Connect with us

Politique

« Le 11 octobre prochain, vous irez aux urnes », Alpha Condé

Published

on

Votre publicité ici

Alors que ses sept adversaires souhaitent le report du scrutin, le président Alpha Condé a rappelé que les guinéens iront bels et biens aux élections le 11 octobre prochain. C’était dans son discours à la nation à l’occasion du 57ème anniversaire de l’indépendance guinéenne. Discours

Guinéennes, Guinéens, 

Mes chers compatriotes,

Nous célébrons en ce 2 octobre 2015, le 57ème anniversaire de l’indépendance de notre pays. A cette occasion, il me plait de constater que malgré les vissicitudes   qui ont parfois jalonné notre histoire commune, nous demeurons un peuple uni, toujours prompt à brandir son attachement à la patrie. Depuis notre indépendance acquise après le référendum du 28 septembre 1958, nous demeurons fidèles à une idée : celle de construire un grand pays, fort et respecté. Depuis 2010, la Guinée a connu un nouveau tournant,  marqué  par une vie politique  fondée  sur les principes et valeurs démocratiques et tournée vers la promotion du développement  économique et social au profit de tous les Guinéens. La priorité de notre politique  est tournée vers les jeunes et les femmes et malgré les épreuves que nous avons eu à surmonter ces dernières années, nous avons finalement tenu le cap. C’est le moment de rappeler à vous tous, que la crise sanitaire liée à l’épidémie hémorragique à virus Ebola que nous venons de vivre, a été un moment difficile, mais utile à la réflexion sur notre avenir commun. C’est pourquoi, encore une fois, je demande à chacun d’entre vous d’observer avec une grande vigilance les mesures d’hygiène dans la lutte contre la maladie, afin de mettre définitivement fin à cette crise sanitaire  pour laquelle notre pays, a payé le prix fort.

Chers compatriotes,

La célébration de la fête nationale s’inscrit ainsi, dans la trajectoire de l’évolution de notre pays, comme un devoir sacré de reconnaissance envers nos ainés dont la lutte acharnée a permis à notre nation de se consolider et de s’affirmer au plan africain et mondial.

Je rends hommage au peuple guinéen pour toutes les épreuves qu’il a mené au service de la liberté, de l’autodétermination et de la dignité. Je salue aussi la détermination des forces vives de notre pays qui, dans un contexte difficile, œuvrent au quotidien, avec assurance et confiance, à la transformation qualitative de la Guinée

Je leur renouvelle mes encouragements pour la dynamique instaurée afin d’accélérer le développement socio-économique de la Guinée.

Mes chers compatriotes,

Il me semble important que notre pays continue d’agir pour la préservation de nos acquis politiques, économiques et sociaux, car nous sommes engagés résolument sur la voie de la démocratie et de la bonne gouvernance. Depuis l’élection présidentielle de 2010, notre pays s’est doté d’un système électoral propre aux Etats démocratiques, en organisant la compétition politique autour d’un scrutin libre, transparent et inclusif, permettant à l’ensemble des partis politiques, de solliciter le suffrage des populations guinéennes.

Depuis cinq années, l’essentiel des acquis démocratiques de 2010 a été préservé. La Guinée a enfin tourné la page du déficit démocratique, la compétition politique est devenue exclusivement civile, notre armée étant revenue à son rôle républicain de défense du territoire et de la préservation de la paix, depuis que la réforme de l’institution et sa modernisation ont permis de réconcilier l’armée guinéenne avec la nation.

J’ai pour ma part, toujours pratiqué et encouragé le dialogue, afin que le débat politique évolue progressivement autour de la nécessité de supprimer tout risque de violence susceptible de perturber notre processus électoral. C’est pourquoi, j’invite tous les acteurs sociaux à travailler davantage pour  le vivre ensemble, comme je le constate aujourd’hui dans les œuvres de nombreux artistes.

Chers compatriotes,

Note pays a déjà engagé de profondes réformes politiques, avec la mise en place d’une Assemblée nationale, ainsi que le vote d’une loi sur le statut du chef de file de l’opposition. Notre pays a également procédé à la mise en place progressive des institutions prévues par la constitution, tels : le Médiateur de la république, la Haute autorité de la communication, la Cour constitutionnelle, l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains, le Conseil économique et social, en attendant qu’il en soit de même prochainement de la Cour des comptes.

Chers compatriotes

Nous avons rétabli les grands équilibres macro-économiques, nous devons aussi préserver les enjeux économiques et sociaux. La Guinée doit approfondir le champ des réformes économiques  déjà illustré déjà par l’instauration de l’unicité de la caisse des finances publiques, la suppression de l’impôt de capitation, la disparition des marchés de complaisance, ainsi que l’assainissement de l’environnement des affaires à travers la création de l’Agence pour la promotion de l’investissement privé (APIP) et de son guichet unique. Ces reformes ont été accompagnées de l’adoption d’un nouveau code des marchés publics, l’assainissement du fichier de la fonction publique. Aujourd’hui, est également pris en perspective, la réduction de l’inégalité entre les villes et les campagnes, comme en témoignent mes récentes tournées entreprises à l’intérieur du pays pour  dresser un état des lieux, et évaluer les besoins des populations. Aussi bien  en matière d’infrastructures routières et sociales que de la réhabilitation des bâtiments de souveraineté et autres édifices.

Je continuerai à maintenir   le dialogue social qui permet à la classe politique guinéenne de rechercher des points de convergence et de s’entendre sur l’essentiel : c'est-à-dire, le développement du pays. Par la réhabilitation des infrastructures, l’appui au monde agricole, l’amélioration de la fourniture d’électricité, comme nous venons de le faire avec l’inauguration du barrage hydroélectrique de Kaléta, et nous nous apprêtons à lancer les travaux du barrage de Souapiti, à multiplier des points d’adduction d’eau, ainsi qu’à renforcer le système sanitaire et éducatif du pays.

Je demeure convaincu qu’au delà de la compétition politique qui est le fondement de l’exercice de la vie démocratique, le principal objectif  est de construire la Guinée de demain, et d’assurer son développement. C’est pourquoi, il me semble important de renforcer la cohésion et l’unité nationale

Chers Compatriotes ;

Le 11 octobre prochain, vous irez aux urnes pour choisir le Président de la République de votre choix. J’appelle les populations à accomplir leur devoir civique dans le plus grand calme. La notion de prospérité que nous nous attelons à édifier, commande à tout instant, de consolider la stabilité de notre pays, la cohésion et l’engagement de notre société en vue de construire un développement global et inclusif, porteur de bien-être pour les populations des villes et des campagnes.

Bonne fête à toutes et à tous

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Violations des droits humains : quelles sont les 25 personnalités guinéennes ciblées par l’Union européenne ?

Published

on

Votre publicité ici

En plus de cinq hauts responsables du CNDD, l’ex junte militaire au pouvoir en Guinée, qui font l’objet des sanctions de la part de l’Union européenne à cause de leur ‘’implication’’ dans le massacre du 28 septembre 2009, 25 autres personnalités guinéennes du régime d’Alpha Condé sont aussi dans le viseur de l’UE.

Ces responsables de l'appareil répressif figurent dans une liste jointe à la lettre des eurodéputés de 25 « personnalités du régime Alpha Condé » qui font « preuve de zèle pour supprimer l'opposition et violer les droits de l'homme ». Car les 32 signataires, issus de divers groupes parlementaires (groupe des Verts, groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates, groupe de la gauche, groupe Renew Europe, groupe des conservateurs et réformistes européens) dénoncent aussi l'implication de ces 25 personnalités dans la mort de « 250 personnes, souvent tuées à proximité par des agents des forces de défense et de sécurité » lors de manifestations de l'opposition organisées depuis 2010. Et demandent à Josep Borrell de recourir au nouvel instrument de sanctions dont s'est dotée l'UE le 7 décembre 2020 pour « cibler les responsables de graves violations des droits de l'homme et de graves atteintes à ces droits partout dans le monde, quel que soit le lieu où elles sont commises et quelle que soit l'identité de ces personnes ».

Les 25 personnalités en question sont au cœur de l'appareil d'État. À commencer par le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana. Neuf ministres guinéens, dont le ministre de la Défense Mohamed Diané, et le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Albert Damatang Camara, sont également listés, ainsi que les présidents de l'Assemblée nationale Amadou Damaro Camara, de la Cour constitutionnelle, Mohamed Lamine Bangoura, et le directeur de la Caisse nationale de sécurité sociale, Malick Sankhon, mais aussi du nouveau porte-parole du gouvernement, Tibou Kamara. En somme, tout l'édifice du système politique actuel.

Ce dernier a dénoncé un « procès d'intention » de la part des eurodéputés et émis des doutes sur leur objectivité : « En ne tendant une oreille attentive qu'aux allégations d'opposants au régime, [il] n'a donc perçu qu'un seul son de cloche, a-t-il réagi, affirmant que le président Alpha Condé a un passé politique et une éthique personnelle qui l'engagent à défendre et promouvoir les droits humains et à toujours militer pour la démocratie.

Avec le point.fr

Continue Reading

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : cinq hauts responsables du CNDD sanctionnés par l’Union européenne

Published

on

Votre publicité ici

Cinq hauts responsables du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), l’ex junte militaire au pouvoir en Guinée, font l’objet des sanctions de la part de l’Union européenne à cause de leur ‘’implication’’ dans le massacre du 28 septembre 2009,  a fait savoir la semaine dernière,  Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’Europe.

Il s’agit de Moussa Dadis Camara, qui présidait au moment des faits le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et réside aujourd’hui au Burkina Faso, de Jean-Claude Pivi, alors chargé de la sécurité présidentielle, de Moussa Tiégboro Camara, ex-ministre des Services spéciaux, de la Lutte antidrogue et du Grand Banditisme, d’Abdoulaye Chérif Diaby, ex-ministre de la Santé, et de l’ancien aide de camp de Dadis Camara, le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, dit Toumba Diakité.

Ces cinq individus font l'objet de sanctions individuelles à savoir : interdiction de voyager sur le sol de l'Union européenne et gel de leurs avoirs. »

Le renouvellement de ces sanctions sera examiné en septembre 2021.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Processus de démocratisation de la Guinée : l’espoir est permis, selon Steven Koutsis

Published

on

Votre publicité ici

Le Chargé d’Affaires par intérim de l’ambassade des Etats-Unis à Conakry, SE M. Steven Koutsis, est optimiste. Il souhaite que la Guinée poursuive, lentement mais sûrement, « le chemin de la démocratisation trouvé en 2010 ».

Le diplomate américain a dit son « optimisme » et formulé, mardi 4 mai 2021 à Conakry, lors d’un échange avec des responsables des médias les plus représentatifs du pays, dans le cadre des festivités marquant la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, son souhait ardent de voir le peuple guinéen poursuivre « le chemin de la démocratisation trouvé en 2010 ». L’échange tournait autour du thème central de l’événement édicté par l’Unesco (Organisation des nations unies pour la science et la culture), intitulé : « L’information comme bien public », et d’autres sujets de l’actualité sociopolitique et diplomatique.

« Le chemin sera » certainement long, mais pour la Guinée « l’espoir est permis », a affirmé le Chargé d’affaires Steven Koutsis au cours d’un échange avec des représentants des médias guinéens dans les locaux de l’ambassade des Etats-Unis. Il soutient que la marche est certes bosselée, mais « la porte de l’espoir ouverte à l’occasion des premières élections présidentielles de 20210 » à l’issue desquelles un opposant civil a été déclaré élu, restera « ouverte ». Pour ce faire, il souhaite que les autorités actuelles se donnent l’objectif de créer un climat propice à faire prospérer les conditions d’un dialogue politique inter-guinéen sincère, direct et inclusif.

Cela, avec le respect de la parole d’honneur donnant lieu à l’application correcte de conclusions issues des accords librement consentis par toutes les parties prenantes de l’opposition, de l’administration, et de la mouvance présidentielle, le pays pourrait être au rang des meilleurs réussites du processus de démocratisation en Afrique.

L’avantage, selon les explications du diplomate américain, sera pour la Guinée de bâtir son avenir politique sur les valeurs universelles des droits et libertés du peuple au nom et pour le compte duquel une administration composée de femmes et d’hommes probes agissent et rendent compte à leurs mandants suivant un échéancier régulier et règlementé.

Dans un tel dispositif légal et légitime chapeauté par la Constitution de tout pays, les Etats-Unis d’Amérique reste et demeure un allié de premier ordre dans la sauvegarde et la promotion des valeurs de liberté, de démocratie, de stabilité et de libre échange. Par contre, ce que le pays de SE M. Koutsis ne tolère pas, c’est quand un gouvernement opère délibérément un changement de constitution « au profit d’un homme », comme ce fut le cas en Guinée lors du double scrutin référendaire et législatif du 20 mars 2020. Malgré cette bévue sans précédent dans l’histoire de la Guinée, SE M. Koutsis «souhaite la paix et la cohésion sociale» en Guinée.

Dans cet esprit, SE M. Koutsis avoue que son pays fait de son mieux pour se mettre « à l’écoute de tout le monde » et de toutes « les parties prenantes au processus de démocratisation » de la Guinée. Toutefois, insiste-t-il, l’organisation d’un changement constitutionnel «pour faire plaisir» à un chef de régime politique est contraire aux valeurs que défend son pays, les Etats-Unis.

Il appelle le gouvernement à faire « le nécessaire pour créer les conditions d’un environnement sociopolitique favorable à la stabilité ».

Chargé d’Affaires par intérim de l’ambassade des Etats-Unis à Conakry depuis septembre 2020, SE M. Koutsis assure que dans un climat mondial pollué par l’intolérance religieuse, le terrorisme et ses avatars comme le narcotrafic aérien, terrestre et maritime, le blanchiment de l’argent, la corruption généralisée, et la tentation de saper les valeurs fondamentales de la démocratie, les Etats-Unis apportent leur aide et leur soutien de tous les instants à la réforme du secteur de la sécurité en Guinée.

Par D. Alpha (Le Populaire)

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance