Connect with us

Société & Faits Divers

Marche des femmes contre le viol à Conakry

Published

on

Votre publicité ici

Plusieurs femmes ont marché ce mercredi 4 novembre 2015 dans la capitale Conakry pour dénoncer les violences faites aux femmes en Guinée. Dans un mémorandum adressé aux autorités, elles demandent au gouvernement  de prendre en compte les différentes propositions contenues à l’intérieur. L’initiative de cette marche est d’attirer l’attention des autorités locales sur la nécessité de mettre en place d’une part des mesures préventives contre les violences subies par les femmes et d’autres part des mesures et structures  de soutien aux victimes de ces violences.

Cette marche intervient quelques jours après la publication sur facebook d’une vidéo d’un artiste guinéen du nom de Tamsir de Banliezart menaçant avec un couteau une fille nue pour faire l’amour.

C’est aux environs de 10h15 minutes qu’ils  ont entamée leur marche, comme point de départ rond point du port autonome de Conakry.    Habillés en T-shirts rouges et blancs sur lesquels on pouvait lire  ‘’ Non c’est Non !, Halte ! Au viol. Et sur les pancartes et banderoles sur lesquelles on pouvait aussi lire ‘’L’ONG-F2DHG. Femmes Développement et droits humains en Guinée dit stop aux violences faites aux femmes’’. Ils scandaient des slogans ‘’ Non c’est non’’.  ‘’Halte au viol.  Ne touche pas à nos sœurs. ‘’ Ne touche pas à nos femmes’’.  ‘’Non à la violence faite aux femmes’’. Respectons les femmes. ‘’ Justice pour les victimes’’.

Dés leur départ, elles ont fait un petit arrêt de 5 minutes au secrétariat général des affaires religieuses avant de continuer au ministère de l’action sociale où elles ont lue pour  leur mémorandum contenant des propositions avant de continuer aux ministères de la justices gardes des sceaux et celui des droits de l’homme te des libertés publiques.

Dans ce dit mémorandum  adressé  à ces  ministères , ils demandent d’ouvrir une ligne téléphonique dédiée, opérationnelle et gratuite pour les victimes et vulgariser  l’information, créer des centres d’accueil sécurisés pour les victimes et renforcer l’accessibilité des centres existants à toutes les victimes, développer des programmes de sensibilisation et d’éducation ‘’aux violences contre le genre’’ auprès des intervenants psycho-médico-sociaux susceptible de rencontrer des victimes dans l’exercice de leur profession, vulgariser les statistiques liées aux violences sexuelles et physiques pour une meilleure appréhension du phénomène, intégré l’éducation sexuelle et citoyenne aux programmes scolaires à partir de la 6eme année du cycle primaire, dynamiser l’action des pouvoirs publics pour faire face à la monté de la criminalité sexuelle et physique et intégrer le combat contre les violences faites aux femmes aux priorités du gouvernement de la république de Guinée.

Dans la réponse des ministres  de la justice garde des sceaux  et celui des droits de l’homme et des libertés publiques, chacun à exprimer au nom du gouvernement  leur solidarité à l’endroit de toutes les femmes de Guinée en particulier celles présentes pour cette marche qui essentiellement  est une alerte  qui est adresser à l’ensemble de la société guinéenne au-delà du gouvernement ou de l’Etat.

Cheick  Sako « Actuellement  ce qui s’est passé il y a quelques jours, la justice prendra ses responsabilités comme vous le savez les complices sont aux arrêts, l’auteur à puis s’échapper en Côte d’Ivoire. J’ai donné des instructions hier. Un mandat d’arrêt international a été lancé. Comme il semble contesté les faits, il y a une famille à Conakry, il a des amis à Conakry, comme il n’est pas loin il est en Côte d’Ivoire il faut  qu’il vient  de lui-même s’expliquer devant la justice parce que s’il ne vient pas partout où il ira on ira le chercher, il faut que ça soit claire pour tout le monde. Personne n’est au dessus de la loi. J’ai le mandat d’arrêt avec moi  sur lequel il y a la photo du présumé. il parait que ce Monsieur à des relations en Guinée, il parait que ce Monsieur que la famille de ce Monsieur est bien placé en Guinée, on ne dit qu’il est coupable mais pour l’instant il est présumé coupable c’est à lui de venir s’expliquer devant la justice pour que il n’a pas violenté cette fille et la justice fera son travail. Et si vous connaissez ce monsieur conseiller le  pour qu’il revient rapidement en Guinée, se rendre à la justice parce qu’on ira le cherché partout où il sera on va instituer la tolérance zéro.  ».

« En ce qui concerne la violence faite aux femmes. Bien entendu je vais analyser les détails de ce mémorandum, j’ai vu beaucoup de demandes faites par votre associations notamment quelque chose qui existe dans d’autres pays  je le retiens parce que c’est faisable en collaboration avec le ministère de l’action sociale , cette ligne qu’on pourra porté appelé une ligne verte qu’on pourra mettre sur place et qui sera destiné uniquement aux femmes qui pourraient alerté les puissances publiques dés lors que il y a des cas de violences. Ça c’est quelque chose de concret et cet engagement je pourrai vous dire dés maintenant. Le reste il faudrait voir. Mais ce que je voudrais surtout que vous reteniez, au nom du président de la république, au nom du premier ministre, au nom du gouvernement que j’appartiens, on ne ménagera rien  du tout pour  non seulement faire éviter les violences faites aux femmes mais surtout de sanctionner toutes les formes de violences »

Pour le ministre Kalifa Gassama Diaby «  il incombe e au gouvernement, à l’Etat de tout mettre en œuvre pour faire face à ce phénomène qui est porteur d’injustice mais qui ne grandit pas non plus notre pays. Il y a depuis quelque temps un nom croissant de cas de viols qui n’indigne pas trop la société. Je crois donc que le débat est posé et tous les acteurs doivent y prendre part à commencer par l’Etat qui au-delà des discours doit poser un certains nombres  d’actes concrets allant dans le sens de la lutte contre toutes les formes de violences adresser  aux femmes. Je voudrais vous dire ici, que je ferai fidèlement votre porte voix auprès du gouvernement, je transmettrai  le message mais au-delà de transmettre le message le ministère des droits serait à votre coter pour ce battre pour que un certain nombre de mesure concrètes et immédiates soient prises et poser afin d’envoyer des signaux forts dans la société guinéenne pour dire effectivement   comme votre slogan ‘’ non c’est non, il faut en finir avec toutes les formes  violences faites aux femmes   ».

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Université Sonfonia : le recteur saute six mois après la disparition de 200 millions

Published

on

Votre publicité ici

Le recteur de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, le Professeur Amadou Oury Koré Bah a été limogé mercredi, 21 juillet 2021 par le président Alpha Condé.

Selon un décret lu dans la soirée à la télévision nationale, il est aussitôt remplacé par son adjoint, Manga Kéita.

Le limogeage du professeur Koré Bah intervient un peu plus de six mois après la mystérieuse disparition du coffre-fort de l’Université. Coffre-fort dans lequel se trouvait au moins 200 millions de francs guinéens.

Une enquête avait été ouverte pour retrouver les voleurs et situer les responsabilités, mais jusqu’à date ses résultats n’ont jamais été dévoilés, du mois publiquement.

Le Professeur Amadou Oury Koré Bah serait-il donc emporté par ce scandale ?

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Maison centrale : évasion spectaculaire du présumé cerveau du kidnapping en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Le présumé cerveau du kidnapping en Guinée, Sidy Mohamed Diallo, s’est évadé dimanche, de la Maison centrale, où il était détenu depuis le mois avril dernier, dans l’affaire de l’enlèvement  de l’opérateur économique Thierno Mamadou Dansoko.

Selon le porte-parole de la police nationale, commissaire Boubacar Kassé, c’est la deuxième fois qu’il s’évade de cette prison.

Toutefois,  quatre personnes accusées d’être  les présumés complices de son évasion seront présenté ce lundi 19 juillet 2021 à la Direction centrale de la police judiciaire.

Il s’agit du régisseur adjoint de la Maison centrale, le gardien principal, le gardien chef adjoint et un garde pénitentiaire nommé Malick, qui reste pour le moment introuvable.

Sidy Mohamed Diallo est poursuivi pour terrorisme, enlèvement, séquestration, demande de rançon, association de malfaiteurs, vol aggravé, détention et usage d’armes de guerre, pour ses opérations de kidnapping, principalement dans le cadre de l’enlèvement de l’opérateur économique Thierno Mamadou Dansoko.

Par Maraiam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Migrants : déjà plus de 1 000 morts en Méditerranée cette année, le double par rapport au premier semestre 2020

Published

on

Votre publicité ici

Entre le mois de janvier et juin 2021,  1 146 migrants ont péri en mer Méditerranée en tentant de traverser vers l’Europe, soit plus du double par rapport à la même période l'année dernière, selon un nouveau rapport de l'Organisation internationale des migrations (OIM) qui appelle les États européens à agir.

Le nombre de migrants morts en mer en tentant de rejoindre l'Europe a plus que doublé cette année, a indiqué ce mercredi 14 juillet l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans un nouveau rapport.

Selon les statistiques publiées par l'agence onusienne, au moins 1 146 personnes sont mortes en mer au cours du premier semestre 2021, en Méditerranée principalement mais aussi dans l'Atlantique. Parmi eux, il y avait 50 enfants.

L’année dernière, 513 avaient péri au cours de la même période, soit 120% de moins que cette année. Et 674 personnes avaient perdu la vie en 2019.

Côté Méditerranée, l'OIM comptabilise plus de 890 décès, et coté Atlantique, elle déplore au moins 250 décès. Un nombre particulièrement bas par rapport au décompte de l’ONG Caminando Fronteras, qui estime, elle, à près de 2 100 personnes le nombre de morts sur la route de l’Atlantique durant le premier semestre de cette année.

Ces chiffres ne prennent pas en compte les embarcations qui ont coulé hors des radars des navires humanitaires, des navires commerciaux, des navires des garde-côtes, et que personne n'a pu répertorier.

La plupart du temps, un seul navire humanitaire était en mer"

L'OIM regrette par ailleurs que les ONG soient criminalisées. "Les organisations civiles de recherche et de sauvetage ont continué à se heurter à des obstacles importants, la majorité de leurs bateaux étant bloqués dans les ports européens en raison de saisies administratives et de procédures pénales et administratives en cours contre les membres d'équipage", constate le rapport.

Pour le seul mois de juin 2021, "la plupart du temps, un seul bateau humanitaire était présent dans la zone de détresse et de sauvetage quand neuf autres étaient bloqués" à quai dans les ports européens, peut-on encore lire dans le document.

L'OIM note également que l'augmentation des décès intervient à un moment où les interceptions d'embarcations transportant des migrants au large des côtes nord-africaines sont en hausse.

"Mesures urgentes"

Depuis 2017, l'Italie et l'Union européenne financent, entraînent et équipent les garde-côtes libyens pour qu'ils empêchent les migrants de passer en Europe à bord d'embarcations de fortune.

Les garde-côtes libyens font pourtant face à de multiples accusations de mauvais traitements envers des demandeurs d'asile, conduisant nombre d'ONG à dénoncer cette politique. En vertu du droit maritime international, les personnes secourues en mer devraient être débarquées dans un port sûr. Et l'ONU ne considère par la Libye comme tel.

"L'OIM réitère l'appel lancé aux États pour qu'ils prennent des mesures urgentes et proactives afin de réduire les pertes de vies sur les routes migratoires maritimes vers l'Europe et qu'ils respectent leurs obligations en vertu du droit international", a déclaré le directeur général de l'OIM, Antonio Vitorino, cité dans un communiqué.

"L'augmentation des efforts de recherche et de sauvetage, la mise en place de mécanismes de débarquement prévisibles et la garantie d'un accès à des voies de migration sûres et légales sont des étapes clés pour atteindre cet objectif", a-t-il ajouté.

Avec infomigrants

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance