Connect with us

A LA UNE

Guinée : RSF appelle les autorités à mettre fin aux détentions arbitraires de journalistes

Published

on

Votre publicité ici

Reporters sans frontières (RSF) se félicite de la libération du journaliste Amadou Diouldé Diallo, emprisonné depuis presque trois mois alors que les délits de presse sont dépénalisés dans le pays, et appelle dans le même temps les autorités à mettre fin aux détentions arbitraires de journalistes.

Enfin. Après 81 jours passés en prison, Amadou Diouldé Diallo a été libéré ce matin. Le journaliste de la Radio télévision guinéenne (RTG) a été condamné à payer cinq millions de francs guinéens (environ 420 euros) pour “offense au chef de l’Etat”, après son passage dans une émission de la radio privée Lynx FM où il s’était exprimé sur le président Alpha Condé et les violences ethniques dans le pays. Bien que le procureur ait requis cette peine à son encontre le 13 avril dernier, Diouldé Diallo restait en détention. Il était emprisonné depuis le 27 février à Conakry, alors même que la loi sur la presse n’autorise plus les peines privatives de liberté pour de simples délits de presse depuis 2010.

Ayant des problèmes de santé, le journaliste avait été transféré le lendemain de son incarcération au service rhumatologie de l'hôpital Ignace Deen, où il restait détenu dans des conditions difficiles, comme l’avait constaté RSF, qui lui a rendu visite lors d’une mission en Guinée en avril dernier. Diouldé Diallo avait ensuite été contraint de retourner en prison deux jours avant son procès prévu pour le 28 avril, et dont la date avait été repoussée à la suite d’une grève de ses avocats.

“Notre organisation accueille avec soulagement la libération du journaliste, qui n’aurait pourtant jamais dû avoir lieu dans un premier temps, la loi interdisant les peines privatives de liberté pour les délits de presse, déclare le directeur du bureau Afrique de l’Ouest de RSF, Assane Diagne. Amadou Diouldé Diallo aura été détenu plus de 80 jours arbitrairement pour un simple passage dans une émission de radio. Il est grand temps que la loi sur la presse adoptée en 2010 soit enfin respectée et que les autorités cessent de mettre en prison des journalistes exerçant simplement leur travail.”

La libération d’Amadou Diouldé Diallo intervient après une série d’actions de mobilisation. Le 8 avril dernier, lors de la mission menée par RSF à Conakry, notre organisation avait plaidé pour sa libération lors d’une rencontre avec le ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé. Une note a également été transmise au ministre pour lui faire part de nos recommandations en matière de liberté de la presse.

La même semaine, RSF avait publié un communiqué avec l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS) appelant à la libération sans condition du journaliste, ainsi qu’au respect de la loi mettant fin aux peines privatives de liberté pour les délits de presse.

Les journalistes sont régulièrement arrêtés ou gardés à vue en raison de leur travail dans le pays. Le 4 février, le journaliste sportif Ibrahima Sadio Bah avait été condamné à six mois de prison ferme et à payer une amende de 500 000 francs guinéens (environ 40 euros) pour “diffamation, injures publiques et dénonciation calomnieuse” à l’encontre du président de la Fédération guinéenne de football (FEGUIFOOT), Mamadou Antonio Souaré. Il a été libéré le 11 mai dernier après une série d’actions de mobilisation et après avoir, lui aussi, passé plus de trois mois en prison.

La Guinée a perdu 24 places depuis 2013 et occupe désormais le 110e rang au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.

Source : Reporters sans frontières

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Plusieurs sous-préfets limogés pour faute lourde

Published

on

Votre publicité ici

Trois sous-préfets ont été limogés dans la soirée de ce mercredi, 23 juin 2021,  pour « faute lourde » par le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Général Boureima Condé.

Il s’agit de Momahed Samoura sous-préfet de Marela ( Faranah), Kaba Kéita sous-préfet de Soyah (Mamou) et Mamadou Camara sous-préfet de Ourékaba (Mamou).

Aucune précision n’a été donnée pour justifier la décision du ministre. Cependant, leur limogeage intervient quelques semaines après le scandale lié à la coupe et le trafic illicite du bois à Mamou et Faranah.

Le 20 mai dernier, en conseil des ministres, le président de la République, avait prévenu que toute personne impliquée dans ce trafic sera sévèrement sanctionnée.

« Toutes les personnes reconnues responsables ou complices dans cette affaire, écoperont de sanctions administratives disciplinaires et feront l’objet de poursuites judiciaires », avait-t-il prévenu,  mettant ainsi en garde contre les pratiques et les activités de déforestation en Guinée.

Plusieurs gardes forestiers impliqués dans cette affaire sont aussi suspendus depuis fin mai.

Par Ibrahim Bangoura

 

Continue Reading

A LA UNE

Gaoual : deux morts dans des heurts entre forces de l’ordre et manifestants

Published

on

Votre publicité ici

Deux personnes ont été tuées mardi 22 juin, à Gaoual,  dans des violences entre les forces de sécurité et des manifestants en colère contre la fermeture de la mine d’or, récemment découverte à Kounsitel.

Les victimes sont Mamadou Sidibé, agriculteur de 32 ans et Mamady Camara, orpailleur originaire de Kankan.

Les deux ont succombé à leurs blessures, alors qu’ils étaient en train d’être évacués vers Conakry.

Ces dernières semaines, plusieurs milliers de personnes en provenance de diverses villes du pays, notamment de la Haute Guinée, se sont rués vers Gaoual, où une mine d’or vient d’être découverte dans la sous-préfecture de Kounsitel.

Face à cette présence massive et aux risques que l’exploitation artisane représente, les autorités administratives ont décidé de fermer la mine jusqu’à nouvel ordre.   Une fermeture qui fâche à Gaoual, où certains autochtones soupçonnent une exploitation clandestine de la mine, par certains orpailleurs en complicités avec des agents qui surveillent la zone.  Excédés par le chômage et la pauvreté, ils appellent donc à la réouverture immédiate de la mine.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Grâce présidentielle pour quatre détenus politiques guinéens

Published

on

Votre publicité ici

Quatre détenus politiques ont été graciés par le président Alpha Condé, durant ces cinq derniers jours.

Il s’agit d’abord de Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté, tous graciés dans la soirée de ce mardi, 22 juin 2021.

Opposant au troisième mandat d’Alpha Condé, les deux avaient été condamnés à un an d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 20 millions de francs guinéens chacun, le 13 janvier dernier, par le tribunal de première instance de Dixinn.

Les deux autres sont,  Boubacar Diallo dit grenade et  Mamadi Condé, alias Madic 100 frontières, tous graciés vendredi dernier.

Il faut rappeler que Boubacar Diallo avait été condamné à 10 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 5 ans par la Cour d'Appel. Mais le 17 juin passé, il a demandé pardon au chef de l’Etat à travers une lettre.

Quant à Madic 100 frontières,  il avait été condamné  en première instance, à 5 ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 100 millions de francs guinéens pour  « atteinte aux institutions de la République, téléchargement, diffusion et mise à la disposition des messages etc.) Mais après avoir demandé pardon à Alpha Condé, sa peine avait été  finalement réduite à un an d'emprisonnement ferme, le 10 juin dernier par la Cour d'Appel.

Il faut signaler que plusieurs autres militants et responsables de l’UFDG, le principal parti de l’opposition,  croupissent toujours sans jugement depuis plusieurs mois à la maison centrale de Conakry.

Par Mariam Bâ

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance