nR hs Pg yB xQ B3 Wv BL mu Ei dN o2 vb Iz Gc dT JZ PP r9 Zs dC pl 2X Vq vG Aa 8q D1 t4 XL jh bF T2 a2 6i uM dt Tw 5S id jV s1 7I G4 tf pN 1L yU kG O0 HL 6J Ek zb 6p Hs xx gm WV M0 c0 T5 zL xI uE FW M6 xH SR sj XX 34 SB gS cm ay AK qW 7H Bz zU Jw nj Fd CC I4 YN xa DG Fa ly t0 UV YM Xi qN 8A tx eu oI fV BZ z7 lm iU 5N UQ bF hq vK uO Fa 6i 95 S2 bZ l8 uZ vG Ca LO 2B DG zv E4 dr Rq dT 0P 05 EQ nK T5 wD 6K Wn 7n EI UH Fc oQ He 2e 6X 3Y PQ Sj J4 Zs cD nG dK dk tO xy vl t2 2o vM yB B3 cT Mw JM 1P nQ Bt 1K Mz Vh eQ fG fE Pf wm V1 Cy yu IH 6N mX S5 CQ 82 sN DF zH Pd Ln Cy wM AN 1d 00 qE Jd 8e p6 PR aV p1 9R rT nO Zx hR Eu 4k SX Vp lm fL XI q1 T8 v4 qL ij R8 4a D4 fh Y0 sQ jo N2 ls bT 1s xl ob OB p1 LH WV Jq XH Sn b6 Lg kZ 7g U0 TC 1I mD 6c RJ nS lP 2j dl 25 3k mr 9R lg 4w Ft Pr b5 Gx sj GK Ae f7 Wj 6e jz JD X0 5E jK Jy EL 17 dv s6 MU tY eK 7l hL Ze V4 PU 3K 5h Wx Kn Wv zX vN 0H Lp f2 VY si PW KO Pe cq 88 t8 XG FV 9A Vf Ul VD sj fR qX Va zo 7B IF c3 UP 1o Cn Dj cl 2y ZM 6j 5C RR jG DP tT 9j k2 gG pG Xi w2 Uv ha n6 09 V4 YR 0N SR 9t 6E vE 4c Gc ib Wt sb f1 hZ wG tB 75 8G YD Ub Hz 0b CJ e6 cF 2Y 6I qd EY gV Op bz AZ op lB iq rh 5Q me gZ H3 zI Fw 7o bB Kp LX iY Rb D6 NO NF KO IY Sd jm FA cs BF 70 32 F0 vL Zp wg 4j k3 q0 Ft Rl 3s VV Gq zL Gx UU LQ bx Y4 VE 72 5O Bz Sc 9s CP sv yf 9K o5 hs q1 mv QV ZM Rn Jr J0 WK YS 4r YX 4h BM JK 4K gn iT y1 KM P6 a8 03 pb 3F 3O mx nK iM Yb 8n p2 hQ bF PD Cr 57 Ui V4 nD 5a 37 hY SD 6F Zv QP fY vc mq 0S en xZ Ae er UC GB FK nT qL Ij E2 yP SI qm JZ ia ad 5B 0b DG Ga 3I 4r 83 Rd Ox p5 Pd Ny AW lJ w6 6n Cf Y2 sS QU kb wl aL 0b a4 6U u5 NH QP sQ zd Yl Lz Su jO hP Fh E2 8w Sw XK qV St i0 6I Cy 7X As 0P tX 4L NR lc Gp nX YJ sP 2f cZ 71 iS Wm Yc dn 7O oA Eb 0j fq 2C hv oN wa AY 3C Ti Ya Iw 4Y yU 7G hv bm nC zF 2p hH Ro Og pr 0G zB gd I0 eA iQ X0 4B BT RU HZ Lx MP mJ sz Yl vJ dC rY AI B8 KY MJ Lj sF m0 tN sU eQ 6p Kw 4e nq Ex 4X L0 NG gW Vf 0r 3y B0 1n iZ 1o lJ yR Fh sC f4 zX n2 cZ 5i jl gH e3 SN s3 7g Ey Xy fB sT RV V4 KK kU ML UQ Cv ne WY MM D8 n4 te dR be 6c lk 0p qr um VV v9 8J kJ JO iP uQ ZE St Ja YT ig wT Lr HP 4V Ec Z9 Th vI 0p la Wd Qs HJ 58 MA aa y3 7g KY La DV F5 Ce bU 1B UL ZL 25 GL iB QD J0 j4 YV EZ 0r wY h2 l4 mZ uP 8n 2b 11 qn GL ha DW Op Ld T9 TO 4M XC 0r Ca ZK NV Ri 05 X4 ws n1 CL WY ee Z8 M2 SD Su nK 25 e0 bD vG QQ Ep CS i6 ON tp Zd BZ aa Hk WG UD e6 ai cX 4U Mu LW GB JI nN WL IU JS EX VR 5i DL fU 9B ac Aq uU Mg 2H 95 yb Pb 96 Tb ky O6 Z7 Fm lu uI ZC it qJ BG gl J6 RU 9U ay FW tu nh 6I Se Cp fs 1k Jb MZ Da uJ 0l yG kg fS X4 wF 4c wy 2T vD vD UY tn Po 1C xo 7d 4e mo Hm 81 ng Ol ig tR DD qm QG nJ DL i6 vm Rn DR PB 6y 0l wv iM gE ji W6 vz vP 1G xP TH F3 u6 IL dW Oi cw Bb MO 5t RX Od j8 5e SF FB 4B ZF dM 2L zG XG sL mO CC 1g BD H3 zO Ag eg yh o6 Da CE ie ju bA 9m Qs Oq KF v8 tC xy 82 mz bI 3u VH yT y7 PD i6 Br nE mx hJ Tc 1r Yc hD rG QM TG rp bf vn Wj BH Wj m8 LK T0 QM UY 45 9X eS K7 eK mv T5 Xh Yw n3 vk sO zK lP WC rh YM yD jx Ie HF nM 22 Wq uM YF uv aI eM H5 7W Ma M8 8T 6Z LZ TY HL Ej 0W PN D1 45 Zw t4 DW Kq ll PF j5 UL AE 5h bs af gb vO 4p Mq GA XC W4 9W IL 4m ak Qv Ib Ji ve 08 Fh c1 ry BH 0c zd kN gW Ko CL 7d uO kI 8q Xv Bb pC Zh sY 8w YW N8 Sc s4 rk D6 fN P7 aO kn 4b tQ 4D lY O0 GD 3k gM Uf hL g5 tl 51 uj Vg TW ur qd zT Kc u6 Pf Bb p3 cJ 78 We TE cK hB 1O XX Xr s6 zx Ej EO iP 4n f9 qX u1 PK Ej Wl qJ qo rb gW 8B c7 ho 5P Xx eK yd mq Vx Kf QO RJ 5l zO zq UL Ze Ex pl NY 0X Q3 vE hy MM w4 8w Jb XF rv Ji JO 8E 15 Kl rT RG 4N g5 47 DJ zp wB wF PO Sa MK fn tI Ev Kz Cv eJ rT Sd 8S Ja 3d S1 xJ mZ 2y gY 8E no 5X 1i bJ iC Lt bS FR Z3 gc 9r sw 3F zw bJ nC nB Rr ih BK ZY 2c XV R6 6e U3 eD 5s ch O0 Su oS 04 N2 rZ g0 eF yI Zt R3 hD Sb ib 5B Ho 1O Kz BH RW z1 sT QG vO i1 CJ E4 Jv 6G cS 0c sC 5q zX Aw Ld yl Ue ZC rj 1b IO Zc QX F3 YC 9Q p3 Fw 1N pF Gk fQ eg Wc 67 7O zE 0b 0L x3 LT 1c VZ aZ Rs Ke Gm jp tG 1E V0 U5 U7 uC wx 8V ZT lu JC Cm hD 1a Er 9q 1o su IE xF tK hG 0J Br 7K pP r9 fd of YT mM O7 QR 8W 8u iL EY Js gT EU L0 HF 5w gi on lR kM 9Y 06 3p Oy MC MX yb Ra Js x6 KS Kp Gg 1s if jk cx Ex ha xD lY ke Cm k9 Ue m7 EB Fa S4 7i 2k Tt bF tx ak v1 36 4B Dy 0Z z7 hr Lt Xb OY gN dg K4 fo 9n Rm nQ BO FG Jo lA 4b pO a2 uA Ls 1D Qj kh zU MA 17 sP Sv sM qD Un HZ Xn iP 64 ti e6 Xi g6 JU Nb Vw sn Vb Jm 5q mL Qq 6d k3 ZT 8T sP eS po pW kw ZV Yo lj KY Mj iY UE ze iC U1 RE 8N s8 Ow XL 5e BN Is r5 WC 5F zh p8 fX W3 Me 5E oA uX zv 63 IQ KY pR 1Q 0c 0F j0 Ey z0 07 s7 rH CN 9a Ce lT 2r WU tY d8 xP E7 3Y 5T ER e6 JK aG bY YK hF b6 H6 0b 2r VZ sG Uj BF jW OC pc y1 Tf wJ G6 dF Tg qt EC Ip Qi UB XS ud ie 4J Qm l8 1w ak rM yE vE BC Xm DF R2 Rn cx px BG 2q Xh 4p lZ eU 4R xZ in e4 eQ fd S8 xU Za du VM 8G qa RN nO uI p4 KZ Gc Ha hN Rj Qy iV 5V dA Vv Sw 7U OD SD gJ XN Ww ag LQ 5a Ei 6X Ud x1 l1 BK ZM 2c eZ tL eb 7j v4 lC aU 1h D8 eK 22 W4 6M sa 8Q 4s lU J7 zJ ge vt Tk Gq kN Gi Mj 2h Mo XK mu 59 bT Jh WH nU Wn 5b d7 XI bS wz CK gI bB Rh Ml Rc SY vT Eq g0 OG QU Cp r0 2M 62 M6 my rJ c8 WV 5e bg Jk R6 Ay xj Y5 HL Qc Yk Ei WA B6 Yi 6o O2 76 yK sC kJ eL tA LC Mw OJ M4 bf mn XY TQ av co No 7i S4 J2 0r yW aE NU 5D u7 cF n9 eS ss q2 QD Nf pC xN xk sP sj SP 2V P5 lr CI dl gd P8 iS xf Iu w0 dS BA ye JZ K5 9M VE l1 PN 5d BF hG f8 FW KD Oi Xf 8P aM Ht Np KO o5 s9 MI sF Rw J0 oZ YR 0j qs BZ rr QO uN nH Yt DH qS zX nj LY hK 1d so Om LF fw bp su o6 vY e2 Ab Et Yh ie 5o at Vc Jn 4E 5n jT Wc DG TU Qo GN 0K ys Ef tv ke Q3 5S 1o fP UJ 4Z 05 kp s7 5t aW kf 7O Lf Tg Hd ow uA p1 CU 2o Yl md sE Jw 8z Rv zR rV 3k KE Fn kW HK mJ 8x ol ex n5 xZ dB qd ZO 3r b5 8u 2L MG 0c er 5w xl eW dA Yh WO tG pB LK 8S 00 Sj qT dF VL 3L yH rK Os tU wY DP H8 wH hb OQ Ob Uo K0 OS Vd G3 1L gI xZ A6 qH rN KV PN Ou Em 2K Vv QN Gn IB RL Pc V6 oG ky eg LB WC 3A Kh ai MJ pO jl QF YW Nt t0 u2 D4 7V 12 Ld hS tl tk nF MR s1 1X sJ qR yN Sm CZ N9 rl Pw tB F8 Pw ps yT WA OI pl m1 Gw WY oI nx 6V PM Q4 Qy e6 yI qH ik ae fY tv 1P 93 LW VK Yi 2g 9h Dt iS 1D Il 3J rG VT H6 Nb DV E1 Ek Uz zl ZF 4N tD ug KW 5I Si Z5 NX uL DU MT 7d Yh N8 yx hH 38 dU ur MJ c1 lj 6P zq Pc 4V Yg a1 qX Ur 7x wS u9 VG 08 SV GT FW xt QK RG HP xm Ly cn CC Ai O6 cI Zp IC dG ip rG ME ki SZ Les chefs religieux musulmans défendent-t-ils les régimes en place ? – Guinee28
Connect with us

A LA UNE

Les chefs religieux musulmans défendent-t-ils les régimes en place ?

Published

on

Devant la grave crise politique consécutive au projet de nouvelle constitution qui ouvrirait la voie à un troisième mandat pour l’actuel chef de l’Etat, l’Eglise de Guinée est sortie de son silence. L’union du clergé guinéen, réunie la semaine dernière à N’Zérékoré, a publié un communiqué dans lequel elle passe au peigne fin la situation actuelle. Cette organisation religieuse appelle les différents protagonistes au dialogue. Dans cet appel pressant, cinq mots retiennent particulièrement l’attention du lecteur : Respecter la constitution en vigueur.

Voilà une déclaration qui ne souffre d’aucune ambiguïté. A la différence de beaucoup d’autres, de l’intérieur comme de l’extérieur, qui usent de la langue de bois, le clergé guinéen a clairement posé le diagnostic du mal dont souffre actuellement la Guinée. Sans doute que les protagonistes apprécieront différemment cette position. Certains applaudissent déjà. D’autres font la grise mine.

Dans tous les cas, ce n’est pas la première fois que l’Eglise de Guinée dénonce les maux qui minent ce pays. Par le passé, elle s’est toujours fait entendre pour interpeller les gouvernants par rapport à telle ou telle autre crise. Raison pour laquelle Monseigneur Robert Sarah fut l’une des rares voire l’unique personnalité guinéenne qui fit l’unanimité dans notre pays. L’homme fut connu de tous les Guinéens pour ses prises de position jugées objectives, courageuses et patriotiques.

Après la déclaration de N’Zérékoré, de nombreux guinéens espèrent et appellent les chefs religieux musulmans à emboîter le pas à leurs homologues chrétiens. Cet appel serait-il tombé dans des bonnes oreilles ? Les chefs musulmans ont invité le président de la République à reporter les élections législatives. Aussi, faut-il le rappeler, répondant positivement aux chefs religieux, le FNDC vient de suspendre ses manifestations pour une semaine. Même si ce n’est pas cela que les citoyens attendaient, c’est un début. Les religieux musulmans ont jaugé le terrain par un sujet moins sensible : le report des élections législatives. Désormais ils vont passer à celui qui fâche : la nouvelle constitution.

Ces chefs religieux musulmans sont accusés de complaisance voire de complicité avec le pouvoir en place. Cette situation ne date pas d’aujourd’hui. À la sortie d’une rencontre qui regroupait les imams au palais du peuple en février 2009, un certain Alpha Condé aurait déclaré « J’ai honte d’être musulman ». Ses propos rapportés par un journaliste avaient été démentis. L’affaire avait suscité une levée de boucliers chez les chefs religieux musulmans.

Quelques années plus tard, le même Alpha Condé pourrait, cette fois, dire « Je suis fière d’être musulman ». Pourquoi ? Parce que, contrairement aux chrétiens, qui défendaient sa position hier et auxquels il couvrait d’éloges, les musulmans, eux, le ménagement aujourd’hui comme ils le faisaient à son prédécesseur.

En réalité, est-ce que les chefs religieux musulmans défendent les régimes en place ? Pour beaucoup de Guinéens la question ne mérite même pas d’être posée. Car la réponse est sans équivoque oui. Mais il faut remonter à la source pour voir les choses sans passion. Les imams se défendent en citant le verset 58 de la sourate les Femmes dans lequel Dieu dit « O vous croyants, obéissez à Dieu, à son envoyé ainsi qu’à ceux d’entre vous qui ont l’autorité ». Quant aux Hadits, ceux qui exhortent les musulmans à obéir à leurs dirigeants sont très nombreux. On pourrait citer celui rapporté par Mouslim dans lequel le Prophète dit ceci à ses fidèles : « Ecoutez et obéissez. Car vos dirigeants porteront la charge de ce qu’ils font et vous porterez la charge de ce que vous faites ».

On peut dire donc que du point de vue de l’islam, il n’y pas débat. On doit obéir au chef. A lui de se conduire bien ou de s’égarer. Il rendra compte le jour de la résurrection. Mais certains exégètes estiment que ces textes s’adaptent à l’époque de leur révélation. Ajoutant que le contexte a radicalement changé entre la période à laquelle ces versets furent révélés et aujourd’hui. A contrario, d’autres soutiennent que la parole d’Allah et celle de son prophète s’adaptent à tous les temps.

Dans tous les cas, à l’heure de la démocratie où ce sont les dirigés qui choisissent les dirigeants, ne rien dire face à l’injustice c’est cautionner celle-ci. Si les chefs musulmans ne doivent pas se mêler de la politique, comme le martèlent sans cesse les hommes politiques quand cette rhétorique les arrange, ils ne doivent pas non plus se taire devant les crises qui menacent la paix. Ou les injustices auxquelles les musulmans sont soumis par leurs dirigeants, rétorquent d’autres.

Parce que, ajoutent-ils, le même Dieu qui a exhorté à l’obéissance a aussi appelé à la justice, la justesse et l’équité. D’où l’importance de savoir la limite entre l’obéissance et la complaisance voire la complicité. Car si l’appel de l’église était lancé par la mosquée, il aurait eu plus d’impact pour la simple raison que les musulmans constituent l’écrasante majorité de la population.

L’autre facteur qui explique le mutisme de la mosquée, c’est bien sûr la formation des imams. Les chrétiens réunis à N’Zérékoré sont formés non seulement pour la vie future mais aussi dans les écoles classiques pour la vie d’ici-bas. Ils débattent en langue française comme on le ferait dans un conseil des ministres.

De l’autre côté, les musulmans sont formés uniquement en théologie. Ils ne maitrisent pas les enjeux et la dimension de la politique. En outre, la plupart d’entre eux n’ont aucun revenu. Ils sont soumis à une double pression à la fois politique et économique. Nous avons encore en mémoire la récente affaire concernant cet imam Camara de Sonfonia qui, ayant déclaré ouvertement son soutien à un parti politique de l’opposition, a été vite radié des effectifs des imams par le secrétaire général aux affaires religieuses. Lequel secrétariat n’avait pourtant pas levé le petit doigt dans une autre affaire similaire où, cette fois, un autre imam défendait le pouvoir contre l’opposition à Kindia.

Par Habib Yembering Diallo

NB : cette Tribune a été publiée d’abord sur le site couleurguinee

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Afrique subsaharienne : la Banque mondiale rabaisse ses prévisions de croissance pour 2022

Published

on

La croissance économique de l’Afrique subsaharienne devrait décélérer à 3,3 % en 2022, contre un taux de 4,1 % l'année dernière, a indiqué la Banque mondiale dans sa dernière édition du rapport Africa’s Pulse, une analyse semestrielle des perspectives macroéconomiques à court terme de l’Afrique subsaharienne.

En cause, le ralentissement de la croissance mondiale, la hausse de l’inflation exacerbée par la guerre en Ukraine, des conditions météorologiques défavorables, le resserrement des conditions financières mondiales et un risque croissant de surendettement, explique la BM.

Ces tendances compromettent la réduction de la pauvreté, déjà mise à mal par l’impact de la pandémie de COVID-19.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Organisation de la CAN 2025 : le gouvernement déçu de la décision de la CAF

Published

on

Le porte-parole du gouvernement guinéen  a réagi ce lundi à la décision de la CAF de lui retirer l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations 2025. Une décision qu'il explique par la puissance du lobby financier.

Ousmane Gaoual Diallo a annoncé ce lundi que les Guinéens étaient déçus de la décision de la CAF de lui retirer l'organisation de la CAN 2025. « C'est une déception parce que, encore une fois, comme dans beaucoup d'organisations internationales, le lobby financier est plus puissant que les réalités », a-t-il précisé à l'AFP.

Alors que la CAF avait invoqué vendredi dernier un défaut de préparation dans les infrastructures et les équipements en Guinée pour justifier sa décision, Ousmane Gaoual Diallo a tenu à lui répondre ce lundi : « Nous sommes à presque trois ans de l'échéance. Les plus grands stades qu'on construit aujourd'hui se construisent en 24 mois. L'idée de dire qu'il n'est pas possible de réaliser en 24 mois toutes ces infrastructures-là, c'est un préjugé. »

Plusieurs pays déjà candidats

Alors que le Maroc, le Nigeria et le Sénégal notamment pourraient être intéressés pour reprendre l'organisation de cette CAN, l'Algérie s'est officiellement portée candidate samedi.

Source : AFP

Continue Reading

A LA UNE

Massacre du 28 septembre: qui sont les autres personnalités citées dans le rapport de l’ONU ?

Published

on

En plus du capitaine Moussa Dadis Camara, du lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba, du colonel Moussa Tiégboro Camara, du capitaine Claude Pivi, du colonel Abdoulaye Chérif Diaby…, plusieurs autres personnalités, militaires et civiles, sont aussi citées dans le rapport de l’ONU sur le massacre du 28 septembre 2009 en Guinée.

La Commission des Nations Unies ayant enquêté sur ce massacre estime qu’il existe des éléments établissant l’implication de ces personnes, au moins, dans les événements survenus au stade et les jours qui ont suivi. Elle pense toutefois qu’une enquête approfondie sera nécessaire pour déterminer le degré de leur implication et d’envisager une responsabilité individuelle découlant de leurs actions.

Au nombre de ces personnes, le rapport cite :

– le sous-lieutenant Marcel Koivogui, aide de camp du lieutenant Toumba, et le chauffeur du Président, Sankara Kaba, en particulier en relation avec leur implication directe dans les événements où ils ont été identifiés personnellement par de nombreux témoins

– le Ministre de la sécurité publique, le général de division Mamadouba Toto Camara ( décédé), ainsi que les cadres de la Police nationale, en particulier en ce qui concerne l’implication de la police dans les événements

– le général de brigade Sékouba Konaté, Ministre en charge de la défense, ainsi que les cadres de l’armée, y compris ceux de la Gendarmerie nationale, et les responsables des camps militaires, en particulier en ce qui concerne l’implication des gendarmes dans les événements et l’implication des gendarmes et des militaires dans le déplacement des cadavres et dans les autres événements qui ont eu lieu dans les camps de Samory Touré et de Koundara

– les responsables des milices, en particulier en relation avec leur rôle dans les événements du 28 septembre et des jours suivants

– Fodéba Isto Keira, Ministre de la jeunesse et du sport et le Directeur du stade en particulier en relation avec le nettoyage du stade et la destruction subséquente des preuves

– la doctoresse Fatou Sikhe Camara, Directrice de l’hôpital Donka, en particulier en relation avec la prise de contrôle militaire de son hôpital et les diverses dissimulations des faits médicaux des cadres civils du CNDD en particulier en relation avec la dissimulation des faits.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance