Connect with us

A LA UNE

Guinée : sept ONGs exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique

Published

on

Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale (…) jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.

Dans un communiqué conjoint, 7 organisations de la société civile, expriment leur profonde préoccupation concernant cette décision unilatérale du pouvoir militaire qui vise à annihiler toute contestation publique dans les mois à venir.

Cette décision viole les traités et conventions internationales auxquels la Guinée a librement souscrit notamment, l’article 20 de la déclaration universelle des droits de l’Homme, l’article 21 du pacte international relatif aux droits civils et politiques et l’article 11 de la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples.

L’interdiction des manifestations est également en contradiction flagrante avec l’article 34 de la charte de la transition guinéenne qui garantit les libertés d’associations et de réunions et qui, dans l’article 8 alinéa 2, dispose qu’ « aucune situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier les violations des droits humains ».

Les organisations signataires expriment leurs inquiétudes dans un contexte marqué par la contestation de la décision du Conseil National de la Transition (CNT) et du CNRD de porter la durée de la transition à trois ans (36 mois).

«Cette attaque contre le droit de manifester entrave les capacités d’expression et de réunion des membres de la société civile et de tous les groupes opposés à la transition militaire. C’est une restriction de l’espace civique » a réagi Marc ONA, président de Tournons La Page.

La Guinée sort d’un cycle de répression meurtrier avec la mort d’au moins 50 personnes entre octobre 2019 et juillet 2020, présumément victimes des forces de l’ordre et de sécurité lors des manifestations contre le troisième mandat du Président déchu Alpha Condé.

« L’Histoire récente de la Guinée montre que les risques de répression des manifestations sont grands dans le pays et que l’usage des armes létales et l’utilisation de la force excessive sont courants au niveau des forces de police » affirme Clément Boursin, Responsable Afrique à l’ACAT-France.

Les organisations signataires invitent la junte au pouvoir en Guinée à revenir sur sa décision d’interdiction des manifestations. Elles appellent également l’ensemble des partenaires internationaux de la Guinée à agir fermement en faveur de l’ouverture de l’espace civique, du respect des droits humains.

Le 25 mai 2022,

Organisations signataires :

ACAT-France

Amnesty International

Agir Ensemble pour les droits humains

Confédération française démocratique du travail (CFDT)

CCFD-Terre Solidaire

CRID

Tournons La Page

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Après l’Amérique du nord, Cellou Dalein Diallo attendu en Europe

Published

on

En séjour en Amérique du nord depuis le 14 juin dernier, Cellou Dalein Diallo devrait boucler sa tournée américaine ce weekend. De là, il est attendu à Paris la semaine prochaine, a-t-on appris.

Il devrait rencontrer des responsables et des militants de son parti l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), mais aussi des responsables français et européens.

Visé par la Crief (Cour des répressions des infractions économiques et financières) pour des faits présumés de détournements de deniers publics, corruption d'agents publics et enrichissement illicite, dans le cadre de la vente d’un avion de la défunte  Compagnie Air Guinée, sous le régime du feu général Lansana Conté, il vit à l’étranger depuis quelques mois.

Ministre des transports à l‘époque des faits, il a toujours clamé son innocence dans ce dossier, dénonçant une campagne visant à l’éliminer de la course à la prochaine présidentielle.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Mauritanie : des guinéens arrêtés pour tentative d’entrer illégale à Nouakchott

Published

on

Une dizaine des ressortissants guinéens auraient été arrêtés dans la matinée de ce vendredi 24 juin 2022, au kilomètre 100 sur la route Rosso Nouakchott, alors qu’ils tentaient d’entrer illégalement dans la capitale.   

Selon Sahara Medias qui donne l’information, c’est un chauffeur d’une citerne appartenant à l’une des sociétés de lait qui tentait de faire passer ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils seraient détenus dans un poste de la gendarmerie mauritanienne.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance