Connect with us

Politique

Guinée: le travail patine à l’Assemblée nationale

Published

on

Votre publicité ici

En Guinée, la session des lois est ouverte depuis le 5 avril mais, trois mois plus tard, presqu'aucune plénière ne s'est encore tenue et le travail en commission patine. Ainsi, le projet de code civil est mis en veilleuse et son étude, par les députés, est reportée jusqu'à nouvel ordre. Ce retard risque de faire déborder la session du calendrier.

« Nous avons passé plus de 45 jours à ne rien faire », glisse un fonctionnaire dans les couloirs de l'Assemblée nationale qui explique que le gouvernement n'a pas distribué les projets de loi en avril, c’est-à-dire au début de la session parlementaire, mais en un mois plus tard.

S’agit-il d’un manque d'exemplaires ou bien d’un retard dans la rédaction ? Ce qui est sûr c’est que « sans textes, difficile d'élaborer un chronogramme » déclare-t-on au palais du peuple.

L'adoption du nouveau code civil a été reportée jusqu'à nouvel ordre. Des textes complémentaires sont attendus. Le nouveau code pénal, lui, est inscrit à l'agenda mais il ne reste que quelques jours aux députés pour étudier les 400 pages du texte et pour se mettre d'accord. En effet, selon la Constitution, la session des lois ne peut excéder 90 jours.

« Une session extraordinaire pourra être organisée en juillet », assure un membre de la majorité, mais encore faut-il que les élus de l'opposition rentrent dans le rang. Car selon Fodé Oussou Fofana, président des démocrates libéraux, « les décisions ne se prennent pas à l'Assemblée mais à la présidence ».

Le groupe parlementaire de l'opposition réclame un nouveau règlement intérieur, inchangé depuis 1991. « Nous avons également fait deux propositions de lois, sur la Céni et sur le code électoral », ajoute le vice-président de l'UFDG avant de rappeler qu’elles ont toujours été refusées depuis 2014.

RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Matoto : Tos Camara dans la tourmente !

Published

on

Votre publicité ici

Mamadouba Tos Camara va-t-il être évincé à la tête de la mairie de Matoto ? Si à ce stade rien n’est moins sûr, il se retrouve dans l'œil du cyclone. Une trentaine des conseillers de la commune sur 45 ont lancé une pétition ce dimanche 24 octobre, pétition dans laquelle ils réclament tout simplement son départ.

Tos qui est arrivé à la tête de la commune en février 2019, grâce à une magouille orchestrée par l’ancien régime dont il est issu, est accusé de « gestion opaque » par les frondeurs,  décidés à le déchoir.

Du côté du maire, dont la légitimité a été toujours contestée, on crie à un règlement de compte engagé contre lui, en raison de la chute d’Alpha Condé au pouvoir.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Bruxelles : Cellou Dalein Diallo plaide pour un soutien de l’UE à la transition

Published

on

Votre publicité ici

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) séjourne depuis quelques jours à Bruxelles, en Belgique.

Cellou Dalein Diallo a saisi cette opportunité pour échanger avec Bernard Quentin, Directeur Afrique et Directeur général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) assisté de son collaborateur Roberto Olmi et de Madame Marie Shand, Responsable de la coopération internationale de la Commission européenne.  Echange au cours de laquelle, il a plaidé pour un soutien appuyé de l’Union européenne en faveur de la transition guinéenne. Transition entamée depuis le 05 septembre, jour de la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamady Doumbouya.

« J’ai saisi cette opportunité pour expliquer que l’ordre constitutionnel était déjà rompu en Guinée depuis le double scrutin du 22 mars et le hold-up électoral du 18 octobre 2020. C’est pourquoi j’ai défendu que l’intervention de l’armée doit être considérée comme un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel avant de plaider plutôt pour un renforcement de la coopération avec la Guinée et surtout un soutien appuyé de l’UE à la transition ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Nomination partielle du gouvernement de la transition en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Près de deux mois après la prise du pouvoir par l’armée, les membres du gouvernement  commencent à tomber à compte-goutte.

Ce jeudi 21 octobre, sur « proposition » du premier ministre Mohamed Beavogui, le président de la transition le colonel Mamady Doumoubya a procédé à la nomination de trois ministres et un secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Il s’agit du général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara, alias Idi Amin, précédemment ambassadeur de Guinée à Cuba, qui devient ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale. Egalement, le général à la retraite Bachir Diallo, précédemment attaché de défense à l’Ambassade de Guinée en Algérie, est nommé ministre de la Sécurité et de la protection civile. Mme Louopou Lamah, précédemment directrice nationale du commerce extérieure et de la compétitivité, prend pour sa part la tête du ministère de l’Environnement et du développement durable. Enfin, Abdourahmane Siké Camara, précédemment conseiller principal du ministre secrétaire général du gouvernement, devient le Secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance