Connect with us

Société & Faits Divers

Guinée: plusieurs ONG accusent les forces de l’ordre de torture

Published

on

L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) publie un rapport en partenariat avec plusieurs ONG guinéennes dans lequel plusieurs cas de tortures sont dénoncés. Ce rapport d’une soixantaine de pages décrit quatre exemples de torture qui ont eu lieu entre 2010 et 2013.

«L’aveu est la reine des preuves en Guinée.» Et pour l'obtenir, les forces de l’ordre guinéennes sont accusées d’avoir recours à la torture. Selon Clément Boursin, responsable des programmes Afrique au sein de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), il existe une forme d’impunité dans un pays qui affiche pourtant sa volonté de lutter contre ces pratiques.

La peur de porter plainte

Ce rapport est le fruit d’un travail sur le terrain de plusieurs ONG guinéennes, qui ont mené des enquêtes sur plusieurs années. L’objectif affiché par l’ACAT était de renforcer les capacités des associations locales pour leur permettre d’être plus efficaces dans la recherche de preuves. Parmi les cas recensés, il y a celui de deux mineurs accusés par la police de vol d’or. Les forces de l’ordre les auraient ligotés, battus et privés de nourriture pendant plusieurs jours, avant finalement que la justice ne les relaxe. Depuis, leurs familles n’ont toujours pas porté plainte.

Pourtant, la torture est bien incriminée en Guinée depuis juillet 2016, après l’adoption d’un nouveau Code pénal. Cette interdiction est encore peu connue dans le pays, selon Clément Boursin, qui y voit l’une des raisons principales de cette pratique parmi les forces de l’ordre guinéennes. Pour les victimes, il existe parfois une crainte de représailles de la part de leurs tortionnaires. De plus, les associations dénoncent des procédures judiciaires qui aboutissent peu, avec une justice laxiste envers les auteurs.

L’ «habitude des forces de l’ordre»

Pour l’association ACAT, il faut imposer une «tolérance zéro» à l’encontre des policiers qui pratiquent des traitements inhumains. Pour chaque cas, l’association chrétienne détaille certaines recommandations pour le gouvernement guinéen. La première d’entre elles est la ratification du protocole facultatif de la Convention contre la torture et les peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants qui impose la création d’organes chargés d’organiser la prévention contre la torture. Une recommandation qui semble avoir un écho positif parmi les autorités guinéennes, tandis que le pays l’a signée en 2005 sans l’avoir ratifiée.

Toutefois, les autorités dénoncent des agissements locaux, même si Clément Boursin y voit «une habitude des forces de l’ordre». En avril 2016, un nouveau cas de torture avait été relayé dans la presse. Dans une vidéo postée sur internet, des forces de l’ordre se livraient à des actes de torture sur un homme d’une trentaine d’année. Le gouvernement guinéen a dénoncé ces actes et une enquête a été diligentée.

Des promesses mais «rien n'est fait»

Pour les ONG, lutter contre les impunités ne changera pas la situation si une vraie politique de prévention n’est pas mise en place. Pour Clément Boursin, il existe matière à rester optimistes, et pour cause, les autorités «étaient satisfaites, selon l'ACAT, que ce soit le travail d’ONG guinéennes» et pas celui d’humanitaires étrangers venus enquêter dans leur pays.

Du côté des associations locales, Frédérice Foromo Loua, président de Même droits pour tous, s'agace auprès de Géopolis que les actes ne suivent pas les promesses: «Tous nos rapports ont été présentés aux autorités et à chaque fois, ce sont des engagements verbaux qui sont pris pour éradiquer le phénomène mais dans la réalité, rien n'est fait pour inverser cette tendance.»

Auteur : France TV

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Education: suppression des plusieurs postes dans le pré-universitaire

Published

on

Le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Guillaume Hawing, a annoncé la suppression provisoire de plusieurs postes dans les établissements scolaires publics.

Il s’agit de Secrétaire, de Conseiller d’Orientation et d’information, de Chargé des Ressources Matérielles et Financières, d’Agent de Santé et de l’hygiène Scolaire,  de Bibliothécaire documentaliste charge des TIC, de Chargé de laboratoire, Secrétaire Archiviste et suppléant.

Dans sa décision, Guillaume Hawing invite les cadres qui occupaient jusque là ces postes à rejoindre les salles de classes dès la rentrée scolaire prochaine.

Par Mariam Bâ 

Continue Reading

A LA UNE

Dubréka : Rebonds et éclats de rire garantis

Published

on

A Dubréka plusieurs personnalités administratives sont fréquemment toisées. Certaines sont citées à comparaître devant les autorités judiciaires du tribunal de première instance pour répondre de leurs fautes ou de leur complicité dans des affaires domaniales, d’abus d'autorité ou de stellionat. En cause, la vente d’une seule et même parcelle à usage d’habitation et la délivrance d’actes de propriété à plusieurs personnes à la fois. Certains gros bonnets parviennent à se tirer d'affaires la tête haute. D’autres n’y arrivent que par des moyens qu’eux seuls connaissent. Mais dans la plupart des cas ils écopent des condamnations à des peines de prison ferme ou avec sursis et à des amendes. C’est une réalité.

Dubréka souffre de ce mal causé par la cupidité de citoyens peu recommandables qui piègent leurs compatriotes dans des cessions malhonnêtes et l’irresponsabilité des autorités locales indélicates qui apposent leurs signatures sur des documents administratifs. Cette délinquance (si elle n’est enrayée par la justice) va continuer à  faire des victimes dans les rangs d'honnêtes acquéreurs en quête d’un toit pour leur famille, et à provoquer des conflits domaniaux dans la cité. Les cas d’abus d’autorité relevés et transmis à la justice pour examen ne sont pas en reste.
Dire que les rebonds et éclats de rire sont garantis dans de telles affaires peut être un cliché, mais il n’en reste pas moins vrai que l’image de l’autorité publique au service des citoyens y est toujours fortement écornée par ceux qui se foutent éperdument de la morale. J’ai dit.
Par Alpha Abdoulaye Diallo, in Le Populaire
Continue Reading

A LA UNE

Affaire Mohamed Bangoura : un compromis finalement trouvé à la HAC

Published

on

Convoqué par l’État-major général des armées vendredi dernier à cause d’un article de presse publié par son site portant sur la « disparition d’un camion de Tramadol, saisi récemment par les inspecteurs de la santé au port autonome de Conakry, le directeur de publication de Mosaiqueguinee.com, Mohamed Bangoura, a été reçu ce lundi, 08 août 2022, par la Haute autorité de la communication (HAC).

Après un échange avec Boubacar Yacine Diallo, un règlement à l’amiable a été finalement trouvé entre l’armée et le journaliste.

Selon nos informations, il a été établi que nos confrères de Mosaiqueguinee.com n’ont pas respecté quelques règles élémentaires du traitement de l’information, c’est-à-dire le recoupement de l’information avant de publier l’article incriminé. Par conséquent un travail de rectification va être fait par nos confrères.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance