Connect with us

International

Le pouvoir libérateur du BREXIT (Tribune)

Published

on

Votre publicité ici

Par Isidoros Karderinis

Le référendum du 23 juin 2016 sur la présence ou le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne a secoué, sans aucun doute, par son effet subversif de BREXIT - étant la première grande défaite douloureuse pour le Groupement Européen des banques et des entreprises multinationales sous contrôle allemand – le système politique et économique, britannique et européen dominant.

Les Britanniques, dans leur ensemble ne sont pas le peuple d’un protectorat ayant peut-être une mentalité servilité, mais le peuple fier d’un pays très important, étant devenu un empire dans les siècles passés et aujourd’hui fait partie des plus grandes économies du monde. Les Britanniques, par conséquent, qui sont ailleurs les vainqueurs de deux guerres mondiales, ont développé d’une attitude et comportement extrêmement respectable. Les citoyens britanniques ne pourraient jamais accepter, ceux-ci qui ont résisté patiemment et courageusement sans précédent aux bombardements féroces menés par la machinerie puissante de la force aérienne nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale, contre toutes des impacts négatifs économiques de BREXIT à court terme, la domination et l’hégémonie allemande dans l’Union Européenne.

Ainsi, la surprise incroyable pour les dirigeants politiques allemands et les bureaucrates éloignés à Bruxelles par cet effet libérateur stupéfait du 24 juin 2016,pour les gens ordinaires, en cette aube prometteuse et ensoleillé n’est pas du tout compatible avec la bonne connaissance historique et l’analyse approfondie des donnée.

Les efforts inlassables de l’Allemagne de mettre sous son contrôle complet des peuples européens et de niveler à nouveau le continent européen ni plutôt par des armes militaires, comme par le passé, mais par armes économiques indiquent des caractéristiques similaires antihistoriques. Les Allemands, qui ne peuvent pas prendre contrôle en aucune manière de leur grande puissance politique et économique, il est évident qu’ils ignorent complètement l’histoire et ainsi ils se trouvent par précision mathématique au bord d’une défaite nouvelle soutenue par la dissolution incontestable apparente de l’Union Européenne.

L’Union Européenne qui a substitué en 1993 sur la base du traité de Maastricht, la CEE jusqu’à ce moment-là, constitue fondamentalement une union des états politique et économique démesurément défectueuse naissante avec un niveau politique, juridique, économique militaire et culturel inégal, mais également une union de peuples qui se sentent étrangers les uns aux autres, sans sentiments de solidarité et d’assistance mutuelle. En conséquence, des déclarations grandioses et des visions irréalistes pour une société démocratique et prospère dans l’ensemble de l’Union Européenne ne pourraient qu’être amèrement déçues.

Allemagne, en tirant parti des effets de la crise déclenchée en septembre 2008 avec le grand effondrement des banques (Lehman Brothers) et en invoquant bien sûr le Pacte de stabilité de Maastricht et la nécessité de promouvoir un paquet de réformes en vue de contrer les effets négatifs de la crise, a mis en œuvre depuis lors, avec un excès d’hégémonisme d’une sorte de totalitarisme économique, au détriment notamment des pays membres faibles de la région européenne.

Les plans économiques antipopulaires de l’austérité néolibérale plus stricte imposés par Berlin ont littéralement rasé les sociétés des pays d’Europe du Sud. En Grèce, qui constitue absolument un exemple parfait d’application expérimentale  de celles-ci politiques économiquement irrationnelles et incroyablement absurdes, le chômage a énormément augmenté à 26,8% de la population active, tandis qu’au-dessous du seuil de pauvreté vive le 36% de la population grecque. En Italie, 24,4% de la population est exposée au risque de pauvreté et d’exclusion sociale. En Espagne, 22,2% des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté et plus d’un enfant sur trois-soit 2,6 millions sont exposes au risque de pauvreté et d’exclusion sociale. Au Portugal, un enfant sur quatre vit en dessous du seuil de pauvreté et un total d’environ deux millions de personnes, soit 20% de la population portugaise vive en situation de pauvreté et d’indigence.

Allemagne, au cours de la même période, a obtenu clairement des avantages économiques sans précédent. Ses profits très gros découlent du transfert de l’argent des investisseurs aux obligations allemandes «à faible risque» en raison de la crise qui pèse lourdement sur la zone euro. En particulier, après 2009, les rendements des obligations allemandes ont touché le fond, et dans certains cas (par exemple, les obligations allemandes à 5 ans) à des taux d’intérêt négatifs. En d’autres termes, Allemagne non seulement paie pour emprunter, mais se fait en plus payer par ses investisseurs afin qu’ils assurèrent leur argent en raison de l’incertitude prévalant dans la zone euro. Ainsi, sur la période quinquennale 2010-2015, Allemagne a réussi à présenter une économie d’un total de 100 milliards d’euros, correspondant au 3% du PIB allemand, précisément à cause de la réduction spectaculaire des coûts d’emprunt.

Il est donc tout à fait évident pour chaque observateur bien intentionné que l’Union Européenne et bien sûr la zone euro absolument néolibérale opèrent dans l’intérêt de l’Allemagne hégémonique et dominant au détriment des autres Etats membres et principalement au détriment des pays d’Europe méridionale. Des excédents commerciaux très élevés obtenus par l’Allemagne, en 2013, par exemple, elle a eu un excédent commercial de 200 milliards - restant ainsi un état très concurrentiel, sont certainement dus au grand moteur économique allemand, mais ils sont scandaleusement renforcés par le système monétaire de la zone euro injuste.

L’Allemagne pour la première fois depuis de nombreuses années, en dehors de son boom économique, est devenue un acteur mondial de premier rang, étant donné que ses dirigeants politiques sont en poste clé de représenter les autres pays européens, sans demander aucun des autres. Ainsi, le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne qui est la première puissance militaire, un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et le pays avec la troisième contribution plus grande au budget de l’UE, entraîne un coup fatal au statut international de l’Union Européenne et surtout au statut de l’Allemagne.

Dans le même temps, les institutions de l’Union Européenne et des procédures décisionnelles manquent de légitimité démocratique et sont éloignées et inaccessibles au citoyens européens ordinaires. Il n’est pas ainsi remarquable qu’un déficit profond démocratique qui est directement contraire aux traités fondateurs de l’Union Européenne et n’exercent aucune influence directe aux institutions de prise de décisions importantes de l’Union Européenne - à savoir au Conseil Européen avec le rôle central fort et à la Commission Européenne avec sa nature très bureaucratique et technocratique - et ces institutions ont aucune obligation d’être responsables devant ses citoyens. D’autre part, le Parlement de l’Union Européenne élu directement, basé à Strasbourg, ne dispose pas de pouvoirs suffisants et il continue de constituer un maillon faible.

En conclusion, l’Union Européenne qui est tombée à une forme de colonie allemande n’est pas proposée, malgré les illusions véhiculées par certains milieux politiques, ni de modifier ou d’améliorer, ou jamais acquérir un visage démocratique et social. Ainsi, le grand moment a atteint pour que les pays asservis au sein de l’Union Européenne et la zone euro suivent l’exemple lumineux de la Grande-Bretagne et des Britanniques fiers, brisent leurs chaînes d’acier et se libèrent, regardant alors vers l’avenir répandus avec espoir et optimisme.

NB : Karderinis IsidorosIsidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est un romancier, poète et économiste avec des études postuniversitaires sur l’économie du tourisme. Ses articles ont été réédités dans des journaux, des magazines et aux sites dans le monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, en français et en espagnol et publiés dans des revues littéraires pages littéraires des journaux. Il a fait publier sept livres de poésie et deux romans. Les deux romans et trois livres de poésie ont été publiés aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Adresse courriel: skarderinis@hotmail.gr

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Inondations mortelles en Europe

Published

on

Votre publicité ici

Au moins 157 personnes ont péri dans les récentes crues provoquées par des pluies diluviennes dans l'Ouest de l’Europe, principalement en Allemagne et Belgique. Les inondations ont également causé des dégâts au Luxembourg ainsi qu'aux Pays-Bas ou en Suisse.

En Belgique, les autorités ont dénombré 24 morts ce samedi 17 juillet, soit quatre de plus par rapport au dernier bilan d’hier vendredi.

Mais c'est l'Allemagne qui paie le plus lourd tribut, avec au moins 133 décès, selon un nouveau bilan de la police samedi. Face à la catastrophe, des sauveteurs de plusieurs pays accourent pour apporter leur aide aux allemands.

Environ 1300 personnes sont toujours injoignables dans le district d'Ahrweiler, en Rhénanie-Palatinat, selon les médias allemands.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Haïti: le président Jovenel Moïse assassiné par un commando

Published

on

Votre publicité ici

Le président haïtien Jovenel Moïse, 53 ans, a été assassiné tôt mercredi matin 7 juillet. Sa résidence, en banlieue de Port-au-Prince, aurait été attaquée vers 1h du matin par des hommes armés, a annoncé le Premier ministre sortant Claude Joseph dans un communiqué.

« Vers 1h du matin, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, un groupe d'individus non identifiés, dont certains parlaient espagnol ont attaqué la résidence privée du président de la République et ainsi blessé mortellement le chef de l'État », indique le communiqué.

Il précise également que l'épouse du président a été blessée dans l'attaque et hospitalisée.

« Situation sécuritaire sous contrôle »

Le Premier ministre sortant appelle la population au calme, indiquant que la police et l'armée allaient assurer le maintien de l'ordre. « La situation sécuritaire est sous contrôle », assure-t-il.

Jovenel Moïse était au pouvoir depuis 2017. Sa légitimité était remise en question depuis plusieurs mois. L'opposition et la société civile réclamaient de nouvelles élections. Le président avait préféré organiser en juin un référendum sur une nouvelle Constitution. Un scrutin reporté au 26 septembre en raison de l'épidémie de Covid-19, en même temps qu'une présidentielle et des législatives.

Mardi, un nouveau Premier ministre avait été nommé, le docteur Ariel Henry, avec pour mandat de régler le problème politique mais aussi de s'attaquer à l'insécurité. Le quartier de Martissant, tout proche du palais présidentiel à Port-au-Prince, était bloqué depuis le 1er juin par une guerre des gangs qui paralysait tout l'ouest de la capitale et une partie du pays. Car il s'agit d'un point routier obligé pour se diriger vers l'ouest du pays, ce qui a entraîné l'exode de milliers de personnes.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Afghanistan: le retrait des soldats américains commence 20 ans après leur arrivée

Published

on

Votre publicité ici

Après 20 ans de guerre en Afghanistan, les soldats américains rentrent chez eux. Un départ qui commence ce samedi, et qui doit se poursuivre jusqu’au 11 septembre. Les troupes de l’Otan, qui se sont calées sur le calendrier américain, ont commencé leur retrait ce jeudi.

Deux mille cinq cents soldats américains doivent quitter l’Afghanistan, s’y ajoutent 16 000 sous-traitants civils et leur équipement, ainsi que 7 000 soldats de l’Otan, tous dépendent de l’armée américaine pour le transport de troupes et de matériel.

Parmi les 36 pays qui participent à cette alliance, les plus engagés, outre les Américains, sont l’Allemagne – 1 300 soldats, l’Italie (un peu moins de 900), le Royaume-Uni (750) et la Turquie (600).

Ce retrait, a précisé la Maison Blanche, s’accompagne d’un déploiement provisoire de renforts, en Afghanistan et dans les pays alentours, pour raisons de sécurité. Depuis l’annonce du départ des troupes étrangères, les talibans multiplient déjà les attaques contre les policiers et militaires afghans : plus d’une centaine ont été tués ces deux dernières semaines.

Ce vendredi, au moins 21 personnes ont été tuées et 90 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée à Pul-e-Alam, la capitale de la province de Logar (est). L'attentat a pris pour cible une maison d'hôtes où vivaient des dizaines de personnes.

Depuis 2015, les forces de l’Otan formaient les forces de sécurité afghane pour assurer la sécurité dans le pays après le départ des alliés. Mais à l’heure où cette mission « Resolute support » s’achève, le chef du commandement central de l'armée américaine, le général McKenzie, s'est dit inquiet de la capacité de l'armée afghane à remplir cette mission, sans le renseignement et le soutien armé que lui fournissait également depuis des années la coalition, et qui lui donnait un avantage certain sur les talibans.

Le départ des forces de l'Alliance pourrait plonger l'Afghanistan dans une nouvelle guerre civile ou permettre le retour au pouvoir des talibans, qui en avaient été chassés fin 2001.

RFI

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance