Connect with us

Politique

Guinée : pas le temps de reprendre haleine

Published

on

Réélu au premier tour de la présidentielle en octobre 2015, Alpha Condé n'a connu depuis aucun répit. Après deux années de crise sanitaire, la situation économique et sociale est tendue. Comment va-t-il y répondre ?

«Un coup KO », mais pas d’état de grâce… Alpha Condé a été réélu dés le premier tour de la présidentielle, le 11 octobre 2015, avec 57,84% des suffrages exprimés. Le fondateur du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) a donc gagné son pari d’envoyer au tapis son principal opposant, Cellou Dalein Diallo, de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFGG), qui a été crédité de 31,45 % des voix. Pourtant, après cette victoire, le chef de l’État n’a visiblement pas bénéficié de la fameuse « parenthèse enchantée » de cent jours. Le 15 février, la Guinée a été paralysée par une grève générale. La première depuis l’arrivée au pouvoir d’Alpha Condé, il y a plus de cinq ans.

Pourquoi un tel paradoxe ? D’abord parce que cette très large victoire d’« Alpha » ne convainc pas tout le monde. Certes, elle a été validée par la Cour constitutionnelle. Mais, outre l’opposition, qui parle de « hold-up électoral » (lire pp. 76-78), l’Union européenne (UE) s’interroge. Dans son rapport final rendu public le 6 février à Conakry, la mission d’observation électorale de l’UE relève, à propos des taux de participation et du pourcentage de bulletins nuls, « des disparités fortes pour certaines régions, dont celle de Kankan (taux de participation élevé et taux de bulletins nuls faible), pouvant y questionner sur les modalités du vote ». Deux lignes plus loin, le document souligne que la région de Kankan est « le fief » d’Alpha Condé.

Les difficultés qui attendent le président guinéen

Par ailleurs, la situation économique n’est pas bonne. Avec un taux d’à peine 1 % en 2014 et de 0 % en 2015, la croissance économique ne suit pas la croissance démographique (2,5 % par an) et les Guinéens s’appauvrissent. Certes, le premier quinquennat d’Alpha Condé a été marqué par des réussites. Grâce à l’inauguration, en septembre 2015, du grand barrage de Kaléta, les habitants de Conakry ont enfin pu s’éclairer à l’électricité, et cette bonne nouvelle explique sans doute, deux semaines plus tard, la percée électorale du président sortant dans la capitale guinéenne. « Les gens ont apprécié, c’est certain », reconnaît l’ex-candidat de l’opposition, Sidya Touré, aujourd’hui haut représentant du chef de l’État. Mais faute de relance économique, les caisses sont vides. Et, cette année, le budget de l’État recule de 5 % par rapport à celui de 2015.

À qui la faute ? « Au virus Ebola », affirment tous les dirigeants. « Nous avons vécu deux années d’épidémie, avec des effets négatifs parfois supérieurs à ceux qu’un pays en guerre aurait subis », n’hésite pas à déclarer le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara. « Les investissements se sont arrêtés, poursuit-il. Nous avons perdu plus de 1 000 milliards [de francs guinéens, soit environ 120 millions d’euros] de recettes. »

Autre cause de la crise actuelle : le ralentissement de l’économie chinoise

Du côté de l’opposition, on cherche au contraire à minimiser l’effet Ebola. Cellou Dalein Diallo critique la mauvaise gouvernance et, notamment, la multiplication des contrats de gré à gré, qu’il évalue à quelque 800 millions de dollars sur la période 2014-2015.

Ebola a évidemment fait beaucoup de mal. Quand le virus est apparu, de nombreux partenaires de la Guinée ont plié bagage. Le Sénégal, la Guinée-Bissau et la Côte d’Ivoire ont fermé leurs frontières avec le pays pendant de longs mois. Autre calamité nationale : la corruption. « L’unicité des caisses de l’État a porté un rude coup à ce fléau [de la corruption], mais il y avait des failles dans lesquelles se sont glissés les malfrats », reconnaît le président Alpha Condé lui-même. « Il y a encore des marchés de gré à gré. Et, aussi, un mauvais suivi de l’exécution des contrats après leur signature. Il est urgent de réformer la politique des marchés publics », confie Sidya Touré. Autre cause de la crise actuelle : le ralentissement de l’économie chinoise, qui provoque la chute des cours de la bauxite et du fer guinéens.

Un gouvernement de combat

Pour redresser l’économie, Alpha Condé a formé un gouvernement de combat. « Je ne me préoccupe pas de la politique pour le moment. La preuve, je n’ai pas choisi les membres du gouvernement au sein de mon parti. J’ai pris des gens qui peuvent nous faire faire des sauts qualitatifs pour la relance de notre économie », a-t-il déclaré en janvier, lors de la nomination de son équipe. Outre un Premier ministre jusqu’alors quasi inconnu du grand public, Mamady Youla, qui dirigeait depuis dix ans l’un des grands groupes miniers privés du pays, son ex-épouse, Kanny Diallo, qui a fait toute sa carrière au Fonds monétaire international, à la Banque mondiale et à la Banque africaine de développement, a intégré l’équipe de ses nouveaux ministres-experts. Aujourd’hui, la voilà ministre du Plan. Pourquoi ce choix ? Beaucoup plus par souci d’efficacité que pour des raisons sentimentales.

Pour l’instant, on ne peut pas baisser le prix du carburant, car la taxe sur le pétrole est l’une des seules recettes qui nous restent, a expliqué Sidya Touré

Évidemment, quand il affirme qu’il ne fait pas de politique « pour le moment », Alpha Condé en fait quand même. En « débauchant » Sidya Touré, l’ex-numéro deux de l’opposition, pour lequel il a créé le poste de haut représentant du chef de l’État, le président a réussi un joli coup. Non seulement « Sidya » apporte à la majorité présidentielle le renfort de l’Union des forces républicaines (UFR) et de ses dix députés, mais l’ancien Premier ministre de Lansana Conté, réputé bon gestionnaire, est aussi le nouveau joker d’« Alpha » sur le terrain social. « Pour l’instant, on ne peut pas baisser le prix du carburant, car la taxe sur le pétrole est l’une des seules recettes qui nous restent », a expliqué Sidya aux syndicalistes médusés, à la veille de la grève générale du 15 février.

Alpha II est-il différent -d’Alpha I ? « Il a évolué », répond Sidya Touré, son nouveau complice que d’aucuns voient déjà – un peu vite ? – comme son dauphin pour 2020. « Son côté gauchiste, il le garde. C’est sa culture. Il a toutefois compris que la politique ne règle pas tout et que les lois du marché s’imposent à tout le monde, continue l’ancien Premier ministre. Il a mûri, mais, vous savez, quand je voulais bousculer un peu le « vieux » général Lansana Conté, il me répliquait : « Moi je suis comme du bois mort. Si tu veux le redresser, tu vas tout casser ! » »

Alpha II sera-t-il plus souple qu’Alpha I ? Ce second mandat étant son dernier, beaucoup espèrent qu’il sera plus serein et plus à l’écoute.

ÇA GRONDE AU RPG

Depuis le début du second mandat d’Alpha Condé, un vent de contestation souffle dans les rangs du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG Arc-en-ciel), le parti présidentiel. Le 9 janvier, plusieurs dizaines de militants ont barricadé le siège national du parti, à Conakry, pour protester contre la formation du gouvernement de Mamady Youla. Objet du courroux des « frondeurs » : la sous-représentation des cadres de leur formation dans la nouvelle équipe, avec, pour 33 portefeuilles, seulement 4 ministres considérés comme étant des membres du RPG originel. « Plusieurs membres du gouvernement ont été nommés grâce à leurs relations dans l’entourage présidentiel mais n’ont aucun lien avec le parti. Pis, certains étaient nos ennemis quand nous étions dans l’opposition. Ce n’est pas normal ! » tonne un ancien du RPG.

Comme lui, ils sont nombreux dans le parti majoritaire à avoir du mal à digérer de ne pas avoir été remerciés pour les longues années de lutte passées aux côtés d’Alpha Condé. Désormais, ils le considèrent comme un autocrate qui les a trahis au nom de ses intérêts personnels. « Il n’y a aucune démocratie au sein du RPG, personne n’a son mot à dire. C’est à se demander si Alpha Condé a envie que le RPG lui survive », critique une figure du parti, qui réclame une grande réforme interne et l’élection de nouvelles instances dirigeantes, « afin de redonner le pouvoir aux militants » et d’« en finir avec le système de cooptation au sein du comité central ».

Si le malaise est réel, son ampleur et sa durée sont difficiles à évaluer. En effet, aucun baron du RPG n’ose incarner cette contestation qui semble avant tout portée par les sections de jeunes du parti à Conakry. « Certains réclament des postes, mais ils n’ont pas les compétences. Être membre du parti ne saurait suffire pour exercer de hautes fonctions », explique Amadou Damaro Camara, président du groupe RPG Arc-en-ciel à l’Assemblée nationale. De leur côté, les proches d’Alpha Condé minimisent le phénomène, l’un d’entre eux évoquant une « petite crise de croissance d’un parti en évolution », et promettent qu’un débat sera bientôt ouvert sur son fonctionnement.

Par Christophe Boisbouvier

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Sanctions: sommet décisif de la Cédéao ce dimanche à Accra

Published

on

L'organisation ouest-africaine avait remis à ce 3 juillet les décisions liées aux sanctions à lever ou à prendre pour le Mali, la Guinée et le Burkina Faso. Les trois pays ont redoublé d’efforts ces dernières semaines pour prouver leur bonne volonté.

Pour la Guinée, le Burkina Faso et le Mali, le sommet de la Cédéao qui s'ouvre ce dimanche à Accra est décisif. Les deux premiers cités sont en effet sous la menace d’éventuelles sanctions économiques, la transition de trois années qu'ils proposent avant le retour à l’ordre constitutionnel étant jugée bien trop longue par les chefs d’État de la sous-région.

Pour le Mali, c'est tout l'inverse. Bamako espère que les sanctions économiques et financières qui le frappent depuis le 9 janvier dernier seront enfin levées. Les déconvenues des précédents sommets appellent à la prudence, mais que ce soit chez les sources diplomatiques ouest-africaines ou du côté des dirigeants maliens, l’optimisme prévaut à la veille du sommet.

Un compromis envisageable

Il faut dire que les autorités maliennes de transition ont redoublé d’efforts pour faire la preuve de leur engagement à ne pas s’éterniser au pouvoir. En début de semaine, elles ont notamment annoncé le calendrier des futures élections communales, régionales (juin 2023), législatives (octobre 2023) et surtout présidentielle (février 2024) qui marqueront la fin de la période de transition, d’ici mars 2024.

Il s’agit d’un délai supérieur aux exigences initiales de la Cédéao – opposée à une prolongation de la transition au-delà de 16 mois –, mais qui pourrait suffire à arracher un compromis. D’autant que Bamako a aussi mis en place une commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution, amorcé un dialogue avec la classe politique qui le réclamait de longue date et a aussi adopté une nouvelle loi électorale.

Selon les experts électoraux maliens, cette loi pourrait cependant permettre une candidature de l’actuel président de transition, le colonel Assimi Goïta. Aussi, dans cette dernière ligne droite, Bamako et la Cédéao ont notamment discuté du mécanisme de suivi à mettre en place pour la fin de la période de transition.

Dernier enjeu de taille : l’ampleur de la levée des sanctions qui, si elle était actée, pourrait ne pas être totale, mais progressive, en fonction de la concrétisation des engagements maliens.

Situation plus tendue en Guinée

La situation est plus tendue pour la Guinée. Les autorités de transition ont enfin ouvert un dialogue avec la classe politique, mais les principales formations ne le jugent pas crédible. Les procédures judiciaires visant les anciens responsables du régime d’Alpha Condé, l’interdiction de manifester et surtout le délai annoncé de trois années avant l’organisation d’élections continuent d’inquiéter les chefs d’État de la sous-région qui ont déjà menacé d’infliger des sanctions économiques au pays, en plus des sanctions ciblées déjà imposées aux dirigeants de la transition militaire.

Quant au Burkina, si la Cédéao reste inquiète de la dégradation sécuritaire sur le territoire et continue de rejeter les trois années réclamées par les nouvelles autorités avant l’organisation d’élections, le dialogue est jugé satisfaisant et pourrait susciter davantage d’indulgence de la part de l’organisation ouest-africaine.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : création d’une école d’état-major

Published

on

Dans un décret lu mercredi 29 juin 2022 à la télévision nationale, le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, a créé une école d’état-major en République de Guinée.

Cette nouvelle école en abrégé EEM a été placée sous l’autorité du chef d’état-major des armées.

« Elle est située à Conakry au Camp Alpha Yaya Diallo, elle peut être transférée à tout autre lieu du territoire national en raison des nécessités de service lorsque les circonstances l’exigent », précise le décret.

Elle va être dirigé par le colonel N’Famara Oularé, précédemment préfet de Kissidougou.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Notre sort en de bonnes mains Cédéaoennes

Published

on

Organiser les élections et quitter la scène politique dans les plus brefs délais. Voilà ce que demande, plus que tout autre chose, la Cédéao au régime du colonel. L’organisation ouest-africaine tient au retour à la démocratie en Guinée. Elle y travaille lentement mais sûrement. Avec la junte, elle manie la carotte et le bâton. A un moment, elle a décidé de sanctionner le régime du colonel s’il ne présentait pas un calendrier de transition acceptable avant fin avril 2022. Ce délai est passé.

Elle a accepté de se faire violence afin d’amener la junte à saisir cette occasion pour revenir à de meilleurs sentiments. Au bilan, rien n’a marché. La Cédéao a conseillé la junte de se mettre ensemble avec les forces sociopolitiques pour proposer souverainement un calendrier et définir les tâches de la transition. La junte n’a pu se soumettre à cette demande.

On lui a fait savoir qu’en de tels moments, suivre la voie tracée par la Cédéao est une nécessité, sinon le régime court le risque d’être l’auteur de sa propre caricature. Elle a préféré se confier au CNT.  C’est là où, évidemment, le bât blesse à quelques heures du 3 juillet. Date à laquelle l’organisation ouest-africaine, qui tient la démocratie en de bonnes mains, va infliger des sanctions au régime du colonel en raison du retard pris dans l’organisation du retour des civils au pouvoir.

J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo (Billet paru dans Le Populaire du lundi 27 juin 2022)

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance