Accueil / A LA UNE / Manifestations contre un 3e mandat : plusieurs partisans du FNDC condamnés à Labé

Manifestations contre un 3e mandat : plusieurs partisans du FNDC condamnés à Labé

Dix jeunes partisans du Front national pour la défense de la Constitution ont été condamnés vendredi 18 octobre, à 6 mois de prison avec sursis et 500 mille francs guinéens d’amende chacun par le tribunal de première instance de Labé.

Ces prévenus étaient poursuivis pour « participation délictueuse à un attroupement, destruction de biens publics et occupation illégale de la voie publique ».

Ils avaient été arrêtés en début de semaine en marge des manifestations lancées par le FNDC contre un éventuel changement de la Constitution qui permettrait au président Alpha Condé de se maintenir au pouvoir au-delà de 2020, date de la fin de son second et dernier mandat constitutionnel.

Ce vendredi à Conakry, le procès des principaux leaders du Front, arrêtés en amont de manifestations, s’est poursuivi devant le tribunal de première instance de Dixinn. Durant l’audience, le procureur, Sidi Souleymane N’Diaye a requis une peine maximale de 5 ans d’emprisonnement et une amende de 2 millions de FG contre eux. Le verdict est attendu mardi prochain.

Plusieurs autres manifestants sont en ce moment jugés dans différents tribunaux du pays, comme à Mafanco, où l’artiste Elie Kamano et d’autres personnes ont de nouveau été entendus à la barre.

Jeudi dernier, six autres membres du FNDC arrêtés à Kankan en marge de ces manifestations ont eux été acquittés par le tribunal de première instance de Kankan pour délit non constitué.

Dans un communiqué, la communauté internationale qui a appelé à l’organisation des élections dans le respect de la Constitution a souligné qu’une libération rapide des leaders et membres du FNDC, détenus de façon préventive serait de nature à aider à l’apaisement.

Pour sa part, l’ONG Human Rights Watch a invité le gouvernement guinéen à mettre fin à la répression contre les défenseurs de la Constitution en remettant en liberté les responsables de la société civile et des manifestants opposés à l’adoption d’une nouvelle loi fondamentale.

Au moins neuf personnes ont été tuées par balles dans ces manifestations entre lundi et mercredi dernier.

D’autres manifestations sont annoncées cette semaine pour pousser le président Alpha Condé à "renoncer à son "projet de troisième mandat".

Par Alpha Abdoulaye Diallo

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée