Connect with us

A LA UNE

L’Italie dans le tourbillon de l’euro

Published

on

Votre publicité ici

L'Italie a rejoint la zone euro en 1999 avec le Premier ministre Massimo d'Alema du parti "Gauche Démocratique". Cette participation fatale, qui a entraîné la perte totale de la politique monétaire indépendante, est sans aucun doute la cause principale de la performance décevante de l'économie italienne.

Le PIB du pays s'élève actuellement à 1,75 trillion d'euros et ses taux de croissance sont extrêmement anémiques, atteignant à peine 0,9%. Le produit intérieur brut (PIB) réel par habitant, selon des calculs fiables, a augmenté de 104% au cours de la période 1969-1998, durant la quelle le pays avait sa monnaie nationale, la lire, tandis sur la période 1999-2016 que le pays avait déjà adopté l'euro, a diminué de 0,75%. En revanche, sur la période 1999-2016, le PIB réel par habitant de l’Allemagne a augmenté de 26,1%, faisant de ses citoyens le principal gagnant parmi les principales économies de la zone euro.

En même temps, l’Italie a la troisième plus grande dette d’État au monde après les États-Unis et le Japon. Son sauvetage est donc impossible, car il dépasse les capacités des États européens. La dette du pays, exprimée en pourcentage du PIB, s'élève actuellement à 132% et en chiffres absolus à 2 336 trilion d'euros, alors qu'en 1999, elle s'élevait à 109,7%. Donc, on peut facilement remarquer une augmentation significative.

Dans le même temps, depuis 1999, la forte descente de l'Italie en termes de développement avait commencé. Fiat a cessé de dominer le marché automobile européen et le pays a perdu sa position de leader en tant que producteur d'appareils électroménagers blancs. De nombreuses usines ont été fermées et plusieurs grandes entreprises se sont délocalisées dans d'autres pays. De plus, des millions de petites et moyennes entreprises, qui se fondaient sur la dévaluation périodique de la monnaie pour compenser les insuffisances du système économique italien, ne pouvaient plus se faire concurrence en dehors de la frontière italienne. Quelles sont ces insuffisances? Problèmes du marché du travail, faibles investissements publics et privés dans le développement et la recherche, haute bureaucratie gouvernementale, système judiciaire dysfonctionnel, coûteux et lent, hauts niveaux de corruption et d'évasion fiscale, etc.

Le chômage représente environ 11% de la population active, le quatrième plus élevé de l'Union européenne après la Grèce, l'Espagne et Chypre. Dans le même temps, le chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans, qui, selon les dernières statistiques de l’Istat, s’élève à un pourcentage très élevé de 30,8%, témoigne de la manière la plus claire de la profonde crise économique et sociale qui a balayé comme un ouragan le pays méditerranéen du sud européen.

La pauvreté a atteint son plus haut niveau depuis 2005. Le dernier rapport Istat enregistrait 5 millions de personnes en pauvreté absolue en 2017. En pourcentage, 6,9% des ménages italiens vivent dans la pauvreté absolue, c'est-à-dire dans une situation où il est impossible couvrir les dépenses mensuelles minimales pour l'acquisition d'un panier de biens et services qui, dans le contexte italien et pour une famille présentant certaines caractéristiques, sont considérés comme nécessaires pour un niveau de vie minimum acceptable.

Dans le même temps, l’ Italie possède la majorité des succursales bancaires par habitant en Europe, qui se caractérisent en outre par un mauvais modèle commercial, ne survivant que par les intérêts et les prêts aux entreprises. Ainsi, étant donné que les taux d’intérêt dans la zone euro sont nuls, les banques sont en perte d'exploitation, accumulant des insécurités (prêts rouges) qui atteignent actuellement environ 260 bilion d'euros (15% du PIB italien), dont une grande partie est perdue.

L’économie italienne, troisième dans l’union monétaire mal conçue, ressemble, je dirais, schématiquement, comme un cheval fatigué, chargé de dettes et de prêts rouges, qui respire difficilement, sur la route en montée, plein de pierres et de flaques d’eau, de la zone euro, qui est un système rigide incroyable, un espace encombré de fers à repasser pour 19 pays différents en termes de productivité, inflation, balance commerciale et progrès technologique.

Par conséquent, il convient de comprendre que la zone euro n’est rien d’autre qu'un champ d’intérêts conflictuels entre les pays membres qui la composent. Ainsi, ce qui présente un grand intérêt pour l’Italie n’est en aucun cas un intérêt pour l’Allemagne. Cependant, la réconciliation des intérêts au fil des années de la monnaie unique s’est avérée impossible. C’est parce que l’Allemagne, en tant que première puissance économique, a réussi à régner et à dominer, utilisant l’euro à son avantage, tandis en même temps les autres pays au lieu de résister et même de se heurter, de s'incliner et d'obéir.

Cependant, le coût du report de la sortie de l'Italie de la zone euro - qui a jusqu'ici évité au moins une apparente peur du système politique italien quant aux effets négatifs à court terme de la sortie - s'avérera bien supérieur au coût de la rupture en le début de la crise économique.

La récente décision du gouvernement de coalition du Mouvement 5 étoiles M5S et Lega, formé en mai 2018, de présenter un budget pour 2019 avec un déficit de 2,4% du PIB va clairement dans la bonne direction, car il est de la plus haute importance de renforcer l'économie italienne par le renforcement de la demande intérieure ainsi que par la prospérité du peuple italien, et non par la stricte réglementation fiscale de Bruxelles imposée par l'Allemagne et qui ne le permet pas.

L'Italie doit enfin cesser de se recule sous les ordres de Berlin et craindre la rupture avec la zone euro allemande, car elle est capable de retourner dans la lire et de recouvrer ainsi sa souveraineté politique, économique et institutionnelle. Malgré les problèmes actuels, elle possède toujours la deuxième plus grande industrie de la zone euro après l'Allemagne et la cinquième dans le monde, avec une participation de 19% au PIB du pays. L’Italie produit des avions, des voitures, des armes, des systèmes électroniques jusqu’aux parfums, des chaussures et des vêtements. L’Italie a également besoin d’énergie, c’est-à-dire de pétrole et de gaz bon marché, qu’elle n’a pas. Mais il pourrait sécuriser le pétrole de son ancienne colonie, la Libye, et le gaz de Gazprom. Ainsi, avec des coûts de production bas et une monnaie nationale flexible, il deviendrait extrêmement compétitif.

En résumé, l'Italie, naviguant comme un bateau ébranlé dans la mer agitée de la zone euro où soufflent des vents violents, coulera mathématiquement si son leadership politique ne prend pas, tant qu'il est encore temps, la décision novatrice et dynamique de revenir sa pièce nationale.

Par Isidoros Karderinis

Curriculum vitae

Isidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est romancier, poète et éditorialiste. Il a étudié l'économie et a terminé des études de troisième cycle en économie du tourisme. Ses articles ont été republiés dans des journaux, des magazines et des sites du monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, français et espagnol et publiés dans des revues littéraires et des sections littéraires de journaux. Il a publié sept livres de poésie et deux romans. Ses livres ont été publiés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Espagne et en Italie.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Gaoual : deux morts dans des heurts entre forces de l’ordre et manifestants

Published

on

Votre publicité ici

Deux personnes ont été tuées mardi 22 juin, à Gaoual,  dans des violences entre les forces de sécurité et des manifestants en colère contre la fermeture de la mine d’or, récemment découverte à Kounsitel.

Les victimes sont Mamadou Sidibé, agriculteur de 32 ans et Mamady Camara, orpailleur originaire de Kankan.

Les deux ont succombé à leurs blessures, alors qu’ils étaient en train d’être évacués vers Conakry.

Ces dernières semaines, plusieurs milliers de personnes en provenance de diverses villes du pays, notamment de la Haute Guinée, se sont rués vers Gaoual, où une mine d’or vient d’être découverte dans la sous-préfecture de Kounsitel.

Face à cette présence massive et aux risques que l’exploitation artisane représente, les autorités administratives ont décidé de fermer la mine jusqu’à nouvel ordre.   Une fermeture qui fâche à Gaoual, où certains autochtones soupçonnent une exploitation clandestine de la mine, par certains orpailleurs en complicités avec des agents qui surveillent la zone.  Excédés par le chômage et la pauvreté, ils appellent donc à la réouverture immédiate de la mine.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Grâce présidentielle pour quatre détenus politiques guinéens

Published

on

Votre publicité ici

Quatre détenus politiques ont été graciés par le président Alpha Condé, durant ces cinq derniers jours.

Il s’agit d’abord de Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté, tous graciés dans la soirée de ce mardi, 22 juin 2021.

Opposant au troisième mandat d’Alpha Condé, les deux avaient été condamnés à un an d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 20 millions de francs guinéens chacun, le 13 janvier dernier, par le tribunal de première instance de Dixinn.

Les deux autres sont,  Boubacar Diallo dit grenade et  Mamadi Condé, alias Madic 100 frontières, tous graciés vendredi dernier.

Il faut rappeler que Boubacar Diallo avait été condamné à 10 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 5 ans par la Cour d'Appel. Mais le 17 juin passé, il a demandé pardon au chef de l’Etat à travers une lettre.

Quant à Madic 100 frontières,  il avait été condamné  en première instance, à 5 ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 100 millions de francs guinéens pour  « atteinte aux institutions de la République, téléchargement, diffusion et mise à la disposition des messages etc.) Mais après avoir demandé pardon à Alpha Condé, sa peine avait été  finalement réduite à un an d'emprisonnement ferme, le 10 juin dernier par la Cour d'Appel.

Il faut signaler que plusieurs autres militants et responsables de l’UFDG, le principal parti de l’opposition,  croupissent toujours sans jugement depuis plusieurs mois à la maison centrale de Conakry.

Par Mariam Bâ

 

Continue Reading

A LA UNE

WIA Young Leaders annonce les lauréates de sa première promotion

Published

on

Votre publicité ici

Paris, le 22 juin 2021 – L’initiative Women In Africa (WIA) a révélé aujourd’hui les membres de la première promotion du programme WIA Young Leaders. Élaboré en partenariat avec la Maison Dior, Huawei et la banque d’affaires Lazard, le programme Young Leaders vise à accompagner et mettre en avant le potentiel de leadership des jeunes femmes africaines.

Cynthia Adediran Aïssy, Directrice Générale de KeyOpsTech et de Fruitizz CI ; Meganne Lorraine Ceday Boho, Manager Relations Clients et Médias chez African Media Agency, Présidente de La Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes ; Dr. Nassifatou Koko Tittikpina, Responsable de la restructuration du Laboratoire National de Contrôle Qualité des Médicaments ; Néné Maïga, Directrice de cabinet du DG d’Orange Middle East and Africa et Nyama Marvel Gusona, Consultante Internationale pour l’autonomisation des jeunes à l’UNICEF : voici les lauréates qui composent la première promotion des WIA Young Leaders, identifiées parmi plus de 2000 candidatures et sélectionnées après des entretiens individuels avec un jury composé de 15 personnalités internationales.

Ces 5 Young Leaders ont été sélectionnées pour leurs parcours impressionnants et prometteurs, pour leur capacité de leadership exemplaire, pour leur projet professionnel et de vie, et pour leur engagement en faveur de l’Afrique.

Toutes partagent les mêmes valeurs et la vision d’une Afrique innovante et inclusive, où le monde des affaires est intimement lié à l’impact social. Elles aspirent à devenir décisionnaires aux plus hauts niveaux d’entreprises et d’organisations publiques, avec l’humilité, l’empathie, et la résilience qui les caractérisent. Leur force de conviction, alliée à un goût pour le travail en équipe, font d’elles les prochaines grandes leaders du paysage panafricain.

WIA et ses partenaires Dior, Huawei et Lazard s’engagent à accompagner les lauréates à atteindre leurs objectifs ambitieux. Un suivi personnalisé sera mis en place pour permettre d’identifier les besoins individuels des Young Leaders et de répondre avec précision à la montée en compétences de chacune d’entre elles.

La partie présentielle du programme se déroulera à Paris. Au cours de leur séjour en France, les Young Leaders auront l’occasion de faire de nombreuses rencontres, essentielles au développement de leur réseau. Elles auront également l’opportunité exclusive d’être accueillies au sein des bureaux de Huawei et du tout nouveau siège de la banque d’affaires Lazard Paris. Un évènement virtuel sera enfin organisé au retour de ce voyage, afin de permettre à la toute première promotion Young Leaders de WIA de partager son expérience.

Grâce à ce programme, les 5 Young Leaders auront la possibilité de développer leurs compétences, mais aussi d’être mises en réseau, de découvrir de nouvelles organisations, de rencontrer des personnalités phares des mondes des affaires, de la politique et des médias.

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance