Connect with us

A LA UNE

Infecté il y a cinq ans, un survivant d’Ebola serait à l’origine de la résurgence de l’épidémie en Guinée

Published

on

Un survivant de l’épidémie d’Ebola de grande ampleur ayant sévi en Afrique de l’Ouest en 2013-2016 serait à l’origine de la flambée épidémique qui frappe actuellement la Guinée. Telle est la surprenante conclusion de trois rapports indépendants publiés le 12 mars 2021 sur le site virological.org.

La nouvelle épidémie d’Ebola en Guinée n’aurait donc pas pour origine un nouveau passage du redoutable agent pathogène de l’animal à l’homme (anthropozoonose), mais la résurgence du virus qui circulait il y a cinq ans à partir d’un survivant d’Ebola.

Changement de paradigme

Le fait qu’une nouvelle flambée épidémique puisse se produire à partir d’un individu porteur d’une infection latente cinq ans après une épidémie antérieure est totalement inattendu. Cela constitue un changement de paradigme concernant la transmission du virus Ebola dans la mesure où une nouvelle épidémie pourrait ne pas forcément émerger à partir d’un franchissement de la barrière d’espèce d’un animal sauvage à l’homme.

À ce jour, la plus longue durée de persistance du virus chez un survivant de la maladie au virus Ebola était de 531 jours (44 mois). En 2015, des chercheurs avaient rapporté le cas d’un survivant âgé de 56 ans dont le liquide séminal renfermait le virus 531 jours après l’apparition de la maladie. En février 2016, cette personne avait transmis le virus par voie sexuelle 470 jours après le début des symptômes et avait été à l’origine d’une flambée épidémique en Guinée et au Liberia.

Les études publiées sur virological.org concernent l’épidémie de maladie à virus Ebola en Guinée forestière déclarée le 14 février 2021. À ce jour, neuf personnes sont décédées. C’est la première fois que la maladie est signalée dans ce pays depuis la fin de la dramatique épidémie ayant sévi de 2013 à 2016. Celle-ci avait été responsable de plus de 28 000 cas en Sierra Leone, en Guinée et au Liberia, avait entraîné plus de 11 000 morts et laissé plus de 10 000 survivants. L’épidémie avait commencé en Guinée, avant de se propager en Sierra Leone et au Liberia.

Trois équipes ont cherché à déterminer la nature de la souche virale de l’actuelle épidémie en Guinée.

Concernant la première équipe, trois prélèvements ont été envoyés à l’Institut Pasteur de Dakar au Sénégal pour séquençage génétique. Les chercheurs, en association avec des biologistes moléculaires des universités du Nebraska (États-Unis) et d’Édimbourg (Royaume-Uni), sont parvenus à obtenir deux séquences génétiques, correspondant respectivement à 99,6 % et 98,7 % de l’ARN viral génomique.

Les chercheurs ont comparé les deux séquences génétiques du virus circulant actuellement en Guinée à 1 063 génomes de l’épidémie d’Ebola qui avait sévi de 2013 à 2016. Il s’avère que les génomes des virus Ebola circulant en 2021 sont extrêmement proches de ceux de l’épidémie historique.

Les génomes partagent par ailleurs dix substitutions qui étaient apparues lors de l’épidémie historique, en particulier une mutation qui était survenue en Sierra Leone et qui témoigne d’une adaptation du virus à l’homme. En d’autres termes, le virus circulant actuellement partage certaines caractéristiques avec celui qui circulait lors de l’épidémie historique. Ces données montrent que l’épidémie actuelle n’a sans doute pas pour origine un nouveau passage à l’homme du virus Ebola à partir d’un réservoir animal, mais qu’elle est directement liée aux cas humains survenus en 2013-2016.

De fait, les chercheurs précisent que les génomes du virus circulant cette année en Guinée sont étroitement apparentés à la souche Makona qui sévissait en août 2014 dans la même région. Les séquences génétiques ne divergent que de douze ou treize substitutions en comparaison à celles de l’épidémie antérieure. Autrement dit, on observe, sur la totalité du génome, une différence seulement au niveau de douze ou treize lettres entre le virus circulant actuellement et celui qui circulait à l’époque.

Il s’agit là d’un taux de mutation très inférieur à celui auquel on s’attendrait si ce virus à ARN avait circulé durant tout ce temps entre individus, autrement dit s’il avait été transmis via plusieurs chaînes de transmission.

On estime en effet qu’il se produit 22 ou 23 substitutions par an dans le génome du virus Ebola, ce qui aurait dû aboutir, en conservant le même rythme, à plus de 110 mutations cinq ans après l’épidémie historique qui s’est achevée en 2016. À l’inverse, une infection persistante expliquerait que le génome du virus n’évolue quasiment pas. Il y a donc tout lieu de penser qu’en 2021 l’épidémie en Guinée a débuté à partir d’une personne qui hébergeait le virus Ebola depuis au moins cinq ans.

Cette conclusion est également celle retenue par une autre équipe dirigée par des chercheurs du centre de recherche et de formation en infectiologie (CERFIG) de l’université de Conakry (Guinée) et leurs collègues français de l’université de Montpellier. Les biologistes moléculaires ont comparé quatre séquences génétiques couvrant au moins 99,9 % du génome du virus actuel avec des génomes viraux provenant de l’épidémie historique.

Il ressort que trois génomes du virus circulant actuellement sont strictement identiques et qu’un quatrième génome ne diffère qu’au niveau d’un seul nucléotide (substitution d’une lettre dans le code génétique). L’analyse phylogénétique, visant à déterminer le degré de parenté entre les génomes viraux, a par ailleurs montré que les séquences de 2021 appartiennent à un groupe de virus qui circulait lors de l’épidémie historique qui a sévi entre 2013 et 2016. Les chercheurs en concluent donc que la nouvelle épidémie est le résultat de la résurgence d’une souche qui circulait en Afrique de l’Ouest en 2013-2016 et que le faible taux de mutation observé lors de la comparaison des séquences génétiques serait dû à la persistance du virus Ebola, maintenu dans un état de latence, chez un survivant.

Le troisième rapport, émanant de chercheurs du laboratoire ‘Projet des fièvres hémorragiques de Guinée (PFHG) de Conakry en association avec leurs homologues de l’Institut de médecine tropicale de Hambourg (Allemagne),  rapporte des résultats similaires.

En Guinée, le cas index est une infirmière de 51 ans

L’épidémie actuelle en Guinée est apparue entre le 18 janvier et le 13 février 2021 dans la sous-préfecture de Gouécké, dans la région de Nzérékoré. Les patients présentaient de la diarrhée, des vomissements et des saignements après avoir assisté à l’enterrement d’un membre de leur famille, le 1er février 2021. Le cas index était une infirmière de 51 ans qui avait consulté le 18 janvier 2021 dans un centre de santé pour des maux de tête, des nausées et vomissements, une perte d’appétit, des douleurs abdominales, de la fièvre et de la fatigue.

Un diagnostic de fièvre typhoïde avait alors été posé. Le 23 janvier 2021, elle a demandé un deuxième avis médical dans un autre établissement de santé où un diagnostic de paludisme avait été posé. Elle est décédée cinq jours plus tard après avoir entre temps consulté un praticien traditionnel. Le 1er février, les mesures recommandées pour une inhumation sans danger n’ont pas été appliquées. Les cinq membres de sa famille et le praticien traditionnel qu’elle a consulté ont été contaminés. Sur ces sept cas groupés, cinq sont décédés.

On sait que le virus Ebola peut échapper au système immunitaire, en résidant dans le globe oculaire, les testicules ou le liquide céphalo-rachidien, qui représentent ce que les spécialistes appellent des sanctuaires immunologiques. Dans de rares cas, un survivant de la maladie à virus Ebola peut faire une rechute lorsque le virus se réactive. Cela a été le cas de l’infirmière britannique Pauline Cafferkey qui, après avoir été infectée en Sierra Leone, avait développé l’année suivante une méningo-encéphalite lors d’une réactivation du virus. Elle avait due être hospitalisée quelques mois plus tard car présentant des symptômes après une seconde réactivation.

Comment expliquer chez un survivant la réactivation du virus Ebola après plusieurs années ? L’hypothèse de loin la plus probable est que le virus, maintenu à l’état latent dans les testicules, soit réactivé à la faveur d’une infection intercurrente ou d’une baisse de l’immunité et ait été ensuite transmis lors d’un rapport sexuel. L’infirmière guinéenne a donc sans doute été contaminée par voie sexuelle par un individu contaminé par Ebola il y a cinq ans et qui a récemment fait une rechute. On ne peut cependant exclure que l’infirmière ait été infectée par le virus plusieurs années auparavant et n’ait développé que peu de symptômes. Dans ce cas, elle pourrait elle-même avoir été une survivante d’Ebola, sans même le savoir, et avoir fait une rechute.

Éviter la stigmatisation des survivants d’Ebola

« Sur un plan pratique, le fait qu’un patient survivant d’Ebola puisse, à l’occasion d’une rechute, être à l’origine d’une nouvelle épidémie montre la nécessité de développer la recherche de médicaments antiviraux, seul moyen pour éradiquer un virus qui demeure à l’état latent dans l’organisme », souligne Eric Delaporte, professeur de maladies infectieuses à l’université de Montpellier (unité IRD/Inserm). Et ce spécialiste d’ajouter que « du fait de la fréquence des épidémies d’Ebola, survenant parfois dans des zones urbaines densément peuplées, le nombre des survivants est plus important, ce qui augmente le risque de réactivation du virus ».

« L’information d’une résurgence d’Ebola à partir d’un survivant est à manier avec beaucoup de précaution compte tenu de la stigmatisation que subissent ces personnes. En effet, notre équipe ayant récemment rapporté que ces patients survivants peuvent encore présenter des séquelles quatre ans après avoir été déclarés guéris, il ne s’agit donc pas que cette population déjà vulnérable soit à nouveau stigmatisée », déclare Eric Delaporte. « La prévalence des symptômes sur ces survivants d’Ebola diminue au fil des années, mais reste étonnamment élevée, traduisant l’existence de formes que l’on pourrait appeler « Ebola long », voire très long, par analogie avec la dénomination utilisée dans la Covid-19 », conclut-il.

Par le monde Afrique

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Kindia : un conflit domanial vire au drame

Published

on

Une personne a été tuée dans des affrontements entre des habitants de deux villages (Gnèguèyah dans le district de Sékhoussoriyah et de Modouyah dans le district Dar-es-Salam)  autour du contrôle d’un domaine agricole dont ils se disputent la paternité depuis plusieurs années.

Le drame a eu lieu ce 28 juin 22, dans la commune rurale de Madina-Oula dans la région de Kindia.

Plusieurs personnes ont été également blessées par balles. Elles ont été transportées à l’hôpital régional de Kindia pour des soins.

Les violences ont éclaté dans la journée aux environs de 15 heures. Mais finalement,  le calme est revenu après l’intervention des forces de sécurité.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Lituanie : Amnesty International dénonce l’abandon des migrants, dont Sékou guinéen, dans les centres de détention

Published

on

Amnesty international a dénoncé les terribles conditions de vie des migrants enfermés dans les centres de détention en Lituanie. Dans son dernier rapport publié lundi 27 juin, l’ONG explique qu’ils sont soumis à des emprisonnements arbitraires, des violences et des procédures administratives qui n'aboutissent jamais, les milliers d'exilés actuellement enfermés dans le pays croupissent dans des prisons sans aucune information sur leur avenir. "De quoi devenir fou", affirme Sékou, un migrant guinéen retenu dans le centre de Pabradé.

Les conclusions sont accablantes. L’ONG  qui a envoyé une délégation du mois de novembre 2021 au mois de mai 2022, relève que les milliers de migrants entrés dans le pays depuis la Biélorussie voisine, "sont détenus dans des conditions sordides […] privés d’accès à une procédure d’asile équitable et soumis à de graves violations des droits humains". "De nombreuses personnes ont dit avoir été battues, insultées et soumises par des gardiens à un harcèlement et à des intimidations motivées par la haine raciale", peut-on lire dans le communiqué d’Amnesty.

Contacté par infoMigrants,  Sékou, un migrant guinéen en détention depuis  bientôt un an dans le centre de Pabradé, explique sa situation. "Je suis toujours là, enfermé. Le 3 juillet, ça fera douze mois que je survis ici, dans un conteneur",  confie-t-il, sans avoir jamais reçu une seule information sur une possible libération. "On ne nous dit rien, absolument rien. C'est à devenir fou...", regrette-t-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

CEDEAO : deux millions de dollars pour accélérer les réformes du secteur de l’électricité

Published

on

ABIDJAN, Côte d'Ivoire, 28 juin 2022/ Le Conseil d’administration du Fonds africain de développement a approuvé, vendredi 24 juin 2022 à Abidjan, un don de deux millions de dollars américains pour une assistance technique visant à accélérer les réformes du secteur de l’électricité au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Ce don du Fonds africain de développement – le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) – est destiné à l'Autorité régionale de régulation de l'électricité de la CEDEAO. L'objectif ultime est de stimuler le commerce transfrontalier de l'électricité et d'améliorer l'accès à l'énergie dans les 15 pays de la région.

Le projet comporte cinq composantes : la première englobe les règlements et les indicateurs clés de performance du rapport phare de la Banque africaine de développement sur l'indice de réglementation de l'électricité pour l'Afrique que doit adopter l’Autorité de régulation régionale du secteur de l’électricité de la Communauté pour qu’ils soient appliqués dans les pays membres de façon uniforme. Dans le cadre de cette composante, le projet renforcera les capacités des pays membres pour la collecte et la communication de ces indicateurs sur une plateforme commune.

La deuxième composante consistera à mener une étude - en tenant compte des sexo-spécificités - afin d’actualiser l’analyse comparative des tarifs de l’électricité et de leurs facteurs sous-jacents tout au long de la chaîne de valeur du secteur de l'électricité au sein de la CEDEAO.

Le troisième volet consiste à développer un système centralisé de gestion de base de données, où seront collectées les données et toutes informations pertinentes sur l’énergie provenant des pays membres, avant qu’elles ne soient stockées et diffusées sur une plateforme numérique commune.

Une étude est prévue dans le cadre du quatrième volet, afin d’évaluer et d’identifier les goulots d'étranglement et les risques du projet dans les pays membres de la CEDEAO et recommandera une approche cohérente pour éliminer progressivement les obstacles pour l'investissement dans le secteur de l’énergie électrique à chaque étape, avant et après l’instauration du marché régional de l'électricité de la CEDEAO.

Enfin, la cinquième et dernière composante est axé sur la gestion du programme et le renforcement des capacités.  Ces actions seront cofinancées avec l'Autorité régionale de régulation de l'électricité. Toutes les composantes du projet prendront en compte les données sexospécifiques.

« À terme, ce projet va faciliter le commerce régional de l’électricité et contribuer à améliorer l’accès à l’électricité », assure Solomon Sarpong, chef d’équipe du projet à la Banque africaine de développement. « Il va s’attaquer aux principales causes de la fragilité, comme les goulets d’étranglement au niveau des infrastructures, le chômage des jeunes, les défis environnementaux, les inégalités entre les sexes et le déséquilibre du développement régional ».

Créée le 28 mai 1975 avec le Traité de Lagos, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest est une organisation régionale qui promeut l’intégration économique dans tous les secteurs d’activité des pays membres. Elle compte quinze pays membres : Bénin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. Couvrant environ 6,1 millions de km2, la CEDEAO compte une population estimée à 360 millions d’habitants.

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance