Connect with us

A LA UNE

Le village de Guilléré, dans la Préfecture de Boké, se taille un nom dans la couture avec le soutien de la société minière AMR

Published

on

Après quatre mois de concertation, de construction et de formation, le projet de l’Association des Jeunes Coutriers de Guilléré (AJCG) est devenu réalité, avec la création d’un centre de couture coopératif en plein cœur du village de Guilléré, dans la Préfecture de Boké, grâce au soutien de la société Alliance Minière Responsable (AMR). Ce centre, maintenant prêt pour l’ouverture, sera inauguré en grande pompe très prochainement, le 7 mars 2021.

« Là, c’est fait, il n’y a plus qu’à sortir le fil et les aiguilles ! », s’exclament à l’unisson les 14 femmes et 7 hommes bénéficiaires du projet. Les locaux, occupant une parcelle de 325 m2, sont installés dans un nouveau bâtiment de 67 m2 ouvert sur la rue principale et pouvant accueillir jusqu’à 25 apprenti(e)s. Ils sont équipés de 10 machines à coudre et d’un grand espace dédié à la création, à la formation et à la commercialisation.

Bien que concentrant plusieurs professionnelles de la couture, le village Guilléré, chef de district, environ 2000 habitants, à 20 minutes à moto du centre de Boké, ne possédait jusqu’à ce jour aucun espace commun de création. Les professionnelles travaillaient individuellement de leur propre domicile. Aussi n’existait-il pas d’infrastructure pouvant accueillir des apprenti(e)s. Or, la demande de formation existe, émanant notamment des villages voisins localisés dans le permis d’exploitation d’AMR. Ces derniers partent généralement se former à Boké ou dans une autre ville de la région.

En plus de la construction d’un bâtiment et de la fourniture d’équipements et matériels, le projet a également porté sur la structuration du groupement bénéficiaire, présidé par Monsieur Nfamara Conté, maître couturier depuis 10 années, ainsi qu’à la formation de ce groupement à la vie associative, à la bonne gouvernance, à la gestion et à la commercialisation. Le projet a bénéficié de l’expertise de l’ONG CONADEV reconnue pour son expérience dans le développement local, et du soutien financier de la société AMR, société fondée par Romain Girbal et Thibault Launay, à hauteur de près de 300 000 000 GNF. Les travaux de constructions ont été confiés à une entreprise de la région, SICAM-BTP.

Au delà de son retour direct (augmentation des revenus, amélioration de la qualité de vie), l’implantation d’un tel projet dans un village riverain d’un territoire minier apporte de nombreuses dynamiques à commencer par sa contribution au développement économique et social local de manière parallèle et indépendante de l’activité minière. Il induit de plus un apprentissage de l’autonomisation puisque les infrastructures et les équipements seront gérés et entretenus par le groupement lui-même. Un tel projet apporte également un fort soutien aux femmes, en leur conférant des revenus supplémentaires, associés, en conséquence, à un statut plus indépendant et une responsabilité sociale et économique. On peut enfin penser que la réussite de ce projet encouragera la création, l’entreprenariat, et le développement d’autres activités dans tout le district.

« C’est un grand projet pour Guilléré et ses habitants, à la fois créateur d’emplois, formateur, générateur de revenus, et qui contribuera à la renommée du district. Je remercie grandement AMR pour tout son soutien », témoigne le président du district de Guilléré, Monsieur Lamah Diassy

« Je suis très heureux de voir le centre de couture de Guilléré ouvrir ses portes. La réussite de ce projet fournit une illustration du potentiel de développement sous-jacent à l’activité minière et à son territoire d’implantation. AMR entend bien dynamiser ce potentiel pour le bénéfice des communautés, en soutenant notamment les initiatives de développement local parallèles aux activités minières» déclare Romain Girbal, Directeur Général d’AMR. «Gérées de manière autonome et indépendante de l’exploitation minière, ces activités sauront de plus perdurer dans la période d’après mine, phase essentielle à laquelle tout projet minier responsable se doit d’être préparé », complète Sonny Doumbouya, Directeur Général Adjoint d’AMR.

Membres de l’Association des Jeunes Couturiers de Guilléré

 

Vue aérienne du centre de couture de Guilléré

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Dixinn : les gardes communaux libérés, mais la grève continue !

Published

on

Interpellés puis écroués  samedi dernier, au commissariat central de Dixinn, les trois gardes communaux ont été finalement libérés ce lundi 15 août.

Accusés d'avoir appelé à une grève,  leur libération n'a cependant  pas impacter le mouvement des gardes communaux qui, en plus de leur mise en liberté, réclament aussi le paiement de leurs arriérés de neuf mois de salaire et leur intégration dans les rangs de la police et de la gendarmerie.

" Le mouvement de grève va continuer jusqu’à la satisfaction de nos revendications", a indiqué un garde communal, alors que l'accès à la mairie de Dixinn est bloqué depuis le matin par les grognards.

A noter qu'un garde communal est payé à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Arrestation des trois gardes communaux à Dixinn

Published

on

Trois gardes communaux ont été arrêtés ce weekend et placés en garde-à-vue au commissariat central de Dixinn.

Il s’agit d’Alpha Oumar Cissé, Moussa Soumah et Tamba Kourouma.  Leur arrestation intervient suite à un appel à la grève qu’ils auraient lancé pour réclamer le paiement de neuf (9) mois d’arriérés de salaire et leur intégration dans la police ou la gendarmerie.

Leurs collègues menacent de manifester ce lundi 15 août 2022, devant la mairie de Dixinn pour exiger leur libération.

Selon nos informations, ces gardes communaux sont payés à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Mali: les 49 militaires ivoiriens inculpés et écroués pour «atteinte à la sûreté de l’État»

Published

on

Les 49 militaires ivoiriens détenus depuis plus d'un mois au Mali ont été inculpés et écroués vendredi 12 août pour « atteinte à la sûreté de l'État ». Ils sont accusés par les militaires au pouvoir au Mali d'être des « mercenaires », ce que nie Abidjan. Le groupe de soldats ivoiriens est détenu depuis le 10 juillet à Bamako.

C'est bien, selon ce motif, que le procureur de la République malienne, Samba Sissoko, a inculpé vendredi les 49 militaires ivoiriens.

D’après nos informations, il a reçu les 49 soldats scindés en trois groupes, pour leur notifier ce que la justice malienne leur reproche.

Les militaires ivoiriens, qui comptent parmi eux au moins deux femmes, ne seraient pas détenus à la prison civile de Bamako, mais dans le camp militaire où ils étaient depuis leur interpellation le 10 juillet dernier.

Cette décision de justice étonne plusieurs observateurs. Jusque-là, Abidjan et Bamako privilégiaient des négociations pour la libération des militaires. Le Togo, malgré l’échec d’un premier round de négociations à Lomé, continue à jouer le rôle de principal médiateur dans l’affaire alors que d’autres pays et acteurs apportent leur aide pour trouver une issue heureuse.

Selon une source proche du dossier, Bamako a mis la barre très haut, et la Côte d'Ivoire n’a pas voulu céder.

Côté ivoirien justement, contacté par RFI, l'état-major général des armées calme le jeu. « Il ne faut pas se fier aux effets d'annonces », dit-il. « Plusieurs médiations sont en cours, attendons qu'elles nous fassent connaître les résultats obtenus », a-t-il ajouté.

Dimanche 14 août, deux concerts d’artistes maliens ont été annulés à Abidjan. Toumani Diabaté et Mariam Ba Lagaré n’ont pas pu jouer devant leur public. Plusieurs mouvements de la société civile ivoirienne ont fait pression sur les organisateurs de ces événements pour annuler ces concerts, en raison de l’affaire des 49 soldats ivoiriens arrêtés au Mali le 10 juillet.

L’un des leaders de ce mouvement, Yeo Pepegaligui, membre de la Fédération de la jeunesse ivoirienne pour la libération des 49 soldats, s'est exprimé au micro de Youenn Gourlay :

« Nous pensons que les artistes maliens devaient être solidaires de l'appel lancé par la jeunesse ivoirienne à la libération des 49 soldats ivoiriens. La culture, pour nous, occupe une place très importante dans les relations fraternelles entre nos deux peuples. Nous avons la même culture. Comprenez qu'alors que 49 de nos soldats frères sont pris en otages par la junte malienne, on ne peut pas comprendre que certains s'adonnent à l'organisation de concerts, à chanter et à danser. La solidarité africaine recommande que, quand nous avons des difficultés dans la maison, on s'asseye ensemble pour les régler et trouver des solutions idoines dans la paix, la sérénité, la fraternité avant de festoyer. »

RFI

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance