Connect with us

A LA UNE

Guinée : RSF appelle les autorités à mettre fin aux détentions arbitraires de journalistes

Published

on

Reporters sans frontières (RSF) se félicite de la libération du journaliste Amadou Diouldé Diallo, emprisonné depuis presque trois mois alors que les délits de presse sont dépénalisés dans le pays, et appelle dans le même temps les autorités à mettre fin aux détentions arbitraires de journalistes.

Enfin. Après 81 jours passés en prison, Amadou Diouldé Diallo a été libéré ce matin. Le journaliste de la Radio télévision guinéenne (RTG) a été condamné à payer cinq millions de francs guinéens (environ 420 euros) pour “offense au chef de l’Etat”, après son passage dans une émission de la radio privée Lynx FM où il s’était exprimé sur le président Alpha Condé et les violences ethniques dans le pays. Bien que le procureur ait requis cette peine à son encontre le 13 avril dernier, Diouldé Diallo restait en détention. Il était emprisonné depuis le 27 février à Conakry, alors même que la loi sur la presse n’autorise plus les peines privatives de liberté pour de simples délits de presse depuis 2010.

Ayant des problèmes de santé, le journaliste avait été transféré le lendemain de son incarcération au service rhumatologie de l'hôpital Ignace Deen, où il restait détenu dans des conditions difficiles, comme l’avait constaté RSF, qui lui a rendu visite lors d’une mission en Guinée en avril dernier. Diouldé Diallo avait ensuite été contraint de retourner en prison deux jours avant son procès prévu pour le 28 avril, et dont la date avait été repoussée à la suite d’une grève de ses avocats.

“Notre organisation accueille avec soulagement la libération du journaliste, qui n’aurait pourtant jamais dû avoir lieu dans un premier temps, la loi interdisant les peines privatives de liberté pour les délits de presse, déclare le directeur du bureau Afrique de l’Ouest de RSF, Assane Diagne. Amadou Diouldé Diallo aura été détenu plus de 80 jours arbitrairement pour un simple passage dans une émission de radio. Il est grand temps que la loi sur la presse adoptée en 2010 soit enfin respectée et que les autorités cessent de mettre en prison des journalistes exerçant simplement leur travail.”

La libération d’Amadou Diouldé Diallo intervient après une série d’actions de mobilisation. Le 8 avril dernier, lors de la mission menée par RSF à Conakry, notre organisation avait plaidé pour sa libération lors d’une rencontre avec le ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé. Une note a également été transmise au ministre pour lui faire part de nos recommandations en matière de liberté de la presse.

La même semaine, RSF avait publié un communiqué avec l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS) appelant à la libération sans condition du journaliste, ainsi qu’au respect de la loi mettant fin aux peines privatives de liberté pour les délits de presse.

Les journalistes sont régulièrement arrêtés ou gardés à vue en raison de leur travail dans le pays. Le 4 février, le journaliste sportif Ibrahima Sadio Bah avait été condamné à six mois de prison ferme et à payer une amende de 500 000 francs guinéens (environ 40 euros) pour “diffamation, injures publiques et dénonciation calomnieuse” à l’encontre du président de la Fédération guinéenne de football (FEGUIFOOT), Mamadou Antonio Souaré. Il a été libéré le 11 mai dernier après une série d’actions de mobilisation et après avoir, lui aussi, passé plus de trois mois en prison.

La Guinée a perdu 24 places depuis 2013 et occupe désormais le 110e rang au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.

Source : Reporters sans frontières

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Dernière minute : Foniké Menguè et Cie placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale

Published

on

Deux jours après leur arrestation brutale, Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, Alpha Midjaou Bah dit Djanii Alfa, et Mamadou Billo Bah, tous membres du FNDC, ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale.

Ils ont conduits  ce jeudi 7 juillet 2022dans cette plus grande prison du pays, après un bref passage au tribunal de première instance de Dixinn.

Leur dossier étant orienté en flagrant délit, leur procès devrait s’ouvrir demain, vendredi devant cette juridiction.

Ces trois leaders du FNDC, le front ayant lutté contre le troisième mandat d’Alpha Condé,  ont été arrêtés brutalement sur ordre du procureur générale, Alphonse Charles Wright,  mardi dernier, alors qu’ils étaient en conférence de presse au siège du front par des agents de la BRB (Brigade de répression du banditisme), pour « injures et outrage à magistrat ».

Ils avaient été conduits ensuite à la Direction centrale de la police judiciaire, où ils ont fait deux jours avant d’être finalement écroués aujourd’hui à la Maison centrale.

Leur arrestation a suscité l’indignation de l’opinion publique et a provoqué des violences à Conakry.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

 

Continue Reading

A LA UNE

Arrestation de Foniké Menguè et Cie : réaction de l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée

Published

on

L’Ambassade des Etats-Unis en Guinée vient de réagir à l’arrestation musclée de Foniké Menguè, Djani Alfa et Billo Bah du front national pour la défense de la Constitution ( FNDC). Alors que leur interpellation brutale suscite de l’indignation de l’opinion nationale et a provoqué des violences à Conakry, la représentation diplomatique des Etats-Unis en Guinée rappelle aux autorités de la transition que « le droit à la liberté d’expression et à une procédure régulière est primordial pour maintenir la paix et défendre les valeurs démocratiques ».      

Dans un communiqué, l’Ambassade américaine qui indique qu’elle suit de près les « arrestations de personnalités politiques en Guinée au cours des derniers mois exhorte  le gouvernement guinéen et les acteurs sociopolitiques à « trouver un terrain d’entente pacifique pour une collaboration continue et un dialogue ouvert ».

« Nous demandons au gouvernement guinéen de veiller à ce que les détenus  soient traités équitablement et bénéficient d’une procédure régulière par le biais d’un processus judiciaire transparent », conclut le communiqué.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Nécrologie : le doyen Bah Lamine de Lynx-Lance est décédé

Published

on

C'est sans doute l'une des plus grandes plumes du pays qui s'est éteinte. Le doyen Bah Mamadou Lamine du Groupe de presse Lynx-Lance est décédé ce mercredi 6 juillet à Montréal au Canada, où il séjournait depuis près de deux  ans.

Membre fondateur du Lynx le 7 février 1992, il a été un Grand Reporter de par ses grands dossiers et investigations.

Il avait environ 70 ans. Paix à son âme !

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance