Connect with us

A LA UNE

Justice : l’opposant Ismaël Condé condamné à plus de 3 ans de prison ferme

Published

on

Le vice maire de Matam et transfuge du RPG, le parti au pouvoir, Ismaël Condé a été condamné ce jeudi 8 juillet 2021, à 3 ans et 4 mois de prison ferme par le tribunal de première instance de Mafanco.  Il était jugé sur deux dossiers différents.  

D’abord, il était poursuivi pour  « offense sur la personne du président de la République, production, diffusion, et mise à la disposition d’autrui de données de nature à troubler l’ordre public par le biais d’un système informatique ». Sur ce dossier, Ismaël Condé, aujourd’hui membre du bureau exécutif de l’UFDG, le principal parti de l’opposition, a été déclaré coupable, puis  commandé à 3 ans et 4 mois de prison ferme et à 30 millions GNF d’amende.

Dans le second dossier, où il était poursuivi avec le maire de Matam pour « escroquerie, complicité, entrave à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés, les concessions et d’égalité de service public », par une PME de ramassage d’ordures, les deux prévenus ont été déclarés non coupables des faits qui leur sont reprochés par le tribunal qui les a aussitôt renvoyés à des fins de poursuite.

Après le verdict, Ismaël Condé a demandé pardon au président Alpha Condé.

« Excellence monsieur le président de la République, si par mes publications sur les réseaux sociaux il est arrivé que je vous offense et vous injurie, sachez que ce n’était nullement pas l’expression d’une volonté manifestée. De ce fait, mettez ça dans le cadre d’une faute de jeunesse. Je me répands en vous présentant mes sincères excuses pour ces injures et offenses », a-t-il demandé, une façon pour lui de solliciter sans doute la clémence du chef de l’Etat.

Récemment,  quatre détenus politiques condamnés à des lourdes peines ont été finalement graciés, après avoir demandé pardon à Alpha Condé.

Par Alpha Diallo