Connect with us

Economie

Lutte contre la pêche illicite: l’Esperanza en patrouille en Guinée

Publié

le

Votre publicité ici

Pour lutter contre la pêche illicite, l'ONG Greenpeace a entamé depuis le 24 février une vaste de campagne de surveillance des côtes en Afrique de l'Ouest. Une campagne qui a débuté au Cap Vert, en Guinée Bissau et qui a été menée en Guinée la semaine dernière. L'ONG met à disposition son bateau, l'Esperanza, qui fait des patrouilles avec les marines locales. Cette opération a permis d'arraisonner au moins sept bateaux pêchant illégalement.

Pendant six jours, les autorités guinéennes ont bénéficié des moyens de l'Esperanza pour mieux surveiller les quelque 350 km de côtes. Ce bateau est notamment équipé de radars, d'un hélicoptère et de six Zodiac. Ainsi en haute mer, trois navires étrangers, opérant sans autorisation et avec des filets de pêche interdits ont pu être arraisonnés.

En temps normal, faute de moyens logistiques, ce travail n'est pas possible. « Cela prend des moyens d’ordre naval, donc avoir des vedettes qui pourraient atteindre rapidement les endroits où on pourrait suspecter des mouvements ou des activités de pêches illégales. C’est pour l’instant ce qui nous fait défaut », témoigne André Loua, ministre guinéen de la Pêche.

En Afrique de l'Ouest, la pêche illicite épuise les ressources halieutiques et détériore les fonds marins. « 34% des stocks qui existent dans cette région sont considérés comme des zones surexploitées, explique Ahmed Diamé, chargé de campagne Océans chez Greenpeace. Des espèces qui étaient présentes ont aujourd’hui presque disparu, comme certaines espèces de requins qui malheureusement ont disparu du fait de cette surpêche. »

Du Cap Vert, en passant la Guinée Bissau, cette campagne a pour l'instant permis d'arraisonner 7 navires étrangers qui ont reçu des amendes variant entre 250 000 et 350 000 euros. La campagne se poursuit cette semaine en Sierra Leone, puis l'Esperanza se rendra au large du Sénégal où elle s'achèvera le 5 mai.

RFI

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Détournement présumé de 200 milliards : la ministre Zenab décide de porter plainte

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Alors que le Parquet a annoncé vendredi l’ouverture d’une enquête sur le détournement présumé de plus de 200 milliards de francs guinéens, imputé à la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, Zenab Nabaya Dramé et révélé par nos confrères de guineenews, la mise en cause a décidé en son tour de saisir la justice, pour non seulement «réparer le préjudice» mais surtout « préserver mon honneur » et celui du gouvernement, dit-elle.

«Chers concitoyens, Je ne peux accepter d’être accusée et condamnée dans une campagne publique de dénigrement délibérée et assumée, déclenchée par un article paru sur un site d’informations. J’ai donc décidé, moi-même, de saisir la justice pour réparer certes l’énorme préjudice que j’ai subi avec les miens, mais aussi pour me rétablir dans mes droits, surtout pour préserver mon honneur, celui du gouvernement auquel j’appartiens ainsi que l’image de marque de notre pays », a-t-elle annoncé ce lundi 30 novembre 2020.

« Mon avocat, Me Dinah Sampil, fera les diligences nécessaires. Convaincue de mon innocence, il revient désormais à mes détracteurs d’apporter toutes les preuves des graves accusations portées contre moi, afin d’édifier la justice et l’opinion publique. a-t-elle ajouté

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

« Le Gouvernement dément formellement un scandale financier impliquant un ministre en fonction »

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Le Gouvernement de la République a appris avec une vive indignation, par voie de presse, un prétendu détournement de deniers publics d’un montant de plus de 200 milliards GNF, dont se serait rendu coupable un membre du gouvernement en place. Une information à sensation qui proviendrait de diverses sources, notamment d’une prétendue commission ad hoc domiciliée au cabinet de Monsieur le Président de la République et chargée de faire la lumière sur les détournements des deniers publics et malversations financières. Il n’existe aucune commission de ce genre à la Présidence de la République.

Le Gouvernement dément formellement un scandale financier impliquant un ministre en fonction.

Les allégations, sans fondement, ni preuves avérées de détournements de deniers publics par des fonctionnaires et agents de l’Etat, sont de nature à ternir l’image, la réputation, la crédibilité et la légitimité de l’institution présidentielle et du Gouvernement. De telles conjectures jettent le doute dans l’opinion et causent un énorme préjudice aux institutions nationales et personnalités publiques.

Le Gouvernement de la République, afin d’éclairer la lanterne publique et lever toute équivoque, à propos des faits allégués, se réserve le droit de saisir, au tour de cette affaire montée de toutes pièces, la Haute autorité de la communication -HAC-, pour interpeller les professionnels des Médias, à propos de la diffusion de fausses informations.

La justice pourrait être aussi saisie pour identifier, à des fins de poursuites judiciaires, toutes les potentielles sources de désinformations.

Enfin, Monsieur le Premier Ministre rappelle que l’engagement solennel et irréversible de Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé de ‘’gouverner autrement’’, est fondé sur la transparence, la rigueur, la justice et l’éthique dans la conduite et la gestion des affaires publiques ainsi que sur le respect scrupuleux des Lois de la République.

Fait à Conakry, le 26 novembre 2020

Dr. IBRAHIMA KASSORY FOFANA, Premier Ministre, Chef du Gouvernent

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

A Dubreka, l’Etat libère finalement la ferme d’Alsény Barry

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Deux jours après avoir saisi  la ferme avicole de l’opérateur économique,  Elhadj Alsény Dalaba Barry, beau-père du ministre des travaux publics, Mousthapha Naité, les autorités ont décidé finalement de libérer les lieux, du moins pour le moment, a-t-on appris.

Selon nos confrères de guineematin.com, les agents de défense et de sécurité qui y étaient déployées lundi ont quitté la ferme hier mercredi.

Mais si le départ  de ces agents ont permis la reprise des activités, cependant, quelques poules ont disparu de la ferme. Au total, 92 ont été  « volées », selon le gérant cité par nos confrères.

« Nous avons retrouvé ces poules sur le marché. Nous sommes sur des enquêtes pour savoir comment elles se sont retrouvées là », dit-il, soulignant que des négociations  sont en cours entre leur société et l’Etat, afin de trouver une solution définitive sur le litige, concernant ce domaine situé à Diomaya, dans la préfecture de Dubreka et que l’Etat voudrait reverser à son compte.

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.