Connect with us

A LA UNE

« Le retour de Dadis Camara doit ouvrir la voie à un procès dans le dossier du 28 septembre 2009 »

Published

on

Après 12 ans d’exil au Burkina, l’ancien chef de la junte, Moussa Dadis Camara, est rentré en Guinée ce mercredi 22 décembre 2021. Il a été accueilli par ses partisans cet après-midi à l’aéroport de Conakry. Mais si son retour est salué par ses adeptes, plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme  (La FIDH, l’OGDH, l’AVIPA et MDT) souhaitent que son arrivée ouvre la voie à l’ouverture d’un procès dans le massacre du 28 septembre 2009. Un massacre qui a fait plus de 150 morts et dans lequel il est inculpé.

Déclaration :

Conakry, Paris, le 22 décembre 2021 - La FIDH, l’OGDH, l’AVIPA et MDT ont pris connaissance de la nouvelle du retour de Moussa Dadis Camara, le plus haut responsable inculpé dans le dossier du 28 septembre 2009, et espèrent que son retour ouvrira la voie à l’organisation d’un procès, que les victimes attendent depuis plus de 12 ans. Son inculpation par les juges en charge de l’affaire, en juillet 2015, avait constitué un pas décisif dans l’instruction, qui s’est clôturée en décembre 2017.

Nos organisations rappellent que Moussa Dadis Camara a été mis en examen en juillet 2015, ce qui lui avait été signifié au Burkina Faso où il avait élu résidence. En tant qu’ancien leader du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), junte ayant pris le pouvoir en décembre 2008, puis président de la République auto-proclamé le 24 décembre 2008, sa responsabilité directe, en sa qualité de Commandant en Chef des Forces Armées, dans le massacre du stade de Conakry, le 28 septembre 2009, avait déjà été mise en lumière par la Commission d’enquête des Nations unies. D’autres actions avaient ensuite été lancées contre Moussa Dadis Camara en 2011 et en 2015, notamment avec l’envoi d’une commission rogatoire qui avait finalement permis cette mise en examen.

« Nous espérons vivement que le retour de Moussa Dadis Camara obligera les autorités guinéennes à enfin tenir leurs engagements et à ouvrir le procès dans les plus brefs délais, un procès emblématique tant attendu par les victimes » Me Alpha Amadou DS BAH, vice président de l’OGDH et coordinateur du pool des avocats des victimes.

Ces derniers mois, le comité de pilotage pour l’organisation du procès du massacre du 28 septembre, composé des autorités et de partenaires internationaux, avait relancé ses travaux et adopté une feuille de route. Les travaux pour aménager la Cour d’appel de Conakry censée abriter le procès avaient avancé et la relance du processus de formation des magistrats était envisagée. Pourtant, malgré l’implication des partenaires internationaux pour mettre en place les conditions nécessaires à la bonne tenue du procès, aucune date n’a été fixée à ce jour.

Depuis septembre dernier, les nouvelles autorités guinéennes ont à plusieurs reprises indiqué faire de la justice et de la lutte contre l’impunité des priorités de la transition politique en cours. La présence de Mamadi Doumbouya, président de la transition, au stade de Conakry lors de la 12ème commémoration du massacre, le 28 septembre 2021, a envoyé un signal en ce sens. Lors d’une audience avec nos organisations, le 5 novembre dernier, Mme Fatoumata Yarie Soumah, garde des sceaux, Ministre de la justice et des droits de l’Homme, a réitéré l’engagement des autorités à relancer l’organisation du procès du 28 septembre 2009 dans les meilleurs délais.

« Les victimes qui se sont constituées parties civiles dans l’affaire ont toujours exprimé leur souhait de voir tous les accusés jugés en leur présence. Le retour de Moussa Dadis Camara sur le sol guinéen fait que toutes les conditions sont désormais remplies pour ne pas laisser perdurer une situation d’impunité qui dure depuis plus de 12 ans. » Asmaou Diallo, présidente de l’AVIPA.

Une mission réalisée à Conakry, les 25 et 26 novembre derniers, par une délégation du Bureau du procureur de la Cour pénale internationale a permis de rappeler aux autorités guinéennes la nécessité de poser des actes concrets en faveur de la tenue du procès.

« Il est temps pour les autorités guinéennes de respecter leurs engagements, et de prendre conscience que nous attendons des actes forts. »Me Drissa Traoré, secrétaire général de la FIDH.

Près de 450 victimes sont constituées parties civiles aux côtés de nos organisations qui les représentent et attendent que justice soit rendue.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mauritanie : des guinéens arrêtés pour tentative d’entrer illégale à Nouakchott

Published

on

Une dizaine des ressortissants guinéens auraient été arrêtés dans la matinée de ce vendredi 24 juin 2022, au kilomètre 100 sur la route Rosso Nouakchott, alors qu’ils tentaient d’entrer illégalement dans la capitale.   

Selon Sahara Medias qui donne l’information, c’est un chauffeur d’une citerne appartenant à l’une des sociétés de lait qui tentait de faire passer ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils seraient détenus dans un poste de la gendarmerie mauritanienne.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Dialogue politique : la rencontre de ce vendredi reportée

Published

on

Finalement, la troisième session du cadre de concertation prévue ce vendredi 24 juin 2022 n’aura pas lieu. Elle a été reportée à lundi prochain a annoncé le premier ministre dans un communiqué lu jeudi soir à la télévision nationale.

Selon Mohamed Béavogui, ce report s’explique par la « volonté exprimée du CNRD et du Gouvernement de mobiliser l’ensemble des acteurs socio- politiques autour de la table du dialogue pour une transition inclusive et apaisée ».

Il faut noter que ce report intervient alors que plusieurs coalitions politiques, dont l’ANAD et la CORED avaient déjà décliné l’invitation, au motif qu’elle ne cadre pas avec l’esprit de la déclaration du premier ministre du 20 juin dernier, déclaration dans laquelle, le chef du gouvernement a lancé un appel au dialogue, estimant qu’il n’est jamais trop tard pour se retrouver et qu’aucun sacrifice n’est de trop dans la construction du pays.

« Nos divergences doivent servir de point de départ pour des discussions constructives afin de mettre en œuvre les actions concrètes et nécessaires qui permettront le retour à l’ordre constitutionnel. Une invitation sera adressée par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation à tous les acteurs politiques et sociaux pour une rencontre que je présiderai, dans les prochains jours, pour définir ensemble des modalités d’un véritable dialogue sans tabou, franc et inclusif », a-t-il poursuivi, soulignant que le gouvernement mettra à contribution la CEDEAO, l’UA et les Nations unie et s’appuiera également sur l’expérience du G5 en matière de suivi du dialogue.

L’ANAD de Cellou Dalein Diallo, la Cored de Mamadou Sylla, ainsi que le RPg arc en ciel, l’ex parti au pouvoir et le Fndc-politique, n’ont pas pris part aux deux précédentes sessions du cadre de concertation pilotée par Mory Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance