Connect with us

Politique

Guinée : des syndicats dénoncent le gouvernement

Published

on

Votre publicité ici

Dix (10) Centrales syndicales, regroupées en Unité d’Action, ont tenu une conférence de presse, vendredi, 12 août 2016, au siège de la Confédération Syndicale Autonome des Travailleurs et Retraités de Guinée (COSATREG), dans la commune de Dixinn à Conakry, pour faire le point sur la situation sociale en République de Guinée, rapporte l’AGP.

Il s’agit de l’ONSLG, la COSATREG, la CGSL, la CGTG, l’UGTG, l’UDTG, la CGFOG, l’UNTG, le SIFOG, et l’ULTG.

A l’occasion, ces Centrales syndicales ont rendu publique une déclaration commune pour «dénoncer et fustiger le comportement des autorités suite à leur exclusion des négociations et autres rencontres avec le gouvernement dans la recherche de solution aux problèmes sociaux posés dans le pays».

Cette déclaration lu par le secrétaire général de la Confédération Guinéenne des Syndicats Libres (CGSL), Pascal Tazi Haba, stipule : «Le mouvement syndical guinéen, à travers l’Unité d’action des 10 centrales syndicales, se fait le devoir une fois de plus d’interpeler le gouvernement guinéen sur les dérives vers lesquelles la classe ouvrière guinéenne est entrainée au motif d’une soi-disant représentativité voulue, préfabriquée et entretenue par un groupe de pseudo technocrates interprétant les textes de loi sociale selon de sordides et inavoués intérêts.

Voilà bientôt deux (02) ans que notre partenaire gouvernemental a entrepris une vaste campagne d’exclusion de 10 centrales syndicales guinéennes, légalement constituées, au motif de représentative fondée sur aucune base légale au regard de notre Constitution, absent du Code de travail et la Loi organique L028/SG/2001/AN».

Parlant de la subvention accordée à l’ensemble du mouvement syndical guinéen, les dix centrales syndicales ont déploré le fait que, le montant qui a été alloué pour l’organisation de la Fête internationale du travail n’a pas été partagé équitablement.

«Rappelons que la subvention des Centrales syndicales est un droit inaliénable du mouvement syndical dans son ensemble, et cela n’a rien à avoir avec un problème de représentativité. Nous condamnons vivement ces pratiques des départements en charge du Travail et de la Fonction publique, qui fragilisent et permettent de nos jours de déstabiliser et de disloquer le mouvement syndical guinéen», a-t-il dit.

Concernant la nouvelle grille salariale, ces centrales syndicales ont précisé, que la question salariale en Guinée doit d’abord tenir compte de l’équilibre ménager du fonctionnaire, et c’est seulement après que la structuration de la grille devrait être un paramètre pour classification.

«La mauvaise gestion des ressources humaines est la conséquence des politiques qui ont été menées jusqu’aujourd’hui, car c’est encore les pièces vétustes qui se changent et se rechangent», a-t-on souligné.

Pour ces motifs donc, les dix centrales syndicales en Unité d’Action, se disant au regret, ont condamné vigoureusement l’immixtion du gouvernement dans les affaires syndicales et patronales, la politique d’exclusion et les actes posés dans le but de réussir la dislocation insidieuse des syndicats

Avec AGP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Bruxelles : Cellou Dalein Diallo plaide pour un soutien de l’UE à la transition

Published

on

Votre publicité ici

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) séjourne depuis quelques jours à Bruxelles, en Belgique.

Cellou Dalein Diallo a saisi cette opportunité pour échanger avec Bernard Quentin, Directeur Afrique et Directeur général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) assisté de son collaborateur Roberto Olmi et de Madame Marie Shand, Responsable de la coopération internationale de la Commission européenne.  Echange au cours de laquelle, il a plaidé pour un soutien appuyé de l’Union européenne en faveur de la transition guinéenne. Transition entamée depuis le 05 septembre, jour de la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamady Doumbouya.

« J’ai saisi cette opportunité pour expliquer que l’ordre constitutionnel était déjà rompu en Guinée depuis le double scrutin du 22 mars et le hold-up électoral du 18 octobre 2020. C’est pourquoi j’ai défendu que l’intervention de l’armée doit être considérée comme un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel avant de plaider plutôt pour un renforcement de la coopération avec la Guinée et surtout un soutien appuyé de l’UE à la transition ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Nomination partielle du gouvernement de la transition en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Près de deux mois après la prise du pouvoir par l’armée, les membres du gouvernement  commencent à tomber à compte-goutte.

Ce jeudi 21 octobre, sur « proposition » du premier ministre Mohamed Beavogui, le président de la transition le colonel Mamady Doumoubya a procédé à la nomination de trois ministres et un secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Il s’agit du général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara, alias Idi Amin, précédemment ambassadeur de Guinée à Cuba, qui devient ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale. Egalement, le général à la retraite Bachir Diallo, précédemment attaché de défense à l’Ambassade de Guinée en Algérie, est nommé ministre de la Sécurité et de la protection civile. Mme Louopou Lamah, précédemment directrice nationale du commerce extérieure et de la compétitivité, prend pour sa part la tête du ministère de l’Environnement et du développement durable. Enfin, Abdourahmane Siké Camara, précédemment conseiller principal du ministre secrétaire général du gouvernement, devient le Secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Le nouveau Directeur de la Douane serait-il un promoteur du troisième mandat ?

Published

on

Votre publicité ici

La promesse du chef de la transition, le colonel Mamady Doumbouya, de ne pas procéder à un recyclage serait-elle un leurre ?  Oui, à y observer de prêt ses récentes nominations, dont celle d’hier à la tête de la Douane.

En effet, Selon nos confrères de Fim Fm, le nouveau successeur du Général Toumany Sangaré serait bien un promoteur de la présidence à vie en Guinée. Le colonel Moussa Camara jusque-là directeur de l’informatique et des statistiques, puisqu’il s’agit de lui, serait l’un des partisans du troisième mandat d’Alpha Condé, l’ex président renversé par un coup d’Etat, le 05 septembre.

A en croire à nos confrères, le nouveau Directeur de la Douane aurait  battu campagne l’année dernière en faveur du changement meurtrier de la constitution, ayant conduit le pays dans la dérive et l’impasse jusqu’au 05 septembre dernier, jour de la chute d’Alpha Condé.

Ce n’est pas la première fois que le chef de la junte  procède à des nominations polémiques. La semaine dernière, il avait aussi nommé plusieurs généraux proches d’Alpha Condé qu’il a mis pourtant à la retraite, au Conseil supérieur de la défense.

Face à cette situation, une dizaine d’organisation de la société civile a invité le président de la transition à respecter son engagement. Mais visiblement,  a cette allure la promesse semble  plutôt engager ceux qui la croit et non celui qui l’a tenu.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance