Connect with us

A LA UNE

« La Constitution n’est pas un objet de décoration dans la maison de la République »

Publié

le

Votre publicité ici

Le combat que nous menons est historique au sens où aucun de nos présidents n’a respecté nos différentes Constitutions de 1958, 1990 et de 2010. Nous nous battons donc pour mettre définitivement fin à ces pratiques qui sont les causes de la faillite de notre Etat et des violences exercées contre nos populations depuis l’indépendance en 1958.

Pour quel but Alpha Condé veut-il d’une nouvelle Constitution alors qu’il ne respecte pas les dispositions de celle en vigueur ?

A deux reprises il a délibérément violé la loi organique portant code électoral en son article 62. Il faut le rappeler que la loi organique complète la Constitution.

Pour une première fois, il a pris le décret du 11 novembre 2019 convoquant les électeurs aux élections législatives du 16 février 2020. Ce décret viole l’article 62 alinéa 1 de la loi organique portant code électoral qui dispose que Les électeurs sont convoqués par décret du Président de la République, publié au Journal Officiel de la République de Guinée 70 jours avant le scrutin pour les élections législatives.

En le faisant 97 jours avant le scrutin, il a violé cette disposition.

Le 3 février dernier, il récidive après annulation du scrutin en convoquant de nouveau les électeurs aux élections législatives à la date du 1er mars 2020 qui est une violation de l’article 62 alinéa 2 de la loi organique portant code électoral qui dispose : En cas d’annulation, les électeurs sont convoqués pour de nouvelles élections qui ont lieu 60 jours après l’annulation.

Nous sommes obligés de regarder la réalité en face : Alpha Condé n’est pas le dirigeant qui va promouvoir la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays. Il s’est camouflé sous couvert de ce noble combat pour s’emparer du pouvoir dans les conditions d’un vrai coup d’Etat appuyé par l’armée en 2010. Depuis, il exerce un pouvoir personnel au mépris des lois de la République.

Nous ne disposons que de la Constitution comme arme pour le combattre notamment en actionnant ses contre-pouvoirs et son article 21.

Au titre des contre-pouvoirs, nous la Cour Suprême qui représente le pouvoir judiciaire. Nous devons saisir la Cour Suprême en annulation de son décret illégal du 3 février 2020.

Selon l’article 113 de la Constitution La Cour suprême est la plus haute juridiction de l'État en matière administrative et judiciaire.

La Cour suprême est juge en premier et dernier ressorts de la légalité des textes réglementaires et des actes des autorités exécutives.

Il est clair que le décret est un acte de l’exécutif qui rentre dans le champ d’application de cet article 113 de la Constitution, c’est donc la Cour Suprême qui doit être saisi pour le faire annuler.

Mais, parallèlement à l’action judiciaire, nous devons poursuivre les manifestations pour résister à un pouvoir hors-la-loi.

Les membres des Forces de Défense et de Sécurité doivent cesser d’être des instruments au service du dictateur pour massacrer leurs propres compatriotes qu’ils sont sensés protéger. Le moment est venu pour qu’ils jouent leur rôle républicain en soutenant le peuple dans sa lutte pour se libérer du joug tyrannique de ce clan mafieux qui a confisqué notre souveraineté populaire.

L’armée doit se joindre à tous les autres acteurs majeurs du pays pour chasser Alpha Condé du pouvoir.

Par Alpha Saliou Wann

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Corruption: voici comment l’Imam Dicko a berné Alpha Condé

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Au moment où les manifestations populaires envahissaient les rues de Bamako, le président Alpha Condé a eu l’idée  « lumineuse » de voir comment tempérer les ardeurs de l’imam Dicko. Sait-on jamais, peut-être que l’étau pourrait se desserrer un peu autour de l’ami  de Koulouba. Il s’en est ouvert à IBK qui approuve le stratagème. Et le président guinéen de passer à l’offensive. Il joint l’Imam Dicko au téléphone. Il lui fait part de son intention de le réconcilier avec IBK et, par là-même, éteindre l’incendie politique malien. Avec le langage approprié, il dit à l’Imam qu’il va lui faire une proposition qui ferait l’affaire de tout le monde.

Tant au Mali que dans la Guinée voisine. La paix, rien que la paix ! Contagieuses, les manifestations de rue sont aussi préjudiciables à Bamako qu’à Conakry. Le coup de fil se solde par l’entente entre le religieux et l’ancien opposant historique.

Comme convenu, l’imam envoie un émissaire de haut de rang, Kaw Ndjim, auprès du président guinéen. Cordiale aura été la rencontre, à l’issue de laquelle le président guinéen aurait remis 200 millions de francs CFA à l’intention du leader religieux malien « pour l’aider dans son action.»

IBK est mis dans la confidence par Conakry. Il est même sollicité à faire en sorte que le retour de l’émissaire soit facilité au maximum ; ce que le président Ibrahim Boubacar Keïta était encore en mesure de faire. L’imam Dicko aurait reçu « la commission de Sékhoutouréya » avec un ouf de soulagement certain. Ce qui relève du compréhensible, pour qui connait les coûts actuels des manifestations dans lesquels s’étaient engagés les amis du M-5.

L’argent d’Alpha Condé sera donc utilisé pour renflouer le M-5 et lui permettre d’atteindre ses objectifs.  Le hic est que le Président IBK a semblé tomber des nues quand il a constaté qu’après avoir encaissé l’argent de M. Condé, l’homme de Dieu n’a pas mis de l’eau dans son vin.

Selon les mauvaises langues, Conakry n’arrive toujours pas à décolérer. À tort, dirait l’opinion publique guinéenne. Parce que c’est dans de tels coûts que nous nous forgeons un destin sécurisé.

Une question qu’africaconfidentielle.com, la source de cet article, pose aux exégètes maliens: en prenant l’argent de la corruption pour l’utiliser dans « la libération du peuple malien d’un régime corrompu », un imam peut-il être considéré comme corrompu ? Les fanatiques peuvent ne pas y répondre.

Avec le lynx

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Covid-19: l’Etat cède à la pression des étudiants et allège les mesures sanitaires

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La colère des étudiants à Conakry a fini par payer. Au lendemain de leur manifestation, le gouvernement a finalement cédé en allégeant les mesures sanitaires en vigueur depuis le 26 mars 2020, pour faire face à la pandémie de coronavirus.  Ainsi donc, comme l’exigeaient les étudiants, le prix du transport en commun et ramené à 1500 par tronçon.    Les bars et motels, ainsi que les activités sportives et culturelles sont aussi autorisés à ouvrir.

Cependant, le couvre-feu reste en vigueur de 00h à 4h du matin dans la zone du grand Conakry.

Lisez le communiqué :

Après revue de la situation épidémiologique, dont les résultats ont été jugés encourageants, à travers la baisse nationale du taux de positivité, la réduction du taux d’occupation des lits dans les centres de traitement épidémiologique et le taux de létalité, et sous réserve de l’évolution de la Covid-19, les mesures de barrière sanitaire suivantes ont été allégées comme suit :

Pour les moyens de transport (véhicules, bus, minibus, motos taxis, pirogues et bateaux) : port obligatoire des masques par tous les passagers, conducteurs et les apprentis chauffeurs ; rétablissement du nombre des passagers autorisés et les tarifs de transport en vigueur avant le 26 mars 2020.

Pour la réouverture des bars, restaurants et motels : port obligatoire de masques par les personnels de service, respect des mesures de distanciation physique.

Pour la reprise des activités socioculturelles : port obligatoire de masques par tous les spectateurs et les organisateurs, lavage systématique des mains à l’entrée, respect des mesures de distanciation physique.

Pour la reprise des activités sportives : port obligatoire de masques par tous les spectateurs et les organisateurs, respect des mesures de distanciation physique par les spectateurs et les organisateurs, l’organisation des dépistages avant chaque compétition.

Le couvre-feu reste en vigueur de 00h à 4h du matin dans la zone du grand Conakry.

Par Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Diplomatie : Alpha Condé nomme un nouvel ambassadeur à l’ONU

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Quelques jours après avoir rappelé son ambassadrice auprès de l’Organisation des Nations Unies, le président Alpha Condé a nommé ce 21 septembre, un chargé d’affaires par intérim à la représentation permanente à l’ONU.

Il s’agit de Kèlèty Fama Touré, jusque-là conseiller chargé des questions politiques au ministère des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger.

Il succède à Fatoumata Kaba, rappelé le 16 septembre dernier avec ‘’effet immédiat’’.

Aucune raison officielle n’a été donnée pour justifier ce rappel de cette diplomate, mais selon plusieurs sources, le président Alpha Condé reprocherait à dame Fatoumata Kaba ''d’entretenir'' des relations avec l’un de ses opposants.

Par Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.