Connect with us

International

Le pouvoir libérateur du BREXIT (Tribune)

Published

on

Votre publicité ici

Par Isidoros Karderinis

Le référendum du 23 juin 2016 sur la présence ou le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne a secoué, sans aucun doute, par son effet subversif de BREXIT - étant la première grande défaite douloureuse pour le Groupement Européen des banques et des entreprises multinationales sous contrôle allemand – le système politique et économique, britannique et européen dominant.

Les Britanniques, dans leur ensemble ne sont pas le peuple d’un protectorat ayant peut-être une mentalité servilité, mais le peuple fier d’un pays très important, étant devenu un empire dans les siècles passés et aujourd’hui fait partie des plus grandes économies du monde. Les Britanniques, par conséquent, qui sont ailleurs les vainqueurs de deux guerres mondiales, ont développé d’une attitude et comportement extrêmement respectable. Les citoyens britanniques ne pourraient jamais accepter, ceux-ci qui ont résisté patiemment et courageusement sans précédent aux bombardements féroces menés par la machinerie puissante de la force aérienne nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale, contre toutes des impacts négatifs économiques de BREXIT à court terme, la domination et l’hégémonie allemande dans l’Union Européenne.

Ainsi, la surprise incroyable pour les dirigeants politiques allemands et les bureaucrates éloignés à Bruxelles par cet effet libérateur stupéfait du 24 juin 2016,pour les gens ordinaires, en cette aube prometteuse et ensoleillé n’est pas du tout compatible avec la bonne connaissance historique et l’analyse approfondie des donnée.

Les efforts inlassables de l’Allemagne de mettre sous son contrôle complet des peuples européens et de niveler à nouveau le continent européen ni plutôt par des armes militaires, comme par le passé, mais par armes économiques indiquent des caractéristiques similaires antihistoriques. Les Allemands, qui ne peuvent pas prendre contrôle en aucune manière de leur grande puissance politique et économique, il est évident qu’ils ignorent complètement l’histoire et ainsi ils se trouvent par précision mathématique au bord d’une défaite nouvelle soutenue par la dissolution incontestable apparente de l’Union Européenne.

L’Union Européenne qui a substitué en 1993 sur la base du traité de Maastricht, la CEE jusqu’à ce moment-là, constitue fondamentalement une union des états politique et économique démesurément défectueuse naissante avec un niveau politique, juridique, économique militaire et culturel inégal, mais également une union de peuples qui se sentent étrangers les uns aux autres, sans sentiments de solidarité et d’assistance mutuelle. En conséquence, des déclarations grandioses et des visions irréalistes pour une société démocratique et prospère dans l’ensemble de l’Union Européenne ne pourraient qu’être amèrement déçues.

Allemagne, en tirant parti des effets de la crise déclenchée en septembre 2008 avec le grand effondrement des banques (Lehman Brothers) et en invoquant bien sûr le Pacte de stabilité de Maastricht et la nécessité de promouvoir un paquet de réformes en vue de contrer les effets négatifs de la crise, a mis en œuvre depuis lors, avec un excès d’hégémonisme d’une sorte de totalitarisme économique, au détriment notamment des pays membres faibles de la région européenne.

Les plans économiques antipopulaires de l’austérité néolibérale plus stricte imposés par Berlin ont littéralement rasé les sociétés des pays d’Europe du Sud. En Grèce, qui constitue absolument un exemple parfait d’application expérimentale  de celles-ci politiques économiquement irrationnelles et incroyablement absurdes, le chômage a énormément augmenté à 26,8% de la population active, tandis qu’au-dessous du seuil de pauvreté vive le 36% de la population grecque. En Italie, 24,4% de la population est exposée au risque de pauvreté et d’exclusion sociale. En Espagne, 22,2% des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté et plus d’un enfant sur trois-soit 2,6 millions sont exposes au risque de pauvreté et d’exclusion sociale. Au Portugal, un enfant sur quatre vit en dessous du seuil de pauvreté et un total d’environ deux millions de personnes, soit 20% de la population portugaise vive en situation de pauvreté et d’indigence.

Allemagne, au cours de la même période, a obtenu clairement des avantages économiques sans précédent. Ses profits très gros découlent du transfert de l’argent des investisseurs aux obligations allemandes «à faible risque» en raison de la crise qui pèse lourdement sur la zone euro. En particulier, après 2009, les rendements des obligations allemandes ont touché le fond, et dans certains cas (par exemple, les obligations allemandes à 5 ans) à des taux d’intérêt négatifs. En d’autres termes, Allemagne non seulement paie pour emprunter, mais se fait en plus payer par ses investisseurs afin qu’ils assurèrent leur argent en raison de l’incertitude prévalant dans la zone euro. Ainsi, sur la période quinquennale 2010-2015, Allemagne a réussi à présenter une économie d’un total de 100 milliards d’euros, correspondant au 3% du PIB allemand, précisément à cause de la réduction spectaculaire des coûts d’emprunt.

Il est donc tout à fait évident pour chaque observateur bien intentionné que l’Union Européenne et bien sûr la zone euro absolument néolibérale opèrent dans l’intérêt de l’Allemagne hégémonique et dominant au détriment des autres Etats membres et principalement au détriment des pays d’Europe méridionale. Des excédents commerciaux très élevés obtenus par l’Allemagne, en 2013, par exemple, elle a eu un excédent commercial de 200 milliards - restant ainsi un état très concurrentiel, sont certainement dus au grand moteur économique allemand, mais ils sont scandaleusement renforcés par le système monétaire de la zone euro injuste.

L’Allemagne pour la première fois depuis de nombreuses années, en dehors de son boom économique, est devenue un acteur mondial de premier rang, étant donné que ses dirigeants politiques sont en poste clé de représenter les autres pays européens, sans demander aucun des autres. Ainsi, le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne qui est la première puissance militaire, un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et le pays avec la troisième contribution plus grande au budget de l’UE, entraîne un coup fatal au statut international de l’Union Européenne et surtout au statut de l’Allemagne.

Dans le même temps, les institutions de l’Union Européenne et des procédures décisionnelles manquent de légitimité démocratique et sont éloignées et inaccessibles au citoyens européens ordinaires. Il n’est pas ainsi remarquable qu’un déficit profond démocratique qui est directement contraire aux traités fondateurs de l’Union Européenne et n’exercent aucune influence directe aux institutions de prise de décisions importantes de l’Union Européenne - à savoir au Conseil Européen avec le rôle central fort et à la Commission Européenne avec sa nature très bureaucratique et technocratique - et ces institutions ont aucune obligation d’être responsables devant ses citoyens. D’autre part, le Parlement de l’Union Européenne élu directement, basé à Strasbourg, ne dispose pas de pouvoirs suffisants et il continue de constituer un maillon faible.

En conclusion, l’Union Européenne qui est tombée à une forme de colonie allemande n’est pas proposée, malgré les illusions véhiculées par certains milieux politiques, ni de modifier ou d’améliorer, ou jamais acquérir un visage démocratique et social. Ainsi, le grand moment a atteint pour que les pays asservis au sein de l’Union Européenne et la zone euro suivent l’exemple lumineux de la Grande-Bretagne et des Britanniques fiers, brisent leurs chaînes d’acier et se libèrent, regardant alors vers l’avenir répandus avec espoir et optimisme.

NB : Karderinis IsidorosIsidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est un romancier, poète et économiste avec des études postuniversitaires sur l’économie du tourisme. Ses articles ont été réédités dans des journaux, des magazines et aux sites dans le monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, en français et en espagnol et publiés dans des revues littéraires pages littéraires des journaux. Il a fait publier sept livres de poésie et deux romans. Les deux romans et trois livres de poésie ont été publiés aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Adresse courriel: skarderinis@hotmail.gr

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

2020, année record pour les nouvelles capacités en énergies renouvelables à travers le monde

Published

on

Votre publicité ici

En dépit de la pandémie de COVID-19, plus de 260 GW de capacité supplémentaires ont été mis en place à travers le monde en 2020 et leur croissance a bondi de 50 %, selon les données publiées ce 5 avril  par l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA).

Les nouvelles capacités en énergies renouvelables ont dépassé les estimations et battu tous les records, malgré le ralentissement économique dû à la pandémie de COVID-19. Selon les données publiées aujourd'hui par l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), ce sont plus de 260 gigawatts (GW) de capacité en énergies renouvelables qui ont été mis en place l'année dernière, soit une croissance 50% plus rapide que celle qui avait été enregistrée en 2019.

Les statistiques annuelles publiées par l'IRENA en 2021 sur les capacités en énergies renouvelables montrent que ces dernières ont considérablement augmenté par rapport au total des nouvelles capacités de production énergétique installées et ce, pour la deuxième année consécutive. Plus de 80% de toutes les nouvelles capacités d'électricité mises en place l'an dernier exploitent des sources d’énergie renouvelables. Le solaire et l'éolien comptent pour 91 % de ces nouvelles capacités.

La croissance relative des énergies renouvelables s'explique en partie par le fléchissement, en termes nets, de la capacité de production d'électricité à partir de combustibles fossiles en Europe, en Amérique du Nord et, pour la première fois, en Eurasie (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Fédération de Russie et Turquie). Au total en 2020, 60 GW de capacités nouvelles à base de combustibles fossiles ont vu le jour, contre 64 GW l'année précédente, ce qui montre que le tassement de l'expansion des combustibles fossiles se poursuit.

« Ce que ces chiffres révèlent, c'est une histoire tissée de résilience et d'espoir. Malgré les défis et l'incertitude qui ont plané sur 2020, les énergies renouvelables sont devenues une source d'optimisme fondamental pour un avenir meilleur, plus équitable, résilient, propre et juste », a déclaré le Directeur général de l'IRENA, Francesco La Camera. « Le coup d'arrêt que l’humanité a vécu a été l’occasion d’un moment de réflexion ; cela nous donne une chance de prendre le chemin d'une prospérité sans laissés-pour-compte, et je crois que nous allons saisir cette chance.

« Malgré cette période éprouvante, 2020 marque, comme nous l’avions prévu, l'avènement de la décennie des énergies renouvelables », a poursuivi M. La Camera. « Les coûts baissent, les marchés des technologies propres se développent et jamais auparavant les avantages de la transition énergétique n'ont été aussi évidents. Rien ne pourra arreter cette tendance, mais comme le souligne notre « Perspectives pour les transitions énergétiques mondiales”, il reste encore énormément à faire. Notre perspective 1,5 degrés démontre que de massifs investissements énergétiques prévus doivent être réorientés pour soutenir la transition, si l'on veut atteindre les objectifs pour 2050. En cette décennie cruciale, la communauté internationale doit prendre acte de cette tendance et y voir une source d'inspiration pour aller plus loin », a-t-il conclu.

L'augmentation de la capacité installée (de 10,3 %) dépasse les projections de long terme qui tablaient sur une croissance plus modeste d'une année sur l'autre. A la Fin de l’année 2020, la capacité mondiale de production d'énergie de sources renouvelables s'élevait à 2 799 GW, l'hydroélectricité se tenant toujours en tête (1 211 GW), bien que le solaire et l'éolien rattrapent rapidement leur retard. Les deux sources variables d'énergies renouvelables qui ont dominé l'expansion des capacités en 2020 sont les nouvelles installations solaires (127 GW) et éoliennes (111 GW).

Ce sont la Chine et les États-Unis d'Amérique qui ont connu la croissance de marché la plus marquée et ce dès 2020. La Chine, qui est d'ores et déjà le plus vaste marché des énergies renouvelables au monde, s'est dotée l'an dernier de 136 GW de capacité supplémentaire, pour l'essentiel en énergies éolienne (72 GW) et solaire (49 GW).  Les États-Unis d'Amérique se sont dotés quant à eux de 29 GW de capacité énergétique de sources renouvelables l'an dernier, soit une augmentation 80% plus rapide qu'en 2019, et répartie entre le solaire (15 GW) et l'éolien (env. 14 GW). L'Afrique a poursuivi sur la voie d'un développement régulier : de nouvelles capacités ont vu le jour sur le continent à hauteur de 2,6 GW, soit un peu plus qu'en 2019. L'Océanie est restée la région à la croissance la plus rapide (+ 18,4%), bien qu'elle ne représente qu'une petite fraction de la capacité mondiale et que presque toute cette expansion ait eu l’Australie pour théâtre.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

L’ancien président Français, Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison dont un ferme

Published

on

Votre publicité ici

Il est devenu, lundi 1er mars, le deuxième ancien président de la France condamné sous la Ve République. Nicolas Sarkozy a écopé de trois ans de prison, dont un ferme, lundi 1er mars, dans l’affaire dite des « écoutes ».

L’ancien chef de l’Etat a été déclaré coupable de corruption et trafic d’influence. La décision a été lue dans un très grand silence au tribunal correctionnel de Paris, que Nicolas Sarkozy a par la suite quitté sans faire aucune déclaration. Il a dix jours pour faire appel de cette condamnation.

Les faits remontent à 2014. M. Sarkozy était suspecté d’avoir tenté d’obtenir d’un magistrat à la Cour de cassation, Gilbert Azibert, des informations confidentielles le concernant, voire de faire annuler la saisie de ses agendas présidentiels après avoir obtenu un non-lieu dans l’affaire Bettencourt. M. Azibert, avocat général dans une chambre civile, n’intervenait pas directement dans ce dossier mais il aurait joué de ses relations. En échange, M. Sarkozy aurait promis d’intervenir en faveur du magistrat pour qu’il obtienne un poste de prestige à Monaco. L’accusation se fondait sur des conversations interceptées par la justice entre l’ancien président et son avocat sur une ligne officieuse – deux téléphones prépayés achetés sous le nom de « Paul Bismuth ».

Le tribunal correctionnel a estimé lundi qu’un « pacte de corruption » avait été conclu entre l’ancien président de la République, aujourd’hui âgé de 66 ans, son avocat Me Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert. « La preuve du pacte de corruption ressort d’un faisceau d’indices graves, précis et concordants résultant des liens très étroits d’amitié noués entre les protagonistes », a relevé le tribunal.

Nicolas Sarkozy, qui a été « garant de l’indépendance de la justice, s’est servi de son statut d’ancien président pour gratifier un magistrat ayant servi son intérêt personnel », a déclaré la présidente de la 32e chambre correctionnelle de Paris, Christine Mée. Il devient le deuxième ancien président condamné sous la Ve République, après Jacques Chirac, en 2011, dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris.

Source : AFP

Continue Reading

A LA UNE

L’avocat britannique Karim Khan sera le futur Procureur de la CPI

Published

on

Votre publicité ici

L’avocat britannique Karim Khan sera le successeur de Fatou Bensouda à la Cour pénale internationale.

Il a été élu vendredi  12 février comme prochain Procureur de la CPI par l’Assemblée des États parties (AEP), au second tour avec 72 voix sur les 123 États parties. Le second candidat, Fergal Gaynor, ayant reçu 42 voix.

Karim Khan entrera en fonction le 16 juin 2021, pour un mandat non renouvelable de neuf ans.

Il succédera à la Gambienne Fatou Bensouda, qui a occupé ce poste pendant les neuf dernières années.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance