Connect with us

Société & Faits Divers

Méditerranée : plus de 150 migrants secourus en 24 heures

Published

on

Votre publicité ici

Entre jeudi matin et vendredi midi, plus de 150 migrants ont été secourus en mer Méditerranée par deux navires humanitaires. Le Sea Watch 3 a porté assistance à environ 120 personnes lors de trois opérations de sauvetage jeudi et vendredi et l'Open Arms a secouru de son côté 44 migrants vendredi midi.

Les sauvetages se sont succédé ces dernières heures en mer Méditerranée. Alors que le Sea Watch 3 avait secouru jeudi 9 janvier au matin environ 60 migrants au large de la Libye, le navire humanitaire allemand a procédé à deux nouvelles opérations de sauvetage quelques heures plus tard.

Vers 22h, l’équipage a porté assistance à 17 "personnes en détresse en mer" au large des côtes libyennes, a tweeté Sea-Watch, l’OGN allemande qui affrète le navire humanitaire.

Un peu plus tard, vers 4 heures du matin, l’équipage a secouru 42 autres migrants dans la zone de recherche et de sauvetage maltaise, a précisé vendredi matin l’ONG su Twitter. "Le bateau était connu depuis hier après-midi mais les autorités maltaises ont refusé de lancer un sauvetage", affirme Sea-Watch.

Les naufragés avaient en effet alerté jeudi après-midi la plateforme d’aide aux migrants en détresse en mer, Alarm Phone. "L’eau pénètre dans le bateau et ils dérivent depuis des heures (…). Ils ne peuvent passer la nuit en mer", avait réagi sur Twitter le collectif.

Vendredi midi, c’est au tour de l’Open Arms de l’ONG espagnole éponyme de venir en aide à 44 personnes au large de la Libye. "Nous venons de secourir un petit bateau dans une situation critique avec 44 hommes en état d’hypothermie sévère", a signalé Open Arms sur Twitter.

Pour l’heure, l’âge et la nationalité des rescapés n’ont pas été précisé par les deux ONG.

Les sauvetages survenus jeudi et vendredi sont les premières opérations menées par le Sea Watch 3 en six mois, le navire et sa capitaine Carola Rackete ayant été immobilisés par la justice italienne depuis juin. L’activiste allemande avait alors défié l’interdiction du gouvernement italien en entrant de force dans le port de Lampedusa pour y débarquer des migrants secourus en mer deux semaines plus tôt.

Sur Twitter, l’ONG espagnole Proactiva Open arms, qui affrète l’Open Arms, a déclaré que le Sea Watch 3 recherchait un port sûr pour débarquer la centaine de migrants secourus. Le navire humanitaire espagnol a ajouté qu’il prenait le relais du Sea-Watch 3 en mer Méditerranée afin de porter secours à des migrants en détresse au large de la Libye, précisant qu’il était "le seul navire humanitaire dans les eaux internationales".

Source : infos migrants

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Deux soldats radiés de l’armée par le CNRD

Published

on

Votre publicité ici

Dans un communiqué lu mercredi soir à la télévision nationale, le CNRD a radié deux soldats, avec effet immédiat, des effectifs des forces armées guinéennes.

Selon le porte-parole de la junte, colonel Amara Camara qui a lu le communiqué, il s’agit de Faro Abdoul Salam et de Daffé Djibril, tous soldats de la 2ème classe.

Les deux ont été radiés pour actes de vandalismes et de pillages. Ils devront également répondre de leurs actes devant la justice, souligne la junte militaire qui a renversé Alpha Condé dimanche dernier.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : il faut en finir avec le cirque dans l’éducation !

Published

on

Votre publicité ici

Des candidats ont échoués au Bac, parce qu’ils n’avaient tout simplement pas de téléphones où recevoir les sujets traités, via des groupes Whatsapp ou Messenger, lors de l’examen. Beaucoup des candidats échoués parce qu’ils n’avaient pas 5000 ou 10.000GNF à donner aux surveillants durant chaque épreuve. Cet argent étant le prix du silence des surveillants qui en réalité surveillent plus les délégués que les candidats. Des candidats ont échoué et échouent parce que tout simplement leurs parents n’ont pas les moyens de les envoyer dans les écoles privée, où les rumeurs sur l’achat des résultats des examens sont persistantes, plus persistantes que la qualité de la formation donnée.

D’année en année, l’école publique meurt au profil du privée, sans que cela n’émeut  aucune autorité guinéenne (politique ou religieuse). Comme si ce mal ne suffisait pas, il faut payer pour connaitre son échec à travers une société téléphonique en connivence avec les responsables de l’éducation. Hier pour vérifier les résultats, des candidats ont témoigné avoir dépensé jusqu’à 10.000, ou plus, pour savoir qu’ils ont pour la plupart échoué. Jusqu’à quand ce cynisme doit-il continuer ?

Avec 25,36% le taux de réussite au BAC ; 35,08% au BEPC ; et 62,08%, il est urgent de repenser l’éducation guinéenne. Savoir que le faible taux de réussite aux examens n’est pas synonyme de la bonne santé de l’école guinéenne. Bien au contraire, il montre la faillite de notre système éducatif. Ça, il faut bien le comprendre. Comprendre que rehausser le niveau de l’éducation passe inéluctablement par le sérieux. Le sérieux des éducateurs et du gouvernement. Le sérieux des parents et des enfants. Pour l’avenir du pays, il faut tuer le cirque du laisser-faire et du laisser-aller dans l’école guinéenne.

Par Alpha A. Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Une vingtaine de femmes originaires de Côte d’Ivoire et de Guinée périssent dans un naufrage au large des Canaries

Published

on

Votre publicité ici

La route des Canaries a fait de nouvelles victimes. Une embarcation a fait naufrage avec 86 personnes à son bord, a indiqué jeudi 2 septembre l’ONG espagnole Caminando Fronteras. Le drame a eu lieu au large de Dakhla, à l'extrême sud du Sahara occidental, selon l’agence de presse espagnole EFE, citée par Infomigrants.

La marine marocaine a pu récupérer 22 corps mais aucun survivant n’a été trouvé, précise l’ONG, souligne la même source.

"Les corps qui se trouvent à la morgue sont ceux de 21 femmes et d’une petite fille de deux ans", a indiqué sur Twitter Helena Maleno, fondatrice de Caminando Fronteras, précisant que "la plupart de ces femmes étaient originaires de Côte d’Ivoire et Guinée-Conakry".

Source : infomigrants

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance