Connect with us

International

Les médias ont-ils tué Donald Trump?

Published

on

Votre publicité ici

A désormais trois petites semaines du scrutin final, fixé au huit novembre, Donald Trump semble plus que jamais dans les cordes et on voit mal comment la Maison Blanche pourrait échapper à sa rivale Hillary Clinton. Le milliardaire paie lourdement ses frasques du temps où il était une star de la télé américaine. La télévision, et les médias de manière générale, ont grandement contribué au succès de la campagne du New Yorkais. Paradoxalement, ils auront également provoqué sa chute.

Le 16 juin 2015, Donald Trump annonçait sa candidature à l'investiture républicaine pour la présidentielle de 2016. Le milliardaire donnait d'emblée le ton virulent et agressif qui sera le sien tout au long de sa campagne.

"Nous n'enregistrons plus de victoires, on ne bat plus la Chine, le Japon, ce sont eux qui nous battent. L'Amérique est devenue un dépotoir", ajoutait-il, mettant en cause l'immigration en provenance du Mexique. "Il faut que ça s'arrête, et que cela s'arrête vite", constatait Trump du haut de sa tour new yorkaise.

La plupart des observateurs avaient accueilli cette candidature avec le sourire, la jugeant plus folkorique que réellement ambitieuse. Peu d'entre eux imaginaient ce novice en politique capable de battre les favoris républicains Jeb Bush, Marco Rubio et Ted Cruz. Signe du peu de crédit dont il bénéficie, le "clown" Trump, comme les médias le qualifient alors, n'est crédité que d'à peine 1% d'intentions de vote quelques jours après son entrée en lice. Et pourtant, contre toute attente, c'est bel et bien "The Donald" qui décrocha la timbale, sans contestation aucune.

Car Trump, bien que novice en politique, disposait de deux avantages considérables sur ses onze adversaires: la célébrité et son habileté face aux médias.

Outre ses nombreuses tours portant son nom et sa chevelure reconnaissable entre mille, Donald Trump était surtout connu du grand public pour avoir présenté l'émission de télé-réalité "The Apprentice" sur NBC dans laquelle il prenait un malin plaisir à virer les pauvres candidats. Son mythique "You're fired" résonne encore dans les lucarnes américaines.

Homme de télé, Donald Trump a su saisir l'opportunité en or que lui ont offert les médias: une importante visibilité, gratuite qui plus est. Lorsque ses adversaires dépensent des millions en campagnes publicitaires, Trump ne délie que peu les cordons de sa bourse. En parallèle, Trump use et abuse de son moyen de communication favori, gratuit lui aussi: Twitter.

Peu importe le message, quelles que soient les énormités qu'il balance, l'important est qu'on parle de lui. Toujours disponible pour les journalistes, Trump est omniprésent. Une visibilité qui fait de lui le candidat le plus couvert de l'histoire des campagnes politiques américaines.

Une omniprésence médiatique dont le magnat de l'immobilier ne se cachait pas, au contraire, il s'en vantait presque.

"Si vous avez une bonne audience -et la mienne n'est pas simplement bonne, elle est monstrueuse-, vous devez être à l'antenne tout le temps, même si vous n'avez rien à dire", dictait-il lors de la primaire.

Les médias US se délectent de ce candidat atypique, le seul de cette campagne morose capable d'attirer les foules et les télespectateurs. Si les récents débats télévisés opposant Trump et Clinton ont battu des records d'audience, c'est principalement grâce au caractère totalement imprévisible et anti-conventionnel du Républicain.

Donald Trump explique lui-même comment il est parvenu à tirer profit du jeu médiatique dans son livre "L'Amérique Paralysée", publié après les primaires républicaines.

"Cela ne me dérange pas d'être attaqué. J'utilise les médias de la même manière que les médias m'utilisent: dans le but d'attirer l'attention. Dès que j'obtiens cette attention, c'est à moi de l'utiliser à mon avantage. J'ai compris il y a longtemps que si vous n'avez pas peur de parler franchement, sans détour, les médias publieront des choses sur vous ou vous supplieront de participer à leurs émissions", résume Donald Trump.

Lucide, Trump sait aussi à quel point il peut être dangereux de jouer ainsi avec les médias, comme il le confesse également dans son ouvrage de campagne.

"Beaucoup pensent que je m'en tire bien avec la presse. Il se peut que ce soit le cas, parfois. Celui qui croit pourtant que je peux toujours parvenir à mes fins avec les médias se trompe complètement. Personne ne peut utiliser la presse. Cela nous dépasse complètement."

Et c'est précisément ce qu'il s'est passé. A trop jouer avec le feu, le trublion a fini par se brûler. La relation "win-win" s'est progressivement muée en "je t'aime, moi non plus." Après avoir tiré profit de son potentiel en terme d'audience, de nombreux médias se montrent de plus en plus critiques envers le candidat, CNN en tête, que Trump rebaptise ironiquement "Clinton News Network." Trump fait d'ailleurs les journalistes sa cible favorite lors de ses meetings, les accusant de travailler pour l'establishment (lisez Hillary Clinton) qu'il dénonce depuis des mois.

Lire la suite sur 7sur7be

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Inondations mortelles en Europe

Published

on

Votre publicité ici

Au moins 157 personnes ont péri dans les récentes crues provoquées par des pluies diluviennes dans l'Ouest de l’Europe, principalement en Allemagne et Belgique. Les inondations ont également causé des dégâts au Luxembourg ainsi qu'aux Pays-Bas ou en Suisse.

En Belgique, les autorités ont dénombré 24 morts ce samedi 17 juillet, soit quatre de plus par rapport au dernier bilan d’hier vendredi.

Mais c'est l'Allemagne qui paie le plus lourd tribut, avec au moins 133 décès, selon un nouveau bilan de la police samedi. Face à la catastrophe, des sauveteurs de plusieurs pays accourent pour apporter leur aide aux allemands.

Environ 1300 personnes sont toujours injoignables dans le district d'Ahrweiler, en Rhénanie-Palatinat, selon les médias allemands.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Haïti: le président Jovenel Moïse assassiné par un commando

Published

on

Votre publicité ici

Le président haïtien Jovenel Moïse, 53 ans, a été assassiné tôt mercredi matin 7 juillet. Sa résidence, en banlieue de Port-au-Prince, aurait été attaquée vers 1h du matin par des hommes armés, a annoncé le Premier ministre sortant Claude Joseph dans un communiqué.

« Vers 1h du matin, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, un groupe d'individus non identifiés, dont certains parlaient espagnol ont attaqué la résidence privée du président de la République et ainsi blessé mortellement le chef de l'État », indique le communiqué.

Il précise également que l'épouse du président a été blessée dans l'attaque et hospitalisée.

« Situation sécuritaire sous contrôle »

Le Premier ministre sortant appelle la population au calme, indiquant que la police et l'armée allaient assurer le maintien de l'ordre. « La situation sécuritaire est sous contrôle », assure-t-il.

Jovenel Moïse était au pouvoir depuis 2017. Sa légitimité était remise en question depuis plusieurs mois. L'opposition et la société civile réclamaient de nouvelles élections. Le président avait préféré organiser en juin un référendum sur une nouvelle Constitution. Un scrutin reporté au 26 septembre en raison de l'épidémie de Covid-19, en même temps qu'une présidentielle et des législatives.

Mardi, un nouveau Premier ministre avait été nommé, le docteur Ariel Henry, avec pour mandat de régler le problème politique mais aussi de s'attaquer à l'insécurité. Le quartier de Martissant, tout proche du palais présidentiel à Port-au-Prince, était bloqué depuis le 1er juin par une guerre des gangs qui paralysait tout l'ouest de la capitale et une partie du pays. Car il s'agit d'un point routier obligé pour se diriger vers l'ouest du pays, ce qui a entraîné l'exode de milliers de personnes.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Afghanistan: le retrait des soldats américains commence 20 ans après leur arrivée

Published

on

Votre publicité ici

Après 20 ans de guerre en Afghanistan, les soldats américains rentrent chez eux. Un départ qui commence ce samedi, et qui doit se poursuivre jusqu’au 11 septembre. Les troupes de l’Otan, qui se sont calées sur le calendrier américain, ont commencé leur retrait ce jeudi.

Deux mille cinq cents soldats américains doivent quitter l’Afghanistan, s’y ajoutent 16 000 sous-traitants civils et leur équipement, ainsi que 7 000 soldats de l’Otan, tous dépendent de l’armée américaine pour le transport de troupes et de matériel.

Parmi les 36 pays qui participent à cette alliance, les plus engagés, outre les Américains, sont l’Allemagne – 1 300 soldats, l’Italie (un peu moins de 900), le Royaume-Uni (750) et la Turquie (600).

Ce retrait, a précisé la Maison Blanche, s’accompagne d’un déploiement provisoire de renforts, en Afghanistan et dans les pays alentours, pour raisons de sécurité. Depuis l’annonce du départ des troupes étrangères, les talibans multiplient déjà les attaques contre les policiers et militaires afghans : plus d’une centaine ont été tués ces deux dernières semaines.

Ce vendredi, au moins 21 personnes ont été tuées et 90 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée à Pul-e-Alam, la capitale de la province de Logar (est). L'attentat a pris pour cible une maison d'hôtes où vivaient des dizaines de personnes.

Depuis 2015, les forces de l’Otan formaient les forces de sécurité afghane pour assurer la sécurité dans le pays après le départ des alliés. Mais à l’heure où cette mission « Resolute support » s’achève, le chef du commandement central de l'armée américaine, le général McKenzie, s'est dit inquiet de la capacité de l'armée afghane à remplir cette mission, sans le renseignement et le soutien armé que lui fournissait également depuis des années la coalition, et qui lui donnait un avantage certain sur les talibans.

Le départ des forces de l'Alliance pourrait plonger l'Afghanistan dans une nouvelle guerre civile ou permettre le retour au pouvoir des talibans, qui en avaient été chassés fin 2001.

RFI

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance