Connect with us

A LA UNE

La presse ne peut pas se taire : déclaration de l’Urtelgui

Published

on

Votre publicité ici

Suite au placement sous contrôle judiciaire du journaliste et fondateur de la radio lynx fm, L’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée (Urtelgui) dénonce les exactions perpétrées contre les journalistes dans l’exercice de leur métier en Guinée.

DÉCLARATION :

C’est avec beaucoup d’interrogations et de frustrations que le Bureau exécutif de l’Urtelgui a appris, dans la matinée du lundi 19 août 2019, le placement sous contrôle judiciaire du journaliste et fondateur de la radio Lynx Fm Souleymane Diallo et la convocation pour le lundi prochain de Abou Bakr, Directeur général de la radio du même nom.

Il convient de rappeler d’emblée que depuis un certain temps, beaucoup de journalistes font l’objet d’arrestations arbitraires sur fond de menaces des commis de l’Etat, pour la plupart des cas. Et ce, sans aucun respect de leur droit et en violation flagrante de la loi L002/22/ 06/2010, qui encadre la presse guinéenne et l’exercice du métier de journaliste dans notre pays.

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui exprime ses vives préoccupations face à toutes ces situations difficiles auxquelles les journalistes sont confrontés.

Le plus préoccupant à ce jour, est le nouveau procédé adopté par certains juges qui franchissent le Rubicon, en écartant simplement la loi L002/22/06/2010 sur la liberté de la presse au profit de celle sur la cybercriminalité. Cela est inacceptable !

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui considère que tous ces événements ne permettent pas à une presse privée responsable de s’épanouir et de faire dignement son travail pour le bénéfice exclusif des populations. Un tel acharnement au 21ème siècle de surcroît, contre une entité aussi importante que la presse, est une offense contre toutes nos valeurs et un véritable recul pour notre démocratie. Il faut que ça cesse !

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui à la lumière de ce qui précède, prend très au sérieux cette situation et appelle tous les médias audiovisuels à resserrer les rangs pour soutenir fortement tous ces journalistes et médias ayant des démêlés avec la justice, afin d’exiger le respect strict de la loi et de la procédure en la matière.

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui avec l’approbation sans condition de tous ses membres, soutient totalement et entièrement la radio Lynx fm et les deux confrères mis en cause. Il appelle, en outre, à une mobilisation unanime de taille pour exiger le respect strict des droits de la presse en toutes procédures et matière.

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui rappelle à la Haute Autorité de la Communication, l’opportunité de se saisir de tous ces cas d’interpellation sans base légale, avec toutes les irrégularités constatées dans les procédures enclenchées contre les journalistes, pour rappeler aux commis de l’Etat, leur devoir et surtout leur limite dans les cas d’espèce.

Il convient d’ailleurs de citer expressément la loi L003/22/06/2010, qui en donne le plein droit à la HAC, à travers son rôle de régulation et de protection de la presse.

Il convient également de mentionner que l’on n’a plus besoin de trimballer un journaliste entre les postes de gendarmerie, la Direction de la police judiciaire et les tribunaux, car, la loi est très claire en la matière. En cas de commission de délit par le journaliste et par voie de presse, la citation directe à comparaitre devant un juge reste et demeure l’unique voie empruntable.

Nul besoin donc de dire, qu’en matière de droit, la spécificité prime sur la généralité. Et, la loi organique L002/22/06/2010 est la plus spécifique à ce jour, régissant la pratique du métier de journaliste en particulier et la presse en général.

Qu’on respecte les lois de la République. C’est aussi simple que cela !

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui attire en fin, l’attention officiellement de l’opinion nationale et internationale sur ce qu’il qualifie d’exactions perpétrées contre les journalistes dans l’exercice de leur métier, et invite les autres associations de presse à une action commune et concertée, en vue d’opposer leur refus catégorique à tout musellement de la presse, par quelque entité que ce soit.

La presse ne peut pas se taire!

Conakry, le 20 août 2019

Le Bureau Exécutif

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

L’Etat met un terme au contrat de concession avec Guinée-Games

Published

on

Votre publicité ici

Dans un courrier en date du 21 juin, adressé à la direction générale de la société de pari sportif Guinée-Games de Mamadou Antonio Souaré, actuel président de la Fédération guinéenne de football, la Directrice générale de la Lonagui (Loterie nationale de Guinée) a annoncé qu’elle mettait un terme au contrat de concession qui lie les deux parties.

En cause,  la Lonagui reproche, officiellement, à Guinée Games un manque de transparence dans la déclaration de ses chiffres d’affaires. « Une situation qui affiche un manque à gagner énorme pour les caisses de l’Etat pendant toute la durée de votre exploitation », explique-t-on dans le courrier.

Toutefois, cette décision de la Lonagui intervient alors que le patron de Guinée Games, Mamadou Antonio Souaré , se trouve en très mauvaise posture à la Fédération guinéenne de football, où il a été contraint de retirer sa candidature à sa propre succession, plongeant le football guinéen dans une crise sans précédente.

Par Alpha Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Plusieurs sous-préfets limogés pour faute lourde

Published

on

Votre publicité ici

Trois sous-préfets ont été limogés dans la soirée de ce mercredi, 23 juin 2021,  pour « faute lourde » par le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Général Boureima Condé.

Il s’agit de Momahed Samoura sous-préfet de Marela ( Faranah), Kaba Kéita sous-préfet de Soyah (Mamou) et Mamadou Camara sous-préfet de Ourékaba (Mamou).

Aucune précision n’a été donnée pour justifier la décision du ministre. Cependant, leur limogeage intervient quelques semaines après le scandale lié à la coupe et le trafic illicite du bois à Mamou et Faranah.

Le 20 mai dernier, en conseil des ministres, le président de la République, avait prévenu que toute personne impliquée dans ce trafic sera sévèrement sanctionnée.

« Toutes les personnes reconnues responsables ou complices dans cette affaire, écoperont de sanctions administratives disciplinaires et feront l’objet de poursuites judiciaires », avait-t-il prévenu,  mettant ainsi en garde contre les pratiques et les activités de déforestation en Guinée.

Plusieurs gardes forestiers impliqués dans cette affaire sont aussi suspendus depuis fin mai.

Par Ibrahim Bangoura

 

Continue Reading

A LA UNE

Gaoual : deux morts dans des heurts entre forces de l’ordre et manifestants

Published

on

Votre publicité ici

Deux personnes ont été tuées mardi 22 juin, à Gaoual,  dans des violences entre les forces de sécurité et des manifestants en colère contre la fermeture de la mine d’or, récemment découverte à Kounsitel.

Les victimes sont Mamadou Sidibé, agriculteur de 32 ans et Mamady Camara, orpailleur originaire de Kankan.

Les deux ont succombé à leurs blessures, alors qu’ils étaient en train d’être évacués vers Conakry.

Ces dernières semaines, plusieurs milliers de personnes en provenance de diverses villes du pays, notamment de la Haute Guinée, se sont rués vers Gaoual, où une mine d’or vient d’être découverte dans la sous-préfecture de Kounsitel.

Face à cette présence massive et aux risques que l’exploitation artisane représente, les autorités administratives ont décidé de fermer la mine jusqu’à nouvel ordre.   Une fermeture qui fâche à Gaoual, où certains autochtones soupçonnent une exploitation clandestine de la mine, par certains orpailleurs en complicités avec des agents qui surveillent la zone.  Excédés par le chômage et la pauvreté, ils appellent donc à la réouverture immédiate de la mine.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance