Connect with us

Politique

Meurtre de Mohamed Diallo : quand Bah Oury se dédie!

Published

on

Alors que les enquêteurs dirigent leur enquête sur le clan de Cellou Dalein Diallo où 20 de ses gardes corps sont écroués à la maison centrale, Bah Oury poursuit ses témoignages plutôt troublant. Car, chacun contredit l’autre à tour de rôle.

D’abord le 05 février dernier, le jour même du meurtre de Mohamed Diallo, Bah Oury donne sa première version des faits. Dans cette version, monsieur Bah donne le nom du tireur (un certain Sow) et donne le nombre de coups de feu tirés (3).

« C’est la garde rapprochée de Cellou Dalein Diallo qui m’empêche d’accéder dans l’enceinte du siège, faisant usage d’une extrême violence. Dans la bousculade déclenchée, un des gardes qui se dénommait Sow a tiré trois (3) coups de feu en notre direction. Ses balles ont malheureusement fauché un journaliste qui en est mort. Tout ceci s’est passé devant témoins dont un journaliste indépendant m’ayant suivi depuis mon domicile. »

Dans une autre version, Bah Oury qui cette fois-ci ne connais pas le nom du tireur parle de deux coups de feu.

« Avant mon arrivée, le portail a été bloqué et je l’ai poussé pour l’ouvrir. Il y avait tout un groupe de personnes à l’intérieur, qui empêchaient son ouverture. Les militants m’ont aidé à pousser le portail. A un moment donné, le portail s’est entrouvert et j’ai reçu un coup sur la tête. J’étais quasiment assommé. Par la suite, j’ai vu une personne escalader le mur et jeter un bâton sur les gens qui étaient à l’extérieur. Il s’en est suivi un premier coup de feu puis des jets de pierre, déclenchant le sauve-qui-peut. A ce moment précis, des gens sont venus me couvrir pour éviter que je reçoive un projectile quelconque. A un moment donné, j’ai trébuché, et c’est à ce moment qu’une des personnes qui me couvrait a reçu un coup de poignard qui m’était visiblement destiné. Heureusement que sa vie n’est pas en danger. C’est ainsi qu’ils m’ont fait traverser les deux voies. Mon entourage m’a indiqué que c’est au moment où je m’apprêtais à être embarqué dans une voiture, qu’il y a eu un autre coup de feu. Si c’est ce coup de feu qui a atteint le journaliste, je suppose que la balle m’était bien destinée. »

Ce mercredi, dans un entretien avec guinenews, Bah Oury donne une nouvelle version. Mais si ici aussi il ne connait pas le nom du tireur, dit avoir entendu un seul coup de feu, alors qu’un véhicule l’évacuait d’urgence.

« Il y avait un portail fermé avec des gens de l’autre côté de la cour, ils fumaient de la drogue (parce que ça sentait), qui avaient des armes blanches, qui m’ont empêché d’être dans la cour. A un moment donné, un des battants s’est entre-ouvert, j’ai reçu un coup sur la tête à l’aide d’une barre solide, je sais plus si elle était en fer ou en bois, seulement heureusement, quelqu’un avait amorti le choc en mettant sa main. Cela a été le premier acte agressif sur ma personne.

Quelques temps après, des jets de pierres ont commencé. Les pierres à l’endroit de ceux qui étaient dans l’allée et des jeunes sont venus me protéger en me demandant de baisser la tête et ils se sont mis à me pousser afin que je quitte rapidement les lieux. A un moment donné, j’ai trébuché, c’est ce qui m’a sauvé la vie car, au même moment, l’un des jeunes qui me protégeait a reçu le coup de poignard dans le dos : j’ai même la photo. C’est horrible ! C’était le deuxième acte violent agressif contre ma personne et qui a atteint Abdoulaye Cosa. Heureusement, sa vie n’est pas en danger.

Ensuite, on me fait traverser les deux voies pour rejoindre la route allant vers Hamdallaye, il y a eu un véhicule qui m’a aperçu et a fait marche-arrière pour m’évacuer. C’est à ce moment-là, qu’il y a eu un coup de feu qui a été certainement dirigé vers ma personne, mais qui a atteint le journaliste », a-t-il de nouveau expliqué.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Après la levée des sanctions, le Mali remercie le colonel Doumbouya

Published

on

La junte malienne s’est félicitée lundi de la levée des sanctions « illégales et inhumaines » imposées par la Cedeao en janvier dernier. Bamako a également remercié le président de la transition guinéenne pour avoir permis au Mali de contourner l’embargo de l’organisation ouest-africaine.      

« Le Mali n’oubliera pas la solidarité agissante de SE le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, chef de l’Etat dd la République de Guinée, qui conscient de la profondeur des liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux peuples, a pris la décision courageuse de permettre au Mali d’avoir une ouverture sur le monde à partir de ses ports », a déclaré le colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation dans un communiqué.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Transition : l’ultimatum de la Cedeao à la junte guinéenne

Published

on

Si la Guinée a, une nouvelle fois, échappé aux sanctions de la Cedeao, le pays reste sous la menace des dirigeants ouest-africains qui donnent aux autorités guinéennes au plus tard le 1er août 2022, pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées, préviennent-t-ils à l’issue du 61ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao qui s’est tenu  dimanche 03 juillet à Accra, au Ghana.

Ci-dessous  l’extrait du Communiqué final  du sommet sur la Guinée.

« - Sur la Guinée, les Chefs d’Etat et de gouvernement réitèrent leur position en jugeant  que le  calendrier de transition de 36 mois annoncé par les Autorités guinéennes est  inacceptable.

  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la décision des autorités de transition d’ouvrir un dialogue national qui a débuté le lundi 27 juin 2022 sous l’égide du Premier ministre.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la démission du Dr Mohammed Ibn Chambas en tant que Médiateur de la CEDEAO en Guinée. En conséquence, les Chefs d’Etat et de gouvernement  nomment  Son Excellence  Yayi BONI, ancien Président de la République du Bénin en tant que nouveau Médiateur de la CEDEAO en Guinée.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement demandent  au Médiateur de travailler avec les Autorités de transition pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition au plus tard le 1er août 2022. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de maintenir la suspension de la Guinée de tous les organes de décision de la CEDEAO.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de rester saisis de la situation au Burkina Faso, en Guinée et au Mali. »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée échappe à nouveau aux sanctions de la Cedeao

Published

on

Alors que l'inquiétude était palpable, la Guinée a échappé à nouveau aux sanctions de la Cedeao. Les leaders ouest-africains réunis dimanche 03 juillet à Accra ont toutefois rejeté une nouvelle fois les 36 mois de transition proposés par la junte guinéenne.

Ils ont nommé un nouveau médiateur à la crise guinéenne. Il s'agit de l'ancien président béninois Thomas Boni Yayi.

Pour le Mali,  la Cédéao a levé les sanctions économiques et financières . Elle a aussi trouvé un accord avec le Burkina Faso pour un calendrier de 24 mois avant un retour des civils au pouvoir, à compter du 1er juillet 2022.

Il faut noter que les dirigeants ouest-africains ont par ailleurs choisi comme nouveau président en exercice de la Cédéao, Umaro Sissoco Embalo, président de la Guinée-Bissau et lui aussi victime d'une tentative de Coup d'État en février dernier.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance