Connect with us

Politique

Lettre ouverte à Alpha Condé, Président de la République de Guinée

Publié

le

Votre publicité ici

M. le Président,

C'est après avoir réfléchi des jours durant que j'ai enfin pris l'initiative de vous écrire ces quelques lignes qui sont d’un citoyen oppressé, profondément convaincu que vous ne faites pas assez pour lui garantir un environnement propice à l’exercice de son métier.

Agé de 27 ans et titulaire d’une Licence en Sciences politiques, je suis légalement installé à Conakry où je vis avec ma famille. Depuis près de 5 ans, je n’ai aucun autre métier que le journalisme. C’est grâce à mon salaire que je parviens à prendre en charge ma modeste famille.

La moindre des choses que tout autre citoyen de ma classe sociale attend de son Etat, c’est de lui garantir cet emploi en lui offrant  un environnement de travail propice.

Or, je n’ai pas le sentiment que vous ayez conscience de ce rôle qui vous incombe en tant que Président de la République.

M. le Président

Pour votre rappel, alors que j’assurais la couverture médiatique  du congrès électif du PUP en 2015 au compte du site Guineematin.Com, où je travaillais à l'époque, j’ai été arbitrairement et brutalement arrêté, jeté dans un véhicule de la police qui m’a conduit dans un commissariat où j’ai été illégalement détenu pendant des heures. Il a fallu l’intervention de mon patron, Nouhou Baldé et le doyen Yacine Diallo, ancien ministre de la Communication (tous vivants) pour que je sois libéré sans qu’on ne me notifie d’ailleurs clairement ce dont j’étais reproché. Qu'ils en soient remerciés !

Comme je l’ai dit, c’était en marge du dernier congrès électif du PUP où les tensions étaient vives parce qu’une des deux parties en conflit soupçonnait l’autre partie d’être supportée par vous qui auriez déployé moyens financiers et forces policières pour sponsoriser la candidature de Fodé Bangoura à la présidence dudit parti.

Quelques mois plus tard, c’est à Siguiri, votre plus grand fief électoral, que des militants de votre parti, munis d’armes blanches m’ont pris à partie en proférant à mon égard des menaces de mort et en retirant mon matériel de travail que je n’ai pu retrouver que grâce à l’implication plus tard du député Nfa Condé (lui aussi vivant). Qu'il en soit remercié !

Lorsque l'organisation de protection des journalistes Reporters Sans Frontières (RSF) a fait une déclaration publiée sur son site internet, condamnant cette agression, elle n'a pas manqué de de vous inviter à envoyer un message à vos militants, pour qu’ils ne s’en prennent plus aux journalistes.

Monsieur le Président,

Vous avez mal pris cet appel légitime à prendre vos responsabilités. Vous avez estimé et dit que ce n’est pas à une organisation étrangère de vous dicter ce que vous devez faire. Pire, le message que vous avez envoyé a consisté à les encourager à frapper, à humilier et à menacer des journalistes.

Résultat, vous photographier a valu au journaliste Malick Diallo d'être malmené et séquestré par votre garde. Avant lui, une responsable de votre parti a menacé de brûler vifs des journalistes alors que nous étions encore dans le deuil suite à l'assassinat de notre confrère Mohamed Koula Diallo (Paix à son âme), devant le siège d’un parti politique.

Le samedi 17 juin 2017, c’est au siège de votre formation politique que j’ai failli de peu être lynché par des loubards qui se font appeler militants du RPG Arc-en-ciel.

Là encore, mon crime a été le fait de photographier une scène de bagarre devant le siège alors que l’assemblée générale se tenait à l'intérieur de la permanence. Une assemblée ouverte aux militants du parti et aux journalistes.

Monsieur le président,

Vous devez assumer votre rôle pour nous sortir de cette jungle dans laquelle votre gouvernance nous a si malheureusement plongés depuis des années. Nous ne pouvons pas tous fuir ce pays pour aller nous installer chez les autres juste parce que vous ne jouez pas votre rôle.

M. le Président,

Condamné à contumace par l’un de vos prédécesseurs, vous avez souffert de l’exil et savez donc combien de fois c’est difficile d’être contraint de vivre hors de son pays, loin des siens.

Espérant que vous aurez la sagesse de comprendre le sens de ma lettre que j'écris avec autant de risques, je voudrais vous réitérer l'expression de la haute considération que j'éprouve pour la fonction présidentielle dont vous avez la CHARGE d’incarner.

Thierno Amadou Camara

Journaliste et Analyste Politique

Ampliation :

Haute Autorité de la Communication (HAC)

Réseau des Médias sur Internet en Guinée (REMIGUI)

Reporters Sans Frontières (RSF)

Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH)

Organisation Guinéenne de défense des Droits de l’Homme et du citoyen (OGDH)

Fédération Internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH)

Amnesty International

 

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Présidentielle du 18 octobre : la diaspora forestière appelle à sanctionner Alpha Condé

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF) a appelé l’électorat de la Guinée en générale, et de la Guinée Forestière en particulier, à voter massivement contre le président Alpha Condé, candidat pour un troisième mandat, lors du scrutin présidentiel du 18 octobre prochain.

Dans une déclaration ce conseil soutient qu’en votant contre le chef de l’Etat, l’on rendrait justice aux Guinéens qui sont victimes des ‘’errements’’ de son régime ‘’moribond aux abois’’.

« Toute aventure politique qui viole la constitution engendre de facto un régime de dictature ; et cette dynamique va en contresens de la démocratie qui est à l’heure de l’horloge politique contemporaine. Comme l’a dit Nelson Mandela, «Les dictateurs décomposent et détruisent la république ; tandis que les démocrates œuvrent pour sa construction ».C’est pourquoi, le CSDF demande à tous les compatriotes épris de justice et de paix de sanctionner le régime RPG lors de l’élection présidentielle en votant pour l’alternance. Ce serait la seule voie qui assurerait l’avènement d’un régime nouveau, avec un contrat social nouveau, afin de bâtir une Guinée nouvelle. »

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Mais qu’est-ce qui se passe au Bloc libéral de Faya Millimono ?

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Mais qu’est-ce qui se passe au Bloc libéral ? S’achemine-t-on vers l’implosion de cette formation politique dirigé par Faya Millimono ? Si rien n’est moins sûr, depuis quelques semaines ce dernier fait face à des frondeurs qui l’accusent de vouloir annuler le récent congrès du parti dans le but d’écarter ses collaborateurs qu’il ne parviendrait pas à manipuler. Pire, « il n’est plus le président du Bloc Libéral », clame une frondeuse.  

« Nous n’accepterons pas que le congrès soit annulé. La décision de Dr Faya est nulle et de nul effet parce qu’il est un président périmé. Son mandat a expiré depuis le 26 août. Donc, il n’est plus le président du Bloc Libéral. Il est un simple militant comme nous autres. En attendant que l’élection du bureau ne soit reprise et qu’il soit réélu », a clamé Halimatou Dianwadou Baldé ,vice-présidente du Conseil National des Jeunes du Bloc Libéral dans un entretien avec nos confrères de guineeatin.com.

« Nous avons organisé un congrès physique pour les fédérations qui sont à Conakry et qui sont partis au siège ; et, un congrès en ligne, via zoom pour ceux qui sont en dehors de Conakry. On a voté ici au siège, devant les médias ; et, les résultats partiels ont été sortis. En ligne, les gens ont voté pour les quatre structures nationales ; à savoir : le bureau national des femmes, celui des jeunes, des sages et le bureau exécutif dont Dr Faya était le président. Pendant l’élection, les trois bureaux (celui des femmes, des jeunes et de sages : ndlr) n’ont eu aucun problème ; mais, arrivée au niveau du bureau exécutif, le vote  physique s’est passé librement. C’est au niveau du vote en ligne où ils ont estimé qu’il y a eu des anomalies. En principe, tous les résultats devraient être connus le même jour parce que tout le monde voyait le pourcentage au fur et à mesure. Mais, ils ont refusé de donner les résultats. 72 heures après, nous avons commencé à réclamer les résultats et nous avons estimé que s’ils refusent de publier ces résultats, c’est qu’ils veulent les modifier. C’est plus de 10 jours après que Dr Faya est venu nous dire que le congrès doit être annulé. Nous avons dit non, on ne peut pas annuler un congrès passé devant tout le monde, y compris les médias. Nous avons dit que dans une élection, on peut rencontrer des anomalies majeures ou mineures ; mais, lorsqu’on trouve que le problème se situe à un seul niveau, même si c’est le bureau exécutif où on suppose que le zoom a caché quelque chose, qu’on reprenne pour celui-là et qu’on conserve les autres résultats », a-t-elle expliqué, accusantFaya Millimouno de chercher à inverser les résultats du congrès.

« C’est parce qu’il n’est pas satisfait des résultats obtenus ; car, les gens qu’il avait préparés pour évincer les autres n’ont pas été élus par les militants à la base », dit-elle.

Depuis le début de cette crise, l’accusé Faya Millimono reste, du moins pour l’instant, silencieux. Mais combien de temps le faudra-t-il encore ?

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Présidentielle en Guinée : front commun contre Alpha Condé

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Les onze candidats de l’opposition à la présidentielle du 18 octobre ont décidé de former un front commun contre le président de la République, candidat à sa propre succession pour un troisième mandat.

Créé à l’issue d’une réunion tenue ce vendredi, 18 septembre 2020, au siège du Parti de l’Action Citoyenne pour le Travail (PACT),  ce front dénommé collectif des candidats pour l’alternance, vise à battre Alpha Condé dans les urnes.

« Nous sommes réunis autour des questions électorales. Nous avons mis en place le collectif des candidats pour l’alternance. Ce collectif va mutualiser les moyens et les expériences pour que les élections se passent dans des conditions acceptables sur le terrain le 18 octobre. Nous allons, à l’issue de cette réunion, formaliser ce collectif qui va commencer à travailler, notamment pour adresser rapidement un courrier à l’administration, à la CENI, pour un certain nombre de questions relatives aux bureaux de vote et aux PV à l’issue des élections. Et, une équipe technique va être mise en place pour voir dans quelle mesure nous allons mutualiser nos moyens et nos efforts sur le terrain », a annoncé Dr Makalé Traoré, candidate du Parti de l’Action Citoyenne pour le Travail à la présidentielle prochaine, citée par nos confrères de guineematin.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.