Accueil / A LA UNE / Migrants : baisse des traversées et des décès en mer

Migrants : baisse des traversées et des décès en mer

107 546 hommes, femmes et enfants sont arrivés en Europe par la mer en 2019, d'après les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations, en sensible baisse pour la troisième année consécutive (-5 % par rapport à 2018). Le nombre de décès en mer est également en baisse.

Les données publiées traditionnellement autour de Noël éclairent une fois de plus sur la mutation des routes migratoires maritimes vers le territoire de l'Union européennes.

On apprend ainsi que le flux a été divisé par deux cette année, dans les couloirs nommés "ouest" et "central", les liaisons Libye-Italie (de 23 210 l'an dernier à un peu plus de 11 000 cette année) et Maroc-Espagne. Les données utilisées sont celles qui ont été publiées par les ministères de l'Intérieur des pays respectifs.

Baisse de moitié vers l'Espagne

Au cours de l'année 2018, quelque 60 126 migrants avaient traversé le détroit de Gibraltar pour accoster en Espagne. Ils étaient 30 781 cette année, soit une chute de 50,5 % pour cette voie devenue l'année dernière la plus empruntée par les migrants. Elle est à présent en deuxième place.

En effet, une tendance totalement inverse est observée à Malte (+185 % d'arrivées en 2019), à Chypre (+572 %)... Ainsi qu'en Grèce, redevenue de loin la principale porte d'entrée du continent avec plus de 60 000 arrivées irrégulières enregistrées (+94 %).

Moins, mais encore trop de vies perdues

Dans le même temps la mortalité est en baisse lors des traversées dans l'ensemble du bassin méditerranéen et en particulier vers l'Italie, la route plus meurtrière (743 morts en 2019 contre 1306 l'an dernier).

Au total 1,246 individus ont perdu la vie en méditerranée entre le 1er janvier et le 18 décembre. C'est environ 1000 personnes de moins que l'an dernier.

En raison du manque d'informations sur les candidats à l'exil et les conditions de leurs traversées, le nombre réel décès est probablement beaucoup plus élevé, précise l'OIM, qui a lancé début 2014 le Missing Migrants Projects (MMP). Il a permis d'enregistrer la mort de plus de 34 000 personnes, dont 3 170 en 2019.

Source : Euronews

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée