Connect with us

Santé & Environnement

Journée mondiale de la lutte contre le sida : le message de Ban Ki-moon

Publié

le

Votre publicité ici

Trente-cinq ans après l’apparition du sida, la communauté internationale peut s’enorgueillir dans une certaine mesure des résultats obtenus, mais il lui faut également regarder l’avenir avec détermination et s’attacher à atteindre son objectif de vaincre le sida d’ici à 2030.

Des progrès réels ont été accomplis face à la maladie. Les personnes sous traitement n’ont jamais été aussi nombreuses.  Depuis 2010, le nombre d’enfants infectés par transmission mère-enfant a diminué de moitié.  De moins en moins de personnes décèdent de causes liées au sida chaque année, et les personnes contaminées vivent plus longtemps.

Ces cinq dernières années, le nombre de personnes ayant accès à des médicaments salvateurs a doublé pour atteindre les 18 millions.  Grâce à des investissements judicieux, le monde peut accélérer la réalisation de l’objectif consistant à avoir 30 millions de personnes sous traitement d’ici à 2030.  Les médicaments anti-VIH destinés à prévenir la transmission mère-enfant sont désormais accessibles à plus de 75% des personnes qui en ont besoin.

Les progrès sont manifestes, mais les acquis restent fragiles.  Les jeunes femmes sont particulièrement vulnérables dans les pays à forte prévalence du VIH, notamment en Afrique subsaharienne.  Les groupes à risque continuent d’être touchés par le VIH de manière disproportionnée.  Les nouveaux cas d’infection se multiplient parmi les consommateurs de drogues injectables ainsi que chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes.  L’épidémie du sida gagne de l’ampleur en Europe de l’Est et en Asie centrale, sous l’effet de la stigmatisation, de la discrimination et des lois répressives.  En général, les personnes qui sont économiquement défavorisées n’ont qu’un accès limité aux services et aux soins.  La criminalisation et la discrimination suscitent de nouveaux cas d’infection chaque jour.  Les femmes et les filles sont particulièrement touchées.

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 a été adopté avec la volonté de ne pas faire de laissés-pour-compte.  Dans aucun domaine ce principe ne revêt autant d’importance que dans la lutte contre le sida.  C’est en aidant les personnes jeunes, vulnérables et marginalisées qu’on enraiera la progression de l’épidémie.  Le cadre stratégique d’ONUSIDA est aligné sur les objectifs de développement durable, mettant en évidence les corrélations entre la prévention du VIH et les progrès en matière d’éducation, de paix, d’égalité entre les sexes et de droits de l’homme.  Je suis fier de constater combien l’Organisation des Nations Unies et ONUSIDA, sous la direction de Michel Sidibé, sont déterminés à trouver des méthodes nouvelles et plus efficaces pour mettre fin à l’épidémie.

Les 10 premières années, les groupes touchés ont refusé de laisser l’inertie, la médiocrité et l’indolence entraver la lutte contre le sida.  C’est grâce à leur courage que des progrès ont été faits sur le plan de la santé des femmes et des enfants, que le prix des médicaments vitaux a baissé et que les sans-voix ont eu leur mot à dire.  Nous devons collectivement faire preuve de la même intransigeance. En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, je salue l’action sans relâche que mènent les dirigeants, la société civile, les collègues du système des Nations Unies et le secteur privé en faveur de cette cause.

À l’heure où mon mandat de Secrétaire général touche à sa fin, je lance cet appel vibrant à tous: renouvelons notre engagement de réaliser, ensemble, notre vision d’un monde sans sida.

 Ban Ki-moon

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

COVID-19 : plus de 41 000 agents de santé infectés en Afrique

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Plus de 41 000 agents de santé ont été infectés par la COVID-19 en Afrique, soit 3,8 % du nombre total de cas notifiés, selon la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Dre Matshidiso Moeti.

« Les agents de santé en première ligne sont exposés à un plus grand risque d’infection en raison des soins qu’ils prodiguent aux patients. Dans la Région africaine de l’OMS, plus de 41 000 agents de santé ont été infectés par la COVID-19, ce qui représente 3,8 % du nombre total de cas notifiés. Certains pays comme la Sierra Leone et la Côte d’Ivoire ont réalisé des progrès vers la réduction de la proportion des infections chez les agents de santé. D’autres pays tels que l’Érythrée, le Rwanda et les Seychelles n’ont enregistré aucun cas de la COVID-19 parmi les agents de santé », », a-t-elle déclaré jeudi à l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité des patients

Selon elle, cette journée est fondée sur le principe que la première étape pour dispenser des soins de santé de qualité consiste à ne pas nuire.

« Pourtant dans des hôpitaux de pays à revenu faible et intermédiaire, on recense chaque année 134 millions de manifestations indésirables dues à des soins dangereux, avec pour corollaire 2,6 millions de vies perdues », relève-t-elle, estimant que pour assurer la sécurité des patients, les agents de santé doivent être protégés.

« La sécurité des patients est une composante essentielle du renforcement des systèmes de santé en vue de parvenir à la couverture sanitaire universelle, ce qui passe par une collaboration et une communication ouverte entre les équipes de soins multidisciplinaires, les patients et les organisations de patients, ainsi que les associations professionnelles et les autres parties prenantes. »

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Covid-19 : l’état d’urgence sanitaire prolongé, déception à Conakry

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Dans une ordonnance lue ce mardi, 15 septembre 2020,  dans le journal de 20 heures 30, à télévision nationale, le Président Alpha Condé a prorogé de nouveau l’état d’urgence sanitaire pour une période d’un mois, sur l’ensemble du territoire national.

Cette prolongation de l’état d’urgence sanitaire, en vigueur depuis le 26 mars dernier, intervient, alors que la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre doit s’ouvrir dans quelques jours.

Plusieurs guinéens interrogés à Conakry par notre rédaction désapprouvent  cette décision du président de la République.

A ce jour la Guinée compte officiellement 10 111 cas de la Covid-19, dont 9444 guéris et 63 décès hospitaliers.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Santé : l’Afrique va recevoir 220 millions de doses de vaccin contre la Covid-19

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L’Afrique va recevoir au moins 220 millions de doses de vaccin contre le coronavirus, une fois qu'il aura été homologué et approuvé, a déclaré jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« COVAX est une initiative mondiale novatrice qui inclura les pays africains et garantira qu'ils ne seront pas laissés en queue de peloton pour les vaccins contre la Covid-19 », a expliqué la Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, Dre Matshidiso Moeti.

Selon le Bureau régional de l’OMS en Afrique, les 54 pays du continent ont tous exprimé leur intérêt pour l’initiative mondiale, qui est codirigée par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), l'Alliance pour les vaccins (Gavi) et l'OMS.

Dre Moeti affirme qu’en collaborant ainsi avec d'autres gouvernements et fabricants à l'échelle mondiale en dehors du continent et en mettant en commun leur pouvoir d'achat, « les pays pourront protéger les personnes les plus vulnérables à la maladie en Afrique ».

L’OMS signale par ailleurs que les partenaires collaborent avec les gouvernements et les fabricants afin d'acheter suffisamment de doses de vaccins pour protéger les populations les plus vulnérables du continent.

Garantir l'accès à tous

A travers l’instrument COVAX Facility, coordonné par Gavi, l'initiative vise à garantir l'accès à tous : tant aux pays à revenu élevé et moyen qui autofinanceront leur propre participation, qu’aux pays à revenu moyen inférieur et faible qui verront leur participation soutenue par la garantie de marché (Advance Market Commitment, AMC) de COVAX.

Huit pays d'Afrique ont accepté d'autofinancer leurs doses de vaccins par le biais de la COVAX Facility.

« La Guinée équatoriale a adhéré à COVAX car c'est le moyen le plus efficace de garantir que notre population puisse avoir accès aux vaccins contre la Covid-19 », a affirmé le Vice-ministre de la santé et de la protection sociale de la Guinée équatoriale, Mitoha Ondo'O Ayekaba.

« Nous sommes inquiets car certains pays riches ont pris des mesures pour protéger leurs propres intérêts. Nous pensons que grâce à cette initiative, nous pouvons avoir accès à des vaccins testés avec succès, en temps utile et à moindre coût », a ajouté le membre du gouvernement de la Guinée équatoriale.

Les manifestations d'intérêts doivent se traduire par des engagements contraignants à rejoindre l'initiative d'ici le 18 septembre, les paiements initiaux devant suivre au plus tard le 9 octobre 2020.

En outre, 46 pays d'Afrique sont éligibles à la garantie de marché COVAX AMC, l'instrument de financement qui a permis de collecter environ 700 millions de dollars, sur l’objectif de 2 milliards de dollars de fonds prévus auprès de pays donateurs à revenu élevé, du secteur privé et de philanthropes d'ici à la fin de 2020.

Participation africaine aux essais de vaccins

La CEPI dirige la recherche sur le vaccin COVAX et vise à développer jusqu'à trois vaccins sûrs et efficaces qui seront mis à la disposition des pays participant au mécanisme COVAX.

La Coalition investit dans la recherche et le développement d'une gamme diversifiée de candidats vaccins, dans le but de fournir des vaccins « sûrs et efficaces à ceux qui en ont le plus besoin par le biais de COVAX ».

Neuf vaccins candidats sont actuellement soutenus par la CEPI, dont deux sont actuellement testés en Afrique du Sud, en plus d'autres régions du monde.

« Il est essentiel que les pays d'Afrique participent aux essais de vaccins, en plus des essais cliniques qui ont lieu dans d'autres régions du monde », a déclaré le Directeur général de la CEPI, Dr Richard Hatchett.

Selon le Dr Hatchett, les essais de vaccins sur le continent garantissent « que des données suffisantes soient générées sur la sécurité et l'efficacité des candidats vaccins les plus prometteurs pour la population africaine afin qu'ils puissent être déployés en toute confiance en Afrique une fois les vaccins approuvés ».

Grâce à COVAX, les vaccins qui ont obtenu l'approbation réglementaire ou la préqualification de l'OMS seront fournis de manière égale à tous les pays participants, proportionnellement à leur population.

Les travailleurs de la santé et les autres populations vulnérables seront prioritaires, puis la disponibilité des vaccins sera étendue pour couvrir d'autres populations prioritaires dans les pays participants.

Pour un déploiement efficace des vaccins en Afrique

Les pays africains devront mettre en place les systèmes et l'infrastructure nécessaires pour définir les voies réglementaires et éthiques pour une approbation rapide d'un vaccin candidat, explique l’OMS.

Ils devront disposer de systèmes de logistique et de chaîne d'approvisionnement capables non seulement d'atteindre les populations cibles traditionnelles pour les vaccinations et les campagnes de routine, mais aussi être prêts à vacciner une population cible beaucoup plus importante.

« Pour déployer efficacement un vaccin dans les pays d'Afrique, il est essentiel que les communautés s'engagent et comprennent la nécessité de la vaccination », a déclaré le Directeur du programme Vaccination et développement de vaccins, au Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, Dr Richard Mihigo.

« Il est important de commencer déjà à travailler avec les communautés pour préparer la voie à l'une des plus grandes campagnes de vaccination que l’Afrique n’ait jamais connue », a conclu l’expert en vaccination africaine.

Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.