Connect with us

A LA UNE

Guinée : « Traiter la cause de l’instabilité et pas seulement le symptôme »

Published

on

TRIBUNE. La manière dont la Cedeao a apprécié la situation en Guinée illustre combien est crucial le débat entre légalité et urgence politique en Afrique aujourd’hui.

Pour Mathias Hounpke, la Cedeao et l'UA doivent aussi se reformer pour mieux anticiper les errements politiques et constitutionnels a l'origine des coups d'Etat.

Malgré la destitution de l’ancien président Alpha Condé par une junte militaire en Guinée, il serait malvenu d’annoncer l’aube d’une nouvelle tendance de coups d’État militaires en Afrique de l’Ouest. L’instabilité récurrente est limitée à une poignée d’États (Mali, Guinée et Guinée-Bissau), et non aux seize pays de la région, qui ont des dynamiques internes différentes. En revanche, ce qui représente une tendance réelle et inquiétante, c'est l’inaction constante quant à la prévention des conditions qui déclenchent ces coups d’État.

Le délit de magouille constitutionnelle

L’ancien président Condé, qui était autrefois une force positive pour le changement politique et économique du pays, a terni son bilan par une corruption et un autoritarisme grandissants. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été un acte flagrant de « magouille » constitutionnelle permettant au dirigeant de 82 ans de briguer un troisième mandat, suivi par l’organisation d’une élection manifestement frauduleuse en octobre 2020. Il est donc inquiétant, mais peu surprenant, que les forces armées aient été accueillies par une foule en liesse lorsqu’elles ont traversé la capitale Conakry après avoir arrêté Condé le 5 septembre.

Des délais de transition trop courts

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a demandé que des élections présidentielles et législatives soient organisées en Guinée d’ici six mois. Bien que le retour à un régime civil soit essentiel, cette courte période risque d’être insuffisante pour se préparer de manière efficace. Une période de douze mois semble plus raisonnable pour avancer dans les tâches complexes de la transition. Le chef de la junte, le colonel Mamady Doumbouya, a annoncé son intention de former un gouvernement inclusif, et des consultations avec des dirigeants politiques, économiques et religieux ainsi qu’avec des diplomates, la société civile et d’autres parties prenantes sont en cours. La rédaction d’une nouvelle Constitution (qui sera décidée par référendum) est essentielle pour réduire les risques de voir les futurs dirigeants s’enraciner. Mais cela nécessite la contribution de l’ensemble de la société guinéenne et doit être fait convenablement, sans précipitation.

L’armée en question

Cela ne signifie pas que le régime militaire est souhaitable. Celui-ci s’est installé en partie à cause du mécontentement dans les rangs de Condé, qui est lui-même arrivé au pouvoir en 2010 après une période brutale de dictature militaire. L’armée n’était pas non plus irréprochable durant les dernières années du règne de Condé, tirant souvent à balles réelles sur les manifestants. Il existe toujours un risque réel d’insurrection ou de contre-coup d’État si les conflits internes de longue date au sein des forces armées ne sont pas réglés rapidement. Mais le régime militaire est la réalité avec laquelle il faut composer et il pourrait y avoir des opportunités durant cette période pour remettre la Guinée sur les rails.

La nécessité de grandes réformes

Condé a réduit les contre-pouvoirs et a créé de grandes disparités entre les pouvoirs de l’État. Une réforme électorale est également essentielle, car, depuis 2010, toutes les élections ont été contestées. Les autorités de transition pourraient également donner la priorité à des questions que les dirigeants démocratiquement élus ont tendance à ignorer : la liberté de la presse, l’accès à l’information publique, le renforcement des mécanismes de lutte contre la corruption, les violences sexuelles et sexistes. Les dirigeants du pays ne disposent évidemment pas de mandat, mais des comités multipartites pourraient être chargés d’élaborer des propositions et des projets de loi sur ces questions cruciales.

Faire que le provisoire ne dure pas

La Cedeao a raison de vouloir un retour rapide à l’ordre constitutionnel, car le risque est que les autorités « transitoires » deviennent un dispositif plus permanent et ne rendent de comptes à personne. Elle a également raison de demander la libération immédiate de Condé. Si des accusations sont portées, un procès équitable de l’ancien dirigeant et de son entourage constituerait un bon exemple pour l’avenir de la Guinée. Il est également judicieux de menacer de sanctions économiques les dirigeants de la junte et d’exiger que les membres de l’armée ne puissent pas se présenter aux élections.

La Cedeao et l’UA doivent être plus réalistes

La Cedeao et l’Union africaine (UA) sont deux des rares organismes qui ont actuellement une certaine influence sur la Guinée, dont les citoyens restent à la merci des caprices des militaires. Ce qui est d’autant plus frustrant est le fait qu’une fois de plus les condamnations et les recommandations de la Cedeao ont été réservées au moment de l’explosion du pays, et non lorsque la grogne montait.

Il était clair depuis des années que Condé avait abandonné ses aspirations démocratiques. Depuis la mi-2018, les manifestations étaient interdites dans la rue. Ses intentions de manipuler la Constitution pour rester en poste jusqu’à ses 90 ans avaient déjà été évoquées à l’époque. L’élection d’octobre, malgré son manque d’intégrité et d’inclusivité, a été jugée par la Cedeao et l’UA comme étant « légale » et comme s’étant déroulée « dans la transparence ». C’est l’occasion pour Cedeao et UA d’améliorer et/ou de faire un meilleur usage des mécanismes d’alerte précoce existants qu’elles ont mis en place depuis un certain temps déjà.

Cedeao et UA doivent se réformer pour renforcer leur crédibilité

Il ne faut peut-être pas s’étonner du silence d’une organisation qui compte parmi ses membres des dirigeants anticonstitutionnels qui prolongent leur mandat, comme le président ivoirien Alassane Ouattara. Mais il s’agit d’un défaut systémique, et l’organisation a besoin d’une réforme interne urgente afin de pouvoir tirer la sonnette d’alarme en cas d’attaques contre la démocratie. La Guinée dispose d’une société civile dynamique qui demande des comptes aux autorités. Les organismes régionaux comme la Cedeao et l’UA devraient être beaucoup plus proactifs dans la défense de leurs droits et libertés afin que nous n’atteignions plus jamais ce stade de crise.

De la nécessité d’une méthode pour suivre la situation en Guinée

Les organes régionaux souffrent d’un grave problème de crédibilité, mais ils ne sont pas irrécupérables. Après la phase de consultation, la Cedeao et l’UA devraient mettre en place un comité de suivi basé en Guinée pour examiner la transition et rendre compte périodiquement de ses progrès. Cela enverrait un message fort de solidarité et renforcerait le sentiment de sécurité de la société civile guinéenne. Le pays pourrait alors annoncer une feuille de route réaliste pour les réformes, élaborée de manière démocratique et organique, plutôt qu’imposée arbitrairement de l’extérieur. Les dirigeants militaires seraient contraints d’accepter leurs recommandations en temps voulu et le groupe de suivi ferait immédiatement part de ses préoccupations au plus haut niveau en cas d’écart ou de retard.

Les détenteurs du pouvoir dans la région doivent veiller à ne pas accorder une reconnaissance excessive à la junte en Guinée, mais ils doivent également assumer une part de responsabilité dans son ascension. Cependant, une supervision judicieuse de cette phase de transition peut garantir que les Guinéens, et tous les Africains de l’Ouest, ne s’habituent pas à considérer les prises de pouvoir militaires comme la moins mauvaise des options.

Par Mathias Hounpkè, responsable du programme de gouvernance politique de l’OSF en Afrique de l’Ouest.

In le point.fr

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : la junte menace les conseils communaux

Published

on

En marge du conseil des ministres du jeudi 18 août, le chef de la junte a mis en garde les conseils communaux.

Alors que le colonel Mamadi Doumbouya a déjà dissous les mairies de Siguiri, Gaoual et Dialakoro pour mauvaise gestion et détournement, il a rappelé aux autres communes "les impérieuses obligations"'qui les  incombent "par rapport à la gestion correcte et transparente des fonds publics de leurs collectivités".

A défaut "d’observer ces prescriptions légales, il sera procédé à leur dissolution et de leur remplacement par des délégations spéciales, conformément à la Loi », a-t-il averti, selon le compte-rendu dudit conseil lu par le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo.

Par I.Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Yayi plus déterminé que jamais !

Published

on

C’est annoncé. Le médiateur de Cédéao sera de retour à Conakry cette semaine pour la suite de sa mission. Cette fois-ci son job sera d’apaiser les relations déjà tendues entre la Cédéao et les autorités de Conakry sur le délai de 24 mois de la transition évoqué par le président Embalo de la Guinée Bissau. Thomas Boni Yayi viendra nous répéter de ne pas nous en faire, que tout ira bien, et que son institution viendra à bout du régime d’exception comme nous le souhaitons tous. 

Si le succès de sa mission est certain, disons que cela dépendra de ses formules diplomatiques qu’il saura énoncer pendant ses prises de parole et ses actes. Parce que l’Onu, l’Ue et la Cédéao déplorent la situation qui prévaut à Conakry avec l’utilisation d’armes létales dans le maintien d’ordre qui tuent, mutilent et blessent les partisans du retour à la démocratie et à l’Etat de droit. Et, de leur côté, les acteurs sociopolitiques s’inquiètent de la perte de temps causée par la lenteur de la Cédéao et de la suite des événements qu’ils planifient et organisent, telles que les manifestations de rue, qui n’ont pas abouti à faire reculer le régime du colonel Doumbouya dans son enracinement.

Cela dit, en jetant un coup d’œil responsable sur tous ces indicateurs, il est possible d’avoir l’impression que la mission Yayi sera un succès même avec des signaux qui ne montrent pas que la junte saisit bien « l’urgence d’instaurer un dialogue inclusif en vue d’une transition garante de la paix sociale » comme au Burkina Faso et au Mali.

J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Manifestation du FNDC : au moins deux jeunes tués par balles à Conakry

Published

on

Le FNDC a accusé la garde du chef de la junte, le colonel Mamady Doumbouya, d’avoir abattu les deux hommes alors que son convoi traversait Conakry.

Deux jeunes Guinéens de 17 et 19 ans ont été tués par balle mercredi lors d’une journée de contestation qui a donné lieu à des affrontements et des manifestations sporadiques contre la junte au pouvoir depuis un an, a-t-on appris auprès de proches et du collectif organisateur.

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui avait appelé à manifester, a accusé sur les réseaux sociaux la garde du chef de la junte et président dit de transition, le colonel Mamady Doumbouya, d’avoir abattu les deux jeunes hommes alors que son convoi traversait la banlieue de la capitale Conakry, haut lieu de contestation.

Interrogé au moment où le premier décès était rapporté dans l’après-midi, le porte-parole de la police, le colonel Mory Kaba, a dit ne pas en avoir connaissance alors qu’il était sur les lieux quand le chef de la junte est passé.

«Ils lui ont tiré dans le ventre»

Ibrahima Baldé a été tué par un projectile tiré par un membre des forces de sécurité à Wanidara, un quartier de la banlieue de Conakry théâtre de heurts, a dit à un correspondant de l’AFP son père Mohamed Chérif. Un proche du jeune homme s’exprimant sous le couvert de l’anonymat en raison de la sensibilité de l’information a déclaré qu’il avait été atteint par la balle d’un soldat alors que le cortège du chef de la junte traversait le quartier.

Oumar Barry, lycéen de 17 ans, a succombé plus tard non loin de là dans le quartier de Koloma. «Ils lui ont tiré dans le ventre à Koloma, il était 18 h 50», a dit un voisin, Pathé Diallo. La Guinée est coutumière de telles violences, dont les circonstances demeurent souvent obscures. Les défenseurs des droits dénoncent de longue date les excès des forces de sécurité et l’impunité dont elles bénéficient.

Le FNDC, coalition de partis, syndicats et organisations de la société civile, avait appelé à se mobiliser pacifiquement malgré l’interdiction de toute manifestation édictée le 13 mai par la junte et la décision de cette dernière de dissoudre le collectif la semaine passée.

Ville morte

Des affrontements sporadiques ont été rapportés dans la banlieue de Conakry. Des dizaines de jeunes ont affronté à coups de pierres les policiers et les gendarmes sur la Route Le Prince, axe traversant la banlieue et théâtre fréquent de telles confrontations. Les forces de sécurité ont riposté avec des gaz lacrymogènes.

Les autorités ont déployé gendarmes et policiers en nombre. Différents quartiers de la banlieue, habituellement grouillants, donnaient l’apparence d’une ville morte. De nombreux commerces et les grands marchés sont restés fermés dans la crainte de violences. Des manifestations ont été signalées en province, mais l’appel du FNDC ne semble pas avoir été suivi massivement.

Le FNDC a orchestré de 2019 à 2021 des mois de mobilisation contre un troisième mandat présidentiel d’Alpha Condé (2010-2020), finalement renversé le 5 septembre 2021 par le colonel Doumbouya. Le FNDC porte à présent la voix de la protestation contre la junte, l’opposition étant considérablement affaiblie.

Le FNDC réclame le retour à l’ordre constitutionnel et dénonce une confiscation du pouvoir par les militaires. Le FNDC avait été à l’initiative de deux jours de manifestations les 28 et 29 juillet, interdites par les autorités et dans lesquelles cinq personnes avaient été tuées.

AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance