Accueil / Politique / Lutte contre le terrorisme : ce que propose Alpha Condé
Alpha Condé accueilli à l’aéroport de Ouagadougou par Roch Marc Christian Kaboré, crédit photo- Aboubacar Sakho

Lutte contre le terrorisme : ce que propose Alpha Condé

Le président Alpha Condé s’est rendu jeudi à Ouagadougou, pour témoigner sa solidarité au peuple burkinabé, victime d’une attaque terroriste qui a fait 18 morts dimanche. En marge de cette visite, il a donné une piste de « solution » pour en finir avec le terrorisme.

« La lutte contre la pauvreté constitue la réponse définitive au terrorisme », a estimé le chef de l’Etat guinéen.

« Il y a une réponse immédiate (au terrorisme) qui est l'action militaire, mais la réponse définitive c'est la lutte contre la pauvreté et l'injustice", a affirmé Alpha Condé dans une déclaration à la presse au palais présidentiel de Ouagadougou, soulignant que « la pauvreté est le terreau du terrorisme », rapporte l’AFP.

« Nous ne pouvons vaincre le terrorisme, sauf si nous développons effectivement nos pays. Pour vaincre définitivement le terrorisme, c'est le développement économique, la justice sociale, l'amélioration des conditions de vie des couches les plus vulnérables", a insisté M. Condé.

Arrivé vers 16 heures (locales et GMT) à Ouagadougou, Alpha Condé s'est rendu avec son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré sur les lieux de l'attentat de dimanche, où il a souhaité l'accompagnement des partenaires pour la mise en place du G5 sahel, la force régionale conjointe.

« Nous avons besoin d'être accompagnés par nos amis au point de vue des équipements, des financiers, et obtenir au moins des renseignements (...), nous avons fait un appel mais il faut encore mener des efforts pour trouver les 400 millions » d'euros, a-t-il indiqué.

« C'est nous qui devons-nous battre parce que c'est notre peuple. Mais nous avons besoin d'être accompagnés, a-t-il ajouté, espérant qu'avec la nouvelle attaque à Ouagadougou « nos amis le comprendront ».

Les dirigeants des pays du G5 Sahel, soutenus par le président français Emmanuel Macron, avaient acté le 2 juillet à Bamako la constitution de cette force antijihadiste conjointe et débloqué des fonds pour commencer son déploiement en septembre-octobre.

Jusqu'à présent seulement 50 millions d'euros ont été promis sur les 450 jugés nécessaires.

Avec AFP

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée