Connect with us

A LA UNE

L’Italie dans le tourbillon de l’euro

Publié

le

Votre publicité ici

L'Italie a rejoint la zone euro en 1999 avec le Premier ministre Massimo d'Alema du parti "Gauche Démocratique". Cette participation fatale, qui a entraîné la perte totale de la politique monétaire indépendante, est sans aucun doute la cause principale de la performance décevante de l'économie italienne.

Le PIB du pays s'élève actuellement à 1,75 trillion d'euros et ses taux de croissance sont extrêmement anémiques, atteignant à peine 0,9%. Le produit intérieur brut (PIB) réel par habitant, selon des calculs fiables, a augmenté de 104% au cours de la période 1969-1998, durant la quelle le pays avait sa monnaie nationale, la lire, tandis sur la période 1999-2016 que le pays avait déjà adopté l'euro, a diminué de 0,75%. En revanche, sur la période 1999-2016, le PIB réel par habitant de l’Allemagne a augmenté de 26,1%, faisant de ses citoyens le principal gagnant parmi les principales économies de la zone euro.

En même temps, l’Italie a la troisième plus grande dette d’État au monde après les États-Unis et le Japon. Son sauvetage est donc impossible, car il dépasse les capacités des États européens. La dette du pays, exprimée en pourcentage du PIB, s'élève actuellement à 132% et en chiffres absolus à 2 336 trilion d'euros, alors qu'en 1999, elle s'élevait à 109,7%. Donc, on peut facilement remarquer une augmentation significative.

Dans le même temps, depuis 1999, la forte descente de l'Italie en termes de développement avait commencé. Fiat a cessé de dominer le marché automobile européen et le pays a perdu sa position de leader en tant que producteur d'appareils électroménagers blancs. De nombreuses usines ont été fermées et plusieurs grandes entreprises se sont délocalisées dans d'autres pays. De plus, des millions de petites et moyennes entreprises, qui se fondaient sur la dévaluation périodique de la monnaie pour compenser les insuffisances du système économique italien, ne pouvaient plus se faire concurrence en dehors de la frontière italienne. Quelles sont ces insuffisances? Problèmes du marché du travail, faibles investissements publics et privés dans le développement et la recherche, haute bureaucratie gouvernementale, système judiciaire dysfonctionnel, coûteux et lent, hauts niveaux de corruption et d'évasion fiscale, etc.

Le chômage représente environ 11% de la population active, le quatrième plus élevé de l'Union européenne après la Grèce, l'Espagne et Chypre. Dans le même temps, le chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans, qui, selon les dernières statistiques de l’Istat, s’élève à un pourcentage très élevé de 30,8%, témoigne de la manière la plus claire de la profonde crise économique et sociale qui a balayé comme un ouragan le pays méditerranéen du sud européen.

La pauvreté a atteint son plus haut niveau depuis 2005. Le dernier rapport Istat enregistrait 5 millions de personnes en pauvreté absolue en 2017. En pourcentage, 6,9% des ménages italiens vivent dans la pauvreté absolue, c'est-à-dire dans une situation où il est impossible couvrir les dépenses mensuelles minimales pour l'acquisition d'un panier de biens et services qui, dans le contexte italien et pour une famille présentant certaines caractéristiques, sont considérés comme nécessaires pour un niveau de vie minimum acceptable.

Dans le même temps, l’ Italie possède la majorité des succursales bancaires par habitant en Europe, qui se caractérisent en outre par un mauvais modèle commercial, ne survivant que par les intérêts et les prêts aux entreprises. Ainsi, étant donné que les taux d’intérêt dans la zone euro sont nuls, les banques sont en perte d'exploitation, accumulant des insécurités (prêts rouges) qui atteignent actuellement environ 260 bilion d'euros (15% du PIB italien), dont une grande partie est perdue.

L’économie italienne, troisième dans l’union monétaire mal conçue, ressemble, je dirais, schématiquement, comme un cheval fatigué, chargé de dettes et de prêts rouges, qui respire difficilement, sur la route en montée, plein de pierres et de flaques d’eau, de la zone euro, qui est un système rigide incroyable, un espace encombré de fers à repasser pour 19 pays différents en termes de productivité, inflation, balance commerciale et progrès technologique.

Par conséquent, il convient de comprendre que la zone euro n’est rien d’autre qu'un champ d’intérêts conflictuels entre les pays membres qui la composent. Ainsi, ce qui présente un grand intérêt pour l’Italie n’est en aucun cas un intérêt pour l’Allemagne. Cependant, la réconciliation des intérêts au fil des années de la monnaie unique s’est avérée impossible. C’est parce que l’Allemagne, en tant que première puissance économique, a réussi à régner et à dominer, utilisant l’euro à son avantage, tandis en même temps les autres pays au lieu de résister et même de se heurter, de s'incliner et d'obéir.

Cependant, le coût du report de la sortie de l'Italie de la zone euro - qui a jusqu'ici évité au moins une apparente peur du système politique italien quant aux effets négatifs à court terme de la sortie - s'avérera bien supérieur au coût de la rupture en le début de la crise économique.

La récente décision du gouvernement de coalition du Mouvement 5 étoiles M5S et Lega, formé en mai 2018, de présenter un budget pour 2019 avec un déficit de 2,4% du PIB va clairement dans la bonne direction, car il est de la plus haute importance de renforcer l'économie italienne par le renforcement de la demande intérieure ainsi que par la prospérité du peuple italien, et non par la stricte réglementation fiscale de Bruxelles imposée par l'Allemagne et qui ne le permet pas.

L'Italie doit enfin cesser de se recule sous les ordres de Berlin et craindre la rupture avec la zone euro allemande, car elle est capable de retourner dans la lire et de recouvrer ainsi sa souveraineté politique, économique et institutionnelle. Malgré les problèmes actuels, elle possède toujours la deuxième plus grande industrie de la zone euro après l'Allemagne et la cinquième dans le monde, avec une participation de 19% au PIB du pays. L’Italie produit des avions, des voitures, des armes, des systèmes électroniques jusqu’aux parfums, des chaussures et des vêtements. L’Italie a également besoin d’énergie, c’est-à-dire de pétrole et de gaz bon marché, qu’elle n’a pas. Mais il pourrait sécuriser le pétrole de son ancienne colonie, la Libye, et le gaz de Gazprom. Ainsi, avec des coûts de production bas et une monnaie nationale flexible, il deviendrait extrêmement compétitif.

En résumé, l'Italie, naviguant comme un bateau ébranlé dans la mer agitée de la zone euro où soufflent des vents violents, coulera mathématiquement si son leadership politique ne prend pas, tant qu'il est encore temps, la décision novatrice et dynamique de revenir sa pièce nationale.

Par Isidoros Karderinis

Curriculum vitae

Isidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est romancier, poète et éditorialiste. Il a étudié l'économie et a terminé des études de troisième cycle en économie du tourisme. Ses articles ont été republiés dans des journaux, des magazines et des sites du monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, français et espagnol et publiés dans des revues littéraires et des sections littéraires de journaux. Il a publié sept livres de poésie et deux romans. Ses livres ont été publiés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Espagne et en Italie.

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Soulay Thiâ’nguel remporte le prix RFI Théâtre 2020

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L'auteur guinéen Souleymane Bah dit  Soulay Thiâ'nguel  vient de remporter  le prix RFI Théâtre 2020.

Il a gagné ce trophée pour sa dernière pièce « La Cargaison » écrite durant le confinement en France en mars dernier.

Une véritable danse macabre dont les personnages sont des morts en mal de sépulture, des corbillards fatigués de faire leur boulot, des balles se plaignant de loger dans des corps, des cimetières las de recevoir des dépouilles.

Source : RFI

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Des toilettes publiques pour Ninguelandé, un projet d’une association locale

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L’Union des Jeunes  de Ninguelandé pour le Développement (UJND) envisage de doter des latrines publiques à cette sous-préfecture située dans la préfecture de Pita, en moyenne Guinée.

Pour venir en aide à la communauté, l’association vient de lancer un projet de construction des latrines publiques dans cette commune rurale d’environ 35.000 habitants.

« La mise en place de ce projet n'est pas des moindres, car il résout un certain problème d'hygiène publique et lutte contre les périls fécaux facteurs de plusieurs parasitologies », a expliqué à notre rédaction, Dr Alpha Oumar Diallo, président de l’UJND.

Le coût de ce projet communautaire est estimé à 50.956.210 GNF, a-t-il précisé.

Pour y parvenir, l’association sensibilise les ressortissants de la sous-préfecture pour collecter l’argent nécessaire.

Par Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : les Etats-Unis, la France et l’UE réclament un procès dans les plus brefs délais

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Malgré l’engagement des autorités guinéennes, la justice se fait toujours attendre, onze ans après le massacre du 28 septembre 2009, au stade du même nom, à Conakry. Face à cette situation qui ronge les familles des victimes et les organisations de défenses de droits de l’homme, les Etats-Unis, la France et l’Union Européenne ont appelé le gouvernement guinéen à  tenir un procès ‘’dans les plus brefs délais’’, dans un communiqué conjoint.

« Nous exhortons le gouvernement guinéen à  tenir un procès dans les plus brefs délais afin que les responsables de ce crime odieux répondent de leurs actes devant un tribunal. Le fait de veiller à ce que le système rende justice à ces victimes ainsi qu’à tous ceux ayant souffert d’autres actes de violences politiques, démontrera l’engagement du gouvernement guinéen à promouvoir la paix, à rejeter toutes les formes de violences et à défendre l’Etat de droit »

Le 28 septembre 2009, peu avant midi, plusieurs centaines d’agents des forces de sécurité ont ouvert le feu sur des dizaines de milliers de personnes rassemblées pacifiquement au stade du 28 septembre, pour protester contre l’intention de Moussa Dadis Camara, alors chef de la junte au pouvoir, de se présenter à l’élection présidentielle, tuant ainsi plus de 150 personnes.

Les forces de sécurité ont également violé des femmes, individuellement ou collectivement, y compris au moyen d’objets tels que des matraques ou des baïonnettes.

Elles se sont ensuite attelées à une opération organisée de dissimulation, dans le but de cacher l’ampleur des tueries, en bouclant tous les accès au stade et aux morgues et en emportant les corps pour les enterrer dans des fosses communes, dont beaucoup doivent encore être identifiées.

L’enquête menée par des juges d’instruction guinéens, ouverte en février 2010 a été  bouclée fin 2017.

En avril 2018, un comité de pilotage chargé d’organiser le procès avait été mis en place par l’ancien ministre de la Justice, Cheick Sako. Ce comité a décidé qu’il se tiendrait à la Cour d’appel de Conakry. Mais, plus de deux ans après la clôture de l’enquête, la date du procès n’est toujours pas fixée.

Plus de 13 suspects ont été inculpés dans ce dossier, dont Moussa Dadis Camara, l’ancien chef de la junte appelée Conseil national pour la démocratie et le développement,( CNDD) ainsi que son vice-président, Mamadouba Toto Camara.

Plusieurs individus inculpés de charges liées aux homicides et aux viols occupent toujours des postes d’influence, y compris Moussa Tiégboro Camara, Secrétaire général chargé des Services spéciaux de lutte contre le grand banditisme et les crimes organisés.

L’aide de camp de Dadis Camara, Abubakar « Toumba » Diakité, a également été inculpé. Il a été extradé vers la Guinée en mars 2017, après plus de cinq ans de cavale.

Quatre autres individus sont en détention à la Maison Centrale de Conakry, respectivement depuis 2010, 2011, 2013 et 2015 dans le cadre de l’affaire.

Mais leur détention provisoire est jugée illégale par les ONG de défense des droits humains, « dans la mesure où elle excède la durée maximale prévue par la loi guinéenne, soit 18 à 24 mois en matière criminelle, en fonction du chef d’inculpation ».

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.