Connect with us

A LA UNE

Le DG de la SEG n’a ni connu, ni parrainé mon organisation [Par Ibrahima Kalil Diallo]

Published

on

Le 09 juillet 2020, un journaliste amateur de nom de Alseny Fadiga a écrit un article intitulé ‘’ Le DG de la SEG, Patrice Pépé loua parrain d’un groupe de jeunes opposants au régime d’Alpha  Condé. Cette attitude ignoble fait suite à un article publié dans quelques sites internet de la place, article dans lequel d’ailleurs j’ai témoigné contre les allégations mensongères qu’il a proliféré á l’endroit d’un innocent á l’occurrence Patrice Pépé Loua .

Dans l’une de ses publications dans un site appelé “le projecteur.guinee.com”, le prétendu journaliste a prétendu que monsieur Patrice Pépé Loua est venu pour se venger des anciens et placer des hommes de sa famille.

C’est pour édifier l’opinion à tous ces états de fait, que j’ai décidé d’apporter des précisions et donner les raisons de cette conduite ignoble d’un homme censé être un modèle dans la société.

Mais je dois rappeller à l’opinion avant de donner les détails qui ont conduit ce monsieur à ce comportement inhumain et dégradant qu’avant de connaître monsieur Patrice Pépé loua, j’ai travaillais avec le défunt Directeur général Mohamed Oularé, avec qui j’ai eu des très bons rapports. C’est dans ce contexte de travail que j’ai véritablement connu monsieur Patrice Pépé Loua et on s’est lié d’amitié. Après donc la mort de monsieur Mohamed Oularé , j’ai continué à travailler avec monsieur Patrice Pépé. Et ce monsieur n’a jamais su qu’à un moment donné on a appartenu au FNDC à plus forte raison nous parrainer en quoi que ce soit. D’ailleurs pour ressortir le caractère mensonger de son article, je puis dire que le peu de temps que j’ai travaillé avec monsieur Loua l’a été que sur la base du journaliste et non  dans le cadre de mon organisation de la société civile. Une organisation qu’il ne connait même pas. Car avant d’être de la société civile j’étais journaliste .Et c’est mon métier initial qui n’est ni de prêt ni de loin associé à mon engagement dans la société civile.

Plus important, cet homme dont il accuse de nous parrainer est purement technique. C’est un homme qui s’intéresse beaucoup plus á l’aspect technique que de tout autre chose.

Avant de le connaître , j’ai fréquenté et je me suis lié d’amitié avec plein de cadres de ce pays mais j’ai été ni séduit et marqué par son sens élevé du travail et du respect de ses chefs. C’est pourquoi quand j’ai lu cet article sans fondement sérieux de ce monsieur Alseny Fadiga, étant témoin occulaire du discours de Patrice Pépé Loua qu’il a déformé, je ne pouvais rester indifférent face á cette injustice surtout dirigée contre un cadre aussi dévoué à son travail et à son peuple.

L’origine de sa haine contre Patrice Pépé loua

Le  fraîchement nommé Directeur Général, Patrice Pépé Loua prend fonction le 26 mai 2020  en présence des cadres et responsables du département de l’hydraulique. Ce jour là, il a prit soins à travers la cellule de communication de la SEG  d’inviter quelques journalistes qui avaient l’habitude de travailler avec la seg. A la fin de la cérémonie pendant que Patrice Pépé Loua et sa suite regagnaient son bureau, j’apperçois Alseny Fadiga accompagné d’un journaliste d’une radio privée. Comme à son habitude avec son groupe qu’on appelle dans le jargon journaliste “les vautours”, au lieu de chercher les informations qu’il faut pour en faire un article s’il le souhaitais car il n’étais pas parmi les invités, il a commencé tout de suite á chercher comment avoir de l’argent. Primo, il vient voir le directeur de la communication de la SEG, monsieur Fanly, ce dernier lui dit de l’appeler après car il n’étais pas parmi les invités mais en bon vautour, il insista. Finalement, un journaliste de la RTG qui était invité lui demande de faire une liste des journalistes. C’est qu’il s’empressa de faire. Dans les couloirs de la direction, il me salua et me posa son cas, je lui dis de se conformer aux directives du directeur de la communication mais comme il insista, je lui réponds : “attends je vais voir le DG pour voir ce qu’il peut faire pour vous mais l’autre journaliste de la radio avec qui il était me dit tout de suite qu’il connaissait le directeur que c’était pas la peine que j’intervienne. C’est ainsi qu’ils sont rentrés.

Le journaliste de la radio enleva son masque et se présenta au DG , apparement qui le connaissait , puis après un échange, le DG lui dit de le rappeller après. C’est ainsi qu’ils sont sortis du bureau.

Durant les 3 jours qui ont suivi, chaque jour que je viennes à la SEG je rencontre le monsieur Fadiga avec d’autres journaliste  dans l’enceinte sans savoir les raisons. Je ne m’en n’étais jamais posé la question d’ailleurs.

La malhonnêteté professionnelle du monsieur.

Pour combler son cynisme de jusqu’au boutisme en matière d’acquisition d’argent à tout prix , il a eu l’audace de voler un article que j’ai publié dans un site internet de la place intitulé” Direction générale de la SEG,le nouveau directeur général, Patrice Pépé loua prend fonction” “pour le mettre dans un journal de la place du numéro 079 du jeudi 28 mai 2020 pour ensuite faire une facture et déposer à la direction générale de la SEG pour paiement. Le DG par humanisme accepta de payer la facture,puis il publia le même article dans un autre journal pour envoyer une autre facture que la direction refusa de payer car elle considérait cela désormais comme non seulement du plagia mais aussi comme une forme d’arnarque.

Ne s’étant pas rassasié, il tenta á plusieurs reprises de rencontrer monsieur Patrice Loua pour avoir d’interview avec lui afin de pouvoir tirer profit. Mais ce dernier en professionnel lui demanda de se référer à son conseiller en communication.

C’est n’ayant pas obtenu ce qu’il voulait qu’il a eu la bassesse intellectuelle d’écrire un article contre Patrice Pépé Loua dans l’espoir d’être appelé par celui-ci comme à son habitude à des fins de négociations.

Donc voilà toute la vérité sur cette affaire, je l’ai dit et je le répète que c’est á travers le défunt Directeur général monsieur Oularé que j’ai connu Patrice Pépé Loua. Et à aucun moment il n’a parrainé une quelconque organisation que je dirige. D’ ailleus il n’a jamais su que j’ai une organisation de jeunesse encore moins que j’ai appartenu au FNDC

Par Ibrahima Kalil Diallo, journaliste indépendant

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Nord Mali : affrontement meurtrier entre soldats maliens et mercenaires russes

Published

on

Au moins deux militaires maliens ont été tués lors d’une bagarre avec des hommes de la société militaire privée russe qui a dégénéré, le 27 septembre, dans le camp militaire de cette localité du Nord-Est, proche du Niger.

D'après "Jeune Afrique" qui rapporte l’information,  les soldats maliens acceptent de moins en moins les règles qui leur sont fixées par les hommes de Wagner – et notamment celle qui consiste à leur prendre régulièrement leurs téléphones.

Mardi dernier, l’un d’entre eux a refusé de donner le sien à un mercenaire. Le ton est alors vite monté puis une violente bagarre a éclaté : des armes ont été dégainées et des coups de feu ont été tirés, le tout devant de nombreux témoins. Bilan : deux morts dans les rangs des Fama et neuf blessés, dont un membre de Wagner et des civils qui étaient présents dans le camp.

Une réunion de crise a depuis eu lieu à l’état-major pour faire le point sur cette affaire et éviter qu’elle ne s’ébruite. Au camp d’Ansongo, la tension reste vive entre les militaires maliens et les mercenaires de Wagner, qui vivent dans le même lieu mais chacun de leur côté.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : ce que dit le rapport d’enquête de l’ONU sur Toumba

Published

on

Alors que le procès du massacre du 28 septembre s’est ouvert ce mercredi à Conakry, la rédaction de guinee28 a décidé de republié en série le rapport d'enquête de l’ONU sur cette tragédie. Après le Capitaine Dadis Camara, voici ce que dit le rapport d’enquête sur Toumba Diakité.

Lisez: 

  1. La Commission dispose d’éléments suffisants engageant la responsabilité pénale directe du lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité (dit Toumba), voire une responsabilité de commandement, pour les faits qui se sont produits dans le contexte de l’attaque du 28 septembre et les jours suivants.
  2. Le lieutenant Toumba est le commandant de la garde rapprochée du Président et l’aide de camp de celui-ci. II a confirmé devant la Commission avoir reçu directement du Président l’ordre de se rendre au stade, afin de protéger les leaders politiques, de vérifier si des militaires se trouvaient là-bas en dépit des ordres donnés et, le cas échéant, de les faire rentrer au camp. Il a affirmé être parti au stade avec huit hommes uniquement et avoir sauvé les leaders politiques de leurs assaillants, qu’il n’a pu identifier. Il n’a pas entendu de tirs au stade, n’a vu aucun cadavre et affirme n’avoir été témoin d’aucune violence sexuelle, précisant que « personne n’aurait pensé à toucher une femme».
  3. La Commission a toutefois reçu des centaines de témoignages selon lesquels le lieutenant Toumba était présent au stade et que la plupart des violations les plus sérieuses ont été commises par les bérets rouges en la présence et sous le commandement du lieutenant Toumba. Plusieurs témoins ont constaté que la violence au stade a commencé au moment où le lieutenant Toumba est arrivé. La Commission a aussi confirmé que ce dernier a personnellement participé à certaines attaques, notamment à celles dirigées contre certains leaders politiques, et a tiré à bout portant sur des manifestants. Un témoin a aussi rapporté que le lieutenant Toumba a dit « Personne ne sort vivant. Il faut les tuer tous. Ils pensent que c’est la démocratie ici », tandis qu’il tirait sur des manifestants dans le stade. Un témoin a par exemple décrit que, lorsque le lieutenant Toumba faisait un signe de la main, ses hommes commençaient à tirer et qu’après une communication (par téléphone ou par radio) il a ordonné à ses subordonnés de ne pas tirer. L’aide de camp du lieutenant Toumba qui fait office d’adjoint, le sous-lieutenant Marcel Koivogui, a été vu par plusieurs personnes en train de tirer sur la foule, tandis que des témoins affirment que le lieutenant Toumba contrôlait ses hommes dans le stade. De même, en présence du lieutenant Toumba, le chauffeur du Président, Sankara Kaba, a tiré en direction de Cellou Dalein Diallo et blessé son garde du corps qui s’est interposé.
  4. La Commission estime ainsi qu’il existe une présomption suffisante de responsabilité pénale directe du lieutenant Toumba dans les crimes commis lors des événements du 28 septembre et des jours suivants.
  5. La Commission a pu confirmer que le lieutenant Toumba est entré dans le stade au même moment que les hommes sous son contrôle. L’organisation et la coordination entre les forces de sécurité durant l’attaque, décrites aux paragraphes 180 à 200 ci-dessus, démontrent le degré de
  6. La présence du lieutenant Toumba au stade et en différents endroits après les événements survenus dans l’enceinte du stade indique qu’il savait ou, du moins, pouvait savoir que ses subordonnés étaient responsables des crimes décrits dans le rapport. Non seulement le lieutenant Toumba n’a rien fait pour empêcher la perpétration de ces crimes, mais il a même directement participé à leur exécution.
  7. La Commission conclut dès lors de ce qui précède qu’il existe de sérieux motifs de présumer également, en sus de la responsabilité individuelle et personnelle du lieutenant Toumba, une responsabilité subsidiaire en sa qualité de chef militaire.

A suivre, la publication du cas du commandant Moussa Tiégboro Camara

Continue Reading

A LA UNE

En Espagne, l’élection du haut conseil des Guinéens finalement reportée

Published

on

Initialement prevue samedi 01 octobre, l’élection du haut conseil des Guinéens d'Espagne et de Malte a été finalement reportée au samedi 08 octobre.

La décision a été prise par l'Ambassade de Guinée en Espagne après les critiques émises par la fédération des associations guinéennes d'Espagne, regroupant 32 organisations, contre le mode d'organisation du scrutin voulu par la mission diplomatique.

Le vote se déroulera désormais le 08 octobre, indique l'Ambassade dans un communiqué, précisant que cette décision vise à permettre aux uns et aux autres à se concerter davantage pour "une élection paisible et réussie".

Par Mariam Bâ 

 

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance