer sur eux-mêmes », et ses compatriotes qui « supportent l'insupportable avec courage ». Et mesure, en bon « diaspo » (diminutif de diaspora), son décalage : « Le mépris du bien public est une des choses qui m'a le plus frappé lorsque je suis rentré en Guinée, moi qui, dans l'armée et l'administration françaises, avais été formé précisément à l'esprit de service public. »

Servir dans son pays quand on a passé des années ailleurs ne va donc pas de soi. Il parviendra toutefois à mettre sur pied en Guinée l'Observatoire national indépendant des droits de l'homme (ONDH). Un rôle qui n'est pas sans risque. En octobre 2010, lors de l'entre-deux-tours de la première présidentielle libre de Guinée, il est agressé par des militaires. « Vous, les Peuls, on va vous égorger », braille l'un d'eux. Tabassé, le bras fracturé, il est évacué à Paris. Il ne tardera pas à revenir. « Je n'ignore pas qu'en Guinée le combat pour la démocratie est difficile », admet-il.

Source : lepoint.fr

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.