Connect with us

Société & Faits Divers

Guinée: plusieurs ONG accusent les forces de l’ordre de torture

Published

on

Votre publicité ici

L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) publie un rapport en partenariat avec plusieurs ONG guinéennes dans lequel plusieurs cas de tortures sont dénoncés. Ce rapport d’une soixantaine de pages décrit quatre exemples de torture qui ont eu lieu entre 2010 et 2013.

«L’aveu est la reine des preuves en Guinée.» Et pour l'obtenir, les forces de l’ordre guinéennes sont accusées d’avoir recours à la torture. Selon Clément Boursin, responsable des programmes Afrique au sein de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), il existe une forme d’impunité dans un pays qui affiche pourtant sa volonté de lutter contre ces pratiques.

La peur de porter plainte

Ce rapport est le fruit d’un travail sur le terrain de plusieurs ONG guinéennes, qui ont mené des enquêtes sur plusieurs années. L’objectif affiché par l’ACAT était de renforcer les capacités des associations locales pour leur permettre d’être plus efficaces dans la recherche de preuves. Parmi les cas recensés, il y a celui de deux mineurs accusés par la police de vol d’or. Les forces de l’ordre les auraient ligotés, battus et privés de nourriture pendant plusieurs jours, avant finalement que la justice ne les relaxe. Depuis, leurs familles n’ont toujours pas porté plainte.

Pourtant, la torture est bien incriminée en Guinée depuis juillet 2016, après l’adoption d’un nouveau Code pénal. Cette interdiction est encore peu connue dans le pays, selon Clément Boursin, qui y voit l’une des raisons principales de cette pratique parmi les forces de l’ordre guinéennes. Pour les victimes, il existe parfois une crainte de représailles de la part de leurs tortionnaires. De plus, les associations dénoncent des procédures judiciaires qui aboutissent peu, avec une justice laxiste envers les auteurs.

L’ «habitude des forces de l’ordre»

Pour l’association ACAT, il faut imposer une «tolérance zéro» à l’encontre des policiers qui pratiquent des traitements inhumains. Pour chaque cas, l’association chrétienne détaille certaines recommandations pour le gouvernement guinéen. La première d’entre elles est la ratification du protocole facultatif de la Convention contre la torture et les peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants qui impose la création d’organes chargés d’organiser la prévention contre la torture. Une recommandation qui semble avoir un écho positif parmi les autorités guinéennes, tandis que le pays l’a signée en 2005 sans l’avoir ratifiée.

Toutefois, les autorités dénoncent des agissements locaux, même si Clément Boursin y voit «une habitude des forces de l’ordre». En avril 2016, un nouveau cas de torture avait été relayé dans la presse. Dans une vidéo postée sur internet, des forces de l’ordre se livraient à des actes de torture sur un homme d’une trentaine d’année. Le gouvernement guinéen a dénoncé ces actes et une enquête a été diligentée.

Des promesses mais «rien n'est fait»

Pour les ONG, lutter contre les impunités ne changera pas la situation si une vraie politique de prévention n’est pas mise en place. Pour Clément Boursin, il existe matière à rester optimistes, et pour cause, les autorités «étaient satisfaites, selon l'ACAT, que ce soit le travail d’ONG guinéennes» et pas celui d’humanitaires étrangers venus enquêter dans leur pays.

Du côté des associations locales, Frédérice Foromo Loua, président de Même droits pour tous, s'agace auprès de Géopolis que les actes ne suivent pas les promesses: «Tous nos rapports ont été présentés aux autorités et à chaque fois, ce sont des engagements verbaux qui sont pris pour éradiquer le phénomène mais dans la réalité, rien n'est fait pour inverser cette tendance.»

Auteur : France TV

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Hajj 2021 : pas de pèlerinage pour les Guinéens cette année encore

Published

on

Votre publicité ici

Comme l’année dernière, les musulmans Guinéens, du moins ceux qui ne résident pas en Arabie Saoudite, ne pourront pas effectuer le pèlerinage à la Mecque cette année encore.

En raison de la pandémie de coronavirus, les autorités Saoudiennes ont décidé que seul des résidents ou des nationaux, ayant entre 18 et 65 ans, ne souffrant pas d'une maladie chronique et ayant été vaccinés contre le Covid-19, peuvent effectuer le Hajj qui doit avoir lieu en juillet.

"Considérant la foule immense qui effectue le hajj, en passant de longs moments dans plusieurs endroits spécifiques, le plus haut niveau de précaution sanitaire est nécessaire", a indiqué samedi 12 juin 2021, le ministère du Hajj dans un communiqué.

Au total, l'Arabie saoudite va autoriser 60.000 de ses résidents vaccinés contre le coronavirus à effectuer le Hajj, grand pèlerinage musulman à la Mecque. Un quota drastiquement réduit pour la deuxième année consécutive à cause la pandémie de Covid-19.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Condamnation de Foniké Menguè : plusieurs ONG dénonce le « manque d’indépendance de la justice » en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Le militant Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, coordinateur-adjoint de Tournons la Page Guinée et responsable à la mobilisation du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), a été condamné le 10 juin 2021, lors de son procès en appel, à 3 ans de prison ferme pour « communication et divulgation de fausses informations, menaces notamment de violences ou de mort ».

Tournons La Page, Agir ensemble pour les droits humains, l’ACAT-France, la FIDH et l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) dans le cadre de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, le CRID et le CCFD-Terre Solidaire dénoncent cette condamnation arbitraire qui atteste, une fois de plus, de la criminalisation de l'exercice pacifique des libertés d'expression et de manifestation par les autorités guinéennes, ce qui est très inquiétant et va à l’encontre des textes internationaux protégeant ces libertés et ratifiés par la Guinée, dont le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié le 24 janvier 1978.

C'est également un nouvel exemple du manque d’indépendance de la justice en Guinée.

Plutôt que de répondre aux préoccupations légitimes de la jeunesse guinéenne en termes de respect de la démocratie et de l’État de droit, les autorités guinéennes arrêtent et font condamner les voix dissidentes qui s'élèvent au sein de la société civile. C'est un chemin risqué pour la société dans son ensemble que de stigmatiser toute personne s’opposant à la présidence d’Alpha Condé.

La condamnation en appel d’Oumar Sylla s’appuie sur les charges retenues contre lui lors de sa première incarcération entre avril et août 2020 suite à sa participation à l’émission de grande écoute « Les Grandes Gueules » sur Radio Espace FM, au cours de laquelle il a dénoncé les arrestations arbitraires et les exactions survenues dans la ville de N’Zérékoré le 22 mars 2020 ; charges qui avaient pourtant été abandonnées par la suite.

Arrêté pour la seconde fois le 29 septembre 2020 en pleine rue alors qu’il se rendait à une manifestation organisée par le FNDC pour protester contre la candidature d’Alpha Condé à un troisième mandat, Oumar Sylla a vu sa santé se dégrader en raison des conditions carcérales très difficiles à la prison centrale de Conakry.

Il est déplorable d’assister à ces violations répétées des droits humains et de l’État de droit. Nous continuerons à nous mobiliser pour nos partenaires guinéens ainsi que pour toutes les personnes emprisonnées pour leurs opinions en Guinée, et nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle d’Oumar Sylla et de tous les défenseurs des droits humains et prisonniers politiques en Guinée.

Fait le 11 juin

Tournons La Page

Agir ensemble pour les droits humains

ACAT-France

FIDH, dans le cadre de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme

Organisation mondiale contre la torture (OMCT), dans le cadre de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme

CRID

CCFD-Terre Solidaire

 

Continue Reading

A LA UNE

A partir du 15 juillet, aucune importation de véhicules de plus de 13 ans n’est autorisée en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

A partir du 15 juillet prochain, plus aucune importation de véhicules d’occasion de plus de 13 ans n’est autorisée en Guinée, annonce le ministre des Transports, Mohamed Keita, dans une lettre circulaire.

Dans le document, il regrette que la Guinée, depuis plus de deux décennies, ‘’ est devenue une destination privilégiée et un dépotoir de vieux véhicules, souvent fortement endommagés et même en épave’’. « Cette situation ne peut durer », dit-il.

Sa décision est l’application du décret du 2 mars dernier, portant sur la réglementation de l’âge limite à 13 ans des véhicules d’importations en  Guinée.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance